Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Activistes ouighours agents de l’extrême-droite

« Anéantir la Chine! » Des activistes ouïghours financés par les États-Unis s’entraînent en tant que soldats armés pour l’empire. La description des liens entre ces activistes et l’extrême-droite mais aussi la CIA et le FBI illustre à un stade ultime ce que décrivait hier un Chinois sur la manière dont ils sont sollicités pour devenir les ennemis de leur pays d’origine comme forme d’assimilation. Ce processus nous l’avons constaté à l’œuvre en Ukraine et chez les Ukrainiens de la diaspora devenus des agents de répression y compris des immigrants employés dans l’UE. La complicité d’une certaine gauche, celle des Glucksmann et autres dans la formation de filières quasiment nazies aux États-Unis mais aussi dans toute l’Europe, une sorte d’effet boomerang que nous avons vu à l’œuvre avec le Tchétchènes, les loups gris de Turquie et autres “terroristes” est bien largement provoqué par l’occident, les USA mais aussi l’UE. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

AJIT SINGH·LE 31 MARS 2021

Présentés par le gouvernement américain comme des militants des droits de l’homme, les dirigeants de l’Association américaine ouïghoure s’associent à des députés d’extrême droite et exploitent un club d’armes de type milice qui s’entraîne avec d’anciens membres des forces spéciales américaines.

Le 21 mars, des militants ouïghours financés par le gouvernement américain ont été surpris sur une vidéo perturbant un rassemblement contre le racisme anti-asiatique à Washington DC, aboyant des insultes à l’encontre de manifestants, notamment : « Anéantir la Chine ! » et « Fuck China ! » Sur la caravane ouïghoure flottaient des drapeaux américains et turkestanais et les militants conduisaient des véhicules ornés de pancartes portant des slogans tels que « We Love USA », « Boycott China » et « CCP killed 80 million Chinese people ».

Organisé par l’Association américaine ouïghoure (UAA), la contestation de manifestants antiracistes a suscité une condamnation généralisée sur les réseaux sociaux, y compris d’autres sections du mouvement séparatiste ouïghour. Salih Hudayar, le « Premier ministre autoproclamé du gouvernement en exil du Turkestan oriental », a dénoncé  « Le drive-by imprudent de l’UAA » pour avoir provoqué « de graves réactions contre les Ouïghours », et a insisté sur le fait que les Américains ouïghours n’étaient « pas racistes ».

L’UAA a tenté de prendre ses distances par rapport aux accusations d’extrémisme et de racisme, affirmant que les actions de ses membres avaient été mal interprétées. Bien qu’elle ait refusé d’annuler son appel à ce que la Chine soit « anéantie », l’UAA a déclaré qu’elle « condamne toute forme de sectarisme et se tient aux côtés de toutes les victimes du racisme ».

Toutefois, une enquête menée par The Grayzone sur le mouvement séparatiste ouïghour dans la région de Washington DC a mis au jour une sous-culture jingoistique obsédée par les armes à feu, animée par le genre d’idéologie de droite qui était exposée lors de la caravane automobile du 21 mars à travers le centre-ville.

Des personnalités de premier plan de l’UAA exploitent un club d’armes à feu de droite connu sous le nom d’Altay Defense. Fièrement vêtue d’uniformes usagés militaires américaines, Altay Defense forme à des techniques de combat avec d’anciens membres des forces spéciales américaines qui forment également des mercenaires privés et des militaires américains en service actif. Les membres du club d’armes à feu de type milice épousent la politique pro-Trump et le ressentiment anti-immigrés.

Sur le compte Instagram d’Altay Defense

L’UAA est la filiale américaine de la Congrès mondial ouïghour (CMU), un réseau international dont le premier président a défini l’objectif de précipiter la « chute de la Chine » et d’établir un ethno-État au Xinjiang. Bénéficiaire de millions de dollars de financement du National Endowment for Democracy (NED), une entité parrainée par le gouvernement américain, ce réseau travaille en étroite collaboration avec Washington et d’autres gouvernements occidentaux pour intensifier les hostilités contre la Chine.

Bien qu’ils prétendent représenter les intérêts des minorités ouïghoures et musulmanes chinoises, de nombreux alliés les plus proches de l’UAA représentent certaines des forces anti musulmanes d’extrême droite à Washington, du représentant républicain Ted Yoho au Family Research Council, en plus du FBI.

