Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La cause de la crise du coronavirus américain est systémique, ce n’est pas seulement Trump, par Wang Wenwen

Quand j’ai découvert que dans la tourmente d’une épidémie et d’une crise économique dans laquelle les citoyens au chômage n’arrivent plus à se nourrir, ni à se soigner alors que leur président leur propose de se rincer le gosier à l’eau de javel et qu’il expédie partout son armée vérolée d’ailleurs, comme tout le monde je me suis dit Trump quel incapable. Mais quand j’ai vu, au coeur de cette crise qu’un des nouveaux thèmes de la campagne de ceux qui se prétendent l’excellence de la démocratie et veulent l’imposer par la force à tous, donc qu’il s’agissait de savoir si Jo Biden avait harcelé sexuellement un de ses collaborateurs, je me suis dit que c’était la chute de l’empire romain. Parce que quand un pays en est à élire ou à refuser un dirigeant sur ce genre de chose au lieu de se préoccuper des problèmes, il est incorrigible. Les Chinois qui par parenthèse ne prétendent pas ici intervenir sur le système qui conviendrait aux américains leur disent qu’il n’est pas adapté à la situation. Il y a l’épidémie, mais les défis auxquels nous sommes confrontés sont plus nombreux encore et il est clair que la première puissance du monde a un système politique qui ne peut que les aggraver. Les démocrates ne feraient pas mieux (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Wang Wenwen Source: Global Times Publié: 2020/4/7 22:08:40dix


Illustration: Liu Rui / GT. Face à une pandémie mondiale comme COVID-19, lorsqu’un pays a besoin d’un gouvernement fort et d’efforts unis à l’échelle nationale pour enrayer la propagation du virus, les États désunis d’Amérique agissent a contrario.   

Jusqu’à présent, le gouvernement américain a réagi à la nouvelle crise du coronavirus de manière lente, confuse et contre-productive. Beaucoup imputent cet échec au président Donald Trump, qui a initialement minimisé la gravité de la crise et ne fait plus grand-chose pour freiner la propagation du virus mortel. Mais ils oublient que Trump est le produit du système américain dysfonctionnel entravé par des luttes intestines politiques et par un orgueil institutionnel démesuré.

Une nouvelle recherche de trois éminents politologues américains basée sur une enquête menée auprès de 3.000 citoyens américains fin mars montre que l’esprit partisan est ce qui influe le plus sur la réponse face au coronavirus. Les républicains et les démocrates “entendent des choses différentes, ont des compréhensions différentes et réagissent de manière différente”, selon un rapport Vox. 

Dans une autre étude, le Pew Research Center a constaté que les démocrates sont plus susceptibles que les républicains de voir d’une manière grave le coronavirus. 

Pourquoi? La réponse est simple. Alors que l’élection présidentielle approche, ce n’est qu’en discréditant Trump et ses républicains que les démocrates peuvent avoir une chance d’entrer dans le bureau ovale. Et sans aucun doute, Trump n’est pas resté immobile. Il a déjà accusé le Parti démocrate de “faire tout ce qui est en son pouvoir semi-considérable” pour enflammer la situation de l’épidémie.

Ces luttes politiques ont dans une large mesure empêché le président américain de concentrer l’attention nationale sur l’urgence du coronavirus et de canaliser les ressources massives du gouvernement fédéral vers les États dans le besoin, sans parler du fait que le président n’en a pas la volonté. Pendant ce temps, son opposition, les démocrates, n’épargne aucun effort pour surveiller et trouver des défauts dans ce que lui et son administration ont fait, au lieu de se soucier vraiment de la santé du public américain. 

Mais il semble que de nombreuses élites américaines soient toujours fières de cet esprit partisan et de cette démocratie dans le système américain dysfonctionnel actuel, et qu’ils refusent de reconnaître l’efficacité de la gouvernance dans d’autres pays. La gouvernance d’aucun pays n’est parfaite et n’est qu’adaptation. Le monde change et nous ne savons jamais quand nous rencontrerons une crise comme le COVID-19. Certains analystes américains pensent que Barack Obama a mieux géré la grippe porcine H1N1 pendant son mandat que Trump ne le fait actuellement. Mais même si Obama était président aujourd’hui, il ne pourrait peut-être pas rester à l’écart du tourbillon politique actuel et faire mieux que Trump. 

La capacité d’un pays à se réformer à une époque en mutation compte le plus. En termes de réformes, les États-Unis ne sont en aucun cas un exemple mondial. La crise du coronavirus sur le sol américain montre que la politique américaine a atteint un tournant. La mentalité de certaines élites américaines ainsi que le système américain lui-même sont devenus trop rigides pour changer. Le système politique s’épuise depuis plus de 200 ans, il a besoin de véritables réformes pour changer sa rigidité. Sinon, n’importe quel président, Trump ou tout autre, sera dérouté par une crise de santé publique comme celle que nous connaissons aujourd’hui. Alors que les élites américaines rédigent des articles analysant les raisons pour lesquelles les États-Unis gèrent la crise comme ils le font, cette élite devrait réfléchir à un changement de système.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments