Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le Time : Facebook a joué un rôle majeur dans le développement et la popularisation du régiment néo-nazi Azov

Non seulement l’Ukraine par suite du coup d’Etat fomenté par les Etats-Unis, l’Allemagne, la France et la Pologne est devenu la proie des néo-nazis mais elle joue désormais un rôle dans la formation militaire de l’extrême-droite mondiale et singulièrement européenne. Un des principaux recruteurs est face book. (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop)

01/12/2021

Petro Symonenko : Dans sa politique russophobe et militariste, le régime oligarchique au pouvoir en Ukraine s’appuie principalement sur des partis d’obédience nationaliste radicale, néo-fasciste et, en fait, sur des formations de bandits illégales telles que “Azov”, “Aydar”.

(D’après un  discours prononcé  à la XIXe réunion internationale des partis communistes et ouvriers le 3 novembre 2017)

Des citoyens étrangers ont pris part aux hostilités dans le sud-est de l’Ukraine dans le cadre de dizaines de formations armées créées sur cette base idéologique. Le magazine américain Time cite à ce propos les paroles du vétéran de la marine américaine Sean Fuller, qui a été recruté par des extrémistes ukrainiens.

Des recrues en cours de formation en août 2019 dans le camp militaire du mouvement d’extrême droite ukrainien Azov, qui a inspiré les suprématistes blancs du monde entier.

Les auteurs de la publication, après avoir retracé en détail le chemin par lequel les combattants étrangers sont arrivés en Ukraine, sont arrivés à la conclusion que c’est le réseau social Facebook qui a joué le rôle principal dans la vulgarisation d’Azov. Les modérateurs «n’ont pas remarqué» les activités des recruteurs et des agitateurs radicaux, qui souvent ne cachaient pas leurs opinions, arborant des symboles nazis.

Grâce à une telle indulgence, “Azov” s’est développé et renforcé. L’article du magazine américain cite les forces de l’ordre de trois continents qui estiment qu’Azov a un rôle central dans un réseau plus large de groupes radicaux de la Californie à la Nouvelle-Zélande (y compris l’Ancien Monde).

Ainsi le consultant en sécurité et ancien agent du FBI Ali Sufan, qui a étudié l’histoire d’Azov, a déclaré à la publication que les appels des radicaux agissent comme un aimant pour «les jeunes assoiffés d’expérience de combat». Selon ses calculs, plus de 17 000 combattants étrangers de 50 pays sont venus en Ukraine au cours des six dernières années.

La revue américaine, après avoir mené plus d’une douzaine d’entretiens avec des dirigeants et des recrues d’Azov, a constaté que la clé de sa croissance internationale était l’utilisation généralisée des médias sociaux, en particulier Facebook, qui se vante haut et fort de sa lutte constante contre l’extrémisme.

À gauche : Sean Fuller à bord du destroyer Russell dans le golfe Persique vers 2010;  à droite : Fuller en 2019 dans un hôpital militaire ukrainien après une rixe d’ivrognes

.

Les auteurs de la publication notent que même si en 2016 Facebook a qualifié à contrecœur le bataillon Azov d ‘«organisation dangereuse», les pages associées à ce groupe continuent de diffuser de la propagande et de faire la publicité de produits sur cette plate-forme à ce jour.

Même en décembre 2020, l’aile politique du mouvement,« Corps national », et son aile jeunesse avaient au moins une douzaine de pages Facebook.

Time écrit que dans une lettre au Département d’État en 2019, des législateurs américains ont souligné que «le lien entre Azov et les attentats terroristes en Amérique est clair».

«Les autorités ukrainiennes l’ont également remarqué. En octobre, ils ont expulsé deux membres de la division Atomwaffen, un groupe néonazi aux États-Unis, qui tentaient de travailler avec Azov pour acquérir une «expérience du combat», selon un rapport de BuzzFeed News citant deux responsables de la sécurité ukrainiens », indique l’article.

Time rapporte que les alliés américains les plus proches d’Azov comprenaient le mouvement Rise Above, ou RAM, un gang d’extrême droite, dont certains ont été accusés par le FBI d’une série d’attaques violentes en Californie. Le leader du groupe, Robert Rundo, a déclaré que son idée de RAM venait de la scène d’extrême droite ukrainienne.

La publication note que le principal poste de recrutement d’Azov, connu sous le nom de Maison cosaque, est situé dans le centre de Kiev, dans un bâtiment en briques de quatre étages fourni par le ministère ukrainien de la Défense. Dans la cour il y a un cinéma et un club de boxe.

Nouvelles recrues d’Azov

Au dernier étage se trouvent une salle de conférence et une bibliothèque pleine de livres d’auteurs qui soutiennent le fascisme allemand, comme Ezra Pound et Martin Heidegger, ou dont les œuvres ont été reprises par la propagande nazie, comme Friedrich Nietzsche et Ernst Jünger. Au rez-de-chaussée, il y a un magasin Militant Zone, qui vend des vêtements et des porte-clés avec des croix gammées stylisées et d’autres produits néo-nazis », indique l’article.

Les vétérans de la Marche d’Azov à Kiev en 2019

«On peut le décrire comme un État dans l’État», explique Elena Semenyaka, chef du département international du mouvement Azov.

Membres et sympathisants d’Azov au festival “Jeune flamme” près de Kiev en août 2019.

Actuellement, comme le conclut Time, Azov n’est pas seulement une formation néo-nazie parmi de nombreuses autres. Ce groupe néonazi « a formé un parti politique radical de droite, a acquis sa propre machine de propagande et éduque les enfants dans leurs propres camps spéciaux avec l’idéologie nazie ».

Rappelons qu’en décembre 2020, le magazine américain de référence Harper’s Magazine (l’un des plus anciens des États-Unis) a publié un grand document sur les activités de l’extrême droite en Ukraine .

Début 2020, le trident ukrainien et l’emblème Azov ont été assimilés à la croix gammée dans le manuel antiterroriste de la police britannique .

Auparavant,  40 membres du Congrès américain avaient initié l’inclusion de l ‘«Azov» ukrainien dans la liste des structures terroristes .

Et en 2018, les  opposants à la fourniture d’armes à Kiev au Congrès américain ont obtenu une interdiction législative d’armer l’Azov .

Dans le même temps  , les membres du Congrès américains ont annoncé la montée de l’antisémitisme et du nazisme en Ukraine .

L’influent  journal britannique The Guardian,  dans son article du 13 mars 2018, a exprimé sa vive inquiétude face au fait que des organisations néonazies opèrent ouvertement en Ukraine, qui prennent en charge les fonctions des forces de l’ordre. Parmi eux, Azov se démarque – un groupe d’extrême droite, comme indiqué dans l’article, qui a une branche armée composée de néo-nazis au franc-parler. Une autre organisation ultranationaliste, les milices nationales, est également étroitement liée à Azov.

Rappelons que  théoriquement la glorification du nazisme est interdite en Ukraine par la loi actuelle sur la condamnation du communisme et du nazisme. Mais cet acte normatif est appliqué de manière sélective – uniquement par rapport aux symboles soviétiques et au Parti communiste .

Comme le note le  chef du Parti communiste d’Ukraine PyotrSymonenko , dans l’après-Maïdan, l’Ukraine règne sur les derniers complices incroyables des envahisseurs fascistes allemands pendant la Grande Guerre patriotique.

Ils organisent des processions de masse sous les symboles nazis, y compris de manière démonstrative avec la croix gammée – cette personnification dégoûtante du régime hitlérien-, ils démolissent des monuments, pratiquent la terreur morale et physique, y compris contre les vétérans de la Grande Guerre patriotique.

Les principes idéologiques du national-socialisme, son symbolisme, les processions aux flambeaux sont devenus des attributs de la vie quotidienne, une manifestation du cours politique officiel du régime des oligarques, des néonazis et des criminels.

Print Friendly, PDF & Email

Vues : 209

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments