Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’Ennemi aux portes de l’histoire. Comment la mémoire historique est devenue un problème de sécurité, par Alexey Miller

Or l’essence de la politique de la mémoire est désormais comprise comme une confrontation implacable entre opposants politiques, dans laquelle l’un doit gagner et l’autre perdre. Avec cette approche, il n’y a pas de place pour le dialogue et la recherche d’interprétations communes. En fait, pas plus que la recherche de la vérité historique. L’auteur montre comment ce trafic de mémoire est passé par le recentrage exclusif sur l’histoire nationale dans lequel le soviétique, le communiste, le Russe devenait le criminel. Mais il faut encore montrer comme je le fais dans mes mémoires la contribution à cette opération parles dirigeants des partis communistes eux-mêmes dans le cadre de l’eurocommunisme. Nul mieux que moi qui suis frappée de la plus implacable censure par l’adversaire ce qui est normal mais au sein du PCF ne perçoit le sens de cet affrontement implacable entre opposants politiques et l’élargissement de leur cercle au sein de la gauche et du PCF, alors même que l’on laisse aux plus impitoyables des censeurs, voir des liquidateurs la célébration des cent ans de ce parti. Ces gens-là veulent apporter une fois de plus leur contribution à ceux qui depuis trente ans s’ingénient à inventer un communisme criminel. Il est à craindre que les militants communistes ne mesurent pas les dangers de cette ignoble opération sur leur histoire (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et societe)

La libération d’enfants prisonniers d’Auschwitz par les troupes soviétiques. 1945. Photo: TASS

La politique de mémoire est «sécurisée», c’est-à-dire qu’elle est comprise comme une sphère directement liée aux problèmes de sécurité. Auparavant, dans une conversation avec des voisins sur le passé, il a été cherché la réconciliation. Or l’essence de la politique de la mémoire est désormais comprise comme une confrontation implacable entre opposants politiques, dans laquelle l’un doit gagner et l’autre perdre. Avec cette approche, il n’y a pas de place pour le dialogue et la recherche d’interprétations communes. En fait, pas plus que la recherche de la vérité historique

Pour les Russes, la lutte pour l’histoire s’est résumée ces derniers temps à des amendements à la Constitution – le droit et le devoir de l’État de «protéger la vérité historique» est déclaré. J’ai peur de l’obtenir,avec la création de l’équivalent des Instituts de mémoire nationale de l’Europe de l’Est. Tout cela fait partie du tableau d’ensemble des efforts conjoints, les «guerres de mémoire», qui, à l’échelle européenne (et plus largement), détruisent de plus en plus l’espace pour un dialogue indispensable sur le passé en général, et surtout sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

L’ escalade la plus récente a commencé avec la résolution du Parlement européen du 18 septembre 2019 sur l’importance de préserver la mémoire historique pour l’avenir de l’Europe. Cette résolution parle des torts de différents pays dans le domaine du travail sur le passé, mais seule la Russie est nommée. C’est elle qui doit se repentir du fait que le totalitarisme soviétique, avec le totalitarisme nazi, ont lancé la Seconde Guerre mondiale, ce qui signifie qu’elle est responsable de toutes ses horreurs, y compris la Shoah. Au Parlement, plus de cinq cents députés ont voté pour elle, c’est-à-dire la grande majorité.

La première date symbolique importante de l’année anniversaire de la fin de la guerre a été le 75e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau (Auschwitz), symbole de l’Holocauste. Une déclaration conjointe de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, du président du Conseil européen Charles Michel et du président du Parlement européen David Sassoli le 23 janvier 2020, à la veille de l’anniversaire, commence par ces mots: «Il y a soixante-quinze ans, les forces alliées ont libéré le camp de concentration nazi d’Auschwitz-Birkenau (Auschwitz). Ainsi, ils ont arrêté le crime le plus terrible de l’histoire de l’Europe – l’extermination planifiée des Juifs. »

Cette déclaration n’a jamais mentionné que l’Armée rouge, qui, bien sûr, peut être considérée comme faisant partie des «forces alliées», a mis fin à ce crime le plus terrible. Et le Spiegel Magazine et l’ambassade américaine au Danemark ont ​​écrit ces jours-ci que les Américains avaient libéré Auschwitz.