Pendant la pandémie, l’UAA et les membres de ses organisations affiliées ont contribué à attiser le ressentiment anti-asiatique en diffusant de la propagande d’extrême droite se référant à Covid-19 comme le « virus chinois », et ont affirmé que la Chine menait une « guerre virale » contre le monde, « [p]urposefully, exportant intentionnellement le virus pour causer la pandémie. »

Derrière son image soigneusement construite en tant que mouvement pacifique des droits de l’homme, l’UAA et ses ramifications dans le lobby séparatiste ouïghour basé à Washington sont entraînées par l’idéologie d’extrême droite et se considèrent comme des soldats militants pour l’empire.

« J’appartiens à l’Amérique! » Le leader ouïghour des droits de l’homme fait équipe avec des islamophobes d’extrême droite dans une croisade anti-chinoise

La dimension ultra-patriotique de l’UAA à l’américaine et la politique fanatique anti-chinoise ont été pleinement exposées sous l’actuel président de l’organisation, Kuzzat Altay.

Un Démonstration organisé par l’UAA à Washington DC le 21 juin 2020, pour « remercier le Congrès et la Maison Blanche d’avoir adopté la loi [Uyghur Human Rights and Policy Act] ».

Altay se rend fréquemment sur les réseaux sociaux pour faire connaître son allégeance à Washington.

« Que DIEU vous bénisse anciens combattants américains! Que DIEU bénisse l’Amérique ! a déclaré Altay journée des anciens combattants en 2019.

Peu après l’assassinat illégal par les États-Unis du major-général iranien Qasem Soleimani, Altay n’a laissé aucun doute quant à sa situation : « On dirait que la guerre vient de commencer […] J’appartiens à l’Amérique!

Au milieu des soulèvements américains contre la brutalité policière et le racisme systémique déclenchés par l’assassinat de George Floyd, Altay a attaqué les manifestants de Black Lives Matter, en affirmant qu’il « soutenait les manifestants pacifiques […] mais ne soutient pas les pillards et les criminels »

« Votre AMOUR pour #America devrait être plus grand que votre HAINE pour #Trump », a déclaré Altay.

Le degré d’engouement d’Altay pour les États-Unis n’a d’égal que la férocité de son inimitié envers la Chine. « La chose la plus normale que je puisse imaginer, ce sont les activités anti-chinoises tous les jours », a déclaré Altay le 25 juillet 2020. « Vous devriez nous aider à arrêter la Chine. La Chine est déjà l’ennemi commun de l’humanité.

Kuzzat Altay (à gauche) et d’autres séparatistes ouïghours en visite au représentant Ted Yoho

 Altay est un fervent partisan du nouveau programme de Washington pour la guerre froide. Applaudissant la guerre commerciale et technologique de l’administration Trump, Altay a déclaré « Les comtés [sic] devraient traiter les #Huawei comme des criminels de guerre. »

Bien qu’ils se prétendent les représentants internationaux de l’ethnie ouïghoure à prédominance musulmane du Xinjiang et qui luttent contre les persécutions religieuses, Altay et ses camarades ont régulièrement fait équipe avec des forces islamophobes d’extrême droite aux États-Unis pour faire avancer leur campagne séparatiste.

L’UAA a travaillé en étroite collaboration avec le représentant républicain Ted Yoho, un ultra-conservateur homophobe et anti-avortement. Yoho a été l’un des quatre seuls législateurs à voter contre la loi faisant du lynchage un crime haineux fédéral. Dans une intervention très médiatisé au Capitole, il aurait appelé la représentante Alexandria Ocasio-Cortez une « putain de salope ». En 2019, Yoho a été l’un des 24 membres du Congrès à voter contre une résolution condamnant le sectarisme parce qu’il incluait la discrimination antimusulmane.

Yoho a aussi ardemment soutenu le changement de régime au Venezuela, défendu les frappes de missiles américains contre la Syrie, et proclamé que « L’armée américaine doit défendre Taïwan » contre la Chine.

Une manifestation organisée par l’Association américaine ouïghoure à Washington DC. Rép Ted Yoho apparaît au centre de la photographie, avec Kuzzat Altay à sa droite et Rushan Abbas à sa gauche

En 2019, Altay a pris la parole lors d’un panel dissidents chinois financés par le gouvernement américain organisés par le Family Research Council (FRC). Le FRC a été désigné comme un groupe haineux par le Southern Poverty Law Center (SPLC) en raison de son extrême anti-LGBTQ, anti-choix, et l’idéologie anti-musulmane.

Le président de l’UAA Kuzzat Altay s’exprimant au Conseil de recherches sur la famille le 6 février 2019

Général américain à la retraite et sous-secrétaire à la défense sous l’ancien président George W. Bush, Jerry Boykin, est vice-président de la FRC. Boykin est un islamophobe virulent qui croit que cette religion est mauvaise et doit être interdite, et qu’il ne devrait pas y avoir de mosquées en Amérique. Au cours d’un sermon dans une église évangélique pendant la guerre des États-Unis contre l’Irak, Boykin se vantait d’avoir pris un chef de guerre musulman en Somalie : « Je savais que mon Dieu était plus grand que le sien. Je savais que mon Dieu était un vrai Dieu et que le sien était une idole », a-t-il déclaré. Les tirades anti-musulmanes de Boykin sont devenues si extrémistes qu’il a subi une enquête de la part du département américain de la Défense et s’est attiré une réprimande de Bush.

Ces dernières années, Altay a organisé plusieurs événements pour les Américains ouïghours en collaboration avec le FBI, l’agence fédérale d’application de la loi connue pour sa surveillance des Américains musulmans et la mise en cause d’innombrables jeunes hommes américains musulmans psychologiquement atteints dans des complots terroristes fabriqués de toutes pièces. En 2020, l’UAA a organisé une « Atelier du FBI pour la communauté ouïghoure » qui visait à enseigner aux Américains ouïghours « le rôle du FBI dans la protection des Ouïghours » et comment « les Ouïghours [peuvent] communiquer avec le FBI ».

Graphique conçu pour un « Séminaire des citoyens du FBI » organisé par l’Association américaine ouïghoure

Tout au long de la pandémie, Altay et d’autres dirigeants du mouvement séparatiste ouïghour n’ont cessé de répandre des théories du complot de droite blâmant la Chine pour Covid-19 et tous les décès connexes. Cette désinformation a joué un rôle clé dans le racisme anti-asiatique aux États-Unis et en Occident.

La page Twitter d’Altay est un flux sans fin de propagande d’extrême-droite nocive et liée au coronavirus

« Je soutiens @realDonaldTrump décision de l’entreprise de l’appeler ChineseVirus », a déclaré Altay le 18 mars 2020, en défendant Trump contre les critiques de « [p]eople qui pleurnichent sur le racisme. » Altay a également régulièrement appelé Covid-19 « Virus wuhan » Et « Virus CCP », tout comme les dirigeants de l’EUMC tels que Dolkun Isa et Rushan Abbas

Altay a organisé la diffusion des affirmations de Steve Bannon selon qui le « PCC a déclenché [Covid-19] sur le monde », et ferait plus tard écho à ce sentiment. « La Chine, intentionnellement, a exporté le virus pour provoquer la pandémie », Altay a déclaré le 5 juillet 2020. « Aucune guerre n’a fait plus de monde que la guerre contre les virus en Chine. »

Altay also endorsed right-wing conspiracy theories which claimed that Covid-19 was engineered as a bioweapon in a Wuhan lab and the World Health Organization was controlled by the Chinese government

Kuzzat Altay’s political activities are a reflection of the deeply rooted right-wing culture that pervades the Uyghur separatist movement. 

Foot soldiers for empire: Uyghur human rights activists training with US military instructors for “mission readiness”

Des membres de premier plan de l’UAA ont fondé Altay Defense, qui s’arrange pour que les électeurs du mouvement séparatiste ouïghour reçoivent une formation sur les armes par d’anciens soldats et instructeurs des forces spéciales américaines. L’organisation se vante que « [l]a formation en sécurité [est] dispensée par un ancien officier des forces spéciales! »

La page Instagram d’Altay Defense

Un compte rendu de Mission Publié par Shadow Hawk Defense décrit un objectif qui est de former une « élite professionnelle de la sécurité armée, qui servent les besoins du gouvernement américain, l’armée et les communautés de renseignement, » y compris « l’hébergement et la formation du personnel de sécurité classifié. » L’installation emploie « des formateurs [qui] ont des années d’expérience dans la formation d’activités pour le gouvernement des États-Unis » dans le but d’« aboutir à un état de préparation à la mission ».

Dans une récente interview, le co-fondateur et directeur de la formation de Shadow Hawk, Randy Weekely, a décrit son travail en détail: « J’enseigne aux activistes militaires avant qu’ils ne se déploient dans d’ « autres endroits », tactiques défensives, CQB [bataille rapprochée], pistolet, fusil, dédage, attaque sur les véhicules, toutes les compétences dont ils ont besoin […] avant qu’ils ne se déploient.

Screenshot of Shadow Hawk Defense website

Altay Defense receives instruction from James Lang, a former US Army Ranger who served in Afghanistan and Iraq and works as a firearm instructor for the US Department of Defense. Lang also operates Ridgeline Security Consultants, which provides firearms and tactical training to “prepare law enforcement officers [and] armed security professionals […] to survive and win deadly force confrontations.”

Altay Defense’s primary instructor is former US Army Ranger, Jim Lang

Laissant peu à l’imagination, les membres de l’UAA mènent une formation à l’aide de fusils d’assaut alors qu’ils sont vêtus d’uniformes officiels portant l’écusson américain.

Altay Defense is led by Faruk Altay, brother of UAA President Kuzzat Altay and nephew of Rebiya Kadeer, who is perhaps the most prominent international figurehead of the Uyghur separatist movement.

A look at Faruk Altay’s online activity reveals him to be a far-right, anti-communist, ultra-nationalist.

“Trump is the best!!!” Altay posted to Twitter in 2018.  Altay also expressed support for Trump’s border wall and seemingly justified the “Stop the Steal” Capitol riot which took place on January 6, 2021. He has also shared an anti-immigrant meme comparing Central American migrants to the international criminal gang MS-13.

Faruk Altay fait étalage de son dévouement à l’armée américaine, postant sur les réseaux sociaux des images de lui-même vêtu d’uniformes militaires américains, portant un casque et tenant un fusil d’assaut, avec des légendes sur laquelle on peut lire: « Je suis avec UYGHUR, TIBET, HONG KONG, ET LIBERTÉ CONTRE LE COMMUNISME ».

Altay se réfère à lui-même comme un « combattant de la liberté » prenant « vengeance pour mon père », et se réfère à ses enfants comme « [m]y futurs officiers de West Point!

Loin d’être un loup solitaire, Faruk Altay a été rejoint par des figures de proue du mouvement séparatiste ouïghour. Des messages sur les médias sociaux montrent kuzzat Altay, Murat Ataman et Bahram Sintash, président de l’UAA, entre autres, assistant à des séances d’entraînement de la Défense d’Altay.

Kuzzat Altay (deuxième à partir de la gauche) lors d’une séance d’entraînement de la défense d’Altay
Faruk Altay (left), Kuzzat Altay (center), and Murat Ataman (right) at an Altay Defense training session

Murat Ataman is affiliated with the National Endowment for Democracy (NED)– the funding engine of the US government’s regime change apparatus – UAA offshoot Uyghur Human Rights Project. A veteran of the Uyghur separatist movement, Ataman he works for US military and intelligence contractor, General Dynamics, and has previously held positions at the Department of Defense, Department of Homeland Security and Department of Veteran Affairs.

Murat Ataman embrassant Nancy Pelosi

Bahram Sintash est également affilié à l’UHRP financé par le NED, auteurs de rapports qui allèguent que le gouvernement chinois démolit les mosquées et sanctuaires ouïghours. Sintash a été un acteur clé dans les efforts de lobbying pour exhorter le Congrès américain à adopter le Uyghur Human Right Policy Act de 2019, Visiter plus de 380 membres du Congrès.

Dans ses moments libres, Sintash tient compagnie à Adrian Zenz, chercheur évangélique d’extrême droite au Xinjiang. Lors d’une réunion à Radio Free Asia (RFA), Sintash a qualifié Zenz d’« agent de la CIA » et le service de radiodiffusion parrainé par le gouvernement américain de « branche originale de la CIA du siège de RFA à Washington ».

Bien que Sintash ait pu être sarcastique, le New York Times a décrit rfa en termes non équivoques dans le cadre d’un « Réseau mondial de propagande construit par la CIA. »

Adrian Zenz (au milieu) et Bahram Sintash (à droite) au siège de Radio Free Asia à Washington DC

Aussi enclins qu’ils puissent l’être aux expressions du jingoisme de droite, les dirigeants de l’UAA opèrent au cœur d’un complexe de lobbying de plusieurs millions de dollars financé et cultivé par le gouvernement américain.

Mouvement séparatiste ouïghour cultivé par le gouvernement américain pour « renverser » Pékin

Fondée en 1998, l’Uyghur American Association (UAA) est l’affilié du Congrès mondial ouïghour (CMU), basé à Washington DC, qui prétend être « la seule organisation légitime du peuple ouïghour » dans le monde entier. Présentée par les gouvernements et les médias occidentaux comme la principale voix des intérêts ouïghours et des droits de l’homme, l’EUMC a joué un rôle central dans l’élaboration de la compréhension occidentale du Xinjiang.

Comme the Grayzone l’a précédemment rapporté, l’EUMC est un réseau de droite, anticommuniste et ultranationaliste de séparatistes ouïghours exilés qui ont déclaré leur intention de provoquer la « chute de la Chine » et d’établir un ethno-État appelé « Turkestan oriental » au Xinjiang. L’EUMC a développé des liens profonds avec l’établissement de changement de régime de Washington et a reçu un vaste financement et une formation du gouvernement américain.

Au cours des dernières années, l’EUMC a travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements des États-Unis et de l’Ouest et s’est associée à pseudo-chercheurs enclins à la fraude tels que Adrian Zenz d’intensifier leur nouvelle guerre froide contre la Chine, en plaidant pour que la politique chinoise au Xinjiang soit étiquetée « génocide », ainsi que les sanctions et le boycott.

Le National Endowment for Democracy (NED) a joué un rôle central dans l’importance internationale croissante du mouvement séparatiste ouïghour. En 2020, le NED se vantait qu’il a donné aux groupes ouïghours 8 758 300 $ depuis 2004 (dont 75 000 $ en financement annuel à l’UAA) et a affirmé être « le seul bailleurs de fonds institutionnels pour les organisations de défense des droits de l’homme ouïghoures ».

« Grâce au soutien de NED, les groupes de défense des Ouïghours se sont développés institutionnellement et professionnellement au fil des ans », a déclaré Akram Keram, agent de programme et expert régional au NED. « Ces groupes ont joué un rôle essentiel dans l’introduction de la cause ouïghoure dans divers contextes internationaux, régionaux et nationaux contre les faux récits de la Chine, portant la voix ouïghoure aux plus hauts niveaux internationaux, y compris les Nations Unies, le Parlement européen et la Maison Blanche. Ils ont fourni des ressources factuelles de première main documentant les atrocités commises au Turkestan oriental, informant et inspirant l’introduction de résolutions, de sanctions et d’appels à l’action pertinents pour tenir le Parti communiste chinois responsable.

« Le National Endowment for Democracy a été exceptionnellement favorable à l’UAA », fait écho à l’ancien président de l’UAA, Nury Turkel, en 2006, « nous fournir des conseils et une assistance inestimables » et un « financement essentiel ». Selon Turkel, grâce au soutien de la NED, « l’UAA et l’UHRP ont acquis un nouveau niveau d’influence et de crédibilité parmi les organisations médiatiques aux États-Unis et dans d’autres pays ».

« En bref, NED nous a aidés à accroître notre crédibilité à Washington et dans le monde entier. Nous sommes très émus et reconnaissants de leur aide constante », a déclaré Turkel.

Turkel a confirmé que l’UAA vise à tirer parti du soutien de Washington pour faire avancer le changement de régime en Chine. En 2006, a-t-il dit à ses alliés, « alors que nous assistions à la « révolution des tulipes » et au renversement de l’ancien gouvernement kirghize, nos espoirs ont de nouveau été renforcés. Turkel a souligné que la révolution des couleurs parrainée par les États-Unis a envoyé un « message fort » à la Chine, et a rappelé comment il a été immédiatement convoqué à Bishkek pour coordonner avec le nouveau gouvernement.

Nury Turkel et l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo rencontrent des dissidents chinois en juillet 2020

Le NED a aidé l’UAA à lancer le Projet ouïghour des droits de l’homme (UHRP) en 2004, principale source de financement, avec un soutien de 1 244 698 $ entre 2016 et 2019 seulement. L’UHRP a réuni des personnalités de premier plan de l’EUMC, dont Turkel et Omer Kanat, et NED, avec l’ancienne vice-présidente du NED, Louisa Greve, directeur du plaidoyer mondial du groupe

La direction de l’UAA se compose d’opérateurs d’État de sécurité nationale des États-Unis, y compris des employés du gouvernement américain, du réseau de propagande américain Radio Free Asia et du complexe œdustère œuvre militaire et industrielle. Les anciens dirigeants de l’organisation sont :

Nury Turkel, ancien président (2004-2006) — a cofondé l’UHRP avec le NED. En 2020, Turkel a été nommé commissaire sur la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale par la Présidente de la Chambre Nancy Pelosi.

Rebiya Kadeer, ancienne présidente (2006-2011) — oligarque auto-décrite etfigure de proue de longue date du mouvement séparatiste ouïghour. Selon le New York Times, Kadeer « [d]issidence apporté la fin de son Audi, ses trois villas et son empire d’affaires lointain ». Le mari de Kadeer, Sidik Rouzi, travaillait pour les médias gouvernementaux américains Voice of America et Radio Free Asia. Sous la direction de Kadeer, l’EUMC et l’UAA ont tissé des liens étroits avec l’administration Bush.

Ilshat Hassan Kokbore, ancien Président (2016-2019) — Depuis 2008, Kokbore travaille avec desEntrepreneur militaire et de renseignement américain, Booz Allen Hamilton. Edward Snowden a été employé à l’entreprise lorsqu’il a décidé de dénoncer le système envahissant et global de surveillance de masse de la National Security Agency.

Omer Kanat, ancien vice-président – est président du comité exécutif de l’EUMC. Kanat a aidé à fonder l’EUMC et a été un élément permanent de sa direction. L’ancien agent a une longue histoire de travail avec le gouvernement américain, de servir en tant que rédacteur en chef de Radio Free Asia Uyghur Service de 1999 à 2009 à couvrir les guerres américaines sur l’Irak et l’Afghanistan et d’interviewer le Dalaï Lama pour le réseau. Dans une interview avec max Blumenthal, rédacteur en chef de Grayzone, lors d’une cérémonie de remise des prix NED 2018 au Capitole des États-Unis,Kanat a pris le crédit pour avoir fourni bon nombre des revendications concernant les camps d’internement au Xinjiang aux médias occidentaux.

Rushan Abbas, ancien vice-président — Auparavantvanté dans sa biographie de son « vaste expérience de travail avec les agences gouvernementales américaines, y compris la sécurité intérieure, le département de la Défense, le département d’État, et diverses agences de renseignement américaines. » Il a servi le gouvernement américain et la soi-disant guerre contre le terrorisme de l’administration Bush en tant que « consultant à Guantanamo Bay pour soutenir l’opération Enduring Freedom ». À la suite d’une apparition remarquée désastreuse sur le forum de questions-réponses « Ask Me Anything » de Reddit, au cours duquel les participants ont fusé Abbas en tant qu’« actif de la CIA » et collaborateur du gouvernement américain, elle a tenté de frotter ses informations biographiques à partir d’Internet. Abbas dirige actuellement l’organisation affiliée à l’EUMC, Campagne pour les Ouïghours.

La direction actuelle de l’UAA comprend :

Kuzzat Altay, Président — Neveu de Rebiya Kadeer. Comme documenté ci-dessus, Altay est un anti-communiste enragé et ardemment pro-américain. Il aa favorablement comparé l’établissement d’Israël au mouvement séparatiste pour le « Turkestan oriental ».

Elfidar Itebir, Secrétaire — Sœur d’Elnigar Itebir, qui a éténommé par l’administration Trump en tant que directeur pour la Chine au Conseil national de sécurité de la Maison Blanche. Le père d’Itebir, Ablikim Baqi Iltebir, a travaillé pour le média du gouvernement américain, Radio Free Asia, de février 2000 à août 2017

Arslan Khakiyev, trésorier — A travaillé à Radio Free Asia pendant plus de 18 ans. L’épouse de Khahkiyev, Gulchehra Hoja, travaille pour Radio Free Asia depuis 2001.

* * * 

Le déluge hebdomadaire de reportages des médias américains sur l’oppression ouïghoure au Xinjiang est clairement conçu pour plaire aux sensibilités libérales, présenter la lutte d’une minorité opprimée contre un gouvernement tyrannique, et omettre tout élément de contexte qui pourrait s’avérer perturbateur pour le récit de David contre Goliath. Mais il devient clair que certaines forces profondément illibérales se cachent derrière le placage d’une campagne pacifique pour les droits de l’homme.

Le gouvernement américain s’est engagé dans un mariage de complaisance avec un mouvement séparatiste ouïghour qui est fermement aligné sur la sous-culture anti-immigrés obsédée par les armes à feu du trumpisme. Alors que l’administration Biden fait monter la pression sur la Chine, elle a fermé les yeux sur la politique d’extrême droite de l’un de ses groupes de procuration les plus importants.

L’UAA n’a pas répondu aux multiples demandes d’entrevues de The Grayzone envoyées par courriel et sur Twitter.

Print Friendly, PDF & Email

Vues : 401

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments