Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The guardian: Julian Assange est le Dreyfus de notre époque, déclare John McDonnell

Le chancelier du cabinet fantôme (celui qui s’était constitué autour de Corbyne) compare cette affaire d’extradition américaine à un procès pour trahison du XIXe siècle La tentative des États-Unis d’extrader Julian Assange représente «le cas Dreyfus de notre époque», a déclaré John McDonnell , alors que le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe. Dunja Mijatović a ajouté sa voix à l’opposition à cette décision. Des conservateurs sont prêts à joindre leurs voix aux travaillistes pour empêcher l’extradition. Le tout sur un fond de révélations sur la manière dont Trump aurait proposé sa grâce à Assange à la condition qu’il dise que les Russes n’étaient pour rien dans les fuites sur le parti démocrate (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Ben Quinn @ BenQuinn75

Le chancelier du cabinet fantôme a effectué une visite de deux heures aurprès d’ Assange dans la prison de Belmarsh à Londres jeudi et il a déclaré que la position de la Grande-Bretagne dans le monde serait gravement salie si l’extradition se poursuivait.

Mercredi, il avait été affirmé devant un tribunal de Londres que Donald Trump avait offert sa grâce à Assange s’il déclarait  que la Russie n’était pas impliquée dans la fuite de courriels du parti démocrate.

McDonnell a comparé le sort d’Assange à celui d’Alfred Dreyfus , l’officier juif de l’armée française du XIXe siècle qui a été jugé et reconnu coupable de trahison dans un climat d’antisémitisme.

“Je pense que cette affaire constitue l’un des procès politiques les plus importants de cette génération”, a déclaré le chancelière fictif. «En fait, depuis longtemps je pense que nous sommes devant l’affaire Dreyfus de notre époque, en voyant la manière dont une personne est persécutée pour des raisons politiques pour simplement exposer la vérité de ce qui s’est passé par rapport aux guerres récentes. »

Par ailleurs, le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe. Dunja Mijatović, a déclaré qu’Assange ne devrait pas être extradé en raison de l’impact potentiel sur la liberté de la presse et des préoccupations concernant «le risque réel de torture ou de traitements inhumains ou dégradants», en violation de la convention européenne des droits de l’homme.

Autoriser l’extradition aurait «un effet dissuasif sur la liberté des médias et pourrait finalement entraver la presse dans l’accomplissement de sa tâche de pourvoyeur d’informations et de surveillance publique dans les sociétés démocratiques», a-t-il déclaré.

«L’acte d’accusation soulève d’importantes questions sur la protection de ceux qui publient des informations classifiées dans l’intérêt public, y compris ceux qui dénoncent des violations des droits de l’homme. La nature large et vague des allégations contre Julian Assange et des infractions énumérées dans l’acte d’accusation est troublante, car nombre d’entre elles concernent des activités au cœur du journalisme d’investigation en Europe et au-delà. »

La révélation extraordinaire concernant la prétendue offre de grâce de Trump a été faite lors d’une audience devant le tribunal d’instance de Westminster mercredi avant l’ouverture la semaine prochaine de l’affaire judiciaire d’Assange pour bloquer les tentatives d’extradition. Assange fait face à des accusations aux États-Unis pour avoir publié des documents piratés.

Un ancien membre du Congrès républicain nommé par l’équipe juridique d’Assange comme témoin clé a nié la demande de grâce.

Les avocats d’Assange ont allégué que lors d’une visite à Londres en août 2017, le membre du Congrès Dana Rohrabacher a déclaré à Assange que «sur les instructions du président, il offrait une grâce ou une autre solution si M. Assange… déclarait que la Russie n’avait rien à voir avec le DNC [Democratic Comité national] fuit. »

Rohrabacher a nié cette affirmation, en affirmant qu’il avait fait la proposition de sa propre initiative et que la Maison Blanche ne l’avait pas approuvée.

McDonnell a déclaré que lui et Assange avaient discuté de la question de la grâce possible mais n’étaient pas entrés dans les détails.

«Nous espérons que devant la cour, il sera en mesure de rejeter la demande d’extradition. Nous ne pensons pas que l’extradition devrait être utilisée à des fins politiques, et toutes les preuves – même les récentes révélations concernant l’engagement de Trump – démontrent qu’il s’agit d’un procès politique et nous espérons que les tribunaux le verront de cette façon. » a -t-il dit.

«Si cette extradition a lieu, elle salira la position démocratique de notre propre pays ainsi que de l’Amérique. Dans ce pays, nous avons une longue tradition de défense des lanceurs d’alerte, des journalistes… si cette extradition a lieu, je pense que cela nuira à notre réputation. »

La comparaison entre Assange et Dreyfus a suscité des critiques, y compris de la part du Community Security Trust (CST), un organisme de bienfaisance travaillant contre l’antisémitisme et le racisme dans la société britannique, qui a tweeté : “Fausse équivalence honteuse à l’un des moments clés de l’apprentissage de l’histoire juive moderne.”

Une manifestation de soutien à Assange doit avoir lieu samedi sur la place du Parlement et sera abordée par des personnalités politiques et d’autres tels que le producteur de musique Brian Eno. McDonnell a déclaré que lui et d’autres appelaient les gens à manifester pacifiquement.

Il a fait allusion à des tentatives de construire une alliance multipartite pour lutter contre toute extradition, ajoutant qu’il y avait des députés conservateurs qui, selon lui, pouvaient les rejoindre. Il pensait également qu’il y avait «de profonds doutes» au sein du gouvernement, à partir des commentaires de Boris Johnson à Jeremy Corbyn sur la nature déséquilibrée du traité d’extradition entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

«Le problème que nous avons maintenant, c’est que lorsque les audiences commenceront, ces questions seront préjudiciables et il sera difficile de la soulever à la Chambre des communes, mais nous chercherons à voir comment nous pouvons les soulever le plus possible, de Bien sûr, dans le respect des règles parlementaires, mais aussi pour obtenir un soutien multipartite, et comme vous le savez des gens comme [le député conservateur] David Davis ont exprimé leurs préoccupations, il en va de même pour tous les partis à la Chambre des communes », a déclaré McDonnell.

«J’espère que la combinaison du soutien multipartite, de ce qui s’est passé dans les médias, des dénonciations qui ont eu lieu ces dernières semaines, garantira que nous aurons un climat d’opinion dans ce pays qui empêchera cette extradition.»

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments