Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Festival du film russe à Paris : “Quand les Russes vous étonnent”.

Repris de l’excellent blog de jakline Boyer Bordeaux-Moscou.

Publié le 11 mars 2020 par Boyer Jakline

Extraits de l’entretien que Karen Chakhnazarov a accordé au Courrier de Russie.

J’aime ce cinéaste très  représentatif, à mon avis, d’un état d’esprit de cette Russie  “nouvelle” et bousculée. Très attaché à l’URSS, il est aussi  soutien du président russe. Il dirige  Mosfilm.

Il est connu et très apprécié du public cinéphile-russophile français.

Karin Chakhnazarov. Photo : M24.RU

Les articles de ce journal ne sont accessibles qu’aux abonnés. 5 euro mensuels.

EXTRAITS

K. C. : Le pouvoir soviétique ne se contentait pas de financer le cinéma, il se mêlait aussi de la production artistique, par le biais des hauts fonctionnaires placés à la tête du secteur. Mais ces charges étaient confiées à des gens talentueux et compétents, dotés d’une réelle sensibilité artistique, à l’image de Filipp Ermach, qui a présidé le Comité d’État de cinématographie (Goskino) de 1972 à 1986, ou de Nikolaï Sizov, directeur des studios Mosfilm de 1971 à 1986. Sous leur houlette, on a vu éclore des génies de la comédie, comme Gueorgui Danelia et Leonid Gaïdaï, ainsi que d’immenses « tragiques », à l’image d’Andreï Tarkovski, Elem Klimov ou Larissa Chepitko. Ermach avait la mission de promouvoir le cinéma soviétique – mais sans nécessairement s’inscrire dans la ligne du Parti et, surtout, pas au détriment de la qualité des œuvres…

K C. : Je l’ai souvent dit : l’Occident est entré dans une période de crise, liée à celle du capitalisme sous sa forme actuelle. Pour moi, ce système est aujourd’hui dans une impasse, le monde est devenu extrêmement complexe, nous sommes face à des défis que le secteur privé tout-puissant se révèle incapable de relever… Rendez-vous compte : aux États-Unis, où, il y a encore dix ou quinze ans, le terme de « socialiste » équivalait à peu près à celui de « pestiféré », le candidat socialiste à la présidence, Bernie Sanders, est un des favoris de la primaire démocrate… C’est significatif !

Karen Chakhnazarov : " L'Occident entame sa perestroïka "

Karen Chakhnazarov : ” L’Occident entame sa perestroïka “

Organisée du 2 au 9 mars 2020, la sixième édition du Festival du film russe de Paris, intitulée ” Quand les Russes nous étonnent “, permet de voir ou de revoir plus de trente longs et courts …

https://www.lecourrierderussie.com/culture/2020/03/karen-chakhnazarov-loccident-entame-sa-perestroika/

Publié dans Ici Paris., la vie comme elle va.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Excellent festival et excellents films avec une audience de plus en plus grande malgré le contexte !
L’an dernier le festival était tombé en plein milieu des répressions anti gilets jaunes sur les champs Élysées.
Cette année c’est le coronavirus qui s’est invité mais les cinéphiles en ont vu passer d’autres.