Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Confusion et vacillements en Occident

cet article pose un excellent diagnostic en ce qui concerne l’occident, l’Europe de l’ouest en lui conseillant d’arrêter de s’amarrer à des Etats-Unis à la dérive, mais si il est évident que la Russie qu’il préconise comme le nouveau leader de l’Europe a au moins une vision géopolitique plus stable, cette vision ne peut faire l’économie d’un contient eurasiatique dont il ne parle pas et qui pourtant est l’élement le plus sur de la remontée de la Russie comme pôle de reconstruction d’un monde multipolaire. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Rubrique: PolitiqueRégion: Europe

L’épidémie de coronavirus et la chute des prix du pétrole ont encore une fois mis en évidence le fait que l’Occident est au milieu d’une crise systémique, dont les effets peuvent être observés dans de nombreux domaines différents.

De nombreux analystes politiques en Occident sonnent l’alarme pour avertir les gens du chaos qui s’est répandu dans les institutions gouvernantes occidentales. Les États-Unis et la Grande-Bretagne sont souvent cités comme des exemples de cette situation qui se détériore, où «la loyauté servile est valorisée par rapport à la compétence, l’expérience et la décence». Dans un article sur ce sujet publié dans les Arabnews , la journaliste britannique Baria Alamuddin écrit que «[…] les plus anciens systèmes démocratiques du monde semblent être entrés dans une ère de sénilité, où les pratiques et les garanties établies sont ignorées ou sabotées par malveillance à la demande du pouvoir politique. et les agendas personnels. “

Cela est également facilité par la propagation de l’anarchie dans le monde, aggravée par «[…] la stérilisation du droit international et des institutions de résolution des conflits».

Dans les médias, différentes formes d’analyse aboutissent à la même conclusion, à savoir que l’Europe perd son «poids international». Pourtant, l’UE doit faire face à un nombre croissant de défis et fait face à un nombre croissant de problèmes. Ni l’Allemagne ni la France n’ont reçu d’invitation au sommet que la Russie et la Turquie ont tenu à Idlib. Les Européens ne sont pas en mesure de faire face à la menace que des djihadistes s’installent en Libye, au Sahel, au Sahara et en Afrique de l’Ouest, et de nouveaux foyers de tension surgissent en Méditerranée orientale.

Dans le même temps, il convient également de noter ce que l’analyste politique principal d’Al Jazeera, Marwan Bishara, a déclaré, qui a souligné que le résultat de la prochaine élection présidentielle américaine sera déterminé par trois facteurs: le racisme, le fanatisme religieux et les inégalités («Trump est à la tête d’une coalition de protestants blancs de droite en colère qui s’adresse aux entreprises américaines »).

L’ancien ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer a récemment noté que Trump remportant un second mandat «constituerait une menace existentielle pour l’idée même de« l’Occident ».» Fischer critique vivement les nouveaux dirigeants de l’UE pour avoir essentiellement ignoré les changements fondamentaux qui ont lieu dans le monde, qui, selon lui, «passent leur temps à se chamailler sur les subventions agricoles». Pourtant, la question clé est: «si l’OTAN pourrait survivre à un deuxième mandat de Trump».

Il convient de noter un récent rapport de perspectives publié par le Centre égyptien d’études stratégiques sur la façon dont la situation mondiale pourrait évoluer, qui a souligné que les mesures prises par le président turc et les relations d’Ankara avec Moscou «soulèvent la question de savoir si ce pays restera dans le commandement militaire de l’OTAN. “

Ces conclusions font écho aux prédictions des analystes politiques du Caire. Par exemple, le directeur du Centre Al-Ahram d’études politiques et stratégiques, le Dr Abdel Monem Said Aly, a souligné que «à bien des égards, l’Occident s’effondre en raison de différences politiques et ethniques»: l’UE est un excellent exemple.

En 1970, l’Asie (y compris le Japon) générait 19% du PIB mondial, tandis que l’Occident en détenait 56%. Aujourd’hui, la part de l’Asie dans le PIB mondial est de 43%, et l’Occident contribue à 37%.

La confusion et les hésitations qui prévalent parmi les universitaires internationaux américains sont symptomatiques de ce changement. Le dernier rapport du Département d’État (mars-avril 2020) contient diverses évaluations de l’état actuel des affaires mondiales et du rôle que les États-Unis devraient jouer. Ainsi, Stephen Wertheim soutient que les États-Unis devraient abandonner leur quête de domination mondiale. Dans un article intitulé «Le prix de la primauté: pourquoi l’Amérique ne devrait pas dominer le monde», Wertheim écrit que les ambitions mondiales de Washington menacent les valeurs américaines. L’article de Thomas Wright exprime un point de vue complètement opposé: «La folie du repli: pourquoi l’Amérique ne peut pas se retirer du monde».

L’article de Graham Allison «Les nouvelles sphères d’influence: partager le globe avec d’autres grandes puissances» soutient que les sphères d’influence mondiale doivent être redéfinies.

Le monde est confronté à de nouvelles menaces et à de nouveaux défis, et il est clair que les analystes politiques américains et européens doivent encore découvrir la formule pour faire face à ces problèmes. De plus, les actions que de nombreux pays occidentaux prennent ne font qu’exacerber ce qui est déjà une situation alarmante.

Dans ces circonstances, le monde entier se tourne vers la Russie et sa politique étrangère stable, qui vise à renforcer l’adhésion aux règles du droit international, et elle gagne un grand respect et gagne en popularité, en particulier compte tenu de l’importance que le président Vladimir Poutine a accordée à une coopération internationale étroite afin de s’attaquer sérieusement au nombre croissant de défis mondiaux.

Vladimir Mashin, Ph.D. dans l’Histoire et un commentateur politique, exclusivement pour le magazine en ligne  “New Eastern Outlook” .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

On peut douter de la perspicacité politique de Joschka Fischer le “vert” le plus belliqueux et impérialiste qui ait occupé en Europe un poste régalien

La Russie de Poutine dans les premières années était favorable a une bonne entente avec les pays de l’Europe et la Chine.
Le torpillage du Koursk a marqué un tournant, pour l’Empire, la Russie ne devait pas revenir sur la scène diplomatique. Les provocations dans le Caucase, en Ukraine et en Syrie sont autant de mâchoires de l’étau de l’Empire. Avec encore une fois l’abdication de la France et d’autres pays Européens.