Même ceux qui mentionnent l’Armée rouge dans le cadre de la libération d’Auschwitz, comme les responsables polonais ou le président ukrainien Zelensky, spéculent que cela a été fait par les soldats du 1er front ukrainien, les soldats de la division de Lviv, faisant allusion ou affirmant ouvertement qu’il s’agissait des troupes ukrainiennes. Bien qu’ils soient bien conscients que les noms des fronts et des divisions de l’Armée rouge n’ont pas été donnés à partir du lieu où ces unités étaient recrutées, mais dans les directions où l’unité progressait. La division de Lviv a été formée à Vologda par des résidents des régions d’Arkhangelsk et de Vologda. Et oui, il y avait des Ukrainiens dedans.

Ces épisodes s’alignent très logiquement sur une image dans laquelle l’Armée rouge ne peut que faire de mauvaises choses. Elle ne peut en aucun cas bien agir. Une tendance particulièrement claire dans le discours d’aujourd’hui est le principe de la nationalisation des victimes et des héros et la soviétisation (ou russification) des bourreaux. Si nous parlons de la libération d’Auschwitz, alors la nationalité des libérateurs joue soudainement un rôle (les Ukrainiens), si les péchés réels et imaginaires de l’Armée rouge ou les crimes du stalinisme, il faut que les criminels soient «soviétiques», «communistes», «russes». Le Russe en est offensé, le Russe est en colère. Mais c’est une colère nécessaire, ils ont tellement laissé faire ces dernières années. 

Mais n’est-il possible que pour les Russes d’observer avec inquiétude ce qui s’est passé au cours des 15 dernières années dans le domaine de l’utilisation politique du passé? Tous ceux qui participent à ces guerres de mémoire ne souffrent-ils pas de dommages?

À la fin des années 80 et 90, de plus en plus de pays de l’UE ont reconnu publiquement leur responsabilité dans l’Holocauste, qui occupait une place centrale et unique dans le récit historique paneuropéen. Cette approche de la mémoire présupposait la prédominance du «patriotisme critique», lorsqu’une attention particulière était accordée aux pages honteuses du passé national, ce qui rendait impossible d’avoir un récit centré uniquement sur les souffrances ou les victoires de sa propre nation. Une telle approche supposait une «étude du passé», une volonté de dialogue, dans le cadre de laquelle les contradictions sont surmontées ou atténuées, la vérité sur le passé est clarifiée.

Malheureusement, nous sommes aujourd’hui plus que jamais loin d’une “mémoire dialogique”, qui cherche à accepter mutuellement la souffrance de “l’autre”. Une culture commémorative mondiale mettant l’accent sur la politique du remords a cédé la place à de vieux modèles idéologiques, où l’objectif d’actualiser le passé dans une distribution sans ambiguïté des rôles est de savoir qui est la victime, qui est le héros, qui est le bourreau. Il s’agit d’un outil typique de construction de la politique d’identité de l’État national, qui n’est appliquée qu’au niveau paneuropéen.

Après 2004, le terme Geschichtspolitik, qui est apparu en Allemagne dans les années 80 pour dénoncer l’intervention intéressée des politiciens dans le domaine de l’histoire et de la mémoire collective, a été relancé en Pologne sous le nom de polityka historyczna et a reçu une nouvelle signification positive. Or l’essence de la politique de la mémoire était comprise comme une confrontation implacable entre opposants politiques, dans laquelle l’un devait gagner et l’autre perdre.

Avec cette approche, il n’y a pas de place pour le dialogue et la recherche d’interprétations communes. En fait, ainsi que pour la recherche de la vérité historique. Les parties à un tel conflit utilisent des contrefaçons ou choisissent dans le tableau global et complexe uniquement les faits qui leur sont bénéfiques, déclarant qu’elles sont les principales et les seules importantes.

La politique de la mémoire a été «sécurisée», c’est-à-dire qu’elle a été comprise comme une sphère directement liée aux questions de sécurité – États, nations, démocratie, UE. Auparavant, dans une conversation avec les voisins sur le passé, la réconciliation était recherchée – Allemands avec Français, Russes, Polonais, mais aussi Russes avec Polonais. Désormais, tout le monde s’attend à ce que l’agression et les efforts des uns et des autres sapent l’unité de la communauté, que ce soit la communauté nationale ou l’UE.

En fait, la façon de travailler avec la mémoire que l’Europe occidentale a eu du mal à élaborer depuis les années 1960 a déjà été remplacée par l’approche de l’Europe de l’Est, où sa propre nation est déclarée la principale victime, et toute responsabilité pour les pages sombres, y compris l’Holocauste, est transférée à d’autres. Maintenant, au centre du récit se trouve la légende de deux totalitarismes, dont découle tout le mal du XXe siècle.

Par conséquent, dans la Pologne moderne, à Jan Gross, l’auteur du livre sur Jedwabna et d’autres livres sur l’antisémitisme polonais, on veut retirer le prix de l’État, et l’historien Jan Grabowski se défend devant les tribunaux contre des accusations de surestimation du nombre de Juifs tués par les Polonais pendant l’occupation allemande. Par conséquent, en Lituanie, Ruta Vanagait, l’auteur d’un livre sur la façon dont les Lituaniens ont volé leurs voisins juifs en 1941, a été empoisonnée.

Par conséquent, des lois ont été adoptées dans tous les pays d’Europe orientale pour réglementer les déclarations sur le passé. Contrairement aux lois interdisant le déni de l’Holocauste, ces règles interdisent de «calomnier» les héros nationaux, c’est-à-dire de mentionner leur complicité dans l’Holocauste. Oui, en 1945 ou plus tard, certaines de ces personnes sont mortes en combattant contre le régime soviétique. Mais cela n’annule pas leur participation à l’Holocauste. 

Dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, l’héroïque est souvent lié au criminel, mais dans le cas des Russes, l’équilibre est désormais toujours en faveur du criminel, et dans d’autres cas, en faveur de l’héroïque. Maintenant, personne ne parle des péchés des régimes autoritaires de l’entre-deux-guerres (et en Pologne entre les deux guerres, par exemple, des étudiants juifs étaient assis dans des salles de classe dans des magasins séparés), ou que certains de ces régimes étaient les alliés d’Hitler.

Mais le nouveau maire de Budapest, la capitale de la Hongrie, qui était juste parmi les alliés d’Hitler, se prépare à ériger un monument aux femmes victimes de viol, et dit sans détour qu’il se réfère principalement aux soldats de l’Armée rouge. Mais il n’y a pas de monument aux victimes de l’armée hongroise à l’est, et il y en avait beaucoup en Hongrie. Cependant, il n’existe pas non plus de monument de ce type en Allemagne. Il n’y a aucun monument à ces trois millions et demi de prisonniers de guerre soviétiques morts en captivité nazie. Comme il n’y a pas de monument à des centaines de milliers d’ostarbeiters, «esclaves du Reich» morts pendant la guerre.

Mais il y a une discussion sur l’opportunité de mettre un monument à toutes les victimes de la guerre pour la destruction dans l’est. Les Polonais ne veulent pas que leurs victimes et les victimes de la guerre d’extermination à l’est, c’est-à-dire les citoyens de l’Union soviétique, soient commémorées par un monument. En Allemagne, beaucoup sont d’accord avec cela, bien qu’il n’y ait pas si longtemps, il y avait une indignation et des critiques justifiées selon lesquelles le gouvernement de droite de Pologne avait en fait liquidé le Musée de la Seconde Guerre mondiale à Gdansk. Le musée prêt à l’emploi, conçu comme une plate-forme représentant différents souvenirs de la Seconde Guerre mondiale de différents pays d’Europe, immédiatement après la victoire de «Droit et justice» aux élections, a été transformé en musée construit autour d’un récit purement polonais.

En 2008, Beyond Totalitarianism: Stalinism and Nazism Compared a été publié. Il a été édité par des historiens sérieux et distingués – Michael Geyer et Sheila Fitzpatrick. Dans la préface, ils ont écrit qu’il n’y avait pas d’accord entre eux sur l’opportunité d’utiliser le concept de «totalitarisme» dans la recherche historique. Et aussi – qu’il est tout à fait légitime de comparer le stalinisme et le nazisme, mais il est tout à fait incorrect de mettre un signe égal ou une identité entre eux.

Une personne qui dit de telles choses aujourd’hui ne s’appellerait-elle pas Putinversteher? Peut-être que quelqu’un a remarqué qu’en Allemagne, il est devenu plus difficile de parler du passé? Le climat de discussion sur le passé a considérablement changé: les historiens qui refusent de suivre une perspective nationaliste affirmative sont stigmatisés comme des «idiots utiles» dont les arguments sont rejetés uniquement parce qu’ils peuvent servir les intérêts de Poutine.

Pendant ce temps, il est évident pour tout le monde aujourd’hui que l’ancien récit de la Seconde Guerre mondiale a été construit sur de nombreux défauts. Bien sûr, de nombreux Polonais n’aiment pas lorsqu’on leur rappelle à quel point l’antisémitisme était répandu en Pologne entre les deux guerres et comment cela s’est reflété dans l’Holocauste et même après. Bien sûr, ils n’aimeront pas le rappel de la façon dont, sur le territoire de la Pologne en 1945, ils ont tué les soldats de l’Armée rouge rentrant chez eux après la démobilisation.

Beaucoup de Russes n’aiment pas qu’on leur dise que les soldats de l’Armée rouge n’ont pas toujours été perçus comme des libérateurs et n’ont pas toujours été des libérateurs. Bien sûr, ils n’aiment pas parler des femmes allemandes qui ont souffert de violence, et elles étaient nombreuses.

Beaucoup d’Allemands n’aiment probablement pas non plus cela, quand soudain leur mérite dans l’élaboration du passé remet en question et les accuse de sélectivité politique motivée de la mémoire. Les Américains n’apprécient pas quand ils disent qu’ils ont largué la bombe sur Hiroshima non pas pour détruire les Japonais, mais pour la tester en public et en même temps effrayer Staline.

La question de savoir pourquoi il était nécessaire de détruire Dresde et de brûler d’autres villes allemandes ainsi que la population civile est désagréable pour les Américains et les Britanniques. Il est désagréable pour les Britanniques et les Français de rappeler Munich, alors qu’en Inde Churchill n’est pas du tout connu comme un héros, mais comme le coupable de la famine catastrophique de 1943.

Il est difficile pour les Français ou les Norvégiens d’admettre qu’il y avait pour le moment plus de collaborateurs avec les nazis qu’il n’y avait de participants à la Résistance. Et ainsi de suite.

Notre mémoire de la guerre reste inévitablement incomplète et particulière. Et pas seulement sur une base nationale. Les communistes, qui ne sont aujourd’hui que des bourreaux, ont également été l’un des principaux groupes de victimes du nazisme ou ont joué un rôle important dans la Résistance. 

Dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et le traitement de la mémoire de ces événements, il y a beaucoup de choses qui n’ont pas reçu l’attention et les critiques voulues. Mais nous rapprochons-nous de la vérité pendant la guerre de mémoire moderne? À cette vérité holistique basée sur la comptabilité et ce dont nous étions fiers et dont nous devrions avoir honte? 

En temps de guerre – comme en temps de guerre, il n’y a que des amis et des ennemis, uniquement des parties au conflit, et le principe «d’une part, mais d’autre part» est rejeté. Nous ne sommes que des victimes, ce ne sont que des criminels. En entrant dans cette guerre, nous nous sommes privés de la possibilité de faire face à ces espaces de silence et de distorsion. Au lieu de cela, nous en créons de nouveaux. Personne ne pourra gagner cette guerre, mais nous y avons déjà perdu la confiance, qui s’est progressivement construite au fil des décennies, et la possibilité d’un regard autocritique sur le passé. Qui se livre à l’autocritique quand l’ennemi est à la porte!

Un article sur la croyance allemande a été publié dans Frankfurter Allgemeine

https://carnegie.ru/commentary/topic/1484

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments