Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Il ont dressé très haut leur bannière : fascisme, impérialisme, et anti-communisme aux émeutes de Capitol Hill

L’histoire impériale occidentale a fait du communisme le successeur idéologique du fascisme plutôt que l’acteur principal responsable de sa défaite. Mais alors que l’ère Trump rend floue la ligne qui sépare la démocratie bourgeoise du fascisme, ces mythes anticommunistes s’effondrent enfin sous leur propre poids. La coalition Trump a longtemps réuni un ensemble « diversifié » d’immigrants et d’«exilés » qui entendent dans le slogan de Trump des échos de leur propre programme de restauration de gouvernements fantoches soutenus par les États-Unis de leurs différents pays d’origine, Cubain, Vietnamien, Venezuelien, etc… Le fait que les intérêts des insurgés d’extrême droite et de l’élite du statu quo s’unifie autour du soutien à un changement de régime anticommuniste témoigne du monopole complet de l’impérialisme sur cette société et l’absence d’éventail des possibilités politiques dans le paysage américain. Voilà encore une réflexion qui s’imposera à nous comme je proposais de s’en inquiéter dans “les Etats-Unis de mal empire”, non pas à cause de la seule morale mais parce qu’effectivement la possible future première puissance du monde est encore partiellement marquée par le sous-développement et se présente aussi volontiers comme porte-parole des peuples opprimés face à l’occident colonialiste et la lutte anticapitaliste est devenue depuis Lénine toujours plus anti-impérialiste . (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

LE 10 JANVIER ÉCRIT PAR QIAO COLLECTIVE

capitol.jpg

Les drapeaux des États clients des États-Unis, des régimes anticommunistes et des États fantoches d’avant la révolution accompagnent les coiffures MAGA et les drapeaux confédérés des foules du Capitole. Analyser en quoi est significative la convergence entre l’impérialisme à l’étranger et le fascisme chez nous


Le 6 janvier 2021, dans un plan d’action prémédité visant à « arrêter le vol » de l’élection présidentielle de novembre sur le point d’être certifié par le Congrès, des milliers de partisans de Trump ont pris d’assaut le capitole américain à Washington, D.C. A. Ils ont rencontré une force de police conciliante qui a littéralement ” ouvert les portes” du Capitole avec un clin d’oeil et en un clin d’œil, la foule a envahi le siège du pouvoir américain, occupant les chambres de la Chambre et du Sénat et prenant des selfies dans les bureaux abandonnés de Nancy Pelosi et d’autres opposants démocrates.

L’insurrection était une déclaration nue de l’extrémisme suprémaciste blanc : des  sweatshirts d’Auschwitz  aux  costumes vikings absurdes, l’esthétique du fascisme racial dominait le paysage. Pourtant, en plus des symboles explicites de la suprématie blanche, le paysage était parsemé de curieux symboles de solidarité internationale : des drapeaux représentant l’ancien Sud-Vietnam, l’Inde, le Japon, Cuba d’avant la révolution, et Hong Kong et l’indépendance tibétaine, entre autres, ont tous été repérés dans diverses images du chaos.

Cette dimension multiculturelle d’une démonstration suprématiste trop blanche n’est pas une contradiction : elle reflète plutôt la convergence entre l’impérialisme à l’étranger et le fascisme chez nous. Les commentateurs libéraux ont exprimé leur consternation à l’idée de vandaliser « notre » «symbole emblématique de la démocratie», s’inquiétant de ce que les événements feraient à l’image sacré des États-Unis en tant que « ville sur la colline ». Les détracteurs républicains ont peut-être été plus explicites dans leur déploiement d’un exceptionnalisme raciste américain : Marco Rubio a  comparé  les événements à ceux d’un « pays du tiers monde », tandis que l’ancien président américain George W. Bush a  comparé  le chaos à une « république bananière ».


La poignée de drapeaux internationaux des États clients des États-Unis, des monarchies renversées et des bastions anticommuniste traduit une vérité amère : l’« insurrection » du Capitole ne marque pas l’importation d’un trope décontextualisé de l’instabilité du tiers monde, mais le retour des tactiques même que l’empire américain a utilisées pour faire respecter sa volonté à travers le monde.

click to tweet 2.jpg

Mais la poignée de drapeaux internationaux des États clients des États-Unis, des monarchies renversées et des bastions anticommunistes traduit une vérité différente : l’insurrection du Capitole ne marque pas l’importation d’un trope décontextualisé de l’instabilité du tiers monde, mais le retour des tactiques mêmes utilisées par l’empire américain pour entraver les élections, semer des révolutions de couleur et de déposer des dirigeants politiques de gauche à travers le monde pendant la soi-disant ère de « Pax Americana ». Dans la célèbre conception de Malcolm X, la prise d’assaut du Capitole n’est pas une attaque insondable contre la démocratie américaine, simplement le « chef du monde libre » et ses poulets impérialistes rentrent à la maison pour regagner le perchoir.

