Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le coronavirus a révélé les secrets du recrutement d’enfants russes par le Département d’État des USA

Une étrange affaire révélée par l’épidémie de l’activité d’ingérence des Etats-Unis et de leurs ambassades pour former “l’élite” dans certains pays, ici la Russie mais des faits identiques ont été révélés en Amérique latine et ailleurs (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Les enfants russes ont appris à être fidèles aux États-Unis pendant des décennies.0  15 avril 2020, 22h00
Photo: GEORGE NIKITIN / AP / TASS
Texte: Evgeny Krutikov
Version imprimable  •
Signet   •
Permalien   •
  •
Signaler un bug   •

Pendant plusieurs années, les États-Unis ont pris secrètement des dizaines d’adolescents russes – à l’insu de Moscou, en mettant en œuvre des soi-disant programmes d’échange. Aujourd’hui, pendant l’épidémie de coronavirus, les enfants qui se trouvent aux États-Unis sont pour la plupart jetés à la rue, et ce n’est que pour cette raison que l’opération spéciale secrète du Département d’État est apparue au grand jour. Comment tout cela a-t-il pu arriver?

Soixante-quatorze lycéens russes sont partis aux États-Unis l’automne dernier dans le cadre de leur programme d’études secondaires. Les enfants de différentes régions sont allé étudier dans des écoles américaines pendant plusieurs mois (peut-être un an). Les autorités russes n’en savaient rien. Maintenant, a expliqué Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, le département d’État a déclaré que le programme était restreint en raison de l’épidémie. Mais en même temps, les Américains n’ont fourni aucune information spécifique – ni les noms des élèves, ni les noms des établissements d’enseignement, ni les coordonnées des personnes responsables du séjour des enfants aux États-Unis. En d’autres termes, l’État russe ne sait rien exactement où et même quels écoliers russes particuliers se trouvent aux États-Unis aujourd’hui.

Zakharova a précisé :  «Maintenant, compte tenu de la situation aux États-Unis, ce programme est en train d’être fermé, et la partie hôte refuse de porter toute responsabilité pour les enfants. En plus de ce programme, l’ambassade de Russie reçoit des demandes directes de rapatriement de citoyens russes mineurs qui ont participé à d’autres programmes américains d’éducation ou de sensibilisation. Les organisations d’accueil ou les familles leur ont simplement déclaré: “Rentrez chez vous par vos propres moyens .” Nous parlons d’enfants mineurs. Le ministère russe des Affaires étrangères, les institutions diplomatiques russes aux États-Unis, bien sûr, font tout leur possible pour retrouver les enfants, les récupérer et les renvoyer en Russie. “

Maria Zakharova a souligné que notre ministère des Affaires étrangères n’était informé d’aucun programme impliquant l’envoi d’écoliers vers les États-Unis. Selon Zakharova, en 2014, Moscou a été forcée de refuser de participer au programme d’échanges scolaires FLEX supervisé par le Département d’État: «Cela était dû à l’incapacité des organisateurs à garantir le retour en toute sécurité des enfants russes à la maison. Nous avons dû arrêter de tels programmes, mais à Washington, ils ne se sont pas calmés et ont commencé à agir en secret. “

On est en train de clarifier les informations sur les écoliers russes et le ministère de l’Éducation. Les services ont confirmé que les programmes d’échanges scolaires avec les États-Unis étaient depuis longtemps abandonnés. Les régions «n’ont pas informé le ministère de ces voyages aux États-Unis, les informations ne provenaient pas des écoles. Qui sont ces élèves, de quelles régions, qu’il s’agisse d’initiatives privées des parents d’élèves, tout cela est en train d’être clarifié »

Pour être parfaitement clair: les «programmes d’échange» avec les États-Unis pour les écoliers et les étudiants, y compris ceux supervisés par le Département d’État américain, ont officiellement pris fin en Russie en 2014. Les organisations concernées sont des agents étrangers déclarés. En Russie, ces organisations américaines ont été enregistrées comme ONG sous les auspices du bureau de représentation des Conseils américains pour l’éducation internationale. L’ambassadeur américain à Moscou à l’époque, John Tefft, était personnellement responsable de ce travail. Après 2014, les Américains ne pouvaient pas ou n’ont pas voulu réenregistrer les ONG. L’Ambassadeur Tefft a “profondément regretté” la fermeture du programme, car “il a établi des liens profonds et solides entre nos peuples”.

A ce sujet

Le ministère des Affaires étrangères a demandé au ministère de l’Éducation des données sur les écoliers russes partis aux États-Unis.L’ambassade des États-Unis a évoqué la situation des écoliers russesMoscou a demandé au Département d’Etat des informations sur la santé des Russes dans les prisons américaines

Et maintenant, il s’est avéré soudainement que les «programmes d’échange» n’étaient pas réellement fermés, et que l’ambassade des États-Unis en Russie et le Département d’État avaient continué illégalement la sélection et l’envoi des élèves russes pour le «programme d’échange». Ils étaient emmenés aux États-Unis avec des visas privés, c’est-à-dire cachant le véritable objectif du voyage. Dans l’intelligence, cela s’appelle la «légende». Le personnel de l’ambassade, et parfois personnellement l’ancien ambassadeur Tefft, ont visité les régions de la Fédération de Russie (selon le journal VZGLYAD, par exemple, Ekaterinbourg) pour superviser cette opération illégale et secrète. En conséquence, selon diverses sources, 51 à 74 adolescents russes ont été exportés aux États-Unis.

De quoi s’agit-il? Et pourquoi le personnel de l’ambassade et le Département d’État ont-ils ratissé les régions russes à la recherche d’adolescents prometteurs?

Tout a commencé à la fin des années 80. A cette époque-là aller aux États-Unis «pour un échange» a été perçu comme quelque chose entre la manne tombée du ciel et un atout majeur dans la vie. L’attitude envers les États-Unis était très majoritairement enthousiaste, et y parvenir gratuitement en vivant dans une vraie famille américaine était considéré comme une chance incroyable. Et en effet, ce fut un succès, car les adolescents soviétiques d’alors sont tombés dans ces programmes en grande partie par hasard. Hier, vous portiez une cravate rouge, et aujourd’hui vous vivez à Chattanooga et mangez un hamburger.

En 1992, le système a été rationalisé et le programme FLEX, Future Leaders Exchange, un «échange de futurs leaders», a été créé, ce qui en soi est un nom révélateur pour comprendre ses objectifs.

Les employés de FLEX ont travaillé à Moscou et dans les capitales d’autres pays de la CEI, sélectionnant des adolescents talentueux âgés de 15 à 16,5 ans (ces limites d’âge sont strictement réglementées, les psychologues ont apparemment identifié cet âge comme le plus susceptible de former les fondements idéologiques de la pensée) et les ont envoyés pendant un an, gratuitement, aux familles spécialement sélectionnées aux États-Unis. Selon la version officielle, ils ont simplement étudié dans des écoles américaines avec leurs pairs des “familles d’accueil” et “amélioré leur anglais”. En pratique, il ne s’agit pas d’un programme de formation ou d’éducation, mais purement pédagogique.

Un an plus tard, les enfants sont retournés dans leur pays d’origine avec un lavage de cerveau complet, croyant sincèrement aux valeurs de la vie américaine, parfois même plus que les Américains eux-mêmes. Cette hystérie a également été soutenue par les parents, en particulier dans le pays profond. Au fil du temps, même le concept «d’échange» a disparu du programme. Les cas d’arrivée d’enfants américains en Russie ou dans d’autres pays de l’ex-Union soviétique étaient isolés et tendaient à zéro.

Au fil du temps, les enfants ont grandi. Et maintenant, beaucoup d’entre eux sont désormais des journalistes en vue, des professeurs d’universités prestigieuses, des employés d’organisations des droits de l’homme et de l’environnement, des sociologues, des enseignants et des «leaders de l’opinion publique».

Le nombre de ceux qui ont suivi le programme FLEX ou similaire n’est même pas important ici. Il est important que de cette manière, «une élite alternative» soit effectivement créée par les États-Unis dans d’autres pays, qui au fil du temps, de manière naturelle «générationnelle», deviennent un acteur important sur les scènes politique, éducative, culturelle et scientifique.

La Russie et les pays post-soviétiques ne sont pas le seul objet d’une telle «sélection». Il se passe quelque chose de similaire dans les Balkans, en Amérique latine.

Souvent, les diplômés de FLEX commentent avec enthousiasme leur expérience de vie et leur séjour aux États-Unis, ce qui est considéré comme très important dans le système de propagande américain. Comme un témoignage.

En voici au moins un. Selon Fedor Kabanov, étudiant de l’Ecole Supérieure d’Economie en 2014, membre du programme FLEX en 2012: « Le voyage aux États-Unis m’a beaucoup aidé à revoir mes opinions sur la vie et à détruire de nombreux stéréotypes – non seulement les miens, mais aussi les stéréotypes américains sur la Russie. Beaucoup d’entre nous sont devenus plus tolérants, ont cessé d’être biaisés envers les gens et les événements. C’est FLEX qui a formé en moi un véritable patriote de mon pays. Et je voulais glorifier la Russie et rester chez moi.

Tout a été payé par le Département d’État américain, chacun a reçu une importante subvention (environ 30 000 $ en 2012). En général, pour tout le voyage, nous n’avons payé qu’une procuration notariée. Les familles ont été sélectionnées selon nos profils par les coordinateurs des organisations d’accueil. Ils se sont tous avérés très différents, mais partout nous avons été bien traités. Les familles fournissaient trois repas par jour, et le Département d’État allouait à chacun 125 dollars par mois.

Bien sûr, nous avons été frappés par le niveau de vie élevé, car beaucoup venaient des villes de province. L’Amérique nous a donné de nombreuses opportunités: nous avons pris des photos, peint, chanté et joué dans des groupes musicaux, sculpté de l’argile, fait du sport et bien plus encore. Nous avons rencontré beaucoup de gens en Amérique et la plupart des participants au programme sont toujours amis. Nous sommes entrés dans l’une des meilleures universités russes – l’École supérieure d’économie, et maintenant nous vivons même dans une auberge de jeunesse ensemble. »

Le fait que le département d’État américain nie toujours avoir quoi que ce soit à voir avec le programme FLEX est particulièrement intéressant. Et maintenant, notez bien, il n’aurait également rien à voir avec cela. Et peu importe que la publicité du programme FLEX soit toujours affichée sur son site Web.

Depuis 1992, 22 000 adolescents russes se sont rendus aux États-Unis «pour des échanges». L’année académique 2014/15 a été la plus importante- alors 800 lycéens russes sont partis étudier aux États-Unis. Aucun d’eux n’est resté aux États-Unis, chacun est retourné en Russie. Rester aux États-Unis n’est pas une option, cela est strictement interdit par les lois américaines. Aux États-Unis, le système FLEX ne prévoit pas de bourses pour d’autres enfants. Il n’est conçu que pour rendre un produit social fini à sa patrie historique.

Mais en 2014, un adolescent russe de 16 ans a soudainement décidé de rester aux États-Unis. Un en tout et pour tout. Selon la version officielle des événements, il a été placé dans une famille de gays âgés, d’anciens militaires du Michigan. Après un peu de réflexion, il a dit qu’il est maintenant également homosexuel (dans les documents de l’ambassade, il était qualifié «sous influence»), il ne reviendra pas en Russie, car il y sera persécuté, il a demandé l’émancipation (c’est-à-dire l’octroi précoce de droits civils avant 21 ans) et un permis de séjour aux USA. Malgré le fait que toutes ses demandes soient catégoriquement contraires aux lois américaines sur la migration, le Département d’État s’est montré compréhensif et son cas a été jugé positivement. 

Cette histoire a été considérée comme une raison officielle d’interdire le programme FLEX en Russie. En fait, en 2014, il était entendu que tout cela devait être arrêté d’une manière ou d’une autre. Simultanément avec les “programmes d’échange” américains, les programmes britanniques, allemands et espagnols similaires ont été fermés. Mais en 2018, l’ambassade des États-Unis a lancé un nouveau programme –  YEAR, année d’échange en Amérique pour les Russes. Il reproduisait le programme FLEX, même s’il s’appelait différemment et était entièrement financé par l’ambassade américaine en Fédération de Russie.

Une citation d’un autre bénéficiaire enthousiaste:  «Pendant le premier mois du programme, les participants vivent dans des familles d’accueil américaines qui leur fournissent de la nourriture, fournissent le soutien nécessaire et les familiarisent également avec la culture américaine (pendant FLEX, les gars vivaient dans des familles d’accueil pendant toute la durée du programme – env. REGARDEZ). À la fin du premier mois, les participants au programme déménagent dans des dortoirs pour étudiants. Au cours de l’année scolaire, les participants étudient des matières dans leur spécialité principale, les études américaines, ainsi que plusieurs autres matières de leur choix (FLEX a permis d’étudier dans des écoles américaines, YEAR montre toute la particularité d’étudier à l’université). En plus d’étudier, ils participent à divers événements sociaux et professionnels. »

Les citoyens de la Fédération de Russie nés du 20 juin 1997 au 1er juillet 2000 (c’est-à-dire y compris les étudiants de première année), démontrant des résultats scolaires élevés et répondant aux critères de délivrance d’un visa américain, ont été autorisés à participer au programme YEAR. À la fin du programme de formation, tous ses participants doivent retourner en Russie. Ce programme a été entièrement financé par l’ambassade, c’est-à-dire le Département d’État.

Le département d’État américain affirme maintenant qu’il n’a jamais officiellement eu quoi que ce soit à voir avec les programmes d’échange. La position du Département d’État est la suivante: nous ne sommes que des intermédiaires et la formation elle-même est dispensée par des écoles privées. La tâche du Département d’État n’est que dans le choix des intermédiaires et du soutien diplomatique. Par exemple, d’où vient l’argent – peu importe. L’éducation dans les programmes privés aux États-Unis coûte aujourd’hui jusqu’à 7 000 $ pour un semestre dans une école publique pour les Russes, et sensiblement plus dans les écoles privées. Dans le cadre des programmes du Département d’État – c’est gratuit.

C’est-à-dire que l’ambassade américaine en 2018 a en fait repris les activités précédemment couvertes par la partie russe, mais sans enregistrer une nouvelle ONG. Désormais, des représentants du Département d’État (dans une interview accordée au service russe de la BBC) affirment que 51 étudiants russes se trouvent aux États-Unis, et qu’ils se sont tous envolés pour l’Amérique uniquement grâce à des programmes de financement privés.

Les activités de l’ambassade des États-Unis dans ce contexte ressemblent à une ingérence dans les affaires intérieures de la Fédération de Russie et à la conduite d’une opération secrète. Mais ils trouveront probablement un groupe de soutien sérieux parmi les mêmes anciens diplômés de programmes américains de différentes années ou de différents types de personnages qui ont étudié aux États-Unis au cours de différentes années.

Mais il y a une question sacramentelle. Comment se fait-il que pendant deux ans l’ambassade américaine ait exécuté un programme interdit en Russie selon les canons d’une opération secrète? Plusieurs dizaines de mineurs russes le quittent et personne ne le sait. Et maintenant, le ministère russe des Affaires étrangères doit les rapatrier.

Abonnez-vous à LOOK at Yandex NewsVous pouvez commenter les documents du journal VZGLYAD en vous inscrivant sur le site Web de RussiaRu.net. Lisez les politiques éditoriales pour les commentaires ici.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Il faut sans doute faire le lien avec le programme “young leader” bien connu dans tous les pays occidentaux, qui semble se présenter comme un échange égal, mais qui est clairement un moyen d’accrocher les élites à la domination US… On l’a connu à Vénissieux parceque l’opportuniste anticommuniste local qui tente de diriger un PS à droite a été … formé comme young leader…tout frais payé par les US… celui qu’une certaine presse avait présenté comme l’Obama des banlieues, et qui avait invité.. le consul US aux minguettes…