Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Avec le virus les contradictions du capitalisme ne se contentent pas d’être dépassées, elles explosent…

Excuse-moi ami Gilbert de m’être un peu moquée de cette nouvelle figure rhétorique de la dialectique mais je trouve que sur le fond tu as parfaitement raison… Comme le disait Marx en ironisant sur une belle âme qui reprenait ces fait exacts en tentant de critiquer l’interprétation qu’il en faisait “Ainsi la noblesse de coeur de Herr Willich consiste à flairer une fausse conscience derrière un fait exact; Herr Marx sait” Oui nous savons tous ou du moins, nous devrions tous savoir comment Macron se débat dans des mesures d’un confinement généralisé, un ton gaullien pour ne pas trop contredire l’impératif capitaliste et ce qui dans sa logique l’emporte (note de Danielle Bleitrach).

Mis en ligne ce matin :https://admin.over-blog.com/946080/write/126597262

Avec le fonctionnement du capitalisme en crise les contradictions explosent, le pouvoir macronien tentant de contenir les décisions qu’il prend dans ce cadre étriqué privilégiant les profits : d’un côté l’exigence impérative d’un confinement généralisé et rigoureux accompagné de campagnes de rappels à l’ordre et de contrôle policiers en direction des citoyens, toutes choses justifiées.

d’un autre côté l’impératif capitaliste du profit pour lequel la production doit continuer à tout prix y compris dans les secteurs qui ne sont pas indispensables au fonctionnement de la société MÊME si les conditions de sécurité sanitaire ne sont pas assurées. Et c’est ce qui se passe par exemple dans le secteur du bâtiment. Car autre contradiction et incohérence du système, dans une société hautement développée les moyens d’assurer la protection y compris de ceux qui sont en première ligne de la lutte contre le virus ne sont pas au rendez-vous. Faute notamment de MASQUES adaptés dont le stockage a été sacrifié dès 2013 à la mise en œuvre des politiques d’austérité et de saccage des investissements publics de protection sociale. Et l’on voit bien où la pression du patronat, du pouvoir, des économistes système commence à s’exercer : la production doit reprendre en assumant le risque d’une extension de l’épidémie pour préserver les profits! Et pour cela ils comptent à la fois sur le chantage : “si vous êtes dans un secteur dont nous considérons qu’il doit continuer alors vous ne serez pas couverts par les mesures de chômage partiel” et sur l’agitation d’une carotte, une prime pour ceux qui consentiraient à courir le risque de perdre leur santé et celle de leurs proches. Pour le mouvement syndical, pour les travailleurs comme cela est déjà le cas dans de nombreuses entreprises, tue dans les grands médias l’action s’organise pour contraindre les directions et le pouvoir comme le dit la CGT Dassault Argenteuil, à ” faire prévaloir la vie et la santé des salariés et de leur famille”. Car sur ce terrain comme pour le reste ce n’est pas le “dialogue social ” qui permettra d’assurer la défense des salariés et du peuple. Tandis que s’exprime au grand jour le caractère inhumain et criminel du capitalisme … et de ses tenants!___________________________________________
SOURCE : Le Parisien Par Thibault Chaffotte Le 18 mars 2020 C’est l’une des multiples conséquences de la cause du coronavirus. L’usine Dassault Aviation d’Argenteuil est à l’arrêt depuis ce mercredi sur décision de la direction. « Nos activités de production seront arrêtées pendant trois jours à l’exception de ce qui relève de l’urgence opérationnelle », a écrit Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation dans une lettre adressée aux syndicats mardi.
Ce délai doit servir à la mise en place de méthodes de travail qui permettent un maintien de la production tout en limitant la propagation du virus. « Soyez assuré que votre santé est notre priorité. Il nous faut être unis sans esprit de polémique », ajoute le dirigeant. « On travaille les uns sur les autres » Si la direction de l’entreprise s’est adressée aux représentants des salariés, c’est pour mettre fin aux actions de protestation. Dès lundi, la CGT a signalé un « danger grave et imminent ». « Ça veut dire que si un salarié contracte cette maladie, il peut ensuite se retourner contre son employeur », explique Anthony De Castro, représentant de la CGT. Le syndicat estime que les conditions de sécurité pour faire face à l’épidémie ne sont pas respectées. « Aucun masque n’a été fourni aux salariés, ni gel, alors qu’on est sur des chaînes, donc on travaille les uns sur les autres », souligne Anthony De Castro. Il souligne que 6 à 7 salariés étaient malades lundi et que le lendemain, ce chiffre est monté à 13. « La direction dit les avoir renvoyés chez eux et que ce n’était pas des cas de Covid-19 mais aucun n’a été dépisté », souligne-t-il. Ne pas « ajouter une crise à la crise »
Une réunion extraordinaire du comité économique et social de l’entreprise a eu lieu mardi. La CGT y a réclamé une fermeture de l’usine pendant 15 jours, ce qui a été refusé. « Suite à la décision de la direction, on est allé dans tous les services pour interpeller les salariés et on a fait grève devant l’usine », ajoute-t-il. Il évalue à environ 300 le nombre de personnes qui a cessé le travail pendant environ trois quarts d’heure. C’est après cette action qu’Eric Trappier a envoyé cette lettre aux syndicats, dans laquelle il estime que « l’obligation de confinement n’est pas incompatible avec la poursuite d’une activité économique » et qu’il ne faut pas « ajouter une crise à la crise ». La CGT a répondu par un courrier, avançant que l’activité de l’usine – « fabriquer des avions d’affaires et militaires pour l’export » – ne fait partie des secteurs essentiels à la vie du pays. « Pour la CGT, la vie et la santé des salariés et de leurs familles n’ont pas de prix et doivent primer avant toutes considérations financières », juge le syndicat. Contactée par Le Parisien, la direction se borne à répondre : « Nous travaillons à notre organisation et ne faisons aucun commentaire à ce stade. » À BEZONS, DÉBRAYAGE A PPG Au sein de l’entreprise PPG, à Bezons, les salariés ne comprennent pas non plus que la production soit maintenue dans de telles circonstances. Cette société qui produit du mastic pour l’industrie aéronautique et automobile, a connu un arrêt de travail ce jeudi entre 7 heures et 10 heures.
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Il est nécessaire pour retarder l’épidémis d’avoir TOUS des masques comme c’est le cas en CHINE( où l’on ne matraque pas les citoyens) et de séparer les infectés de tous les autres par le test cornavirus qui peut etre pratiqué rapidement partotu, à condition comme dit le professeur RAOULT de s’organiser, de planifier comme disent les communistes. Mais ce gouvernement veut se servir de cette épidémie pour agir contre les droits et libertés du peuple et des travailleurs sur un font foncièrement antichinois, anticommuniste.La CHINE et ce qui se passe dans notre pays montre que tout cela a été préparé.… Lire la suite »

Je peux comprendre qu’il y ait des motifs de colère. Mais l’hypothèse de guerre avec arme biologique n’est pas vérifiée pour l’instant. Plus jeune j’ai servi dans la défense nucléaire, nous avions de toutes petites bombes atomiques 30 fois Hiroshima chacune. Nous savions qu’en cas de conflit un SS20 placé en RDA nous toucherais avec sa charge nucléaire en 20 minutes à coup sur. Comme disaient nos supérieurs: “nous au moins nous de souffrirons pas.” en contre partie nous étions sûrs que nos pilotes placeraient leurs bombes aussi, et ces même pilotent savaient qu’après le largage la chasse soviétique les… Lire la suite »

Sans tomber dans une théorie du complot abracadabrante et sans aller jusqu’à affirmer que les USA ont inventé le virus, on connait leur propension à l’opportunisme. Dans la vidéo suivante, https://www.youtube.com/watch?v=3J6zm6zgah0 , l’auteur, un américain vivant depuis 6 ans en Chine, décrit de façon plutôt convaincante, ligne de temps à l’appui, des évènements qui se sont déroulés l’été passé aux USA autour d’un laboratoire militaire qui a été fermé, par l’agence de contrôle US, pour cause de mauvais confinement et dans les environs duquel de nombreux cas de pneumonie très similaires à ceux du corona ont été enregistrés. L’auteur, Nathan… Lire la suite »

Il est en lien avec l’église de scientologie ?
Je préférerais pour ce genre de sujets des sources de diplomates, hauts fonctionnaires, ou militaires.
La crédibilité du personnage est en faible tout de même.

Il a apparemment été embrigadé par sa famille quand il était enfant et a plutôt payé le prix fort pour s’en sortir (parcours de petit délinquant/SF aux états-unis. Aujourd’hui c’est clairement un opposant à la scientologie. (J’ai fait quelques vérifications avant de poster sur le blog de Danielle, je ne suis pas fou ;o).
Après, les informations qu’ils donne sont à vérifier et recouper, il ne dit d’ailleurs rien d’autre.
Pour ma part, je préfèrerais une source Wikileaks…

On nous explique que la bourse dégringole avec le coronavirus. C’est vraiment à cause du coronavirus ? Eric Toussaint nous explique que les grands argentiers attendent le moment pour vendre à flot les actions et pour faire bénéfice. Avec le coronavirus, c’est le moment idéal.

Maintenant que les grands investisseurs américains sont à l’abri, Trump peut prendre des décisions qui font tout plonger, il s’en tape, les copains sont à l’abri. D’ailleurs plein de sénateurs américains ont fait des bénéfices records. Et Bernard Arnault ? Il ne sait pas se dégager à temps, les Américains ne l’ont pas informé.