Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Il s’est immolé par le feu pour défendre … le communisme en Pologne

En mars 1981, un homme de 65 ans a tenté de s’auto-brûler dans le centre de Jasło. Sa mort devait être un symbole de soutien aux … autorités communistes de l’époque. Et si la Pologne n’était pas seulement le pays d’où est parti le séisme qui a mis fin au socialisme, mais celui qui a le plus refusé le capitalisme, comme le prouve l’obstination des Polonais à voter pour les anciens communistes convertis à la social démocratie qui ont appliqué une politique de privatisation et d’abandon des conquêtes de la Pologne populaire (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)
  • 07.07.2018, 20:28 (mise à jour 22.08.2018, 06:53)
Il a mis le feu pour défendre ... les autorités communistes

C’est l’un des épisodes les moins connus de la période communiste. La tentative d’auto-immolation en signe de protestation n’était pas inconnue dans les PRL et dans les pays du “camp socialiste”, il y en a eu plusieurs. Les plus célèbres qui ont fait l’objet de discussions approfondies ont été la mort suicidaire de l’étudiant tchèque Jan Palach ou du très réfléchi Ryszard Siwiec, qui a incendié pour protester contre l’invasion de la Tchécoslovaquie. Mais il n’y a eu qu’un seul cas où cette mesure désespérée a été prise pour défendre … le pouvoir du peuple!

Mars 1981. Le “Carnaval de solidarinosc” se déroule dans le pays. Depuis l’automne de l’année dernière, la société s’abreuve à une brise de relative liberté. Dans le même temps, il y a une épreuve de force entre “Solidarnosc” et les autorités, parmi lesquelles il y a des partisans d’une répression radicale de l’opposition. Des grèves éclatent dans de nombreuses régions de Pologne. Mars de cette année-là est particulièrement chaud. Voici le 19 mars alors que les militants de Solidarnosc sont invités à la session du Conseil national provincial à Bydgoszcz. Ils comptent exprimer leur soutien aux agriculteurs qui luttent pour le droit de s’associer dans leurs propres organisations. La direction locale du parti empêche les militants de parler, ils entament l’occupation de la salle de réunion. Il y a une intervention brutale de la police. Jan Rulewski, le chef de Solidarnosc à Bydgoszcz, est sévèrement battu. Dans le pays, ça bout. Le syndicat accuse le parti de provocation concrète. La tension sociale est à son apogée, une grève générale menace. Dans une telle situation, un certain habitant de Jasło décide d’exprimer son opinion sur la situation dans le pays d’une manière spécifique.

“Je prends sur moi le blâme”

Le 30 mars, tous les journaux nationaux ont rapporté avoir cité le message de l’agence de presse polonaise: ” Vers 15 heures, dans la rue principale 3 Maja à Jasło, en face de l’église, il a renversé de l’essence sur lui et s’est mis le feu Zdzisław Kozioł, 65 ans. Une centaine de personnes se sont rassemblées, dont certaines ont étouffé le feu. Z. Kozioł a été transporté à l’hôpital, où on lui a diagnostiqué des brûlures au deuxième degré. Une pièce d’identité ZBOWiD a été trouvée avec lui, ainsi que des copies de trois lettres: au Parti communiste de solidarité, aux prêtres et au parquet. D’une lettre à KKP “S”: Citoyen! Si vous pensez que ce qui s’est passé à Bydgoszcz est la faute du pouvoir, je prends le blâme sur moi et me punis sévèrement, mais sachez que ma mort sera un fardeau pour vous. “

L’image la plus complète de l’événement dramatique dans le rapport du journaliste est présentée par l’éditeur Andrzej Zabierowski dans “Nowin”, alors l’organe du comité provincial du PZPR. En détail, il décrit le déroulement de l’événement, parlant aux manifestants et aux témoins de l’événement, tout en rectifiant certaines inexactitudes qui se trouvent dans le message laconique du PAP.

Qui était Zdzisław Kozioł? De la presse à l’époque, en particulier “Nowin”, nous pouvons obtenir des informations sèches sur les désespérés: “Né en 1916 à Święcanany. Retraité depuis deux ans. Lors de la campagne de septembre, un soldat du 5e Régiment de fusiliers Podhale à Przemyśl. Il a participé aux combats à Busko, Stopnicv, Iłża. Prisonnier, il s’est enfui pendant le transport. Il est rentré chez lui. Il a de nouveau été arrêté lors d’une rafle à Gorlice. Condamné au travail forcé. Après la guerre, il a probablement servi dans des unités de sentinelles gardant les camps de prisonniers allemands. Il a décidé de retourner au pays, il a travaillé dans les mines de pétrole à Folusz, incl. pour le poste de commandant adjoint et commandant des pompiers internes.

De la note de “Nowiny” émerge son image de militant social actif. “A partir de 1947 membre du PPR, puis du PZPR. Il est le premier secrétaire de l’organisation du parti primaire puis départementale. Il est membre du comité du parti du parti. Au tournant des années 50 et 60, il était chef de village, puis conseiller municipal du GRN et du WRN. Depuis 1976, il est membre du ZBoWiD. En 1979, à l’occasion du 35e anniversaire de la République populaire de Pologne, il a reçu la Croix de chevalier de l’Ordre de Polonia Restituta. Il reçoit également la Médaille de la victoire et de la liberté pour la campagne de septembre. “

“Ne me sauvez pas, sauvez-les!”

Le témoin de l’événement cité par “Nowiny” raconte:  “Vers 15 heures, je suis parti du travail le long de la 3 rue Maja. Un homme marchait 15 mètres devant moi qui portait une bouteille de liquide. Quand nous sommes arrivés à l’église, il s’est arrêté et a sauté par-dessus le muret. qui sépare le trottoir de la pelouse de l’église. Il a commencé à verser de l’essence. Puis il a rejeté la bouteille. Je me suis également arrêté parce que je ne savais pas ce qu’il faisait. Il a mis une allumette enflammée sur sa veste et a immédiatement commencé à brûler. Je voulais le faire sortir, mais à ce moment-là, une voiture de tourisme Skoda s’est arrêtée à côté de lui, un homme a sauté et m’a crié d’appeler une ambulance “

L’homme torche s’écria: “Pour l’amour de ma patrie, ce que j’ai vécu, aucun de vous n’a survécu!”, “Ne me sauvez pas, sauvez-les!”. Un autre témoin a déclaré qu’un homme gisant sur le sol criait: “Je veux mourir pour ma patrie, contre Solidarnosc!” Le suicide potentiel a été transporté à l’hôpital. Les blessures n’étaient pas mortelles. Quelques heures plus tard, il témoigne alors que le procureur l’interroge:

– “Je l’ai fait parce que je ne peux pas accepter ce qui se passe dans le pays en ce moment. Chaque jour, des grèves et des grèves. Même l’appel de Jaruzelski n’a pas aidé. Et nous voyons que nous allons dans l’abîme. Je voulais dire que si je sacrifiais ma vie et me condamnais à une telle mort en brûlant .. c’était parce que . je voulais protester contre ces grèves, contre cette discorde nationale. “

 Franciszek Wojtunik, chef de l’Association des combattants pour la liberté et la démocratie à Dębowiec, à laquelle appartenait un désespéré, a décrit Kozioł comme suit:  «Un travailleur social, un patriote, un bon Polonais. D’abord et avant tout, le bien de tous a toujours été dans son cœur. La plupart des activités sociales dans sa région sont dûe à son initiative. ” Le fils de Kozioł a ajouté avec toute la fermeté que son père n’avait jamais eu de problèmes émotionnels, qu’il ne buvait pas d’alcool, les lettres qu’il avait laissées étaient les siennes.

Fleurs du général Jaruzelski

Sur la première page de “Nowin”, à côté de la partie teaser d’un compte rendu détaillé, dans le texte mis en évidence dans le cadre, nous lisons:  “Souhaits de W. Jaruzelski. Hier, Zdzisław Kozioł, qui suivait un traitement à l’hôpital du district de Jasło, a reçu la visite d’une délégation de soldats du LWP avec le chef de l’état-major de la province de Krosno, le colonel Władysław Kurzępa. Au nom du président du Conseil des ministres, le général amiia Wojciech Jaruzelski, commandant et soldats du district militaire de Varsovie, la délégation a chaleureusement souhaité au patient un traitement et un rétablissement réussis. Il a également reçu un bouquet de fleurs. “

La tentative d’auto-immolation à Jasło a été un sujet de discussion passionnée pendant un certain temps, une moquerie. Plus sérieusement discuté, par exemple, lors d’une réunion de la section de Rzeszów de l’Association des journalistes polonais, où la majorité des personnes réunies a vivement condamné un collègue de la télévision, dont le rapport sur ce sujet a été jugé trop impliqué de la part des autorités. L’atmosphère s’est un peu calmée entre-temps. Le lendemain, “News” annonçait à la une qu’il n’y aurait pas de grève générale, que les parties en conflit étaient parvenues à un accord …

Szymon Jakubowski

https://www.podkarpackahistoria.pl/wiadomosci/74,podpalil-sie-w-obronie-wladzy-komunistycznej?fbclid=IwAR22MaBmah58Z-p3PquLM866VmAUIVS1iqmvwQOju_rHOHJsSzR4UDosvC0

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments