Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Xinjiang: Un rapport et une compilation de ressources

Le collectif Qiao est un regroupement de chercheurs, artistes, écrivains chinois de la diaspora qui a décidé de lutter contre la désinformation face à la Chine et ce qui ne gâche rien se prononce clairement pour le socialisme et l’internationalisme. Ils sont beaucoup plus présents dans les Amériques, du Canada à la Terre de feu qu’en Europe. Nous avons déjà parlé de leur travail. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

SEP 21 ÉCRIT PAR QIAO COLLECTIVE


xinjiang_reading_list.jpg

Sur la base d’une poignée de rapports de think tank et de récits de témoins, les gouvernements occidentaux ont accepté de fausses allégations de génocide et d’esclavage dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Un examen plus attentif montre clairement que la politisation des politiques antiterroristes de la Chine au Xinjiang est un autre front de la guerre hybride menée par les États-Unis contre la Chine.

Cette compilation de diverses informations fournit un point de départ pour une enquête critique sur le contexte historique et la réponse internationale aux politiques de la Chine au Xinjiang, fournissant une contre-perspective à la désinformation qui abonde dans la couverture grand public de la région autonome.


Table des matières

  1. Introduction et résumé
  2. Chronologie des événements
    1. 1989-2016
      1. Formation du Congrès mondial ouïghour (1989-2006)
      2. Violences et troubles (2009-2016)
      3. Politique et contexte antiterroristes chinois (2012-2016)
    2.  2017-présent
      1. Les graines de la controverse (2017-août 2018)
      2. Enraciner les récits (août 2018-janv. 2020)
      3. Les États-Unis poursuivent leur action unilatérale (janvier 2020-présent)
    3. Sur la nature des allégations non fondées
  3. Ressources
    1. Aperçu
    2. Perspectives chinoises sur le problème du terrorisme
    3. Contexte géopolitique
    4. Réduction de la pauvreté et développement économique au Xinjiang
    5. Vue d’ensemble des politiques chinoises en matière de minorités/religieuses
    6. Le complexe industriel de la désinformation
    7. Vues du Xinjiang : Personnes, cultures et histoire

1. Introduction et résumé

Au milieu des années 2010, la Chine a lancé des programmes de déradicalisation et de développement économique de grande envergure dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Auparavant, peu d’observateurs occidentaux occasionnels étaient même au courant de l’existence de la province, qui représente 17 % des terres de la Chine et dont la population est composée à 65 % de minorités ethniques. Moins pouvaient encore parler de l’histoire politique, culturelle et religieuse complexe de la région autonome ainsi que de ses héritages complexes en tant que carrefour entre divers peuples pendant de nombreux siècles.

Cependant, depuis 2018, les médias occidentaux et les représentants de l’État ont placé la politique du gouvernement chinois au Xinjiang sous surveillance, citant seulement une poignée de rapports de groupes de réflexion et de témoignages pour porter des accusations de travail forcé, d’esclavage et de génocide.

Ayant saturé les médias occidentaux, ces accusations sont difficiles à réfuter systématiquement. La situation sur le terrain est complexe et il y a des limites à ce que nous pouvons savoir. Bien que nous reconnaissions qu’il y a des aspects de la politique de la RPC au Xinjiang à critiquer, ces critiques devraient être débattues et résolues en termes chinois et dans les dialogues chinois, et ne pas être utilisées comme munitions brutes dans l’assaut géopolitique mené par les États-Unis sur la Chine. Sur la base de l’histoire de la propagande d’atrocité occidentale, de ses sources de financement, et de la mauvaise qualité de la « recherche », nous sommes sceptiques sur le fait que les États-Unis, qui depuis deux décennies se sont engagés dans une guerre perpétuelle contre les nations à majorité musulmane, ont tout intérêt moral légitime ou des motifs sur lesquels défendre les droits religieux musulmans au Xinjiang.

En outre, compte tenu de l’histoire de la politique des minorités ethniques et religieuses de la RPC, et des rapports de délégations de première main au Xinjiang de pays et d’organisations comme l’Égypte, le Pakistan, l’Afghanistan, la Thaïlande, l’Organisation de la coopération islamique et même la Banque mondiale, celles-ci ne décrivent ni le génocide ni l’esclavage comme les réalités du Xinjiang. Ce n’est pas un hasard si ces accusations se sont intensifiées au cours d’une période d’antagonisme occidental sans précédent envers la Chine. Au lieu de cela, ces allégations non fondées servent principalement à établir un consensus pour les conflits, l’intervention et la guerre avec la Chine.

L’efficacité de la propagande occidentale réside dans sa capacité à rendre impensable toute critique ou alternative, à monopoliser la production de la connaissance et de la vérité elle-même. Dans ce contexte, il est important de noter que les États-Unis et leurs alliés sont minoritaires lorsqu’il s’agit de critiquer la politique chinoise au Xinjiang. Lors de deux convocations distinctes du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2019 et 2020, des résolutions condamnant la conduite chinoise au Xinjiang ont été votées, 22-50 et 27-46. Beaucoup de ceux qui soutiennent la politique chinoise au Xinjiang sont des nations à majorité musulmane et/ou des nations qui ont mené des campagnes contre l’extrémisme sur leur propre sol, y compris l’Irak, la Palestine, le Pakistan et le Nigeria. Sur la question du Xinjiang, la rupture claire du consensus entre le Sud mondial et le bloc américain suggère que les critiques occidentales du Xinjiang sont principalement motivées par des considérations politiques.

Ces ressources sont précédées d’un calendrier qui se concentre sur les événements précédant le programme chinois de déradicalisation du Xinjiang, les réponses internationales qu’il a provoquées et d’autres contextes pertinents.

Cette liste de ressources n’est destinée qu’à établir une enquête initiale sur la controverse immédiate sur le programme de déradicalisation de la Chine au Xinjiang. Dans l’esprit de rechercher la vérité à partir des faits, cette ressource n’offre pas de réponses définitives, ni n’est de portée complète. Elle vise seulement à être un point de départ pour l’enquête critique, et nous exhortons les lecteurs à rechercher une diversité de sources et de former leurs propres opinions. Une vision plus complète et nuancée nécessite une étude plus approfondie de l’histoire de la région, des politiques de la Chine à l’égard des minorités ethniques et religieuses et des développements géopolitiques en cours.

Note: Il y a plusieurs façons d’épeler « Uygur » en anglais, y compris « Ouïgour », « Uighur » et « Ouïghours. » « uyghur » est peut-être le plus commun dans les milieux internationaux, bien que « uygur » soit la romanisation officielle par le gouvernement chinois. Nous utiliserons « Ouïghours » conformément à l’orthographe commune dans le dialogue occidental, sauf en se référant spécifiquement à la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

De même, l’orthographe occidentale commune de « kazakh » et de « Kirghize » diffère des romanisations officielles du gouvernement chinois de « Kazak » et de « Kirgiz ». Nous utiliserons également l’orthographe occidentale commune.


2. Chronologie des événements

a. 1989-2016

De 1990 à 2016, la Chine a considéré que le problème du terrorisme était particulièrement grave au Xinjiang. Il s’agit d’une période marquée par d’immenses difficultés et bouleversements pour la Chine, une action militaire unilatérale des États-Unis dans toute l’Asie de l’Ouest et une croissance économique chinoise rapide.

Formation du Congrès mondial ouïghour (1989-2006)

• 1989 4 juin – L’événement du 4 juin de Tiananmen, né de  contradictions liées  à la réforme du marché, enflammé par la perestroïka de Gorbatchev, et combiné à la dissolution de l’Union soviétique et à sa chute le 26 décembre 1991, déclenche une crise générationnelle en Chine. Une vague d’étudiants désabusés et de jeunes en recherche d’une meilleure vie quittent la Chine pour les États-Unis et d’autres pays occidentaux, certains recevant une attention et des plates-formes somptueuses en tant que « dissidents » qui servent un intérêt stratégique pour les ambitions américaines vis-à-vis de la Chine.

  • Certains des leaders activistes les plus éminents de la diaspora ouïghoure sont aujourd’hui les suivants : Erkin Alptekin, Rushan Abbas, Dolkun Isa, Rebiya Kadeer, Omer Kanat et Nury Turkel. Sur ces six, quatre sont arrivés en Occident au moment ou après 1989 (Abbas en 1989; Isa 1994; Turkel, 1995; Kadeer 2005, comme cause célèbre de Turkel). Alptekin est parti vers 1949 dans le cadre de la défaite du Guomindang et Kanat partit en 1971.

• 1990 5 avril – Émeutes dans le canton de Baren, considérée comme la première attaque terroriste d’une phase qui dure jusqu’en 2016 au cours de laquelle le terrorisme a été considéré comme un grave problème au Xinjiang. Il s’agit également de la première attaque que la Chine a attribuée au Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), aujourd’hui Parti islamique du Turkestan (TIP) (ETIM/TIP). (voir  Livre blanc : La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme et la protection des droits de l’homme au Xinjiang )

• 1996 novembre – Le Congrès mondial de la jeunesse ouïghoure (WUYC) est créé en Allemagne,  omer Kanat  et  Dolkun Isa  jouant un rôle important. Tous deux  occupent  toujours des postes élevés (président du Comité exécutif et président, respectivement) au sein de l’organisation successeur du WUYC, le Congrès mondial ouïghour (CMU). Kanat  aurait quitté  la Chine en 1971 pour l’Afghanistan, puis la Turquie en 1979, avant de s’installer aux États-Unis en 1999; Isa a quitté la Chine en 1994. Kanat a été rédacteur en chef du service ouïghour de Radio Free Asia de 1999 à 2009.

• 1998 avril – Création de  l’Uyghur American Association  (UAA). L’une des personnes qui a joué un rôle important dans sa fondation est  Rushan Abbas, qui serait vice-président pour l’UAA durant deux mandats tout en faisant des reportages pour Radio Free Asia. Abbas est arrivé aux États-Unis en 1989 et a cofondé la première association ouïghoure des États-Unis, l’Ughur Overseas Student and Scholars Association, en 1993.

  • Abbas  servira  plus tard les États-Unis à Guantanamo en tant que linguiste et traducteur. Cela a fait  douter  certains net-citoyens de sa  légitimité  à s’exprimer sur les questions relatives aux droits de l’homme.

• 2001 15 juin – Lors de la réunion inaugurale de l’Organisation de coopération de Shanghai, la Chine a identifié les « trois maux » (le terme chinois 股势 est plus proche des « trois forces » ou des « trois influences ») : l’extrémisme (极主), le séparatisme (裂主) et le terrorisme (怖主). Elle a depuis appliqué ce cadre au problème du terrorisme au Xinjiang. (voir  La Convention de Shanghai sur la lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme )

• 2001 11 septembre – Les attentats du 11 septembre ont coûté la vie à 2 977 personnes (sans compter les auteurs). En réponse, les États-Unis commencent à mener la « guerre contre le terrorisme » et se sont engagés dans des combats dans au moins 24 pays. Cette guerre a déplacé entre 37 et 59 millions de personnes, selon un  récent rapport  (septembre 2020) de l’Université Brown. Ce rapport note également que 801 000 personnes sont mortes directement du combat, mais que les « morts indirectes » pourraient atteindre jusqu’à 3,1 millions après une guerre qui dure depuis près de deux décennies.

• 2002 11 septembre – Les Nations  Unies enregistrent  l’ETIM/TIP en tant qu’organisation terroriste à la  demande  des gouvernements de l’Afghanistan, de la Chine, du Kirghizistan et des États-Unis. Le Département d’État des États-Unis avait précédemment  désigné  l’ETIM/TIP en vertu  de l’O.E. 13224  interdisant les transactions avec « personnes qui commettent, menacent de commettre ou soutiennent le terrorisme » le 3 septembre 2002, mais ne  désignerait  officiellement l’ETIM/TIP comme organisation terroriste que le 29 avril 2004, bien que cela n’ait jamais été reflété sur le  site Web  du Département d’État en 16 ans.

