Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

pauvreté

Pauvreté : la pire pandémie

Il existe tout une partie de la carte du monde dont nous ne savons rien quand il est question d’épidémies. Ce que dit ici l’Amérique latine pourrait être repris par l’Afrique. Le pire est que quand un pays tente de sortir du marasme a des résultats comme Cuba, le Venezuela ou la Bolivie, il devient l’objet des assauts impérialistes, qui installent le système décrit ici. Il ne s’agit donc pas d’une fatalité mais bien d’une guerre de nos multinationales pour dépouiller des peuples entiers du droit à des soins. Ceux qui ne comprennent pas que l’épidémie pose partout la question du collectif, de ses droits par rapport à une poignée et donc du socialisme, ne mesurent pas les enjeux. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Les inégalités et les abus de pouvoir ont condamné nos peuples à la misère. on des rapports officiels d’organisations internationales, le virus qui nous fait tant peur arrivera plus tôt que tard. Cependant, la véritable scène d’horreur ne réside pas tant dans la pandémie potentielle que dans la réalité apocalyptique de la faim, du manque et de systèmes de santé inefficaces, sans ressources, manipulés par des criminels aussi puissants que les multinationales du secteur pharmaceutique, qui trafiquent sans la moindre réparation avec leurs influences dans le seul but de tirer le meilleur parti des besoins du peuple.  2 mars 202012

Carolina Vásquez Araya
Nous sommes tellement préoccupés par la menace sanitaire du coronavirus, que nous avons oublié la véritable menace de notre environnement: une plus grande pauvreté, un accès moindre aux services de base, une violence accrue sous toutes ses formes et la plus cruelle d’entre elles en augmentation Soutenu par la malnutrition chronique pendant l’enfance. C’est le vrai problème des nations du quatrième monde, des nations caractérisées par des gouvernements corrompus et la superpuissance de leurs groupes économiques dont les élites ont subordonné les décisions politiques à leurs intérêts particuliers, saisissant les ressources et déformant les lois.

Selon des rapports officiels d’organisations internationales, le virus qui nous fait tant peur arrivera plus tôt que tard. Cependant, la véritable scène d’horreur ne réside pas tant dans la pandémie potentielle que dans la réalité apocalyptique de la faim, du manque et de systèmes de santé inefficaces, sans ressources, manipulés par des criminels aussi puissants que les multinationales du secteur pharmaceutique, qui trafiquent sans la moindre réparation avec leurs influences dans le seul but de tirer le meilleur parti des besoins du peuple. Dans cette tendance, ils font pression sur les gouvernements par le biais de pactes commerciaux intéressés, soutenus comme toujours par les institutions financières internationales et les pays les plus puissants.Les 12 pays avec la plus grande superficie au monde

Propulsé par VideooTV

NOS PAYS ONT BESOIN DE RESSOURCES POUR FAIRE FACE À UNE MENACE POUR LA SANTÉ.

Les peuples de l’hémisphère sud sont donc beaucoup plus exposés à une attaque de ce virus que ces pays prémunis de systèmes de santé publique capables de faire face avec plus de succès à une situation d’urgence comme celle que nous connaissons actuellement. Il suffit de jeter un coup d’œil et de vérifier la misère de nos hôpitaux et centres de santé urbains et ruraux, où vous n’avez même pas les ressources minimales telles que l’équipement chirurgical, les médicaments, les meubles et, souvent, même sans personnel qualifié pour y assister adéquatement situations d’urgence

La crainte généralisée – et raisonnable – de l’entrée de Covid-19 nous place dans une situation très complexe et potentiellement chaotique, car nos nations sont soumises à des décisions dictées par des intérêts sectaires et ne répondent pas aux politiques publiques élaborées à partir d’une analyse. objectif et sérieux des besoins de nos peuples. Les gouvernements du continent latino-américain, dans leur écrasante majorité, sont non seulement incapables de s’élever au-dessus des intérêts fallacieux, mais sont devenus des porte-parole dociles et des serviteurs de sociétés et d’élites économiques agissant dans le dos des citoyens et, comme conséquence évidente , la condamnant à la plus profonde et la plus injuste des misères.

Pour autant qu’il a été observé, les autorités de nos pays se sont limitées à contenir la vague informative appelant au calme et recherchant la collaboration des médias pour arrêter la panique. Cependant, il reste à voir comment ils feront pour réparer les dommages causés par des décennies de corruption et d’abandon des infrastructures de santé; pendant des siècles de violence contre les plus pauvres et pour la marginalisation à laquelle ils ont condamné les secteurs les plus vulnérables tels que les enfants, les jeunes et les femmes. Si quelque chose de positif est tiré de cette menace sanitaire, c’est sa capacité à mettre en évidence la stupidité et le manque d’humanité de ceux qui sont censés gouverner dans un cadre d’éthique et de valeurs, ainsi que le courage de ceux qui peuvent prendre la barre prêter enfin attention aux besoins de leurs peuples.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments