Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Rapporteur spécial des Nations Unies: la police suédoise a fabriqué l’accusation pour viol de Julian Assange

Les partisans du fondateur de Wikileaks, Julian Assange
Le véritable féminisme n’est pas celui des femmes de la commission féminine du PCF qui pendant des années ont fait obstruction à toute campagne du PCF pour soutenir Assange, épaulées en cela par l’équipe de Pierre Laurent, mais il a fallu de nouvelles dirigeantes du PCF comme Fabienne Lefebvre, M.C. Burricand pour s’opposer au Conseil national à cette vision dévoyée du féminisme qui prétend agir sans preuve, sur seul déchaînement de l’opinion publique (note et traduction de Danielle Bleitrach).

© REUTERS / Charles Platiau

MOSCOU (Sputnik) – La police suédoise a fabriqué les accusations de viol contre Julian Assange, ancien directeur du portail Wikileaks, selon un entretien avec le rapporteur spécial des Nations Unies pour les cas de torture, Nils Meizer, publié par le journal numérique Republik.

La justice suédoise a poursuivi Julian Assange après une plainte pour viol traitée en 2010 par un commissaire suédois, mais selon l’enquête diligentée par Meizer, dans le témoignage de la femme qui a déposé la plainte à aucun moment, il n’y avait eu référence à un viol.

“Je parle couramment le suédois et j’ai pu lire tous les documents originaux”, dit Meizer dans l’interview, “je pouvais à peine en croire mes yeux: selon le témoignage de la femme en question, le viol n’a jamais eu lieu.” Le rapporteur va encore plus loin et dit: “Et il y a même plus : le témoignage de la femme a été modifié par la suite par la police de Stockholm sans que la femme y participe pour le faire apparaître comme un possible viol”.

“J’ai tous les documents en ma possession, e-mails, SMS”, explique le chercheur de l’ONU.

L’histoire d’un complot

Selon Meizer, la femme est entrée au poste de police le 20 août 2010 et a déclaré qu’elle avait eu une relation sexuelle consentie avec Julian Assange mais qu’elle était inquiète parce qu’ils l’avaient fait sans préservatif.

“Elle craignait d’être infectée par le VIH et voulait savoir si elle pouvait forcer Assange à se faire tester pour le VIH”, a-t-elle expliqué. La police a rédigé le rapport et informé les procureurs. Bientôt, la femme a été informée qu’Assange serait arrêté pour viol, elle “a été surprise et a refusé de poursuivre l’interrogatoire”.

“Toujours au poste de police, elle a écrit un message à un ami dans lequel elle a dit qu’elle ne voulait pas inculper Assange, que tout ce qu’elle voulait c’était qu’il soit testé pour le VIH, mais que la police était apparemment intéressée à “mettre la main sur lui ” “a-t-il dit.

Deux heures seulement se sont écoulées et le tabloïd suédois Expressen a publié que Julian Assange était soupçonné d’avoir commis deux viols: la femme, dont l’acronyme est SW, est entrée au commissariat de police accompagnée d’une autre femme (AA) qui “n’a même pas fait de déclaration au commissariat” parce que “elle accompagnait simplement SW”.

L’enquêteur de l’ONU a présenté l’échange de courriels entre SW et le superviseur de la police qui lui a posé des questions au poste de police, qui indique qu’il voulait qu’elle modifie sa déclaration, “bien que nous ne puissions pas connaître les changements qui ont été apportés car la première déclaration a été écrite directement dans un programme informatique et elle n’existe plus.” “Dans la version éditée, il est dit que les deux femmes avaient donné leur consentement à plusieurs reprises et avec un préservatif. Mais le matin, selon la déclaration corrigée, la femme se réveille parce qu’il essaie de la pénétrer sans préservatif. Elle lui demande:” Portez-vous le préservatif? ” ? Il dit: “Non” et elle lui dit: “J’espère que tu n’as pas le VIH” et le laisse continuer “, a expliqué Meizer.

Stratfor derrière la poursuite d’Assange

À la question de savoir pourquoi les autorités suédoises auraient fait une pareille chose, l’enquêteur fait valoir que le consultant américain en sécurité Stratfor – considéré par beaucoup comme la CIA de l’ombre a recommandé d’inonder Assange de “toutes sortes d’affaires criminelles pour les 25 prochaines années”. C’était à l’époque où, fin juillet, Wikileaks publiait en coopération avec plusieurs médias internationaux les “journaux de guerre de l’Afghanistan “, l’une des plus grandes fuites de l’histoire de l’armée américaine.

“Immédiatement après, les États-Unis ont exigé que leurs alliés inondent Assange d’affaires criminelles. Nous ne connaissons pas toute la correspondance, mais Stratfor, un consultant en sécurité travaillant pour le gouvernement américain, a informé les responsables américains de devoir impliquer Assange dans toutes sortes d’affaires criminelles pour les 25 prochaines années. “

Admission de culpabilité

Selon l’enquêteur, la Suède a passé près d’une décennie à “présenter intentionnellement Julian Assange au public comme un délinquant sexuel” et a abandonné l’affaire parce qu’un document a été publié dans lequel l’enquêteur de l’ONU demande officiellement à la Suède d’expliquer 50 points connexes avec les droits de l’homme pour “la façon dont ils ont traité l’affaire.” Après la demande, la justice suédoise a abandonné les charges contre Assange. “Le jour où le document a été rendu public, j’ai reçu une réponse lamentable de la Suède: ” Le gouvernement n’a pas d’autres commentaires sur cette affaire “. Selon Meizer, la réponse n’est rien d’autre qu’un “aveu de culpabilité “de la part de l’État suédois.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments