Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’hégémonie financière américaine fait payer le monde pour ses pertes au COVID-19

Il est grand temps de chercher une alternative plus juste au système du dollar: les analystes

Par Wang Cong Source: Global Times Publié: 2020/3/19 23:58:41 Dernière mise à jour: 2020/3/21 0:49:010


Comme nous l’avons indiqué ici, la Chine refuse de payer pour le renflouement sans fin de l’économie nord américaine. C’est une invite à tous les pays à construire un équivalent monétaire plus juste, plus stable et plus soucieux des intérêts de chacun (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireet societe)


Photo de fichier: Xinhua
Après avoir échoué à contenir l’épidémie de coronavirus et à sauver ses marchés financiers, le gouvernement américain se prépare maintenant à des mesures drastiques, y compris un plan de relance de mille milliards de dollars, pour sauver l’économie américaine. Mais cela se fera aux dépens de la Chine et même de la communauté mondiale dans son ensemble en raison de l’hégémonie financière des États-Unis, ont déclaré jeudi des analystes chinois.

Ce n’est que le dernier exemple de la façon dont la dépendance excessive mondiale à l’égard de la monnaie américaine pose de graves risques pour le reste du monde et le besoin urgent de former une alternative plus fiable et plus juste, en particulier compte tenu des fréquents abus de pouvoir de Washington dans tout, des guerres commerciales aux géopolitiques différends, ont noté les analystes.

Le monde paie les pertes américaines 

Alors que les signes d’alerte continuent de clignoter sur le fait que l’économie américaine pourrait plonger dans une dépression, le gouvernement américain a proposé un plan de sauvetage de 1 billion de dollars, y compris des chèques directs de 1000 $ ou plus pour tous les adultes américains, 300 milliards de dollars pour les petites entreprises, 200 milliards de dollars pour la compagnie aérienne l’industrie et d’autres secteurs, selon les médias américains. 

Le plan, qui est toujours en cours de négociation au Congrès, ne fait partie que d’un programme de sauvetage plus large de plus de 2 000 milliards de dollars et plus, ce qui pourrait être sans précédent en termes de taille et de vitesse, supérieur même au plan de 800 milliards de dollars pendant la crise financière,selon un rapport du Washington Post ce jeudi 19 mars 2020..

Bien que le plan soit nécessaire pour l’économie américaine, qui, selon certaines estimations, pourrait voir une contraction de 14% au deuxième trimestre et un taux de chômage de 20%, il y a un problème, comme beaucoup l’ont noté: qui va payer la facture?

D’une manière ou d’une autre, une grande partie de la somme sera assumée par la communauté internationale, y compris la Chine, bien qu’un montant spécifique soit difficile à calculer, selon les analystes.

“L’argent que le gouvernement américain donnera à ses citoyens sera également payé par des gens du monde entier”, a déclaré Yang Delong, économiste en chef de la First Seafront Fund Management Co de Shenzhen, dans une note de recherche envoyée au Global Times le Jeudi. 

Pour renflouer son économie défaillante, les États-Unis devront imprimer beaucoup de liquidités, ce qui fera baisser la valeur du dollar, la plus grande monnaie de réserve, et cela signifie des baisses massives dans d’autres pays détenant des devises américaines, a expliqué Yang.

“Tous les pays qui détiennent des devises américaines donnent indirectement de l’argent gratuit aux citoyens américains. En d’autres termes, les États-Unis sont généreux aux dépens des autres”, a-t-il déclaré.

Le dollar américain reste la plus grande monnaie de réserve au monde, représentant 63% des réserves de change mondiales (forex), car de nombreux pays ont besoin de la monnaie américaine pour le commerce transfrontalier et les transactions sur les matières premières, selon un rapport de Ren Zeping, économiste en chef de la Jeudi, à Evergrande Group, basé à Guangzhou. Le continent chinois dispose de 3,1 billions de dollars de réserves de change et le Japon de 1,2 billion de dollars, contre seulement 44 milliards de dollars américains, selon le rapport.