L’histoire du monde eurocentrique comme apologie fasciste

Les commentateurs libéraux ont présenté Trump et ses partisans comme « l’assaut contre la démocratie » comme antithétique aux normes démocratiques américaines, assimilant leur violence à un autoritarisme rampant dont les véritables autoritaires – Chine, Russie, Iran ou Venezuela – cherchent ostensiblement à en tirer profit. Mais le cadrage libéral du fascisme comme antithétique à la démocratie américaine contourne le riche corps de la pensée radicale  qui identifie l’impérialisme  et le colonialisme comme les lignes forces de jonction avec la démocratie libérale et le fascisme.

Écrivant en 1950, l’anticolonialiste martiniquais Aimé Césaire  éviscéré la  répudiation occidentale bien-pensante du nazisme, faisant valoir que les puissances alliées , les dirigeants de l’impérialisme moderne, avaient en fait « toléré que le nazisme avant qu’il ne leur soit infligé… parce que, jusque-là, elle n’était appliquée qu’aux peuples non européens. » En tant qu’agents du colonialisme, de l’impérialisme et de l’esclavage, les soi-disant bastions de la démocratie de l’après-Seconde Guerre mondiale avaient en fait « cultivé » le nazisme même qu’ils représentaient comme inconciliable avec leurs propres systèmes économiques politiques. Inculpant l’exploitation capitaliste comme logique directrice du fascisme, Césaire déclare : « À la fin du capitalisme… il y a Hitler.

Césaire a écrit dans un moment politique où les puissances alliées, sous la direction de l’empire ascendant des États-Unis, se sont précipitées pour confondre les horreurs du nazisme et du fascisme avec le mouvement communiste international. Pour consolider un système capitaliste-impérialiste hégémonique avec les États-Unis à sa tête, il fallait peindre le communisme — incarné par l’Union soviétique — comme une forme de « totalitarisme » presque identique au nazisme. Une telle décision a permis aux États-Unis de poser des mouvements croissants pour la décolonisation et la révolution socialiste en Corée, à Cuba, en Indonésie, en Chine, au Vietnam, et au-delà comme des formes de totalitarisme rampant, justifiant le flot sans fin des Invasions, des occupations, des massacres et des embargos des États-Unis comme une défense juste de la « liberté ».

Le président Harry Truman, qui a supervisé la fin de la Seconde Guerre mondiale et sa transition vers la guerre froide, a constamment confondu les luttes contre le nazisme et le communisme. Exposant d’une manière contrastée l’inaction occidentale à l’ascension d’Hitler face au « courage et la détermination » avec lesquels les États-Unis « se sont déplacés contre la menace communiste », Truman a  fait l’éloge de l’intervention américaine en Corée, déclarant : «Là où les hommes libres avaient échoué au test auparavant, cette fois nous avons rencontré le test. »

En réalité, la rhétorique noble de Truman cachait le déploiement rapide par les États-Unis de forces fascistes pour cimenter son autorité impériale. Sous les prétextes du leadership démocratique mondial, les États-Unis ont activement recruté et réhabilité les fascistes allemands et japonais qui se sont avérés utiles pour l’empire américain. Par exemple, les criminels de guerre japonais qui ont mené des expériences biologiques sur des prisonniers chinois et facilité le système d’esclavage sexuel des « femmes de réconfort » de la Chine, de la Corée et des Philippines ont  échappé  à un procès que voulait mener l’Union soviétique en échange du partage de secrets de recherche avec les États-Unis. Pendant ce temps, l’infrastructure politique du colonialisme japonais en Corée du Sud et aux Philippines « postcoloniales » a souvent été conservée et redéployée sous la direction des États-Unis, offrant une transition quasi-transparente entre le fascisme colonial japonais et la « gérance démocratique » des États-Unis en Asie de l’Est et du Sud-Est. Et dans le  cadre de l’opération Paperclip, des milliers de scientifiques nazis de haut rang ont été transportés par avion de l’Allemagne aux États-Unis pour travailler pour l’armée américaine dans la campagne pour la suprématie scientifique des États-Unis sur l’Union soviétique dans la course à l’espace de la guerre froide.

La collaboration historique et la convergence entre le fascisme allemand et japonais et l’impérialisme américain continuent d’être passés silence s par des descriptions qui vont à l’encontre des faits de la Seconde Guerre mondiale et de l’histoire de la guerre froide. Par exemple, en 2019, le Parlement européen a  adopté  une résolution « sur l’importance du souvenir européen pour l’avenir de l’Europe », promouvant la mémoire historique des « crimes commis par les dictatures communistes, nazies et autres » comme base de « l’unité de l’Europe ». En dehors de ce rendu « historique », bien sûr, sont quelques vérités gênantes: que pour chaque soldat américain tué en combattant les Allemands,  80 soldats soviétiques sont  morts en faisant de même; ou qu’au moment de la reddition du Japon, plus de la moitié des 3,5 millions de soldats déployés par l’armée japonaise étaient occupés à  combattre les troupes  communistes et nationalistes chinoises.


L’histoire impériale occidentale a fait du communisme le successeur idéologique du fascisme plutôt que l’acteur principal responsable de sa défaite. Mais alors que l’ère Trump expose la ligne floue entre la démocratie bourgeoise et le fascisme, ces mythes anticommuniste s’effondrent enfin sous leur propre poids.

click to tweet 2.jpg

L’histoire impériale occidentale a fait du communisme le successeur idéologique du fascisme plutôt que l’acteur principal responsable de sa défaite. Mais alors que l’ère Trump expose la ligne floue entre la démocratie bourgeoise et le fascisme, ces mythes anticommuniste s’effondrent enfin sous leur propre poids.

Le fascisme international rentre à la maison

Dans  des images  diffusées en direct juste avant que les partisans de Trump ne s’entraient au Capitole des États-Unis, Jake Angeli, le «chaman de Q Anon» qui portait un chapeau de fourrure à cornes et se pavanait bientôt derrière les dias du Congrès, a offert un appel douteux à l’action internationaliste :


« Pour le peuple du Venezuela: sachez que vous pouvez reprendre votre pays aussi. Nous donnons l’exemple… vous pouvez mettre fin au communisme et au mondialisme. Toi aussi, tu peux reprendre ta nation à ce mal. Vous pouvez reconquérir votre pays !

L’ironie ne doit pas être masquée : les mêmes extrémistes de Trump qui ont été condamnés par la grande majorité des démocrates et les républicains de l’État de droit expriment leur solidarité avec le projet bipartite de changement de régime américain contre le président vénézuélien démocratiquement élu Nicolas Maduro. Bien que le président élu Biden ait qualifié les émeutiers du Capitole de « [bordant] la sédition », il partage  néanmoins  leur conviction que des personnalités socialistes comme Maduro sont, selon ses propres termes, des « voyous et des dictateurs ». Le fait que les intérêts des insurgés d’extrême droite et l’élite du statu quo s’unifie autour du soutien d’un changement de régime anticommuniste témoigne du monopole complet de l’impérialisme sur l’éventail des possibilités politiques dans le paysage américain.

Les médias libéraux se sont accrochés à des caricatures comique au sujet des identifications internationalistes des émeutiers de Trump, refusant de comprendre le sens des drapeaux cubains, ceux du Sud-Vietnamien, de Hong Kong, comme la convergence de l’impérialisme américain à l’étranger et de la suprématie blanche à la maison. Quartz, par exemple,  déclara qu’«  on ne savait pas pourquoi bon nombre de ces drapeaux sont apparus ».

Mais il n’est pas surprenant que les drapeaux des États clients des États-Unis, des régimes anticommunistes et des États fantoches d’avant la révolution ont accompagné la mer de chapeaux MAGA et de drapeaux confédérés lors des émeutes de Trump. Écrivant de la prison de San Quentin avant son assassinat en 1971, le révolutionnaire noir et prisonnier politique George Jackson a décrit le fascisme américain comme une excroissance logique de l’impérialisme et de l’anticommunisme américains.   Dans Blood in My Eye, Jackson a opiné:


« Nous avons toujours été induits en erreur par les pièges nationalistes du fascisme. Nous n’avons pas compris son caractère essentiellement international… L’une des caractéristiques les plus précises du fascisme est sa caractéristique internationale.


Si le fascisme, comme jackson l’a fait valoir, « est la réponse du capitalisme international au défi du socialisme scientifique international, alors l’anticommunisme est le ciment qui lie la large coalition fasciste derrière les foules pro-Trump. Prenons, par exemple, la petite foule de la Petite Havane de Miami qui  s’est  rassemblée le 6 janvier. Agitant des drapeaux de la République de Cuba, qui jusqu’à la révolution de 1959 fonctionnait comme une colonie de facto des États-Unis en vertu d’une législation telle que l’amendement Platt, les manifestants ont condamné ce qu’ils considéraient comme une élection « volée ». Dans tout le pays, à San Jose, en Californie, qui abrite une importante population de la diaspora vietnamienne, les organisateurs du « Mouvement vietnamien pour Trump » ont également brandi des pancartes disant « L’Amérique ne sera jamais un pays socialiste », avec de nombreux  témoignages  sur leur « évasion » des communistes à la fin de la guerre du Vietnam. En embrassant sans critique le langage de la liberté américaine (« Nous sommes chanceux que nous sommes ici ») ces acteurs obscurcissent volontairement l’utilisation de la « démocratie » à la maison pour faciliter l’occupation fasciste des États-Unis et l’intervention dans le monde entier.


La coalition Trump a longtemps réuni un ensemble « diversifié » d’immigrants et d’«exilés » qui entendent dans le slogan de Trump des échos de leur propre programme de restauration pour rétablir les gouvernements fantoches soutenus par les États-Unis de leurs différents pays d’origine.

Print Friendly, PDF & Email

Vues : 278

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments