Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les USA et les guerres picrocholines…

Les USA et les guerres picrocholine au Moyen Orient (1) par Danielle Bleitrach

USA : Erdogan peut aller se faire voir, nous gouvernons le monde avec un seul tweet de Trump

Les États-Unis n’interviendront pas dans la situation de conflit terrioriaux de la province syrienne d’Idlib, a déclaré l’assistant du président des États-Unis pour la sécurité nationale, Robert O’Brien.

L’assistant du président des États-Unis a expliqué que la compréhension par le gouvernement américain du principe de «parvenir à la paix à partir d’une position de force» est différente de l’interprétation des administrations précédentes. Selon lui, l’année dernière, il y avait un risque sérieux d’aggravation de la situation à Idlib, et le président américain Donald Trump avait pu contenir la crise avec l’un de ses tweets.

«Nous les avons achetés toute une année avec un seul tweet. C’est assez impressionnant », a déclaré le conseiller de Trump.

Pourtant le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait annoncé une réponse coordonnée entre les États – Unis et la Turquie en réponse au bombardement de l’armée turque par l’armée syrienne à Idlib.

Lundi, les forces armées turques ont annoncé la destruction de plus de 100 soldats syriens. Mardi, la Turquie a annoncé la mort de 51 autres soldats syriens. Après cela, le commandement de l’armée syrienne a promis de donner une réponse décente à l’attaque turque.

Mercredi Erdogan en avait appelé à l’OTAN contre le gouvernement syrien qui menaçait de se venger.

Le gouvernement russe s’est dit “préoccupé” mais a laissé entendre en coulisse que c’était du bluff parce que les faits étant têtus, les Turcs étaient bel et bien entrés dans un pays étrangers sans y être invités. Les Etats-Unis qui continuaient à pomper le pétrole syrien sans la moindre contrepartie ne léveraient pas le petit doigt pour défendre un de leurs alliés.

On ne peut pas dire que les USA et leur dirigeant qui croient gouverner le monde soient autre chose que ce qu’ils paraissent, des truands sans principes, occupés à piller et à trahir leur parole, Erdogan le sait et d’autres l’ont appris à leurs dépends. Ce genre de suzerain engendre des vassaux occupés à des guerres piccrocoliennes comme dirait Rabelais.

Danielle bleitrach

(1) guerre opposant Picrochole à Grandgousier et à Gargantua dans Gargantua, roman de Rabelais ; conflit entre des institutions, des individus, aux péripéties souvent burlesques et dont le motif apparaît obscur ou insignifiant

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments