Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le 1er mai est la principale fête de l’ère du coronavirus, par Andreï Mantchouk, politologue

Pour illustrer ce texte russe sur l’absence de manifestation de ce jour j’ai choisi la manifestation ou plutôt les manifestations des communistes grecs (voir en fin également la vidéo). Parce qu’en Grèce, les communistes ont organisé à Athènes et dans d’autres villes la même manifestation. Mon camarade Georges m’a téléphoné de Sparte pour me dire sa joie parce que le parti et le FSM les convoquaient avec mission de venir avec un drapeau rouge et chacun placé à quelques mètres les uns des autres. Voilà la mobilisation que peut un parti communiste. Donc ce Russe a raison ce jour sans manifestation a pourtant consacré la victoire du socialisme et des travailleurs sur le capitalisme, la signification profonde du coronavirus c’est qu’ils ne sont rien mais en fait ils sont tout… et le socialisme est la seule réponse qui permette de remettre le monde sur ses pieds … ça il ne reste plus qu’à l’organiser… quoi? le parti qui se battra pour le socialisme… (note de Danielle Bleitrach).

1 mai 2020

https://vz.ru/opinions/2020/5/1/1037404.html

Le 1er mai ne sera pas célébré cette année sur les places et les rues du monde entier, vidées par la quarantaine mondiale. Même à La Havane, où j’ai participé une fois à une manifestation de masse qui rassemblait des centaines de milliers de personnes dirigées par le commandant Castro, cette fois, ils ont décidé de manifester exclusivement sur les balcons. Les rassemblements sont annulés partout, de sorte que les militants des partis de gauche et des syndicats célébreront la Journée internationale des travailleurs chez eux – isolés et divisés, comme jamais auparavant.

Mais le paradoxe est que la pandémie de coronavirus donne une pertinence particulière au 1er mai – car elle a conduit l’humanité à une crise sociale sans précédent et remis en question la viabilité du système néolibéral dominant.

Oui, COVID-19 a d’abord été imprudemment appelée la «maladie des riches», car elle a atteint d’abord les habitués des stations alpines et les entrepreneurs revenant de voyages d’affaires. Cependant, en réalité, c’est une maladie des pauvres qui ne sont pas protégés contre cette infection dangereuse – et surtout, elle multiplie énormément leur nombre dans les pays les plus développés de la planète. En effet, les mesures de quarantaine forcée conduisent à l’augmentation du chômage la plus rapide de l’histoire moderne, qui n’a tout simplement pas d’analogue du vivant de plusieurs générations.

«Pendant la crise de 2008, nous avons perdu 8,7 millions d’emplois. Maintenant, nous perdons autant d’emplois tous les 10 jours environ », a déclaré Kevin Hasset, conseiller principal à la Maison Blanche pour l’économie. Même la Grande Dépression, qui hier encore semblait la pire catastrophe économique possible, apparaît aujourd’hui moins destructrice dans le contexte auquel nous faisons face. À cette époque, les gens pouvaient au moins travailler – mais maintenant, beaucoup d’entre eux ne sortent pas le nez de chez eux. Et, selon les calculs du Fonds monétaire international, la récession du coronavirus dépassera les indicateurs négatifs de 1929-1933, lorsque des millions d’habitants des États-Unis étaient littéralement prêts à vendre leur travail pour une bouchée de pain.

Selon l’Organisation internationale du travail, la pandémie de coronavirus laissera au moins 1,6 milliard de travailleurs sans emploi. Dans le même temps, le nombre réel de chômeurs risque d’être encore plus élevé – car les statistiques ne couvrent pas les travailleurs informels, dont le nombre augmente dans le monde d’année en année – car cela convient tout à fait aux capitalistes intéressés par une main-d’œuvre bon marché. D’énormes masses de nouveaux chômeurs courent le risque d’être sans moyens de subsistance et ne peuvent tout simplement pas se nourrir avec les restrictions de quarantaine. Et leur situation empire chaque jour, obligeant les gens à accepter les emplois les plus difficiles et les moins bien payés, avec un risque élevé de contracter le coronavirus.

La classe ouvrière souffre plus que jamais – et en même temps, cette situation montre clairement son importance vitale pour la société moderne. En effet, alors que les gens riches attendent la fin du cauchemar dans leurs appartements et leurs manoirs, apprenant à maîtriser le travail à distance, leur existence est assurée par une immense armée de salariés. Il s’agit du personnel agricole et d’usine, des livreurs et des chauffeurs, des vendeurs et des coursiers, des services publics et des nettoyeurs, des spécialistes dans une grande variété de domaines – des médecins et des programmeurs aux ingénieurs et aux enseignants.

Ils soutiennent l’existence d’une humanité mise en quarantaine. Nous avons tellement entendu parler de la robotisation et de l’intelligence artificielle, nous avons tellement écouté les discussions à la mode sur une nouvelle ère de production post-industrielle – mais il s’est avéré que le monde reposait toujours sur l’homme au travail. Bien que cette phrase elle-même, que nous étions lassés de lire sur les affiches soviétiques, ne soit plus prononcée chez nous depuis longtemps qu’avec une ironie caustique.

Même les travailleurs migrants saisonniers, qui ont toujours été considérés comme la caste la plus basse de la classe ouvrière, se sont avérés être en fait le maillon le plus important de l’économie mondiale moderne – car ce sont eux qui font les récoltes en Europe, aux États-Unis et au Canada. Privés de cette main d’œuvre, les États du « Premier Monde » sont confrontés à la perspective réelle d’un effondrement alimentaire, qui aggraverait les interruptions de l’approvisionnement alimentaire déjà observées.

«Dès aujourd’hui, 300 000 travailleurs manquent dans l’agriculture allemande, 200 000 en France et 250 000 en Italie. S’il n’y a pas de bras – il n’y aura pas de fruits et légumes. Cependant, la récolte des premières cultures devrait être effectuée dans un mois. Sinon la récolte restera simplement dans les champs et pourrira », a écrit le Financial Times à ce sujet. «Les agriculteurs britanniques avertissent que sans travailleurs migrants d’Europe de l’Est, la récolte pourrait simplement pourrir. Les travailleurs seront amenés par avion au moins avant la fin du mois de juin », lui fait écho la BBC, et les Allemands, les Polonais et les Finlandais font venir des travailleurs d’Ukraine, de Bulgarie et de Roumanie spécialement, organisant pour eux des camps de travail fermés afin qu’ils récoltent des fraises et des asperges dans les champs. Les analystes occidentaux disent que le manque de salariés saisonniers affectera la production des légumes, fruits, viande et céréales – ainsi que le thé, le café, le sucre, le chocolat et le tabac.

La société voit l’importance des travailleurs d’aujourd’hui et le peu qu’ils reçoivent dans une société d’inégalités sociales injustement construite. La crise du coronavirus met à l’ordre du jour des changements attendus depuis longtemps. Les déséquilibres sociaux criants du monde moderne, partagé entre quelques milliardaires et des milliards de personnes dans le besoin, sont trop évidents pour être ignorés. De plus, les travailleurs sont prêts à s’unir dans la lutte pour leurs droits – comme le font actuellement les syndicats aux prises avec la géante Amazon Corporation, qui s’est fabuleusement enrichie dans le contexte de la pandémie, malgré l’infection du personnel des entrepôts logistiques géants.

Le droit à un travail bien rémunéré, le droit à des soins médicaux gratuits, le droit à une éducation accessible à tous, le droit au logement et le droit à l’assistance sociale – y compris l’option d’un revenu de base inconditionnel nécessaire dans les conditions du chômage – tout cela devient progressivement un ensemble commun d’exigences. Et elles seront exprimées le 1er mai – dans différentes langues, dans différents pays, à travers un flux d’informations en réseau qui remplacera les rassemblements de rue traditionnels.

Parce que la Journée de la solidarité internationale des travailleurs est objectivement la principale fête de l’ère du coronavirus.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments