Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Réponse à Chouard : le positionnement de “l’intellectuel indépendant” n’est pas le même quand c’est le PCF ou quand c’est le FN qui sont à 20%

Voici ce que j’écrivais en janvier 2012, à Etienne Chouard, qui tentait alors de me convaincre que son flirt avec l’extrême-droite était simplement la position de l’intellectuel accordant à chacun le doit à la parole et lui les écoutant depuis Sirius, un lieu du firmament où il conserve les mains propres. Je n’ai pas changé d’un iota dans la réponse que je lui faisais alors sur le peu de crédibilité que j’accordais à ce positionnement de l’intellectuel et sur ce qui m’a toujours conduit, en dépit de tout à avoir une fidélité au PCF: “ëtre communiste c’est être dans l’Histoire et pas dans les petites histoires”, comme me le dictait Aragon pour la une de l’huma du lendemain, lors du banquet du 75 ème anniversaire du PCF. Je n’ai pas changé une virgule au texte initial de cette réponse à Etienne Chouard . Danielle Bleitrach.

Loin de moi l’idée de te confondre avec des gens malintentionnés et je voudrais pouvoir te répondre plus longuement que ce que je vais le faire ici. En effet en ce début d’année je suis littéralement débordée en particulier par ce que je voudrais apporter à des jeunes amis qui me font confiance dans la poursuite de leurs études et d’autres dans un film que nous envisageons ensemble mais. je n’ai fait que survoler les différents textes que tu as envoyés. Le premier sentiment qu’ils m’ont inspiré est celui de notre différence en matière de liberté de l’intellectuel.  Malheureusement je crains que par défaut de formation en économie et par amour de la notoriété, privé comme beaucoup d’entre nous d’un entourage militant collectif et responsable tu te sois fait au meilleur des cas piéger par l’extrême-droite et tu as semble-t-il -je pense à ton corps défendant- joué un rôle de passerelle active. par parenthèse je voudrais savoir qui t’assure tes vidéos et leur diffusion.

Le véritable débat ne consiste pas à écouter n’importe qui et n’importe quoi mais bien de se donner une perspective, un but et de le faire comme le dit la bonne dialectique à travers une médiation concrète et dans ce cas aussi il n’y a médiation concrète que s’il y a action collective. Il ne s’agit pas de ce narcissisme de l’intellectuel qui se prend pour un maître alors que son audience dépend souvent de sa superficialité et de sa méconnaissance des problèmes qui n’a d’équivalent que celle de son auditoire. le vrai problème n’est pas tien, il est celui de la fin du PCF et de ce qu’il a pu représenter y compris pour des gens qui n’étaient pas adhérents mais qu’il incitait à raison garder par exemple à ne pas se prendre pour la mouche du coche dans le NON à la Constitution. Et enfin si Beitoun suit la piste de la loi de 1973, il en est d’autre en particulier sur l’altermondialisme qui témoignent des mêmes étranges rencontre, cette fois c’est la lutte pour la paix et contre l’OTAN qui va avoir les mêmes passerelles avec les mêmes protagonistes, voir le combat pour la Palestine et même l’Amérique latine. Si tu reprends le texte publié ici par ailleurs sur la fameuse soirée à Aix où j’ai failli être piégée par egalité et reconciliation, tu verras que les dirigeants provençaux de cette organisation m’accusent d’avoir voulu faire adhérer au PCF les sympathisants de cette organisation qui ne se sentaient pas racistes, antisémites, d’extrême-droite mais simplement patriotes. Voici des années que je suis censurée, interdite, humiliée, frappée même par les gens de ce parti mais je continue à penser que la France et les intellectuels ont un besoin urgent autant que les classes populaires de ce parti.

Beïton montre d’ailleurs à quel point le candidat Melenchon issu de cette même opération du Non à la Constitution et des illusions groupusculaires tombe lui aussi dans le même piège ce qui va entraîner des amalgames parfaitement injustifiés entre lui et Marine Le Pen, mais qui reposent sur le caractère surperficiel de son anticapitalisme,  sa volonté de flatter un auditoire en rendant simple des choses complexes tout en ne touchant pas à l’essentiel. Nul ne peut voir en Melenchon quelqu’un d’extrême-droite mais vouloir aboyer sans toucher à rien tout en chrchant l’adhésion facile (devenue électorale et plus militante avec sa formation) peut donner le change. A ce titre l’hypothèse d’Alain Beitoun (ci-dessous) de groupes marginaux utilisant les arguments de l’extrême-droite ne me parait pas suffisante, il faut encore comprendre ce qui par exemple dans la bataille pour le NON à la Constitution a fait proliférer cette vision marginale et a permis cette infiltration comme d’ailleurs la destruction de fait du PCF. cela permet de dépasser l’idée d’un complot “loi de 1973” aussi bien que de l’obsession de chercher dans les seuls individus, y compris toi, les responsables de la confusion de plus en plus grande entre extrême-gauche et extrême-droite. Un Front national proche de 20% c’est une situation différente pour tous du temps où le PCF était lui aussi à 20%. Ne serait-ce que parce que l’intellectuel aspire toujours à la notoriété et est sensible à qui la lui assure. Et il ne s’agit pas de simple vanité, par exemple tu as une idée à laquelle tu tiens, la désignation par tirage au sort des élus. je suis totalement incapable d’avoir une opinion là-dessus, mais ce que je sais est la manière dont on peut utiliser ce qui est souvent chez les intellectuels ine obsession, on la flatte, on lui donne un public edt en attendant on le “mouille” sur d’autres thèmes plus “politiques”, plus sensibles…

Mais si tu le permets je vais reprendre le texte de Beitoun, l’intégral dans lequel il faut justement allusion à la manière dont un thème fomenté par l’extrême-droite va être repris par la gauche à laquelle tu prétends appartenir “sans appartenance”. Voici donc un extrait de Beïton qui te concerne directement à partir d’une analyse de l’extrême-droite et de cette loi.

Un thème qui vient de l’extrême-droite

La dénonciation de la “loi de 1973” trouve induscutablement son origine à l’extrême-droite. De ce côté-là les choses sont claires: on parle de “loi Pompidou-Rothschild-Giscard” en insistant lourdement sur les fonctions de Pompidou au sein de la banque Rothschild. On a là les éléments classiques d’un discours d’extrême droite contre l’oligarchie financière, la banque (juive bien sûr), d’un anticapitalisme de façade auquel on oppose les intérêts supérieurs de la Nation. Sur certains sites d’extrême-droite on dénonce la “trahison” de la France par Pompidou et Giscard, on affirme que les français ont été vendus. Par exemple sur le site alterinfo on peut lire:”Ce qui signifie que l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’Etat, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts; alors qu’avant cette loi, quand l’Etat empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt.

Autrement dit: auparavant, l’Etat français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées, qui en profitent pour s’enrichir aux dépends de l’Etat en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin.

Cette décision correspond à une privatisation de l’argent et ramène la nation au même rang que n’importe lequel de ses citoyens”(1)

Une autre formulation tirée de ce même site: “Georges Pompidou a été le directeur général de la banque Rothschild; il en était le valet, il n’est par conséquent pas étonnant qu’il aut fait cette loi du 3 janvier 1973 qui interdit à l’Etat français de battre monnaie et qui a endetté la France d’une façon structurelle et incommensurbale après de banques privées comme la banque Tothschild. C’est pourquoi, cette loi, je propose de l’appeler désormais la loi Rothschild“(2)

Activiste d’extrême-droite bien connu, Alain Soral, participe aussi à la campagne contre la loi de 1973. Par exemple sur cette vidéo où il se trouve à la tribune aux côtés de Dieudonné (3). Dans cette intervention, Soral fait explicitement référence au film “L’argent dette” de paul Grignon sorti en France il y a quelques années et dont les relents antisémites avaient été dénoncés en même temps que l’inconsistance de l’analyse économique(4). Il évoque aussi les thèses d’Eustace Mullins, un militant de l’extrême-droite américaine, qui “révèle” que la Réserve Fédérale a été créée à la suite d’un complot de banquiers impulsés par… James de Rothschild (5).

Marine Le pen n’est pas en reste (6). Elle dénonce la “loi mortifère” de 1973 face à un journaliste qui ne formule pas la moindre objection. Pour Marine Le Pen, il faut restaurer le pouvoir monétaire de la France et donc sortir de l’Euro. De ce point de vue, elle est dans la droite ligne de son père qui dénonce la loi de 1973 qui a “retiré à la Banque de France le monopole de l’émission de la monnaie” (6) J.M.Le Pen propose de “monétariser la monnaie française” (comprenne qui pourra!). Le père comme la fille dénoncent les intérêts versés aux banquiers du fait de la loi Pompidou-Rothschild( les banquiers”se gavent” dit marine Le pen) qui seraient la source unique de la montée de l’endettement.

D’autres souverainistes de droite se retrouvent dans cette dénonciation de la loi de 1973, c’est le cas notamment de Nicolas Dupont-Aignan.

Si l’obsession de la droite extrême pour la loi de 1973 a une logique (elle lui permet de faire le lien avec “Rothshild”), la position d’une partie de la gauche est beaucoup plus difficile à comprendre.

La “loi de 1973” vue de gauche

L’hypothèse que l’on peut formuler ici est la suivante: dans un premier temps, un certain nombre d’individus et de groupes, assez marginaux, ont réutilisé des arguments développés par l’extrême-droite à propos de la loi de 1973. Ils ont éliminé la dimension antisémite, mais conservé l’argument de la “privatisation” de la monnaie et l’argument du recours coûteux aux marchés financiers au détriment d’un financement gratuit ou quasi gratuit auprès de la Banque de France. Ces arguments “de bon sens” ont manifestement emporté l’adhésion de militants de gauche, ignorant leur origine et qui les ont ensuite répercutés dans des réunions et sur des sites internet, dans des listes de diffusion, dans des commentaires de vidéo ou d’article en ligne etc.. Le succès de cette “argumentation” repose sur sa simplicité. Dépourvus de formation économique face à un univers très complexe (subprimes, CDS, spread de crédit, opération twist de la Réserve Fédérale américain, etc…) beaucoup ont été sensibles à un discours facile à comprendre: la dette n’existe que parce que les banquiers (avides de gains forcément) imposé grâce à un gouvernement à leur solde, un financement sur les marchés plutôt qu’un financement auprès de la Banque de France. Chacun peut broder sur ce thèmes à sa guise: certains développeront plutôt l’aspect “complot” et la dénonciation de l’oligarchie, d’autres encore dénonceront la financiarisation de l’économie, etc. Face au succès populaire de cette argumentation, les responsables syndicaux, politiques et associatifs semblent avoir progressivement cédé et un certain nombre d’entre eux se sont ralliés à la dénonciation de la “loi de 1973” dans la mesure où il s’agit d’un argument qui “passe” bien devant des auditoires divers, indignés de la situation économique et sociale actuelle (7).

Après son départ d’ATTAC (8) dont il était le président, Jacques Nikonoff a créé le M’PEP (Mouvement Politique d’Education Populaire) en 2008. Les militants de ce mouvement ont semble-t-il joué un rôle essentiel dans la dénonciation de la loi de 1973: “Le M’PEP propose de revenir à la monnaie nationale sans attendre l’autorisation de l’Union européenne de rendre à la Banque de france le droit de prêter de l’argent au pays en abolissant la loi de 1973“(9).

Etienne Chouard, devenu un blogueur célèbre à l’occasion de la compagne contre le Traité constitutionnel européen en 2005 a aussi joué un rôle important dans la popularisation de la dénonciation de la “loi de 1973″(10). D’une part il dispose d’une infrastructure efficace pour diffuser sur internet les vidéos dont il est la vedette, d’autre part il est invité par diverses organisations(par ATTAC à Metz (11), par “les amis du Monde Diplomatiques” à Montpellier(12)). Chouard est donc légitimé sur sa gauche. Cela ne l’empêche pas d’assurer la promotion du livre de Mullins (13) et de renvoyer en des termes élogieux à,un entretien de Thierry Meyssan (14).

Je reprends pas la suite mais vous la retrouverez sur l’article complet de Beiton et vous verrez comment la diffusion passe dans des partis de gauche. Et enfin la manière trés argumentée (c’est là l’essentiel) dont Alain beiton montre comment ce thème de “la loi de 1973” masquent de vrais questions sur lesquelles devrait s’engager le débat citoyen.

https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1fniGjx3a9VgtASEr9e0peOryHmgwBK9WZ0wCktKR8UH6cHYQpoLNrRd9srIO

Notes

(1) http://www.alterinfo.net/La-loi-Rotschild-cause-de-l’endettement-de-la-France a50918.html

(2) http://www.alterinfo.net/La-Loi-Rotschild-cause-de-l’endettement-de-la-France a50918htlm

(3) http://www.dailymotion.com/video/xllb13alain-soral-sur-la-loi-giscard-pompidou-de-1973news

(4) lors de la sortie en video et sur internet de “l’argent dette”, la même ambiguité s’était manifestée. le film se trouvait sur le site de la Fédération du Nord du Front National et il était en même temps utilisé par certains comités locaux d’ATTAC comme instrument de “formation” sur les questions monétaires. Fort heureusement à l’époque, une vigoureuse réction de la direction d’ATTAC (J.M.Harribey et D.Plihon) avait fait les mises au point nécessaires. Tien de semblable jusqu’ici à propos de la “loi de 1973”. bien mieux, un économiste classé trés à gauche, J.Gadrey, n’hésite pas sur son blog d’Alternatives économiques à parler lui aussi de la “décision Pompidou-Giscard-Rothschild” (dans le cadre des réponses aux commentaires suscités par l’un de ses billets http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2011/11/12/la-crise-de-la-dette-piblique-et-ses-solutions-resumees-en-une-page-serree/#more-228 ).

(5) Le livre de Mullins a été recemment traduit en français et publié à l’initiative de militants du courant “identitaire” de l’extrême-droite.

(6) http://www.dailymotion.com/video/xf6i2d_marine-le-pen-denonce-la-loi-pompid-news et aussi ici http://www.dailymotion.com/video/xf7hle_marine-le-pen-denonce-la-loi-pompid_news?raig=meta2.only#from=playrelon où les journalistes ne se montrent pas beaucoup plus dynamiques pour corriger les erreurs de la candidate du Front national.

(7) les économistes font de la résistance. Sur Agoravox, un militant du combat contre la loi de 1973 raconte ul a interpellé Dominique Pilhon et Henri Sterdyniak. La réaction de Pilhon est prudente, celle de Sterdyniak a le mérite d’être claire et offensive. http://www.agoravox.fr/spip.php?page=forum&id_article=103444&id.forum=315106

(8) A la suite d’une tentative de fraude dans le déroulement des élections internes.

(9) http://www.m-pep.org/OMG/pdf/DemondialisationsTracts.pdf

(10 http://www.dailymotion.com/video/xk6d48_etienne-chouard-loi-pompidou-1973_webcam

Chouard a aussi préfacé le livre de A-J-Holbecq et Ph.Derudder, La dette une affaire rentable, Editions yves Michel, Holbecq s’exprime beaucoup sur divers blogs, il est aussi intervenu à l’occasion d’une université d’été du M’PEP. Outre son activité dans ce dimaone, Holbecq est aussi un spécialiste des extraterrestres et le créateur du site consacré aux “Ummites” (http://www.ummo-sciences.org/) Jean gadrey lui a offert une tribune sur son blog d’Alternatives économiques: http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2010/11/28/un-billet-important-de-andre-jacques-holbecq-sur-la-dette-publique/

(11)http://www.daulymotion.com/video/xmfk3h_3-6chouard-metz-oct2011-une dictature-des-marchés-financiers-sabordage-monetaire_news

(12)  http://www.dailymotion.com/video/xbinc_etienne-chouard-conference-a-montpellier-22-septembre-2011-3-4_news

(13) Lequel dénonce aussi les Rothschild pour avoir financé la Révolution d’octobre.

(14) http://www.conspiracywarch.info/Le-blogueur-Etienne-Chouard-adoube-Thierry-Meyssan_a54.html

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Ca a un sens de citer la loi de 1973, car c’est à peu près à cette époque que le capitalisme a changé de braquet C’est le début de la mise en application du néolibéralisme, qui représente si j’ai bien compris une nouvelle phase de l’accumulation capitalisme, et en même temps une remise au pas de la classe ouvrière qui était devenue trop revendicative et indisciplinée: fin de la convertibilité du dollar, expérience Pinochet au Chili, début de la “mondialisation”… Un livre très éclairant sur le sujet: “La société ingouvernable”, de Grégoire Chamayou Un petit avant goût (trouvé au hasard):… Lire la suite »

Article très instructif, surtout datant de 2012, l’analyse est intéressante avec ce recul…
Que l’extrême droite se soit emparée de la critique de cette loi de 1973, ne doit pas nous interdire, nous de gauche, que celle-ci est néfaste pour le pays, et accablante pour un Etat qui se voudrait souverain pour avoir une politique économique, en phase avec la démocratie et donc l’intérêt général du pays…
La position du FN a d’ailleurs changé depuis sur l’Euro…
Dénoncer cette loi, bien-sûr en rejetant l’antisémitisme que certains y mettent, me paraît salutaire, et pour la Gauche, indispensable.