“Pour le dire simplement, les États-Unis ont directement transféré les pertes provenant de l’épidémie et du marché financier au monde, la Chine en récupérant la plus grande part. C’est très irresponsable”, a déclaré Ren dans le rapport partagé avec le Global. Fois.

Pour sauver son économie, le gouvernement américain pourrait également augmenter sa dette massive d’environ 21 000 milliards de dollars, dont environ 6 000 milliards sont détenus par des pays étrangers comme le Japon et la Chine. Avec le rendement du Trésor américain, les États-Unis utilisent également essentiellement de l’argent étranger pour stimuler leur économie à un coût minimum, ont souligné les analystes. 

D’autres dommages pourraient être ressentis par d’autres pays, en particulier les marchés émergents, même après la fin de la crise, en raison de la refixation des actifs financiers et autres et de la variation des flux de capitaux due aux fluctuations de la valeur du dollar, selon les analystes. 

Photo de La Maison Blanche: XinhuaÀ la recherche d’une alternative

C’est un autre appel au réveil pour que la communauté internationale trouve une alternative plus fiable et plus équitable au système à dominante dollar et pour contrer l’hégémonie financière des États-Unis, a déclaré Cao Heping, économiste à l’Université de Pékin.

“Ce que les États-Unis font maintenant, ce sont des mesures standard en temps de crise économique et l’économie américaine est en crise, mais le problème est la dépendance excessive à l’égard du dollar américain”, a déclaré Cao au Global Times jeudi. “Nous disons cela depuis longtemps, mais cette épidémie prouve une fois de plus que nous avons besoin d’un système commercial mondial basé sur un panier de plusieurs devises plutôt que sur le seul dollar américain.”

Entre autres choses, le système centré sur le dollar a été initialement accepté par les pays du monde entier sur la base d’une économie américaine relativement saine et de la fiabilité du gouvernement américain. Cependant, les crises économiques et les abus de pouvoir fréquents du gouvernement américain ces dernières années ont soulevé de sérieuses questions sur l’économie américaine et sa crédibilité.

Sous le président Donald Trump, les États-Unis ont souvent utilisé leur hégémonie financière dans tout, de la répression contre les sociétés de technologie chinoises telles que Huawei aux gambits géopolitiques au Moyen-Orient, y compris des sanctions unilatérales contre l’Iran qui ont empêché d’autres pays d’acheter du pétrole iranien et ont mené certains en Europe pour mettre en place un système de paiement qui contourne le dollar américain. En outre, l’économie américaine s’est avérée instable dans le monde plutôt qu’agissant comme stabilisateur, ont noté les analystes.

“La seule chose inchangée est la mauvaise gestion constante de leur économie par les États-Unis”, a déclaré Cao, soulignant la crise financière mondiale de 2008, causée par des troubles aux États-Unis, et l’incapacité du gouvernement américain à stabiliser l’économie au début de cette épidémie actuelle.

Même alors que le coronavirus se répandait dans le monde, les responsables américains, y compris Trump, minimisaient les risques et vantaient les solides fondamentaux de l’économie américaine. Les États-Unis ont désormais des options très limitées pour atténuer les dommages, mais les plans drastiques qui coûtent cher aux contribuables américains et au monde entier, ont noté les analystes.

Encore plus préjudiciable est la fixation des États-Unis sur le pointage des doigts plutôt que d’aider à coordonner les efforts mondiaux. En 2008, les principales économies ont coordonné leurs plans et toutes se sont impliquées. La Chine a joué un rôle de premier plan dans la résurrection de l’économie mondiale avec un plan de relance massif qui a maintenu ses usines en activité et stimulé la demande mondiale, ont noté les analystes.

Pendant cette crise, les pays prennent tous les choses en main. Après avoir subi de vives critiques étrangères et les effets des conséquences imprévues de son plan de relance massif de 2008, la Chine a adopté une approche plus mesurée pendant cette crise avec uniquement des mesures de relance ciblées.

“Le monde n’a personne à blâmer, mais les États-Unis, en particulier [le président américain Donald Trump]”, a déclaré Cao, “après tout cela, il y aura beaucoup de discussions et j’espère que nous trouverons un nouveau système qui ne privilégira pas simplement les États-Unis, mais tous.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments