Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La pandémie de coronavirus montre clairement les différences entre le capitalisme et le socialisme, par Youri Afonine

Le luxueux navire de croisière britannique Bramar a erré dans les Caraïbes pendant 10 jours après qu’il s’est avéré qu’il y avait à bord des personnes infectées par le coronavirus COVID-19. Les États de la région, l’un après l’autre, ont refusé de laisser entrer le navire dans leurs ports. Le paquebot a erré jusqu’à ce que la Grande-Bretagne se tourne vers Cuba socialiste pour obtenir de l’aide. Le vice-président du Comité central du Parti communiste Youri Afonine commente les différences de comportement des pays du socialisme et du capitalisme face à cette nouvelle menace pour l’humanité.

Service de presse du Comité central du Parti communiste.

https://kprf.ru/dep/gosduma/activities/192595.html

18-03-2020

Le fait qu’à bord du navire se trouvent des passagers infectés par la nouvelle souche de coronavirus fut découvert dans le port colombien de Carthagène. Tout d’abord, un patient a été identifié. Après que le paquebot a quitté le port, 5 autres infectés ont été découverts. Le Bramar a demandé la permission de retourner à Carthagène, mais cela a été refusé. Au cours des jours suivants, le navire s’est vu refuser l’accès aux ports de Curaçao (territoire néerlandais), de la Barbade, de la République dominicaine et des Bahamas.

Le paquebot est resté à l’ancre dans l’océan dans la région des Bahamas. Les jours passaient. Une intrigue digne d’un thriller hollywoodien: plus de 1000 personnes enfermées dans un boîtier en acier dans l’océan, qu’aucun pays ne veut accepter sur son territoire. Et à bord – des patients atteints d’une maladie mortelle. Des patients privés de l’aide de médecins spécialistes et de l’équipement nécessaire au traitement. Et il y en avait de plus en plus. Le nombre de passagers et de membres d’équipage mis en quarantaine s’approchait de 40.

Pendant tout ce temps, la diplomatie britannique tant vantée n’a pas réussi à trouver de solution. Toute proche des Bahamas – la côte sud des États-Unis, à Miami – n’est qu’à quelques heures. Mais les États-Unis n’ont pas non plus voulu du navire. Alors que la Grande-Bretagne est l’alliée la plus proche et la plus fidèle de l’Amérique dans toutes ses démarches diplomatiques et agressions militaires. Combien de bombes ont été larguées ensemble sur la Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye. Mais non, ici, Washington a préféré s’en tenir au chacun pour soi (malgré le fait que ce soit un citoyen américain qui ait été le premier à tomber malade à bord du Bramar). Le salut n’est venu que lorsque Londres s’est tournée vers La Havane pour obtenir de l’aide. Probablement, la Grande-Bretagne ne voulait vraiment pas demander l’aide de Cuba, un pays que son allié de Washington a déclaré paria et soumis à un blocus sévère depuis des décennies. Soit dit en passant, les États-Unis imposent des sanctions à tous les navires faisant escale dans les ports cubains. Mais il n’y avait pas d’autre moyen: la Grande-Bretagne a demandé et Cuba a répondu.

Aujourd’hui, le Bramar a fait escale au port cubain de Mariel. Les passagers du navire sur les réseaux sociaux remercient directement le gouvernement cubain pour son aide. Les passagers et l’équipage seront évacués du navire conformément à toutes les procédures sanitaires et épidémiologiques. Ensuite, ils seront envoyés par quatre vols vers leur pays d’origine – au Royaume-Uni. Les autorités cubaines ont déclaré que si les patients se retrouvent dans un état où le transport est dangereux, ils recevront des soins médicaux à Cuba.

Sur l’Ile de la Liberté, la situation épidémiologique est sous contrôle: seuls 7 infectés par COVID-19 ont été détectés. La plupart sont des touristes étrangers. Cela souligne une fois de plus le plus haut niveau de soins de santé cubain, qui a été reconnu à plusieurs reprises par l’ONU comme le meilleur au monde. Soit dit en passant, l’espérance de vie moyenne à Cuba est de 6 ans plus élevée qu’en Russie. Et plus élevée même que dans les riches États-Unis! Et ce malgré le fait que sur l’île, il y a longtemps que des habitudes peu saines sont répandues, comme fumer des cigares et boire du rhum.

Mais aujourd’hui, je ne veux même pas parler de l’excellente organisation des soins de santé cubains, mais de la position humaniste de Cuba socialiste face à cette nouvelle menace pour l’humanité. Cuba n’a pas seulement recueilli le malheureux Bramar. Aujourd’hui, l’Ile de la Liberté envoie dans un certain nombre de pays du monde les plus touchés par l’épidémie de coronavirus, l’interféron alpha-2B, produit par l’industrie biotechnologique de l’île (oui, le petit Cuba, sous le blocus, est l’un des leaders mondiaux dans le développement de la biotechnologie). La Chine et l’Organisation mondiale de la santé ont reconnu ce médicament comme un traitement efficace contre le coronavirus. De plus, des détachements de médecins cubains partent pour différents états de la planète. Au cours des dernières décennies, les médecins cubains ont acquis une vaste expérience dans la lutte contre les épidémies, aidant les pays d’Afrique et d’Amérique latine en cas de flambées d’infections dangereuses. On peut se rappeler comment Cuba pendant de nombreuses années a traité et guéri gratuitement les enfants qui ont souffert de la catastrophe de Tchernobyl. Et c’était dans les années 90, quand, étant resté sans liens commerciaux et économiques avec l’URSS, Cuba traversait une période difficile.

L’épidémie de coronavirus révélera beaucoup de choses. Elle montrera quelle crise l ‘«optimisation» capitaliste du système de santé a provoqué même dans les pays riches, sans parler des plus pauvres. Elle montrera à nouveau les différences fondamentales entre le socialisme et le capitalisme. Entre une société basée sur l’humanisme et une société basée sur la recherche du profit à tout prix. Il est bon pour nous de ne pas oublier ces leçons lorsque le danger s’éloignera.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Merci pour vos informations et articles qui éclairent vos lecteurs sur les réalités jamais évoquées avec justesse et vérité par les grands moyens de désinformation propriété des capitalistes anglo-saxons et occidentaux. Votre article illustre pleinement la vraie nature de ces régimes qui se proclament “démocratiques” mais qui refusent la solidarité en ces moments exceptionnels de danger mortel du virus qui fait des victimes de plus en plus nombreuses. Merci encore pour vos actions précieuses d’informations et de conscientisation. Un citoyen d’Algérie