Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le socialisme à la chinoise présenté par un intellectuel chinois, Zhang Wenmu

En préambule à cet article très intéressant, j’ai trois choses à dire : 1) l’aspect le plus saisissant de ce socialisme à la chinoise est la manière dont coexistent le marché et les formes capitalistes, avec les formes socialistes. La récente épidémie du coronavirus, nous a montré à quel point les formes capitalistes pouvaient rapidement être mise en réserve au profit du socialisme et de ses aspects collectifs, c’est parce que comme le dit l’article le socialisme chinois marxiste léniniste, n’a jamais été abandonné y compris par Deng Xiao Ping dans ses “réformes” 2) aujourd’hui on apprend grâce à la nasa, que cet épisode a le mérite de faire disparaître la pollution sur la conurbation de Pékin. Comme quoi le socialisme de Cuba à Pékin en passant par l’URSS a toujours mieux concordé avec l’écologie. 3) je suis pour le socialisme à la française mais aussi pour ne pas l’imposer au reste de l’humanité mais la situation du pouvoir en France nous confronte à la faiblesse des organisations représentatives par rapport à la dictature du capital et donc du droit à l’insurrection prolongé par Lénine. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

La Chine développe le socialisme avec ses propres caractéristiques au milieu d’un débat théorique et idéologique sur les concepts fondamentaux du marxisme-léninisme. Le fond est l’affirmation du caractère du pouvoir politique, comme expression de l’hégémonie ouvrière sous la direction du Parti communiste. L’article ci-dessous, écrit par un auteur qui prend le marxisme-léninisme comme guide, la pensée de Mao Tsetung, la théorie de Deng Xiaoping et la pensée du leader actuel de la Chine, Xi Jinping, fait face à des thèses qui sous-tendent l’action des forces politiques hostile au socialisme. Pour le public brésilien, l’approche de Zhang Wenmu est également utile pour lutter contre la spéculation sur la «résignification du socialisme», qui est censée soutenir les dérives révisionnistes et liquidationnistes en termes d’élaboration stratégique, 

Par Zhang Wenmu (*)

Traduit du chinois en portugais par Gabriel Gonçalves Martinez (**)

Le 17 mai 2016, Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a tenu un symposium sur la philosophie et les sciences sociales à Pékin, où il a prononcé un discours important.

Pendant le symposium, le camarade Xi Jinping a déclaré:

Le marxisme a un caractère pratique distinct. Il est non seulement dédié à “expliquer le monde” scientifiquement, mais aussi à “transformer activement le monde”.

Le discours du camarade Xi Jinping a une signification profonde dans l’adoption de la position directrice de la doctrine marxiste dans le domaine de la philosophie et des sciences sociales en Chine. Dans la lutte idéologique actuelle, la présentation du camarade Xi Jinping établit une distinction claire entre la véritable doctrine marxiste et les idées qui «se déguisent en marxisme».

  1. La clé pour adhérer au marxisme est d’adhérer au léninisme

En 1845, Marx termine ses thèses sur Feuerbach . Dans ce document, qui a été classé par Engels comme “le premier document contenant le germe de la nouvelle vision du monde”, Marx a conclu que “les philosophes n’ont interprété le monde que de différentes manières, mais l’important est de le transformer”. Après la mort de Marx, cette célèbre phrase a été inscrite sur sa tombe, elle visait à expliquer aux gens que “transformer le monde” est la clé pour comprendre la théorie marxiste.

Le léninisme est le point clé qui relie le marxisme de la théorie à la transformation de la réalité , donc le léninisme est le point clé pour défendre le caractère pratique du marxisme. Le jugement scientifique sur les problèmes de notre époque est une partie importante du léninisme. Tous les grands phénomènes internationaux, tels que la lutte contre le terrorisme, le mouvement stratégique à l’est, le mouvement Occupy Wall Street, la Syrie, l’Ukraine, la crise financière, sont tous liés aux enjeux de l’ère actuelle. Si nous ne revenons pas à la théorie de l’impérialisme de Lénine, ces phénomènes internationaux et la tendance générale à rajeunir le socialisme ne peuvent être pleinement compris et bien expliqués. Même notre socialisme aux caractéristiques chinoises et sa théorie n’auraient aucune base argumentative.

Par exemple, les «quatre confiance en soi» dont nous discutons actuellement, qui sont la confiance dans la manière, la confiance théorique, la confiance institutionnelle et la confiance culturelle, sont construites sur la base de la confiance dans les «deux inévitabilités», à savoir l’inévitabilité de la destruction le capitalisme et l’inévitabilité de la victoire du communisme; sans la théorie de l’impérialisme de Lénine, les «deux inévitabilités» ne peuvent pas avoir une orientation scientifique, et notre sentiment de confiance en soi perdra référence et coordination. Le grand succès de la révolution chinoise repose avant tout sur la confiance dans le léninisme. Le «marxisme» qui ne mentionne pas le léninisme, qui ne mentionne pas les «deux inévitabilités», sera probablement aliéné dans un socialisme démocratique de type Bernstein, sans direction et objectif, étiqueté comme «le mouvement est tout».

  1. Castrer le caractère pratique du marxisme est l’essence de la social démocratie

La pratique est un mouvement de l’humanité avec une certaine direction. Le faux marxisme propagé par les socialistes démocrates se caractérise par la castration du caractère pratique du marxisme, en éliminant la lutte de classe entre la bourgeoisie et le prolétariat et la dictature du prolétariat, transformant le marxisme en un type de théorie “ universelle ” acceptée par la bourgeoisie. «Le triomphe du marxisme oblige ses ennemis à se faire passer pour des marxistes. La dialectique de l’histoire l’est aussi ». La social démocratie est un type de tendance à l’idéalise qui est promu “en se faisant passer pour du marxisme”.

En 1889, Eduard Bernstein, membre du Parti social-démocrate allemand, dans le livre Les prémisses du socialisme et les tâches de la social-démocratie a formulé pour la première fois le concept de “socialisme démocratique”. En 1951, lorsque l’Internationale Socialiste a été fondée, elle a clairement mis le “socialisme démocratique” comme programme de lutte à travers le programme Objectifs et tâches de la social-démocratie, s’opposant ouvertement au marxisme et au socialisme scientifique.

Sous prétexte de promouvoir la diversité, le socialisme démocratique cache son objectif de nier la position directrice du marxisme. En termes d’orientation idéologique, le socialisme démocratique prétend accepter à la fois l’humanisme et le marxisme. En politique, le socialisme démocratique nie les classes et la lutte des classes, préconise le multipartisme et affirme que les relations de classe dans les pays capitalistes ont fondamentalement changé. La classe ouvrière pourrait contrôler le pouvoir de l’État à travers une majorité au parlement et réaliser l’idéal d’égalité. Sur le plan économique, ils défendent la mise en place d’une «économie mixte», qui est la combinaison du système coopératif et de la propriété privée, de la planification économique et de la libre concurrence, ainsi que l’opposition à l’élimination de la propriété privée.

S’agissant du système étatique, ils nient la dictature du prolétariat, prônant la mise en place d’un système de sécurité sociale et la mise en place de l’État providence. Ils prônent la réforme du système fiscal et la redistribution des revenus et de la richesse par l’expansion des droits économiques et de la protection sociale des citoyens, réalisant ainsi l’égalité économique; ils croient que grâce aux réformes et à la révolution technologique, avec le développement des forces productives, le capitalisme se transformera automatiquement en socialisme démocratique.

Lénine a déclaré dans Les destinations historiques de la doctrine de Karl Marx :

Le libéralisme, pourri intérieurement, essaie de renaître sous la forme d’un opportunisme socialiste. Ils interprètent la période de préparation des forces pour les grandes batailles comme une renonciation à ces batailles. L’amélioration de la situation des esclaves dans la lutte contre l’esclavage salarié s’explique par eux comme une vente par des esclaves en échange de quelques centimes pour leur droit à la liberté.

Déguisé en marxisme, le socialisme démocratique ne reconnaît que les exigences d’égalité, de justice et d’humanisme de la classe ouvrière, mais ne défend pas la lutte des classes et la révolution armée du prolétariat. En conséquence, à chaque moment important de la révolution socialiste, le socialisme démocratique revendique la «non-violence», entraînant l’échec de la révolution prolétarienne, dégénérant en complices de la bourgeoisie dans la répression du prolétariat. Pour cette raison, Lénine a rompu avec la social-démocratie européenne, ainsi qu’avec le Parti social-démocrate des travailleurs de Russie, a changé son nom en Parti communiste de Russie (bolchevique) et a remporté la grande victoire de la révolution d’octobre.

Le socialisme démocratique à l’époque de Lénine était un complice des trusts impérialistes, du capital «industriel-financier», dont l’industrie est la composante principale, alors qu’aujourd’hui le socialisme démocratique, en particulier en Chine, est un complice du capital financier représenté par Wall Street. Ils attaquent non seulement le socialisme, mais aussi le capitalisme industriel et toutes les forces humaines progressistes basées sur l’économie réelle. Par conséquent, le socialisme démocratique du XXIe siècle est la forme la plus pourrie et la plus réactionnaire du faux marxisme, quelque chose de préjudiciable à la cause socialiste, qui représente le progrès humain.

Le néolibéralisme, qui a culminé dans les années 1990 et a fait sensation en Chine, est maintenant quelque peu discrédité, mais sa manière de venir en aide au capitalisme financier international ne s’est pas encore retirée de la Chine. Dans la lutte idéologique actuelle menée par le Parti communiste chinois, la tendance à s’opposer ouvertement au marxisme a considérablement diminué. Au lieu de cela, il a été remplacé par un flot de pensées socialistes démocratiques qui “se déguisent en marxisme”, de sorte que certaines personnes déclarent ouvertement que “seul le socialisme démocratique peut sauver la Chine”.

La propagation du socialisme démocratique européen prête à confusion en Chine. Sa manifestation est la suivante: il reconnaît le “marxisme” et le “socialisme”, mais ignore intentionnellement et nie le léninisme, qui est le marxisme transformé de la théorie à la pratique. Dans chaque lutte à mort entre le socialisme et le capitalisme, il prend les soi-disant «valeurs universelles» en se plaçant du côté de l’impérialisme, dans le but de désintégrer le régime socialiste.

Le 23 septembre 2014, le magazine Hongqi (Drapeau rouge) a publié un article de Wang Weiguang, président de l’Académie chinoise des sciences sociales, intitulé Rejoignez la dictature démocratique populaire. Basé sur la doctrine de la dictature du prolétariat, cet article analyse sa base théorique, le point de vue fondamental, et présente la théorie et la pratique de l’établissement de la dictature démocratique populaire en Chine. Dès sa publication, l’article a rencontré une vive opposition de la part de certains, car il atteint le cœur du socialisme démocratique. Lénine a dit que reconnaître ou ne pas reconnaître la dictature du prolétariat était la pierre de touche qui différencie le vrai du faux marxisme. Si nous n’utilisons pas le léninisme, en particulier la théorie léniniste de l’État, et utilisons plutôt la théorie du socialisme démocratique, les prochaines tâches qui attendent notre Parti ne peuvent être bien expliquées et achevées, et la réalisation des objectifs de la «Deux centenaires», qui sont sur le point de se réaliser, pourraient être vaincus.

Le marxisme-léninisme parle de luttes, sinon il devient un conte de fées politique à la Gorbatchev, pas une proposition politique. Kruschev était «l’ancêtre» des socialistes démocrates au sein du Parti communiste de l’Union soviétique. Mao Tsetung a critiqué Kruschev et a déclaré:

À mon avis, il y a deux “épées”: l’une est Lénine et l’autre, Staline. Maintenant, une de ces épées, Staline, a été abandonnée par les Russes. Quant à l’autre épée, Lénine, est-elle été abandonnée dans une certaine mesure par certains dirigeants soviétiques? Il me semble que c’est le cas dans une large mesure. La révolution d’octobre a-t-elle une validité? Pourrait-elle servir d’exemple à d’autres pays? Dans son rapport au 20e Congrès du PCUS, Kruschev a déclaré qu’il était possible de conquérir le pouvoir par des moyens parlementaires, ce qui signifie que pour d’autres pays, il n’est plus nécessaire d’apprendre de la Révolution d’octobre. Avec cette porte ouverte, le léninisme a été pratiquement abandonné.

En décembre 1959, Mao Tsetung écrivit les grandes lignes d’un discours sur la situation internationale: Kruschev était très naïf. Il ne comprenait pas le marxisme-léninisme et était facilement trompé par l’impérialisme. Il ne comprend pas que la situation en Chine a atteint un point extrême, ne l’étudie pas, croit en beaucoup de fausses informations et parle sans précaution. S’il ne se corrige pas, il sera complètement renversé dans quelques années. Kruschev a quitté le pouvoir en 1964. En mars 1965, Mao Tsetung a écrit un commentaire sur Kruschev en marge de la Critique d’une conférence divisionnaire (Conférence de 19 partis communistes convoquée par le Parti communiste de l’Union soviétique):

Tout au long de l’histoire du Mouvement communiste international, la performance de Kruschev représente un court intermède, beaucoup moins que celui des anciens révisionnistes Bernstein et Kautsky. À l’avenir, quiconque veut représenter le Kruschevisme sans Kruschev n’aura pas non plus d’avenir.

En Chine, le socialisme démocratique actuel est similaire à celui de l’Union soviétique dans sa castration du marxisme. Kissinger a affirmé une fois qu’il (Kruschev) est le prédécesseur de Gorbatchev lorsqu’il a commencé le processus de réforme; de ce point de vue, on peut dire que la chute du communisme a commencé avec Khrouchtchev. La pensée socialiste démocratique soviétique de Kruschev et Gorbatchev, qui niait Lénine et Staline, a finalement conduit à la désintégration de l’Union soviétique.

Le léninisme est la source directe du marxisme chinois et de la pensée de Mao Tsetung. Auparavant, la social-démocratie occidentale avait atteint son objectif celui de castrer l’essence du marxisme par le déni de la révolution d’octobre et du léninisme, ce qui a conduit à la désintégration de l’Union soviétique. Le socialisme démocratique en Chine cherche aujourd’hui à abandonner l’âme de la pensée Mao Tsetung en niant le léninisme, notamment en ce qui concerne la méthode d’analyse de classe et la théorie de la dictature du prolétariat. Si nous utilisons la pensée Mao Tsetung le séparant du léninisme, ainsi que si nous utilisons la «théorie de Deng Xiaoping» sans les «quatre principes fondamentaux» et de la même manière nous utilisons la «théorie marxiste» sans la dictature du prolétariat pour expliquer l’histoire de la révolution et construction socialiste en Chine, le résultat sera le début d’une catastrophe majeure pour la nation chinoise. L’expérience passée, si elle n’est pas oubliée, est un guide pour l’avenir.

  1. Seuls ceux qui reconnaissent la lutte des classes et la dictature du prolétariat sont marxistes

Tout comme la bourgeoisie a vu la nécessité de la dictature bourgeoise après des échecs répétés, le prolétariat a également vu la nécessité absolue de la dictature du prolétariat après la défaite de la Commune de Paris en 1871. Marx, sur ce sujet particulier, a déclaré:

[…] Pour moi, je n’ai pas le mérite de n’avoir découvert ni l’existence des classes dans la société moderne ni la lutte entre elles. Bien avant moi, les historiens bourgeois avaient exposé le développement historique de cette lutte de classe, et les économistes bourgeois son anatomie économique. Ce que j’ai encore fait, c’est:

  1. démontrer que l’existence des classes n’est liée qu’à certaines étapes du développement historique de la production;
  2. que la lutte des classes conduit nécessairement à la dictature du prolétariat;
  3. que cette même dictature ne constitue que la transition vers le dépassement de toutes les classes et vers une société sans classes. […]

Entre société capitaliste et société communiste, il y a une période de transformation révolutionnaire du premier au second. Il y a aussi une période de transition politique correspondant à cette période, dans laquelle l’État ne peut être que la dictature révolutionnaire du prolétariat.

Le socialisme démocratique européen n’est pas contre la théorie marxiste de la lutte des classes, mais contre la théorie marxiste de la dictature du prolétariat – en ce sens, par rapport à leurs enseignants européens, les socialistes démocrates chinois sont assez faibles. Actuellement, les sociaux-démocrates chinois reconnaissent et saluent généralement la «montée chinoise», mais ils ne l’attribuent qu’au niveau de la culture, de la science et de la technologie, ne reconnaissant pas le rôle de la dictature démocratique populaire accompagnant la montée chinoise. Par conséquent, ils ne sont pas d’accord avec les marxistes chinois en ce qui concerne la prochaine étape des réformes: ce qu’ils demandent comme prochaine étape des réformes est précisément de mettre fin à la dictature prolétarienne du peuple chinois, dont le noyau est d’éliminer ou de modifier la direction absolue du Parti à propos de l’Armée populaire. Son «marxisme» renonce donc à la dictature du prolétariat et s’éloigne secrètement du socialisme aux caractéristiques chinoises. En ce sens, il existe une ligne de démarcation entre Lénine et le socialisme démocratique de Bernstein.

Lénine a déclaré:

L’essentiel, dans la doctrine de Marx, est la lutte des classes. C’est donc dit et écrit très souvent. Mais c’est incorrect. Et cette inexactitude se traduit souvent par une fausse représentation opportuniste du marxisme, sa falsification dans un esprit acceptable pour la bourgeoisie. Car la doctrine de la lutte des classes n’a pas été créée par Marx mais par la bourgeoisie avant Marx et, d’une manière générale, elle est acceptable pour la bourgeoisie. Celui qui ne reconnaît que la lutte des classes, il n’est pas encore marxiste, il peut encore se retrouver dans les limites de la pensée bourgeoise et de la politique bourgeoise. Limiter le marxisme à la doctrine de la lutte des classes signifie tronquer le marxisme, le dénaturer, le réduire à ce qui est acceptable pour la bourgeoisie. Seul un marxiste étend la reconnaissance de la lutte des classes à la reconnaissance de la dictature du prolétariat. C’est la différence la plus profonde entre le marxiste et le petit bourgeois (et aussi le grand bourgeois) ordinaire. C’est dans cette pierre de touche que nous devons expérimenter une compréhension et une reconnaissance efficaces du marxisme. (L’État et la révolution)

La théorie de la dictature du prolétariat a été développée en théorie de la «dictature démocratique populaire» selon les conditions nationales de la Chine. Mao Tsetung a déclaré:

La dictature démocratique populaire est basée sur l’alliance de la classe ouvrière, de la paysannerie, de la petite bourgeoisie urbaine et, principalement, de l’alliance des travailleurs et des paysans, car ces deux classes constituent 80 à 90% de la population de la Chine. L’effondrement de l’impérialisme et des réactionnaires du Kuomintang est principalement dû à la force de ces deux classes. Le passage de la nouvelle démocratie au socialisme dépend principalement de l’alliance entre ces deux classes.

Mao Tsetung a insisté sur la défense de la théorie léniniste de l’État et a estimé que la dictature du prolétariat «est une très bonne chose, une arme magique qui protège le corps, une arme magique spéciale. Jusqu’au jour où l’impérialisme étranger et les classes réactionnaires locales seront complètement éliminés, cette arme magique ne pourra jamais être abandonnée. Plus les réactionnaires grondent le «gouvernement totalitaire», plus il ressemble à un trésor ».

Pour adhérer au caractère pratique du marxisme, nous devons reconnaître la théorie marxiste de la dictature du prolétariat, sinon nous traiterons le marxisme, en particulier la théorie de l’État, comme une œuvre d’art qui peut être manipulée par n’importe qui. Mais l’État n’est pas une «œuvre d’art». Sans dictature, il n’y a pas d’État, sans État, le communisme sera à jamais un arc-en-ciel dans le ciel, pas un nouveau système pour garantir la libération des travailleurs. C’est pourquoi Deng Xiaoping a déclaré: «il est juste de consolider le pouvoir populaire en utilisant la force de la dictature démocratique populaire. Il n’y a rien de mal à cela ». L’essence du problème ici est de savoir comment se concentrer sur les différences et les luttes entre les marxistes chinois et les sociaux-démocrates qui se déguisent en marxistes.

  1. Persister dans le léninisme, c’est persister dans le caractère pratique du marxisme

En tant que pays dominants, les pays européens et les États-Unis contrôlent les ressources naturelles de la planète et acquièrent des super profits grâce à l’exploitation des pays du Sud, afin qu’ils puissent combler l’écart dans le domaine de la distribution sociale, afin que leur «socialisme démocratique» puisse apparemment atténuer la lutte des classes dans les pays occidentaux. La Chine est différente de l’Europe et des États-Unis. En raison de son histoire coloniale et semi-coloniale, la Chine et tous les pays en développement ne remplissent pas ces conditions. Par conséquent, nous avons choisi le marxisme-léninisme.

Avec la victoire de la révolution chinoise et la position du marxisme en tant qu’idéologie nationale, peu de gens sont aujourd’hui ouvertement opposés au marxisme. Cependant, la vision anti-marxiste qui passe pour le marxisme provoque toujours beaucoup de confusion. Sa principale caractéristique est de reconnaître des aspects du marxisme acceptables pour la bourgeoisie, tels que la “justice”, “l’égalité” et la “démocratie”. Ils déforment consciemment et renoncent même au caractère pratique du marxisme, sans reconnaître le caractère pratique du marxisme dans la transformation du monde. Sa performance concrète est d’utiliser la méthode de vidage du léninisme et donc d’éliminer le caractère pratique du marxisme, la dictature du prolétariat, d’éliminer le caractère de classe de la démocratie prolétarienne. Ainsi, la démocratie prolétarienne se vide en quelque chose que même la bourgeoisie peut accepter. Enfin,

Le 24 mars 1960, Mao Tsetung a déclaré qu’en termes de propagande, “parler de la pensée de Mao Tsetung sans mentionner le marxisme-léninisme peut sembler élever la pensée de Mao Tsetung, mais cela réduit en fait son rôle”.

De même, parler du marxisme sans mentionner le léninisme réduit en fait le rôle du marxisme.

Dans cette grande lutte, le brillant avenir appartient au marxisme.

(*) Zhang Wenmu est directeur exécutif du World Socialism Research Center, Chinese Academy of Social Scientists, professeur au Center for Strategic Studies de l’Université d’aéronautique et d’astronomie de Pékin. Zhang Wenmu a publié une série d’articles sur la stratégie de sécurité de la Chine, se concentrant principalement sur la stratégie de sécurité nationale. Son travail comprend la stratégie de sécurité de la Chine dans le nouveau siècle et une analyse des intérêts de la sécurité nationale de la Chine dans la géopolitique contemporaine.

(**) Gabriel Gonçalves Martinez est un universitaire à l’Université normale de Pékin

Lien vers l’original chinois (反对 民主 社会主义 Chinese: http://www.cwzg.cn/theory/201911/52636.html

Publié dans Medium

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Bonne petite mise au point!
Je retiendrai à l’avenir de systématiquement parler de “dictature REVOLUTIONNAIRE du prolétariat” :o)