• 2003 15 décembre – La Chine  désigne  l’ETIM/TIP, le WUYC et deux autres organisations comme organisations terroristes.

• 2004 16 avril – Le CMU est fondé à Munich, fusionnant le Congrès national du Turkestan oriental et le WUYC. Son président inaugural est Erkin Alptekin, le fils d’Isa Yusuf Alptekin, un affilié de Guomindang qui était virulemment anti-communiste (au point qu’il s’opposait largement à la Deuxième République du Turkestan oriental soutenue par les Soviétiques) et s’opposait violemment au mariage entre Hans et Ouïghours. Isa Alptekin  est resté actif en Turquie  après la victoire communiste en Chine.

  • Vraisemblablement à peu près à la même époque, l’Association américaine ouïghoure a fondé le  Projet ouïghour des droits de l’homme  (UHRP) avec une  subvention de soutien du National Endowment for Democracy  (NED). L’UHRP a été cofondé par  Nury Turkel, qui est arrivé aux États-Unis en 1995 et a été  nommé  commissaire à la Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale le 26 mai 2020.
  • Depuis, la NED  s’est vantée, le 29 mai 2020,  d’avoir « accordé 8 758 300 $ à des groupes ouïghours depuis 2004, servant de seul bailleur de fonds institutionnel pour les organisations de défense des droits de l’homme et de défense des droits de l’homme ouïghours ».
  • Erkin Alptekin lui-même est un affilié de longue date de la CIA, aidant la CIA à construire un « réseau de contacts avec les éléments séparatistes ouïghours » dans les années 1970 et 1980, et jouissant de relations étroites avec le 14e Dalaï Lama. (voir Raman, Bahukutumbi. «Us & Terrorism in Xinjiang. » Groupe d’analyse de l’Asie du Sud (document no 499) (2002).)

• 26 novembre 2006 – Rebiya Kadeer est  élue  présidente de la CMU. Kadeer avait été  condamnée  à 8 ans de prison pour avoir fourni des informations d’État à des entités étrangères en 2000. C’était après une carrière en tant que propriétaire d’entreprise, vice-présidente de la Fédération de l’industrie et du commerce du Xinjiang, vice-présidente de l’Association des femmes entrepreneurs du Xinjiang et en tant que membre de la 8e Conférence consultative politique du peuple chinois. Elle a été libérée le 17 mars 2005 pour se faire soigner aux États-Unis à condition qu’elle ne se livre à aucune activité subversive à l’étranger.


ii. Violences et troubles (2009-2016)

L’ampleur de la violence terroriste en Chine pendant cette période n’est pas bien connue en Occident. Bien qu’il y ait eu de nombreuses attaques entre 1990 et 2016 et que toutes les informations ne soient pas encore disponibles, certaines attaques très médiatisées sont les suivantes :

• 2009 5 juillet Les émeutes d’Urumqi, 197 morts, 1700 blessés. Les enquêtes chinoises allèguent que les émeutes ont été provoquées par des entités étrangères telles que la CMU pour saper la stabilité et l’unité régionales. En passant, en raison de l’échec de Facebook à fournir des informations au gouvernement chinois après les attaques, les médias sociaux occidentaux  ont été interdits  en Chine.

• 28 octobre 2013 Attaque deTiananmen, 5 morts, 40 blessés. Usmen Hasan, avec sa mère et sa femme, conduit une jeep à travers une foule sur la place Tiananmen à Pékin avant de mettre le feu au véhicule. Les autorités trouvent des « contenus religieux extrémistes » et un drapeau djihadiste dans les restes du véhicule.

• 2014 1er mars Attaque de la gare de Kunming, 31 morts, 141 blessés. Huit assaillants ont fait irruption dans la gare de la ville, poignardant des gens au hasard avant l’arrivée de la police sur les lieux. Les responsables identifient le chef du groupe comme Abdurehim Kurban, et affirment que les insignes et les drapeaux portés par les assaillants indiquent que l’implication politique est celle des séparatistes du Turkestan oriental. La communauté internationale, y compris la porte-parole du département d’État américain Jen Psaki, se joint à la Chine pour  dénoncer  l’attaque comme un acte de terrorisme.

• 22 mai 2014 Attaque d’Urumqi, 39 morts et 94 blessés alors que des assaillants conduisent deux voitures dans un marché bondé et jettent des explosifs vers les bâtiments environnants.

• 2014 30 juillet Assassinat  de l’imam Jume Tahir à la mosquée Id Kah après la prière du matin. Tahir était l’imam pratiquant d’Id Kah, la plus grande mosquée de Chine, ainsi qu’un député du Congrès national du peuple et vice-président de l’Association islamique de Chine. Tahir avait appelé à la paix et à la stabilité dans un contexte de montée de la violence dans la région. (voir aussi )

• 6 septembre 2016 – Les services de sécurité d’État du Kirghizistan  ont attribué  l’attentat suicide de l’ambassade de Chine à Bichkek à l’ETIM/TIP.


iii. Politique antiterroriste chinoise et contexte international (2012-2016)

• 2012 30 octobre – Les autorités chinoises  annoncent  que depuis mai 2012, l’ETIM/TIP participe à la guerre civile syrienne, qui avait commencé au début de 2011. (Rapport  ultérieur de l’Agence Anadolu  de 2014)

• 2014 25 mai – La région autonome ouïghoure du Xinjiang émet une  notification  « Frapper fort contre les activités terroristes dans les limites de la loi », indiquant un tournant de l’attention sur le problème du terrorisme au Xinjiang.

• 2015 – Un «complot de passeport turc» (voir le  rapport du Global Times) est exposé dans lequel la Turquie a fourni de faux passeports à des ressortissants chinois dans des pays tiers (généralement la Thaïlande et la Malaisie) pour leur  passage  depuis la Turquie.

• 2015 1er janvier Shohrat Zakir, un cadre du PCC de nationalité ouïgoure, assume son poste actuel de président de la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Il reste en outre secrétaire adjoint du Parti de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, poste qu’il occupe depuis décembre 2014, et secrétaire du groupe du parti du Comité permanent du Congrès populaire de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, poste qu’il occupe depuis décembre 2013. C’est l’aboutissement d’une carrière de plusieurs décennies au service du PCC et du Xinjiang, y compris au sein du Comité permanent du Parti du Xinjiang Production and Construction Corps (XPCC) de décembre 2005 à juin 2011.

• 2015 29 mai – La Chine  reçoit  un prêt de la Banque mondiale dans le domaine du « Xinjiang Technical and Vocational Education and Training Project », un projet quinquennal qui durera jusqu’au 30 avril 2020. Il s’agit du «quatrième projet d’enseignement et de formation technique et professionnel que la Banque mondiale soutient en Chine depuis 2007». Ce prêt sera examiné par la Banque mondiale plus tard le 11 novembre 2019. Au 31 mars 2019, il a été signalé que 113 880 élèves s’étaient inscrits dans des écoles financées par ce projet, dont 40 413 femmes et 65 015 étaient des minorités.

• Juillet 2015 – La Thaïlande  rapatrie  109 ressortissants chinois qui se seraient dirigés vers la Turquie pour rejoindre des groupes terroristes en Syrie. Quelques semaines plus tard, le 17 août 2015, des terroristes  ont fait exploser  une bombe à Bangkok, faisant 20 morts. 2 ressortissants chinois de nationalité ouïghoure ont été inculpés. La théorie dominante est qu’il s’agissait de représailles pour le rapatriement.

• Mi-2015 – L’ETIM/TIP s’installe dans la province d’Idlib, en Syrie, en particulier dans la ville de Jisr al-Shughur, près de la frontière avec la Turquie. L’occupation de Jisr al-Shughur par l’ETIM/TIP est marquée par «l’évolution démographique» (p. 15) et  la violence sectaire.

• Octobre 2015 – La France commence à exploiter des «programmes de déradicalisation». Il semblerait que ces programmes aient depuis suscité la plupart des critiques de la part du public, mais le discours occidental dominant n’a pas accusé la France de génocide culturel.

  • Alors que le programme de déradicalisation de la France a largement suscité la controverse, des programmes comme celui  du Danemark  précédent la France sont passés inaperçus, même salués comme un « programme révolutionnaire de déradicalisation axé sur la possibilité de se réinsérer par rapport à la punition ».
  • Un an plus tard, en octobre 2016, le Royaume-Uni a lancé le «Programme de désistance et de désengagement» visant à « s’attaquer aux causes profondes du terrorisme, à renforcer la résilience et à contribuer à la déradicalisation des individus ».
  • Le New York Times a fait état du  programme de déradicalisation  du Kazakhstan le 10 août 2019.

• 27 décembre 2015 – Le 12e Comité permanent du Congrès national du peuple adopte la «loi antiterroriste» (texte en langue chinoise), la première du genre dans le pays.

• 2016  Chen Quanguo  est nommé secrétaire du parti de la région autonome ouïghoure du Xinjiang et premier commissaire du Corps de production et de construction du Xinjiang (le premier commissaire du XPCC est toujours détenu par le secrétaire du parti du Xinjiang). Comme son précédent mandat de 2011 à 2016 était celui de secrétaire du Parti de la région autonome du Tibet, les ONG occidentales citent l’influence de Chen pour l’augmentation présumée des violations des droits de l’homme au Xinjiang. Un an plus tard, en 2017, Chen serait nommé au Politburo tout en conservant ses deux postes.

• 23 décembre 2016 Adrian Zenz  commence la réorientation de sa carrière vers le Xinjiang après un bref passge consacré à la langue et la culture tibétaines (et les écrits chrétiens “nés de nouveau”) avec un  article  d’Affaires étrangères sur la police et l’appareil de surveillance du Xinjiang.


b. 2017-Présent

Le déclin de la gravité de la violence extrémiste au Xinjiang vers 2017 a coïncidé avec des antagonismes élevés dans les relations entre les États-Unis et la Chine. Le document inaugural de la Stratégie de sécurité nationale de l’administration Trump  a identifié  la Chine comme une menace stratégique pour la puissance américaine, ouvrant la voie à des attaques commerciales, technologiques et idéologiques toujours en cours contre la Chine. Pendant ce temps, les États-Unis ont soulevé la question du Xinjiang dans les organismes internationaux et la législation fédérale dans le cadre de leurs efforts pour isoler la Chine sur la scène mondiale.

Je. Les graines de la controverse (2017-août 2018)

• 2017 6 mars – Le président Donald Trump signe  le décret exécutif 13780, « Protecting the Nation from Foreign Terrorist Entry into the United States », ou « Travel Ban 2.0 », qui remplace EO 13769 publié le 27 janvier 2017. Il a initialement interdit l’entrée de citoyens d’Iran, d’Irak, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, tous des pays à majorité musulmane. Tout cela a été fait rapidement après que le président Trump a pris ses fonctions le 20 janvier 2017, après avoir ardemment préconisé une « interdiction musulmane » lors de sa candidature (voir la dissidence de J. Sotomayor dans  Trump c. Hawaii).

• 2017 14 mars – Zenz rejoint china brief de la Fondation Jamestown et poursuit son pivot vers le Xinjiang, se concentrant d’abord sur la titrisation du Xinjiang. (2017-3-14 Article,  2017-9-21 Article, article  2018-3-12) Fait intéressant, l’article d’Adrian Zenz du 14 mars 2017 a été considéré comme une «évaluation juste», même si biaisée, par Ian Goodrum, écrivain et rédacteur numérique pour China Daily, indiquant qu’il peut y avoir eu un moment où Adrian Zenz ne se sentait pas aussi clairement « dirigé par Dieu » pour une mission contre la Chine, comme il l’a indiqué le  21 mai 2019.

• 2017 29 mars – Le 12e Comité permanent du Congrès populaire de la région autonome ouïghoure du Xinjiang adopte le «Règlement sur la déradicalisation du Xinjiang» (texte en langue chinoise). Les critiques des grands médias contemporains sur « l’interdiction des longues barbes, voiles » (Al-Jazeera) visent l’article 9 du règlement initial et non l’article 14, qui décrit l’éducation et le counseling psychologique dans le cadre du travail de déradicalisation.

• 2017 11 mai – L’ambassadeur syrien  dit  à la Chine que jusqu’à 5000 Ouïghours ethniques combattaient dans divers groupes militants en Syrie.

• 2017 1er juin – La Chine publie le livre blanc «Human Rights in Xinjiang – Development and Progress».

• 2017 1er août – La CMU commence l’activisme et  écrit  sur les « camps d’internement », citant avril et mai comme les premiers mois de détention des citoyens ouïghours. Les rapports sporadiques comprennent :

  • 10 septembre 2017 Rapport de Human Rights Watch  faisant état de  « milliers » de détenus. Fait intéressant, Human Rights Watch a rapporté que « les médias d’État du Xinjiang, y compris le Xinjiang Daily,  ont rapporté ces installations», ce qui semble contredire le titre de Reuters plus tard en 2018 selon lequel les installations étaient « secrètes ».
  • 22 janvier 2018 Radio Free Asia  rapport  affirme « environ 120.000 » détenus sur la base d’informations fournies par une source anonyme du canton de Chasa (peut-être 恰萨乡)
  • 28 février 2018 Article de la politique étrangère d’un « correspondant spécial » sur «A Summer Vacation in China’s Muslim Gulag».
  • 13 mars 2018 Newsweek Japan  article  (japonais) de Naoko Mizutani (chercheuse japonaise précédemment  interdite  de Chine pour son soutien à Rebiya Kadeer) faisant état de ” 890 000 détenus ou plus ” basés sur une “fuite” non vérifiée ” par Istiqlal TV (langue ouïghoure », « fuite d’informations » à 3h14), une plateforme médiatique basée en Turquie prônant le séparatisme chinois. Dirige également le Turkistan Times de langue anglaise.
    • En passant, Rebiya Kadeer a également  déjà visité  le sanctuaire Yasukuni le 14 mai 2012. Le sanctuaire Yasukuni honore, entre autres, 1068 criminels de guerre, dont 14 criminels de guerre de classe A, selon le Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient.

• 2017 Septembre – Vraisemblablement à cette  époque, Rushan Abbas fonde la Campagne pour les  Ouïghours.

  • Le 12 novembre 2017, Dolkun Isa  prend  la place de Rebiya Kadeer à la présidence du Congrès mondial ouïghoure. Bien que Kadeer a dit, « Il est temps pour la jeune génération de prendre le rôle de leadership à la CMU », Isa semble avoir été impliqué dans la diaspora des organisations ouïghoures plus longtemps qu’elle, au moins manifestement (depuis au moins 1996 pour Isa et depuis au moins 2005 pour Kadeer).
  • De même, Omer Kanat a pris en 2017 les fonctions de  président du  Comité exécutif du Congrès mondial ouïghour et de directeur  du Projet des droits de l’homme ouïghours.

• 2018 26 avril – Mike Pompeo, ancien directeur de la CIA et notoirement  fier  de mentir, de tricher et de voler, prend ses fonctions de secrétaire d’État, annonçant une nouvelle ère de détérioration rapide des relations américano-chinoises.

  • Avant d’assumer le poste de diplomate le plus important des États-Unis, Pompeo  avait  une longue et distinguée histoire d’être un islamophobe implacable. Entre  autres cas, il a déclaré  que « le silence [dans la condamnation des attentats de Boston en 2013] a rendu ces dirigeants islamiques à travers l’Amérique potentiellement complices ».

• 2018 15 mai – Zenz commence à fixer ses yeux sur le programme de déradicalisation du Xinjiang et critique l’éducation comme un travail de déradicalisation autorisé par l’article 14 du Règlement sur la déradicalisation du Xinjiang. Entre “plusieurs centaines de milliers et un peu plus d’un million” de détenus sont “estimés” à partir d’ “informations provenant de diverses sources”… , citant notamment l’article de Naoko Mizutani sur Newsweek Japon.

• 2018 29 mai – Le Département d’État des États-Unis, Office of International Religious Freedom publie le Rapport 2017 sur la liberté religieuse internationale. Son rapport sur la Chine  soulève des  préoccupations que « les groupes de défense des droits de l’homme et d’autres ont signalé des centaines de milliers de musulmans ouïghours … envoyés de force dans des camps de rééducation… »

• 2018 3 août – Les défenseurs chinois des droits de l’homme publient un rapport intitulé «China: Massive Numbers of Ugyghurs & Other Ethnic Minorities Forced into Re-education Programs». Il s’agit d’un rapport prenant huit personnes interrogées anonymes et extrapolant 1 million d’incarcérations (voire jusqu’à 3 millions) de leurs déclarations non vérifiées.


ii. Enracinement des récits (août 2018-janv. 2020)

• 2018 10 août – Réunion du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale. C’est là que Gay McDougall a allégué des camps de concentration, propulsant la controverse sur le programme de déradicalisation en général, et les centres professionnels en particulier, dans le large discours public pour la première fois. (communiqué de presse, 2018-8-13)

  • Reuters le même jour l’a signalé à tort comme « L’ONU dit qu’il a des rapports crédibles que la Chine détient des millions d’Ouïghours dans des camps secrets.» La plupart des organes de presse n’ont pas précisé que le CERD de l’ONU, et encore moins un seul membre du comité, ne peut parler au nom de l’ONU; Gay McDougall a dit qu’elle avait des rapports crédibles, mais ne les a pas cités.
    • Réfutation de Grayzone  par Ben Norton & Ajit Singh
  • Le communiqué de presse se lit en fait comme suit : « Les experts du Comité, dans le dialogue qui a suivi, ont félicité la Chine d’avoir créé une prospérité extraordinaire et d’avoir sorti des centaines de millions de personnes de la pauvreté, y compris dans les huit provinces et régions multiethniques, mais restent préoccupés par l’inégalité croissante, en particulier pour les minorités ethniques qui ont continué à vivre de manière disproportionnée la pauvreté… Une grande source de préoccupation est la discrimination raciale dans le contexte des lois luttant contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme, en particulier contre les Tibétains, les Ouïghours et d’autres minorités ethniques. (Comme il s’avère, Gay McDougall était à la fois le seul Américain à la réunion et la seule personne à la réunion à évoquer des « camps d’internement »)

➤ 2018 August 20 – While being interviewed by Max Blumenthal from the Grayzone, Omer Kanat admits that the “one million” figure was from “Western media estimates.” 

– 2018 6 septembre – Adrian Zenz publie « Thoroughly Reforming Them Towards a Healthy Heart Attitude: China’s Political Re-Education Campaign in Xinjiang » dans le Central Asian Survey, une version d’article révisée par les  pairs  du rapport de Zenz du 15 mai 2018. Zenz y clarifie les sources de son estimation d'”environ 1.060.000 »: l’article de Naoko Mizutani sur Newsweek Japon et Radio Free Asia.

• 2018 9 octobre – Le 13e Comité permanent de la région autonome du Xinjiang Uygur Congrès populaire modifie le « règlement sur la déradicalisation du Xinjiang » (texte chinois modifié  ici) pour définir expressément l’enseignement professionnel comme stratégie centrale pour le travail de déradicalisation  (rapportdu Global Times,  rapportdu SCMP ) (Changements pertinents : article 14 modifié; Articles 17, 21 et 33 ajoutés).

  • Il est important de noter que l’enseignement professionnel n’est pas propre au Xinjiang. Par exemple, le ministère de l’Éducation a indiqué en 2015 que  7,25 millions d’étudiants adultes  suivaient des études supérieures non universitaires, alors que le ministère a indiqué en 2018 que  11,3 millions d’étudiants  étaient inscrits dans des collèges professionnels. Le livre blanc “Emploi et droits du travail au Xinjiang” prévoit en outre que de 2014 à 2019 ” Le Xinjiang a dispensé des sessions de formation [formation professionnelle] à une moyenne de 1,29 million de travailleurs urbains et ruraux [par an], dont 451 400 dans le sud du Xinjiang. » Ce chiffre de 1,29 million concerne ici l’ensemble de l’enseignement professionnel, et pas seulement les personnes qui suivent une formation professionnelle dans le cadre du programme de déradicalisation.

• 2018 1er novembre – L’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) publie «Mapping Xinjiang’s ‘re-education’ camps», un rapport analysant l’imagerie satellitaire. Principalement, l’ASPI analyse « 28 installations », mais allègue 181 (Agence France-Presse) ou « jusqu’à 1 200 » (Adrian Zenz) de ces installations, bien qu’un examen de leurs sources citées ne révèle aucune base de preuve pour de telles allégations. (Note : L’ASPI est principalement  financée  par le gouvernement australien et entretient de solides relations de financement avec des fabricants d’armes comme Raytheon et Lockheed Martin)

• 2018 15 novembre – La Chine publie le livre blanc «Protection et développement culturels au Xinjiang».

• 2018 19 décembre – S’appuyant sur le personnel et les témoins de l’ASPI, AP  condamne  Hetian Taida Apparel pour avoir utilisé le « travail forcé » en raison de son  association publique  avec un programme de formation professionnelle, dont AP a insinué qu’il s’agissait de « camps de concentration ». L’affaire Hetian Taida Apparel est la naissance des allégations de « travail forcé » dans la controverse actuelle.

• 2018 28-30 décembre – Des diplomates de 12 pays (Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Inde, Pakistan, Indonésie, Malaisie, Afghanistan, Thaïlande et Koweït)  visitent  le Xinjiang. La diplomate pakistanaise Mumtaz Zahra Baloch  a indiqué  que la délégation avait eu un accès complet et ouvert à trois centres professionnels et qu’elle n’avait “trouvé aucun cas de travail forcé ou de répression culturelle et religieuse” lors de ses tournées dans la région.

• 2019 6 janvier Visite  de Reuters Xinjiang.

• 2019 Du 9 au 16 janvier – Un groupe de médias de 12 représentants de 6 pays (Égypte, Turquie, Pakistan, Afghanistan, Bangladesh et Sri Lanka)  visite  le Xinjiang.

• 22 janvier 2019 – L’Organisation de la coopération islamique annonce sa  visite d’une semaine  en Chine. Il s’agit vraisemblablement de la visite sur laquelle se fonde la résolution ultérieure de l’OCI.

• 2019 25-31 janvier – Une délégation de médias d’Égypte  se rend  au Xinjiang.

• 2019 16-19 février – De hauts diplomates des missions permanentes de huit pays à l’Office des Nations Unies à Genève  visitent  le Xinjiang.

• 2019 22-27 février – Un groupe de 11 journalistes d’Indonésie et de Malaisie, dans le cadre de la tournée de l’ASEAN Elites China Tour 2019,  visite  le Xinjiang.

• 2019 25-27 février – Environ 200 représentants de 50 partis politiques de près de 30 pays  se rendent  à Urumqi Xinjiang pour une réunion visant à mettre en valeur la politique ethnique de la Chine au Xinjiang.

• 2019 28 février-2 mars – Des diplomates du Myanmar, de l’Algérie, du Maroc, du Vietnam, de la Hongrie, de la Grèce, de Singapour et de la mission de la Ligue des États arabes  visitent  le Xinjiang.

• 2019 1er-2 mars – 46e session du Conseil des ministres des affaires étrangères, organisation des résolutions de coopération islamique  sur les communautés musulmanes et les minorités musulmanes dans les États membres non membres de l’OCI  (OCI/CFM-46/2019/MM/RES/FINAL), ¶20 de la résolution no 1/46-MM [pg.5] (« … salue les efforts déployés par la République populaire de Chine pour prodiguer des soins à ses citoyens musulmans… »).

• 2019 18 mars – La Chine publie le livre blanc «The Fight Against Terrorism and Extremism and Human Rights Protection in Xinjiang». Un programme d’emploi de transfert pour 100 000 personnes a été mentionné et serait vraisemblablement l’objet de consternation dans le rapport de l’ASPI de mars 2020 alléguant l’esclavage.

• 25 mars 2019 – L’Union européenne  rejette  l’offre de la Chine d’une tournée au Xinjiang, mais se dit ouverte à une fois plus tard. L’UE camperait sur son annonce de la pluie pendant 539 jours avant d’exiger une fois de plus des enquêtes « indépendantes » sur le Xinjiang le 14 septembre 2020, malgré les  près de 1.000 membres du personnel des milieux diplomatique, médiatique et universitaire  qui ont été invités à se rendre au Xinjiang en 2019.

• 2019 27-29 mars – Milan Bacevic, ambassadeur serbe en Chine, et Selim Belortaja, ambassadeur albanais en Chine,  visitent  le Xinjiang.

• 2019 7 mai – NPR publie son rapport sur sa  visite  dans un centre professionnel.

• 2019 10 mai – Val Thompson, fondateur et éditeur d’International Focus Magazine – Houston, écrit sur ses expériences  en visite  au Xinjiang. Il affirme que dans son groupe de visiteurs des médias figuraient des journalistes de « l’Afghanistan, de l’Égypte, de la Belgique, du Bangladesh, du Bélarus, de la Jordanie, du Japon, d’Israël, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de l’Iran, de l’Inde, de la Malaisie, du Maroc, du Pakistan, de l’Arabie saoudite, du Qatar, de la Russie, des Émirats arabes unis, des États-Unis, de la Suisse et d’une délégation de Genève ».

• 2019 15 juin – Le Secrétaire général adjoint du Bureau des Nations Unies contre le terrorisme, Vladimir Voronkov, se rend au Xinjiang et  parvient à un « large consensus» avec la Chine sur la question de la lutte contre le terrorisme.

• 2019 18 juin Visite  de la BBC dans un centre professionnel.

• 2019 18-21 juin – Des diplomates de 14 pays (dont l’Algérie, le Burkina Faso, le Congo (République démocratique), le Laos, la Malaisie, le Nigeria, la Serbie, la Somalie, le Tadjikistan, le Togo) et un représentant de l’Organisation de la coopération islamique basée à Genève  visitent  le Xinjiang.

• 2019 1er juillet – Les manifestants de Hong Kong prennent d’assaut et vandalisent le Conseil législatif. Il semblerait que les médias occidentaux passeraient la majeure partie de l’été restant fixés sur Hong Kong.

• 2019 8 juillet, 12 – 41e session du Conseil des droits de l’homme. Deux lettres communes ont adopté des points de vue opposés sur la conduite de la Chine au Xinjiang.

  •  A/HRC/41/G/11  [critique] – Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Islande, Irlande, Japon, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni [22]
  •  A/HRC/41/G/17  [soutien] – Algérie, Angola, Bahreïn, Bangladesh, Bélarus, Bolivie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Comores, Congo (République démocratique de), Congo (République d’), Cuba, Djibouti, Égypte, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon, Iran, Irak, Corée (République populaire démocratique de), Koweït, Laos, Mozambique, Myanmar, Népal, Nigeria, Oman, Pakistan, Philippines, Russie, Arabie saoudite, Serbie, Somalie, Soudan du Sud, Sri Lanka, Soudan, Syrie, Tadjikistan, Togo, Turkménistan, Ouganda, Émirats arabes unis, Ouzbékistan, Venezuela, Yémen, Zambie, Zimbabwe, Palestine [50]

• 2019 12 juillet – Adrian Zenz pousse l’angle du « travail forcé » avec son article «Beyond the Camps: Beijing’s Grand Scheme of Forced Labor, Poverty Alevisation and Social Control in Xinjiang», qui ne serait pas examiné par les pairs jusqu’à sa  publication  dans le Journal of Political Risk (un journal ayant une longue histoire d’implication avec  l’armée  et le  renseignement américains) le 10 décembre 2019. Zenz s’appuie sur des alarmistes au sujet des programmes chinois de réduction de la pauvreté et des programmes d’aide en partenariat (par lesquels une province plus riche apporte une aide monétaire et matérielle aux provinces les plus pauvres, se manifestant dans les usines ou  le soutien éducatif) pour tirer des conclusions fantaisites de travail forcé. Un tel atelier de réduction de la pauvreté mentionné dans le rapport de Zenz peut être vu dans la  vidéo de ce vlogger.

• 2019 Du 14 au 22 juillet – Des journalistes de 24 pays, dont l’Inde, l’Iran, l’Italie, le Japon, le Pakistan, la Russie, l’Arabie saoudite, la Thaïlande, la Turquie, les États-Unis et l’Ouzbékistan  visitent  le Xinjiang.

  • Tunç Akkoç, directeur général du quotidien turc Aydınlık Daily (journal du turc Vatan Partisi), était l’un des journalistes de ce voyage. Son rapport publié sur Xinhua est  le suivant. (2019-8-11)
  • Aydınlık Daily et Vatan Partisi ont depuis réprimandé la position des États-Unis dans la controverse (Aydınlık  2020-2-21,  déclaration de Vatan Partisi rapportée dans Aydınlık  2020-9-10 [langue turque]).

• 21 juillet 2019 – La Chine publie le livre blanc «Historical Matters Concerning Xinjiang».

– 2019 17 août – La Chine publie le livre blanc «Vocational Education and Training in Xinjiang» (c’est le livre blanc qui affirme qu’« aucun incident terroriste n’a eu lieu au Xinjiang depuis près de trois ans depuis le début de l’éducation et de la formation »).

• 2019 17-23 août – Un groupe de médias de 16 pays dont l’Afghanistan, le Bangladesh, l’Inde, le Japon, le Kazakhstan, le Pakistan, le Qatar, la Russie, la Turquie et les Émirats arabes unis  visitent  le Xinjiang.

• 2019 19-21 août – Des diplomates du Laos, du Cambodge, des Philippines, du Népal, du Sri Lanka, de Bahreïn et du Nigeria  visitent  le Xinjiang.

• 2019 28 août-1er septembre – Des diplomates du Yémen, de guinée équatoriale, du Mozambique, de Zambie, de Côte d’Ivoire, d’Afrique du Sud, d’Éthiopie et du Zimbabwe  visitent  le Xinjiang.

• 2019 29 août  Visite  d’ABC dans les centres professionnels.

• 2019 du 9 au 12 septembre – Des diplomates de 16 pays africains (dont le Burundi, Djibouti, l’Ouganda, le Lesotho, le Soudan et le Zimbabwe) et l’Union africaine  visitent  le Xinjiang.

• 2019 17 octobre – Amy K. Lehr & Mariefaye Bechrakis du Center for Strategic and International Studies (CSIS) publient «Connecting the Dots in Xinjiang: Forced Labor, Forced Assimilation, and Western Supply Chains». Fait notable, au cours des 10 mois qui se sont écoulés depuis le rapport Hetian Taida Apparel, les chercheurs n’ont pas d’autre « arme fumante » pour le travail forcé au Xinjiang, et se retrouvent avec des témoignages et une logique zenzienne selon laquelle la formation professionnelle et la réduction de la pauvreté rurale comportent « un risque important que, dans de nombreux cas, les détenus et les ruraux pauvres ne participent pas par choix », sans rien pour soutenir cette affirmation.

  • Réfutation du Global Times  10/25

• 2019 29 octobre – 74e session de l’Assemblée générale, Troisième Commission (A/C.3/74/SR.37).

  • Au total, 24 pays et l’Union européenne ont critiqué la position de la Chine sur le Xinjiang
    • ¶41 – Déclaration conjointe du Royaume-Uni au nom de lui-même, Albanie, Autriche, Australie, Belgique, Canada, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Islande, Irlande, Japon, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Suède, États-Unis
    • Représentés dans une déclaration commune et critiqués à titre individuel : États-Unis (¶43)
    • Critiqué à titre individuel : Union européenne (¶58), Turquie (¶45)
  • Au total, 57 pays ont soutenu la position de la Chine sur le Xinjiang
    • ¶40 – Déclaration commune du Bélarus au nom de lui-même, Angola, Antigua-et-Barbuda, Bangladesh, Bolivie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Chine, Comores, Congo (République démocratique d’), Congo (République d’), Cuba, Djibouti, Égypte, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Iran, Irak, Corée (République démocratique du peuple), Laos, Mauritanie, Mozambique, Myanmar, Népal, Nicaragua, Niger, Nigeria, Oman, Pakistan, Philippines, Russie , Serbie, Sierra Leone, Îles Salomon, Soudan du Sud, Sri Lanka, Soudan, Suriname, Syrie, Togo, Ouganda, Émirats arabes unis, Tanzanie, Venezuela, Zambie, Zimbabwe, Palestine
    • Représentés en déclaration commune et soutenus à titre individuel : Bolivie (¶56), Burundi (¶52), Cambodge (¶49), Cameroun (¶48), Chine (¶66), Cuba (¶53), Congo (République de) (¶77), Guinée équatoriale (¶1 60), La Guinée (¶70), le Laos (¶76), le Myanmar (¶61), le Nicaragua (¶64), la Corée (République populaire démocratique de) (¶73), le Pakistan (¶68), la Syrie (¶55), le Zimbabwe (¶57)
    • Soutenu à titre individuel : Éthiopie (¶72), Kirghizistan (¶59), Arabie saoudite (¶75 – note : soutien qualifié)

• Novembre 2019 – En novembre, l’ancien vice-président de la Chambre des représentants indonésienne Fahri Hamzah a conduit une délégation à  se rendre  au Xinjiang.

• 2019 11 novembre – La Banque mondiale publie une  déclaration  concernant sa visite au Xinjiang concernant les centres professionnels, ne trouvant aucune anomalie.

– 2019 16 novembre – Le New York Times publie un article sur les «documents divulgués» concernant le Xinjiang. Ces documents avaient d’étranges  erreurs  grammaticales et ont été désavoués comme  faux.

• 2019 5 décembre – LA CGTN publie  deux   émissions spéciales  sur le terrorisme au Xinjiang, avec des images jamais rendues publiques auparavant, y compris des images des attaques susmentionnées. Ils ont été mis à la disposition de YouTube le 11 décembre.

• 2019 9 décembre – Xinhua  rapporte  que les étudiants « participant à des programmes d’éducation et de formation de chinois parlé et écrit standard, comprenant le droit, les compétences professionnelles et la déradicalisation dans les centres d’enseignement et de formation professionnels » ont tous obtenu leur diplôme.

D’ici la fin de 2019 –


iii. Les USA poursuivent leur action unilaterale (janv. 2020-présent)

• 2020 23 janvier – Après avoir confirmé la transmission interhumaine de COVID-19 en tandem avec l’Organisation mondiale de la Santé, la Chine verrouille la ville de Wuhan et plus tard toute la province du Hubei. Tout en poussant la question du Xinjiang, les médias occidentaux se sont fixés sur la réponse à la pandémie, utilisant la souffrance humaine pour pousser en avant un programme  politique  et souvent  raciste.

• 2020 Février – Adrian Zenz publie un rapport sur la «liste Karakax» dans le Journal of Political Risk, soi-disant un document divulgué de 2017 fourni par le Projet ouïghour des droits de l’homme prouvant la collecte d’informations sur 3 000 Ouïghours et la détention de 311 d’entre eux dans le comté de Karakax (Moyu).

• 2020 1er mars – L’ASPI publie «Ouïghours à vendre», un rapport faisant état du travail forcé (et, notamment, de l’esclavage) des Ouïghours dans toute la Chine. Cela semble examiner le programme d’emploi de transfert d’un livre blanc chinois publié plus tôt. Il s’appuie également sur le matériel précédemment fourni par Adrian Zenz et le SCRS.

• 2020 4 avril – La Chine  organise  une cérémonie nationale de deuil pour les victimes et les premiers intervenants de COVID-19. La capacité de la Chine à contenir la COVID contraste fortement avec celle des États-Unis, qui ont déclaré l’état d’urgence le 13 mars et ont depuis vu sa situation s’aggraver considérablement. Les États-Unis accélèrent l’escalade des tensions avec la Chine.

• 2020 17 juin – Le président Trump signe la loi ouïghoure sur la politique des droits de l’homme, mettant fin à un processus entamé après son adoption pour la première fois en tant que projet de loi par le Sénat le 11 septembre 2019.

• 2020 Juin 18 – CGTN publie une autre spéciale sur le terrorisme au Xinjiang,  Tianshan: Still Standing.

• 2020 29 juin – Adrian Zenz publie un rapport faisant état d’une  stérilisation  massive des Ouïghours par l’intermédiaire de la Fondation Jamestown. Ce rapport a une  erreur mathématique flagrante.

• 2020 Juillet – 44e réunion du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, au cours de laquelle deux déclarations conjointes ont pris des partis opposés quant à la conduite de la Chine au Xinjiang

  •  [critique]  (2020-6-30) – Royaume-Uni au nom de lui-même, Australie, Autriche, Belgique, Belize, Canada, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Islande, Irlande, Japon, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Îles Marshall, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Palau, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse [27]
  •  [soutien]  (2020-7-1) – Le Bélarus en son nom, Bahreïn, Burundi, Cambodge, Cameroun, République centrafricaine, Chine, Comores, Congo (République d’), Cuba, Djibouti, Égypte, Guinée équatoriale, Érythrée, Guinée, Guinée Bissau, Iran, Irak, Corée (République populaire démocratique d’), Laos, Lesotho, Mozambique, Myanmar, Népal, Nicaragua, Niger, Oman, Pakistan, Palestine, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Russie, Arabie saoudite, Serbie, Îles Salomon, Soudan du Sud, Sri Lanka, Soudan, Suriname, Syrie, Togo, Émirats arabes unis, Venezuela, Yémen, Zambie, Zimbabwe [46]
  • La déclaration critiquant a également attaqué la souveraineté de la Chine sur Hong Kong, conduisant à une déclaration conjointe le même jour  sur Hong Kong  faite par Cuba au nom de 53 pays.

2020 6 juillet – Le comité de rédaction du Washington Post publie l’article d’opinion intitulé « What’s happening in Xinjiang is genocide», marquant l’escalade rapide des allégations. L’avis fait référence à de « nouvelles preuves » de stérilisations forcées, mais ne cite que le rapport d’Adrian Zenz de juin 2020 pour la Jamestown Foundation et un « rapport d’enquête » de l’Associated Press qui s’appuie également sur les recherches de Zenz.

• 2020 16 juillet – Un résident d’Urumqi est  considéré  comme un porteur asymptomatique de COVID-19 (source chinoise), conduisant à un  groupe  COVID-19 identifié à Urumqi, Xinjiang, qui avait jusqu’alors vu des cas minimes depuis le 25 janvier. Cependant, les  efforts  de la Chine pour  combattre  le COVID au Xinjiang ne sont pas signalés.

  • En passant, des photos du 19 février 2020 montrent des médecins, des policiers et des gardes-frontières à cheval sur les plaines enneigées de Kurte (Ku’erte) (près de la frontière avec la Mongolie), le comté de Fuyun, la préfecture d’Altay, la région autonome d’Ouygur du Xinjiang (Business Insider  et people’s Daily Wechat  Post). Cela démontre l’ampleur de la réponse de la Chine, car les fonctionnaires ont veillé à ce que chaque personne soit prévenue, en l’occurrence les citoyens agro-pastoraux dans les régions frontalières.

• 2020 24 juillet – En réponse à la fermeture du consulat chinois à Houston, la Chine a ordonné la fermeture du consulat des États-Unis à Chengdu. Radio Free Asia, entre autres, a émis l’hypothèse  que cela entraverait la collecte de renseignements américains sur le Xinjiang.

• 2020 30 juillet – Amy K. Lehr du SCRS publie un bref «Addressing Forced Labor in the Xinjiang Uyghur Autonomous Region: Toward a Shared Agenda». L’accent est particulièrement mis sur le XPCC, avec des affirmations citées à l’aide de sources de Radio Free Asia, d’Ouïghours Human Rights Project et citizen power initiatives for China (une organisation par ailleurs opaque basée à Brookline, Massachusetts, fondée par Yang Jianli, un soi-disant « survivant de Tiananmen »). Note de bas de page 33 cite  l’article  de Bao Yajun sur le XPCC, mais dénature la source, qui ne mentionne pas les camps de travail comme Lehr affirme.

• 2020 31 juillet – Les États-Unis  imposent  des sanctions mondiales Magnitski au Xinjiang Production and Construction Corps en plus d’accusations selon lesquelles il est lié à des violations des droits de l’homme contre les minorités au Xinjiang. Les sanctions comprennent Chen Quanguo, le premier membre du Politburo à être sanctionné par les États-Unis.

• 2020 30 juillet et 7 août – Coda Story — un contrepoids auto-proclamé à la « désinformation » russe et chinoise financé par les États-Unis et l’UE — présente  deux pièces  visant à saper The Grayzone, Jerry Grey et Carl Zha, quelques-unes des rares sources occidentales à contredire le récit des médias traditionnels sur le Xinjiang.

  • La réfutation de The Grayzone par Ben Norton (8/18).

• 2020 15-16 août Carl Zha  et  Daniel Dumbrill  publient tous deux des entretiens avec Arslan Hidayat, un activiste connu pour avoir répandu de nombreux mensonges sur le Xinjiang en simulant des légendes et en sortant Douyin et d’autres vidéos de leur contexte sur les réseaux sociaux (voir ce fil  Twitter, qui expose également des mensonges similaires de CJ Werlemen, qui écrirait peu après un article alléguant 9 millions incarcérés au Xinjiang). Entre autres choses, Hidayat admet avoir mis de fausses légendes sur des vidéos qu’il publie ainsi que de ne pas avoir de preuves tangibles pour ses allégations, au lieu de s’appuyer sur les médias traditionnels et les « experts » comme Adrian Zenz. Hidayat affiche également une ignorance apparente des contours généraux de l’histoire du Xinjiang et de son peuple.

• 2020 17 août – Radio Free Asia rapporte que  l’hôpital  du Xinjiang tue des bébés, s’appuyant sur des témoins et le rapport mathématiquement suspect d’Adrian Zenz du 29 juin.

• 2020 24 août – CJ Werlemen de Byline Times  rapporte  « des preuves que jusqu’à neuf millions d’Ouïghours sont portés disparus et des allégations selon lesquelles les autorités chinoises envisagent de tuer, d’incarcérer ou de convertir toute la population ». Sa seule source est le Dr Erkin Sidick, président de la Fondation des projets ouïghours et conseiller principal du Congrès mondial ouïghour, qui a quitté la Chine à la fin des années 1980 et dont les propres sources sont des sources anonymes du gouvernement chinois pas nécessairement fiables. Le rapport cite également le rapport mathématiquement suspect de Zenz le 29 juin 2020 et le rapport du NYT du 16 novembre 2019 qui manquait grammaticalement de « liens » pour soutenir les allégations du Dr Sidick autrement sans fondement. Vers la fin de l’article, le Dr Sidick décide de modifier généreusement les statistiques pour prouver ses propres conclusions.

• 2020 25 août – LA CGTN publie un nouveau documentaire rassemblant les expériences des étudiants des centres professionnels,  Mensonges et vérité : Enseignement et formation professionnels au Xinjiang.

• 2020 27 août – Buzzfeed, soutenu par l’ASPI et l’Open Technology Fund (qui fait partie de l’Agence des États-Unis pour les médias mondiaux, qui gère Radio Free Asia, et un  partisan clé  des émeutes de Hong Kong en 2019) entre autres, publie un rapport en deux parties s’appuyant sur des images  satellites, des images  effacées  sur baidu Maps qui sont par ailleurs des événements  courants,  et des  témoignages  pour faire avancer le récit occidental sur le Xinjiang. L’un de ces « camps » est en réalité un  complexe d’appartements avec une cote cinq étoiles.

• 2 septembre 20 – Après environ un mois et demi, le cluster COVID-19 au Xinjiang est contenu et le verrouillage d’Urumqi  est levé.

• 2020 Septembre 9 – Le département d’État américain crée une nouvelle  page  juste pour la propagande des atrocités du « PCC » au Xinjiang, en plus de publier une  courte vidéo condamnante. Ni ajouter quoi que ce soit de nouveau. La page Web s’appuie sur des « preuves récentes et documentées » pour le « contrôle forcé de la population », probablement le rapport mathématiquement suspect d’Adrian Zenz du 29 juin; « Estimations des ONG et rapports des médias » pour le « travail forcé », vraisemblablement les articles effrayants de l’ASPI et du SCRS; et des absurdités non fondées telles que « PCC target[ing] » ….. langue ouïghoure et musique ouïghoure.

• 2020 14 septembre – Les États-Unis  restreignent les importations  de coton et de vêtements en provenance du Xinjiang, citant le « travail forcé ». Les  industries   du coton  et de l’habillement sont importantes pour la réduction de la pauvreté et le développement économique au Xinjiang.

• 2020 15 septembre – La Chine  accepte et organisera la visite  des diplomates de l’Union européenne en Chine.

• 2020 17 septembre – La Chine publie le livre blanc «Emploi et droits du travail au Xinjiang». Certains acteurs ont tordu les statistiques du livre blanc (« Chaque année de 2014 à 2019, le Xinjiang a dispensé des sessions de formation à une moyenne de 1,29 million de travailleurs urbains et ruraux, dont 451 400 dans le sud du Xinjiang ») pour alléguer que la Chine a admis avoir interné « 8 millions » dans des camps (probablement 1,29 x 6 – 7,74 pour obtenir « 8 millions »). Il convient de répéter que ce chiffre inclut l’enseignement professionnel normal ainsi que ceux qui sont formés dans des institutions financées par le projet de la Banque mondiale pour 2015. À ce jour, le gouvernement chinois n’a pas publié de chiffre sur le nombre de personnes ayant fait l’objet d’une formation professionnelle dans le cadre de son programme de déradicalisation.

  • Les statistiques pertinentes dans le chinois d’origine se lisent comme suit: 据计,2014至2019全疆培训00乡各类劳动128.80,???疆培训45.140

2020 22 septembre – Le Congrès des États-Unis adopte la «Loi ouïghoure sur la prévention du travail forcé », autorisant des sanctions contre le Xinjiang Production and Construction Corps et toute autre entité du Xinjiang, laissé à la discrétion du département du Commerce. Il cible expressément les programmes chinois de réduction de la pauvreté et d’aide en partenariat conçus pour développer le Xinjiang et sortir les habitants de la pauvreté absolue. Pour en savoir plus sur l’impact génocidaire des sanctions américaines comme une forme de guerre économique ciblant principalement les civils, voir Robin Davis, Onyesonwu Chatoyer, & Nancy Wright, “Sanctions Kill: The Devastating Human Cost of Sanctions« , Hood Communist (blog), 26 mars 2020.

2020 23 septembre – L’ASPI lance un «Xinjiang Data Project» (qui aurait cartographié « 380 sites de camps de rééducation, de centres de détention et de prisons présumés qui ont été construits ou agrandis depuis 2017 ») avec un rapport d’accompagnement sur «l’effacement culturel». Le premier en particulier a été fortement critiqué en ligne pour désigner  les écoles  et les  bureaux  communs comme camps de concentration et indiquer la  mosquée rénovée Keriya Aitika  comme démolie.

2020 6 octobre – 75e session de l’Assemblée générale, Troisième Commission, Débat général(compte rendu officiel de la réunion en attente)

  • Total 39 pays sur une déclaration commune faite par  l’Allemagne  critiquant la Chine sur le Xinjiang et Hong Kong pour son compte et l’Albanie, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Canada, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Haïti, Honduras, Islande, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Îles Marshall, Monaco, Nauru, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Macédoine du Nord, Norvège, Palaos, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis.
  • Total 45 pays sur une déclaration conjointe de Cuba soutenant la Chine sur le Xinjiang (texte non encore publié, voir  communiqué  par la Mission permanente de la République populaire de Chine aux Nations Unies)
    • Selon  Jerome Taylor  (AFP) et la  CMU, les 45 pays sont l’Angola, Bahreïn, biélorussie, Burundi, Cambodge, Cameroun, République centrafricaine, Chine, Comores, Congo (République d’), Cuba, Dominique, Égypte, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon, Grenade, Guinée, Guinée-Bissau, Iran, Irak, Kiribati, Corée (République populaire démocratique de), Laos, Madagascar, Maroc, Mozambique, Myanmar, Népal, Nicaragua, Pakistan, Palestine, Russie, Arabie saoudite, Soudan du Sud, Sri Lanka, Soudan, Syrie, Tanzanie, Togo, Ouganda, Émirats arabes unis, Venezuela, Yémen, Yémen
      • On ne sait pas encore s’il s’agit de la République du Congo ou de la République démocratique du Congo, comme le colore Jérôme Taylor en République du Congo, mais le CMU dans son tweet a affiché le drapeau de la RDC.
  • Total 55 pays sur une déclaration conjointe du Pakistan soutenant la Chine à Hong Kong (texte non encore publié, voir  communiqué  par la Mission permanente de la République populaire de Chine aux Nations Unies)
  • « Le Koweït a fait une déclaration conjointe au nom de trois États du Golfe, s’opposant à la politisation des questions relatives aux droits de l’homme et à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres sous prétexte de droits de l’homme. » (texte non encore publié, voir  communiqué  par la Mission permanente de la République populaire auprès des Nations Unies)
  • Le ministère des Affaires étrangères  a déclaré  que « près de 70 pays ont soutenu la Chine lors du débat général de la troisième commission de l’Assemblée générale des Nations Unies » « sur sa  position  et ses politiques sur les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang ».

2020 19-22 octobre – Des envoyés diplomatiques postés en Chine de 20 États arabes et de la Ligue arabe  visitent  le Xinjiang.

2020 24 octobre – Un résident du comté de Shufu (Konaxahar), préfecture de Kashgar est considéré comme un transporteur asymptomatique de COVID-19, conduisant à un  groupe identifié  dans la préfecture de Kashgar. La préfecture a été bouclée et, le 27 octobre (3 jours après), l’ensemble de la préfecture, qui compte 4,74 millions d’habitants, a été testée. La couverture médiatique occidentale est muette, semblable à son traitement du cluster d’Urumqi. Selon les données 2018 du Bureau statistique de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, 92,6% de la population de la préfecture est ouïghoure, et 1,4% est de nationalité minoritaire autre que l’Ouïghoure, pour un total de 94% de la population de la préfecture de Kashgar appartenant à des nationalités minoritaires.

2020 3 novembre – L’Association islamique de la région autonome ouïghoure du Xinjiang publie un «Rapport sur la liberté de croyance religieuse au Xinjiang» via Tianshan Net.

2020 5 novembre – Le secrétaire Pompeo  révoque  discrètement la désignation de l’ETIM/TIP en tant qu’organisation terroriste le 20 octobre 2020. L’annonce a été  publiée  le 5 novembre 2020 suscitant peu d’attention.


C. Sur la nature des allégations non fondées

Le Congrès mondial ouïghour a commencé à mener des activités militantes fondées sur l’allégation des « camps de concentration » du Xinjiang en août 2017, quatre mois après la promulgation du Règlement sur la déradicalisation du Xinjiang. La controverse est entrée dans le discours occidental un an plus tard, en août 2018, avec les affirmations non fondées de Gay McDougall au Comité des Nations Unies sur l’élimination de la discrimination raciale.

Durant la période concernée, les allégations de camps de concentration, génocide culturel, génocide démographique, esclavage et stérilisation de masse ont saturé les médias et le discours politique. La faiblesse de la preuve de ces affirmations qui s’aggravent rapidement est mise en évidence par le nombre changeant de détenus présumés, qui est passé de 120 000 sur le bas de gamme à jusqu’à 9 millions sur une population ouïghoure d’environ 12 millions d’habitants (2019).

Alors que les médias occidentaux dépeignent souvent le Xinjiang comme une boîte noire, le Xinjiang n’a en fait jamais été fermé ou limité aux visiteurs extérieurs jusqu’à l’éclatement de COVID-19 en janvier 2020 (contrairement à la région autonome du Tibet, qui exige que la plupart des étrangers acquièrent des permis spéciaux pour visiter). En effet, malgré les près de 1 000 visites d’observateurs extérieurs et de 200 millions de touristes au Xinjiang en 2019, aucune preuve convaincante de génocide présumé au Xinjiang n’a émergé, et l’on observe l’absence totale de toute crise récente des réfugiés en provenance du Xinjiang.

Les photos et les vidéos utilisées de façon fallacieuse pour prouver, montrer ou insinuer les camps de concentration ou le travail des esclaves des habitants du Xinjiang comprennent :

Il est clair que le fardeau des preuves pour réfuter les allégations d’esclavage et de génocide au Xinjiang a été fixé beaucoup plus lourd que le fardeau des preuves pour le dépôt de ces allégations en premier lieu. Avec l’imagination populaire saturée d’images d’atrocités présumées, il est difficile de plaider pour une autre ligne de conduite des États-Unis que les sanctions, l’isolement et l’intervention. Telle est la nature, par intention, de la propagande atroce telle qu’elle a été exercée pour justifier l’aventurisme impérial américain. Au minimum, le contexte et les éléments de preuve fournis dans ce calendrier devraient préciser que des allégations fallacieuses fondées sur des preuves faibles ont été utilisées unilatéralement par les États-Unis et leurs alliés pour noircir la Chine en dépit de l’approbation internationale large pour la politique chinoise au Xinjiang.


3. Ressources

a. Aperçu

Ces lectures sont des aperçus généraux du Xinjiang en général et de la controverse actuelle en particulier. Elles peuvent agir comme des ressources uniques efficaces pour ceux qui cherchent un résumé rapide.

Ang, Matthias et Wong, Kayla. «Différents médias rapportent différemment sur les camps controversés de rééducation du Xinjiang en Chine. Read them all.», Mothership, 21 juillet 2019.

  • Ang et Wong offrent une enquête équitable sur les préjugés et les diagnostics contradictoires de différents reportages sur la controverse du Xinjiang. Les auteurs n’essayent pas de prendre parti, mais préconisent la recherche d’une diversité de sources.

Kanthan, Chris. «Xinjiang et Ouïghours – Ce que l’on ne vous dit pas, World Affairs Blog (blog).

  • Un rapide recueil de faits sur les principaux aspects culturels, historiques et politiques du Xinjiang.

«Notes sur les controverses sino-ouïghoures: Une collection toujours croissante de notes, de liens, de sources et d’observations»

  • Un document Google bien fourni et étendu en cours écrit par quelqu’un de gauche dans l’évaluation critique de la controverse Xinjiang.

Singh, Ajit et Max Blumenthal. «La Chine détient des millions d’Ouïghours ? De sérieux problèmes avec les allégations d’une ONG soutenue par les États-Unis et un chercheur de grande portée « dirigé par Dieu » contre Pékin. La Zone Grise. le 21 décembre 2019.

  • Un examen assez approfondi de la poignée de sources à partir desquelles les allégations de « millions » dans les camps de concentration a été adoptée sans critique par les médias traditionnels. L’argument se concentre sur les dossiers personnels et les liens financiers d’« experts » fréquemment cités comme Adrian Zenz.

Zhao, il. «Xinjiang: Faits vs Fiction .» Medium, le 16 novembre 2019.

  • C’est peut-être la lecture la plus rapide mais complète sur le Xinjiang en général et la controverse actuelle en particulier.

b. Perspectives chinoises sur le problème du terrorisme

Ces sources documentent l’ampleur et l’étendue de l’histoire récente du terrorisme en Chine, qui a reçu peu d’attention dans la presse occidentale. Ces sources mettent également en évidence les perspectives officielles chinoises sur la façon de résoudre le problème aussi pacifiquement que possible. Les politiques déclarées de développement économique et de réduction de la pauvreté de la Chine sont des voies clés vers l’amélioration de la stabilité sociale et la lutte contre certaines des causes profondes qui fomentent la violence, une approche qui contraste fortement avec les tactiques employées pendant la soi-disant « guerre contre le terrorisme » des États-Unis.

Il est important de noter que les rapports et les chiffres occidentaux n’ont pas réussi à faire la distinction entre l’enseignement professionnel généralisé au Xinjiang, qui est un aspect des programmes de réduction de la pauvreté dans toute la Chine, et l’enseignement professionnel dans le cadre de programmes ciblés de déradicalisation.

CGTN. «Lutte contre le terrorisme au Xinjiang. » Vidéo YouTube, 50:01. le 11 décembre 2019.

  • CW: Violence. Ce documentaire en particulier est remarquable pour la publication d’images inédites d’attaques terroristes ainsi que des entretiens approfondis avec une grande variété de personnes, y compris les victimes, les anciens terroristes, les autorités religieuses, les habitants et la police. [certaines des personnes interrogées parlent en Ouïghour]

CGTN. «La main noire – ETIM et terrorisme au Xinjiang.» Vidéo YouTube, 29:06. le 11 décembre 2019.

  • CW: Violence. Ce documentaire partage quelques images avec ce qui précède, mais autrement est un film plus court axé davantage sur le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM/TIP), ses liens avec al-Qaida, et la nature internationale de la menace qu’il représente. [certaines des personnes interrogées parlent en Ouïghour]

CGTN. «Tianshan: Still Standing – Souvenirs de la lutte contre le terrorisme au Xinjiang. » Vidéo YouTube, 57:52. le 18 juin 2020.

  • CW: Violence. Ce documentaire revisite les impacts persistants du terrorisme dans le Xinjiang d’aujourd’hui. Parmi les faits saillants, mentionnons la relecture de l’histoire de Dilqemer tirée du documentaire « Combattre le terrorisme » ; de nouveaux entretiens avec la police et des habitants comme Memet Jume, fils de l’ancien imam d’Id Kah Jume Tahir assassiné en 2014, et Muhpira Rahman, une femme membre de la police armée populaire; et des regards exclusifs sur le comté autonome tadjik de Taxkorgan et la frontière sino-afghane. [certaines des personnes interrogées parlent en Ouïghour; l’interviewé Memetrehim Ibrahim parle à Sarikoli]

CGTN. «Mensonges et vérité: Enseignement et formation professionnels au Xinjiang. » Vidéo YouTube, 35:08. le 25 août 2020.

  • CW: Violence. Ce documentaire se concentre sur les centres professionnels et leurs étudiants. Il y a un certain chevauchement avec la mini-série « Embrasser une nouvelle vie » (voir ci-dessous), en particulier dans les histoires du peintre Ablizkari Ubul et de la danseuse Aqida Arslan. A une courte section vers la fin contenant des commentaires par les observateurs internationaux au Xinjiang. [certaines des personnes interrogées parlent en Ouïghour]

«Pourquoi les médias occidentaux sont-ils silencieux sur les documentaires chinois sur le Xinjiang ?» CGTN. le 9 décembre 2019. (Basé sur Tong, Li. “CGTN »?尺度”疆纪录, le 媒却沉默. Guancha. 9 décembre 2019.)

  • D’un point de vue chinois, cet article se demande pourquoi les voix occidentales qui prétendent valoriser les droits de l’homme n’ont pas prêté attention aux questions de violence et de terrorisme dirigées contre les civils au Xinjiang et au-delà.

«Lettre conjointe à Mike Pompeo, Des érudits et du personnel religieux au Xinjiang. » Tianshan Net. le 19 juillet 2019.

  • Une lettre d’environ 100 érudits et membres du personnel religieux au Xinjiang réfutent les commentaires faits par le secrétaire Pompeo.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme et la protection des droits de l’homme au Xinjiang. 2019.

  • Un livre blanc sur la stratégie plus large contre le terrorisme entreprise au Xinjiang.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  Formation professionnelle au Xinjiang. 2019.

  • Un livre blanc mettant l’accent sur les centres professionnels et leurs opérations.

Sha, Yuan. «La contribution de la Chine à la cause internationale de la lutte contre le terrorisme. » CGTN. le 26 septembre 2019.

  • Paraphrasant les remarques faites par Wang Yi à l’ONU – identifiant clairement la pauvreté comme une cause profonde du terrorisme.

Ed. Xiang, Bo. «Transcription complète: Entretien avec le chef du gouvernement du Xinjiang sur la lutte contre le terrorisme, l’enseignement professionnel et la formation au Xinjiang. » Xinhua. le 16 octobre 2018.

  • Xinhua, entretien avec Shohrat Zakir, président de la région autonome du Xinjiang Uygur, concernant les racines du terrorisme, la réduction de la pauvreté et l’éducation comme solution, et les centres professionnels.

c. Contexte géopolitique

Ces sources placent la controverse actuelle à la lumière des intérêts géopolitiques. En particulier, l’Initiative Belt and Road, un vaste projet d’infrastructure multinationale dirigé par la Chine qui a suscité l’ire en tant que menace pour l’unipolarité des États-Unis, traverse le Xinjiang en tant que région stratégique reliant la Chine à l’Asie du Nord et de l’Ouest.

Alors que les États-Unis ont longtemps reconnu que leur suprématie navale en mer de Chine méridionale pourrait effectivement «étrangler» l’économie chinoise en cas de guerre chaude, le Xinjiang en particulier et l’Initiative de ceinture et de route en général fournissent une route terrestre pour le commerce chinois qui sape la suprématie militaire des États-Unis. En tant que telles, ces sources contextualisent la controverse du Xinjiang au milieu des efforts plus larges des États-Unis pour contenir et isoler la Chine.

Al-Ghadhawi, Abdullah. «Djihadistes ouïghours en Syrie. » Center for Global Policy. le 18 mars 2020.

  • Un court article sur les circonstances entourant les combattants ouïghours ethniques en Syrie.

Azam, Azhar. «La BRI est essentielle à la réalisation d’une vision « sans pauvreté ». CGTN. le 18 octobre 2019.

  • Un court article indiquant clairement le rôle de la BRI dans la réduction de la pauvreté au Xinjiang ainsi que son potentiel de réduction de la pauvreté dans d’autres pays.

Bhadrakumar, M.K. “Les États-Unis lacèrent la blessure ouïghoure de la Chine.» Indian Punchline (blog). le 28 mars 2019.

  • Indian Punchline est un blog géré par M.K. Bhadrakumar, un diplomate de carrière de l’Inde à la retraite. Ce billet de blog, légèrement daté maintenant compte tenu de l’évolution de la controverse, examine correctement la controverse Xinjiang dans le calcul stratégique des États-Unis.

Fuller, Graham E. et S. Frederick Starr. «Le problème du Xinjiang. » Institut Asie centrale-Caucase. 2003.

  • Un rapport daté intéressant sur la situation alors au Xinjiang, écrit par un ancien vice-président du Conseil national du renseignement et chef de la station de la CIA à Kaboul. Non seulement une introduction sur certains des antécédents à long terme de la question à travers les lentilles des États-Unis (et une lumière sur la gravité de la question du terrorisme), mais aussi une fenêtre sur un temps antérieur dans lequel un éminent penseur des États-Unis a exhorté la coopération avec la Chine pour vaincre le terrorisme et éviter de surpolitiser la question dans l’espoir d’une plus grande stabilité mondiale.

Gunaratna, Rohan. «Le salafisme en Chine et ses souches djihadistes-takfiri .» Al Mesbar Studies & Research Center. le 18 janvier 2018.

  • Un court rapport sur le salafisme en Chine et le lien entre certains de ses courants les plus extrémistes et les activités terroristes au fil du temps.

Novák, Izak. «La guerre contre la Chine. » Izak Novák (blog). le 17 avril 2020.

  • Un essai général d’aperçu au sujet de la stratégie de longue date des États-Unis contre la Chine de plusieurs décennies. Fait important, il traite de l’Initiative belt and road comme d’une stratégie pour sortir de l’encerclement, de l’hégémonie et de l’impérialisme des États-Unis, et de l’importance centrale du Xinjiang pour la BRI.

Prashad, Vijay. «Le commerce et les tensions entre les États-Unis et la Chine. » Revue mensuelle. le 3 août 2020.

  • Seule une petite partie de cet article est sur le Xinjiang, mais il place la fixation occidentale sur elle dans un contexte approprié dans l’avancement de l’Occident « objectifs politiques et commerciaux. »

Rapport Ron Paul Liberty. «Qu’est-ce que la stratégie de l’Empire? » – Discours du colonel Lawrence Wilkerson à la Conférence des médias et de la guerre de l’Institut Ron Paul.» Vidéo YouTube, 26:10. le 22 août 2018.

  • Un ancien responsable militaire américain a une perspective d’initié quant aux raisons pour lesquelles les États-Unis se trouvent en Afghanistan. Il affirme que cela « n’a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme » et plus à voir avec l’établissement d’un contrôle militaire sur un territoire d’intérêt stratégique pour les routes commerciales chinoises. L’horodatage à partir de 20:55 est inclus dans le lien.

d. Réduction de la pauvreté et développement économique au Xinjiang

Ces sources décrivent une petite partie des efforts de réduction de la pauvreté du Xinjiang et des initiatives de développement économique, tout en explorant les impacts réels et concrets de ces programmes sur la vie des gens ordinaires.

«L’élevage contribue à faire grimper les revenus. » CGTN. le 7 mai 2020.

«Le Xinjiang chinois produit 260 milliards de kWh d’électricité propre. » Xinhua. le 8 août 2020.

  • Le Xinjiang devient rapidement une plaque tournante pour la production et la distribution d’énergie verte. Cette courte note et vidéo offre un petit aperçu du verdissement du Xinjiang et de la Chine.

«Le développement du commerce électronique stimule les ventes de produits agricoles. » CGTN. le 6 mai 2020.

Voices from the Frontline: China’s War on Poverty. Film. Réalisé par Peter Getzels. La Fondation Kuhn et PBS Socal, 2020. [disponible  ici ]

  • Un documentaire animé par Robert Lawrence Kuhn offrant un regard perspicace sur la guerre contre la pauvreté absolue. Le documentaire fournit non seulement un aperçu sur le terrain des procédures et des effets des efforts de réduction de la pauvreté ainsi que de leurs exécutions souvent imparfaites, mais aussi met en lumière le fonctionnement du Parti communiste chinois, y compris la mobilisation, la promotion, la corruption, le suivi et la discipline. Kuhn se rend à Hainan, Gansu, Guizhou, Xinjiang et Sichuan, obtenant un aperçu rare et équilibré de la société et des politiques chinoises. Ironiquement, certaines des entités impliquées dans la réduction de la pauvreté au Xinjiang, comme celle mise en évidence par le documentaire, sont les entités mêmes sanctionnées et boycottées par la législation américaine et les marques privées telles que H&M. [les personnes interrogées parlent dans une grande variété de dialectes et d’accents locaux; les personnes interrogées du Xinjiang, sauf pour Murzabek Tapi parlent en kazakh]
  • Diffusé pour la première fois les 11 et 12 mai 2020, et malgré son  statut primé, le documentaire a été  rapidement retiré  à peine une semaine après sa sortie le 20 mai, citant des « normes éditoriales ». Kuhn l’a qualifié de « honte » que PBS ait retiré son film de sa plate-forme en raison de « questions politiques internes étrangères aux États-Unis ».

Jie, Shan. «Le Xinjiang remporte des victoires dans la guerre contre la pauvreté. » Global Times. le 18 décembre 2019.

  • Un article très court et succinct avec de petits extraits d’histoires humaines concernant la réduction de la pauvreté au Xinjiang.

«Le programme de transfert de main-d’œuvre stimule l’emploi. » CGTN. le 8 mai 2020.

«Des usines localisées sortent les habitants du Xinjiang de la pauvreté. » CGTN. le 8 mai 2020.

Lu, Yin et Zhang Xinyuan. «Les entrepreneurs millénaires du Xinjiang profitent au maximum de l’ère d’Internet.» Global Times. le 4 juillet 2016.

  • Un article plus ancien de 2016 sur les nouveaux entrepreneurs du Xinjiang exploitant à la fois la puissance d’Internet et l’interconnectivité croissante du Xinjiang au monde via l’Initiative Ceinture et Route.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  L’emploi et les droits du travail au Xinjiang. 2020.

  • Ce livre blanc donne un aperçu de l’emploi et du travail au Xinjiang, fournissant des statistiques, donnant des anecdotes personnelles, et mettant en évidence les lois du travail et les efforts déployés pour les améliorer, dans le contexte des programmes de réduction de la pauvreté.

«Les offres d’emploi transrégionales aident les agriculteurs du Xinjiang à se débarrasser de la pauvreté.» CGTN. le 3 mai 2020.

«Les villageois ont accès à de l’eau potable au fur et à mesure que les projets se poursuivent.» CGTN. le 2 mai 2020.

«Bien-être des personnes dans les zones reculées protégées. » CGTN. le 4 mai 2020.

Ed. Yang, Yi. «La Chine souligne le soutien au Xinjiang par l’aide au jumelage. » Xinhua. le 16 juillet 2019.

  • L’assistance au jumelage est une pratique courante en République populaire, tandis que les provinces et les localités plus riches envoient directement de l’aide, de l’expertise et des cadres aux provinces et aux localités les plus pauvres afin de les aider à se développer. Il s’agit d’un court article sur la visite d’un haut fonctionnaire du Parti Wang Yang au Xinjiang et le nouveau-accent de ce programme.

E. Vue d’ensemble des politiques chinoises en matière de minorités/religieuses

Ces sources donnent un aperçu rapide des politiques de la Chine à l’égard des nationalités minoritaires et de la religion, avec un certain accent sur les efforts ayant une pertinence pour le Xinjiang et l’Islam.

Beech, Hannah. «Si la Chine est anti-islam, pourquoi ces musulmans chinois jouissent-ils d’un renouveau de la foi ?» Time. le 12 août 2014.

  • Une tentative relativement honnête des médias occidentaux de regarder l’islam en Chine avant la controverse actuelle de 2018. L’auteur note que les communautés musulmanes Hui prospères en Chine ont également été la cible d’attaques terroristes.

Cctv. «La vie quotidienne des étudiants [sic] à l’Institut islamique du Xinjiang dans le nord-ouest de la Chine.» Vidéo YouTube, 2:19. le 19 juin 2016.

  • Il s’agit d’une courte vidéo montrant la vie quotidienne dans un institut éducatif islamique en Chine.

Kasim, Muhabbat (Muhabaiti Hasimu). «新世纪新疆双语教学:七大变化,三点建议. » China Minzu Ressources culturelles. le 20 septembre 2018. (réimprimé de Zhongguo Minzu Bao (China Ethnic News), 13 août 2010, 6)

  • Une universitaire ouïghoure en éducation bilingue et en langues turques réfléchit à l’évolution de la situation de l’éducation bilingue au Xinjiang, constatant sept changements par rapport à son expérience personnelle et laissant trois recommandations pour l’avenir. Fait à noter, ce n’est qu’au cours de la dernière décennie que la langue chinoise a été enseignée aux enfants des minorités à partir de la première année (auparavant, elle commençait en quatrième année). [Langue chinoise]

Li, Qian. «Le gouvernement chinois fait de grands efforts pour aider les musulmans à aller au hajj. » Global Times. le 14 août 2017.

  • Documente les programmes d’État chinois pour offrir un soutien à ceux qui veulent aller en pèlerinage hajj.

Lim, Louisa. «Les imams féminins s’enflamment parmi les musulmans de Chine.» NPR. le 21 juillet 2010.

  • Documente la tradition musulmane chinoise unique des mosquées dirigées par des femmes. L’article se termine par une ligne curieuse: « Et il semble donc que l’avenir des imams féminins en Chine est menacé – non pas par l’État, non pas par la résistance de l’intérieur de l’Islam, mais par les forces de l’économie de marché. » Cela semble refléter l’agenda changeant et incohérent des médias sur la Chine : des forces « impitoyablement capitalistes » qui entravent les efforts de l’État chinois pour préserver les cultures minoritaires et les pratiques religieuses à l’entité communiste impie qui cherche à anéantir l’islam.

Liu, Xin. «Les musulmans du Xinjiang saluent les efforts du gouvernement sur les voyages du hajj. » Global Times. le 2 août 2019.

  • Un article plus récent détaillant les mesures gouvernementales offrant un soutien aux musulmans ruraux du Xinjiang qui souhaitent aller en pèlerinage hajj.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  politique des minorités nationales et sa pratique en Chine. 1999.

  • Bien qu’elles soient datées, bon nombre des politiques décrites dans le présent document sont encore en vigueur aujourd’hui.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  Politique ethnique de la Chine et prospérité commune et développement de tous les groupes ethniques. 2009.

  • Comme ce qui précède, une lecture sèche, mais pleine de données qui démontrent les efforts du gouvernement dans les politiques des minorités – Qiao recommande d’attirer l’attention sur les passages dans le livre blanc traitant des programmes d’exonération fiscale (section V), les langues minoritaires, et le patrimoine immatériel (section VI).

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  Liberté de croyance religieuse au Xinjiang. 2016.

  • Un livre blanc consacré aux progrès de la garantie de la liberté religieuse au Xinjiang, bien qu’écrit peu avant la réglementation controversée de 2017 sur la déradicalisation.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  Protection culturelle et développement au Xinjiang. 2018.

  • Un livre blanc consacré spécifiquement aux politiques culturelles au Xinjiang, avec des considérations particulières pour les nationalités minoritaires du Xinjiang.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  Recherche du bonheur pour les gens: 70 ans de progrès sur les droits de l’homme en Chine. 2019.

  • Un livre blanc plus récent sur les progrès de la Chine sur les questions de droits de l’homme. La section V est consacrée aux politiques des minorités.

«Pourquoi la Chine a-t-elle des mosquées réservées aux femmes. » BBC. le 23 février 2016.

  • Un article qui montre que dès 2016, l’Occident a tenté de comprendre l’islam en Chine selon ses propres termes, même par la plus grande « société de radiodiffusion publique » du monde.

Zhang, Hui. «La Chine interdit les mots anti-islam sur les médias sociaux. » Global Times. le 21 septembre 2017.

  • L’infâme appareil de censure chinois tente activement de censurer les discours de haine islamophobes sur les médias sociaux.

«Le疆维吾 计划2020全全00及 Zhongguo Zhengfu Wang. le 6 octobre 2010.

  • Un simple reportage de 2010 qui explique les plans de la région autonome ouïghoure du Xinjiang d’avoir une éducation bilingue généralisée dans la région autonome d’ici 2020. [Langue chinoise]

Le 疆维吾与计划例[Règlement sur la population et la planification familiale du Xinjiang] (promulgué par le Congrès du peuple de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, 28 novembre 2002) (disponible sur le site web de la Commission de santé et d’hygiène de la région autonome ouïghoure du Xinjiang) (loi actuelle, rev’d 28 juillet 2017) (version précédente, rev’d 3 juin 2010, disponible sur le site  51labour )

  • C’est la loi qui régit actuellement la planification familiale du Xinjiang. Une attention particulière devrait être accordée à la règle générale énoncée à l’article 15, avant et après 2017 : [langue chinoise]
    • Pré-2017: Les couples de résidents urbains han peuvent avoir un enfant, et les couples de résidents appartenant à des minorités ethniques peuvent avoir deux enfants. Les couples d’agriculteurs et de bergers han peuvent avoir deux enfants, et les couples d’agriculteurs ethniques et les bergers peuvent avoir trois enfants.
    • Après 2017 : Les couples de citadins peuvent avoir deux enfants, et les couples de résidents ruraux peuvent avoir trois enfants.

F. Le complexe industriel de la désinformation

Ces sources fournissent un certain contexte général quant aux préjugés et à l’ordre du jour des acteurs occidentaux non étatiques, en particulier les médias traditionnels et les ONG, qui agissent souvent de concert avec les programmes des États impérialistes occidentaux plutôt que d’un contrôle sur eux.

Ces sources mettent en évidence en particulier les usages historiques de la « propagande atrocité », par laquelle les États-Unis ont galvanisé l’opinion publique pour la guerre et l’intervention par des fausses déclarations et des mensonges purs et simples vis-à-vis des « préoccupations humanitaires ». En particulier, les guerres en Irak et l’intervention en Syrie fournissent un avertissement historique sur la façon dont les médias traditionnels et les instituts de recherche amplifient les ambitions du Département d’État.

Bruton, F. Brinley et Tony Brown. «Les États-Unis ciblent les militants ouïghours chinois ainsi que les combattants talibans en Afghanistan.» NBC Nouvelles. le 8 février 2018.

  • S’adresse aux campagnes de bombardements aériens des États-Unis en Afghanistan, peign Dans le même temps, l’article dépeint ces mêmes acteurs comme des combattants de la liberté réprimés dans le contexte intérieur de la Chine, des exemples clairs de deux poids, deux mesures qui parlent des intérêts géopolitiques des États-Unis dans la région.

Butt, Ahsan I. “Pourquoi Bush est-il allé en guerre avec l’Irak ?» Al Jazeera. le 19 mars 2019.

  • Une exploration de plus des mensonges désormais infâmes qui ont construit un consensus pour l’intervention américaine en Irak, une guerre qui a directement conduit à une crise humanitaire désastreuse.

Fisk, Robert. «Bachar al-Assad, la Syrie, et la vérité sur les armes chimiques. » Indépendant. le 8 décembre 2012.

  • Un article sur l’histoire des allégations occidentales d’atrocités commises au Moyen-Orient avant la guerre et l’intervention.

Ignace, David. «Innocence Abroad: The New World of Spyless Coups. » Le Washington Post. le 22 septembre 1991.

  • Cet article cite de la bouche du cheval le rôle de la National Endowment for Democracy en tant que « apa sucre des opérations manifeste » pour le département d’État anti-communiste et les programmes de changement de régime. L’admission de l’intention de la NED de saper les « nations ennemies » devrait sérieusement remettre en question les raisons pour lesquelles la NED finance des groupes aussi divers que le Congrès mondial ouïghoure à la Confédération des syndicats de Hong Kong.

McIntyre, Jamie. «Rencontrez l’ETIM, le groupe terroriste que les États-Unis viennent de bombarder en Afghanistan. » Examinateur de Washington. le 10 février 2018.

  • Cet article du Washington Examiner de droite cite des responsablesdu Pentagone désignant le Mouvement islamique du Turkestan oriental comme un groupe terroriste de préoccupation sécuritaire pour les ambitions américaines au Moyen-Orient, une étiquette qui parle du double standard des médias occidentaux lorsqu’il s’agit d’ETIM/TIP comme une menace pour les intérêts des États-Unis ou un cudgel à exercer contre la Chine.

«Les nobles lauréats de la paix critiquent le refus de Human Rights Watch de couper les liens avec le gouvernement des États-Unis.» Alternet. le 6 juillet 2014.

  • Une vieille lettre ouverte exprimant son inquiétude au sujet de la « porte tournante » de Human Rights Watch avec le gouvernement des États-Unis, l’obligeant à négliger le bilan abyssal des États-Unis en matière de droits humains et soumettant l’organisation à une politique partisane.

Norton, Ben. «Twitter répand payé gov’t propagande tout en prétendant faussement qu’il interdit les annonces des médias d’État. » La Zone Grise. le 10 août 2020.

  • Bien qu’il se concentre sur Twitter et son projet d’agenda gouvernemental américain, cet article contient une section utile sur l’Agence des États-Unis pour les médias mondiaux, et montre clairement comment l’agence et ses plates-formes constituantes, y compris Radio Free Asia, ne sont rien d’autre que des « bras de puissance douce du gouvernement américain », un contexte qui devrait être pris en compte lorsqu’il en consomme le contenu.

O’Neill, Brendan. «Les personnes disparues-broyeur. » Le Gardien. le 24 février 2004.

  • Une enquête rétrospective conclut que les récits sensationnalistes de la « déchiqueteuse de peuple » de Saddam Hussein, diffusés par les médias occidentaux avant la guerre en Irak, n’ont jamais été corroborés.

«Sinophobia Inc: Comprendre le complexe industriel anti-chine. » Qiao Collective. le 3 septembre 2020.

  • Un examen approfondi des liens financiers de grands groupes de réflexion chinois tels que l’Australian Strategic Policy Institute révèle un profond conflit d’intérêts : de nombreux instituts de ce type sont financés par des entités étatiques occidentales et les mêmes fabricants d’armes coupent maintenant des contrats d’armement record pour équiper le « Pivot vers l’Asie » anti-Chine. Beaucoup de groupes de réflexion susmentionnés ont promulgué de graves allégations concernant le Xinjiang.

Singh, Ajit. «Inside the World Uyghur Congress. » La Zone Grise. le 5 mars 2020.

  • Une exploration de grande envergure et de moyenne longueur du Congrès mondial ouïghoure, une organisation focale à partir de laquelle de nombreuses autres organisations prônant l’indépendance du Turkestan oriental se retire, et ses liens douteux avec les changeurs de régime américains et les acteurs turcs d’extrême droite.

Sheridan, Tommy. «Syrie et armes chimiques – Secrets et mensonges commodes. » Spoutnik. le 31 mai 2019.

  • Un article décrivant l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et comment elle a été manipulée pour servir à établir un consensus pour la guerre contre Assad.

Dim, Feiyang. «Lettres à l’éditeur: Le cas de la mosquée Keriya Aitika. » CGTN. le 7 juillet 2020.

  • Il s’agit d’un éditorial qui traite brièvement du « cas » de la mosquée Keriya Aitika, dans lequel il a été affirmé que la mosquée a été démolie et insinuée que la République populaire s’engageait dans la démolition massive de lieux de culte, mais il s’est avéré être des travaux de rénovation pour la mosquée historique.

«Le multiplicateur de propagande. » Recherche politique suisse. mars 2019.

  • Cet article ne parle pas du Xinjiang, mais des procédures générales de la « couverture des nouvelles internationales » et des raisons pour lesquelles les reportages apparaissant constamment dans les sources d’information « majeures » et « respectables » ne sont pas en fait un indicateur fort qu’il est crédible. La structure actuelle des médias est très sensible à la désinformation et, en fait, les organismes gouvernementaux sont très impliqués.

Témoin de la guerre. “L’ancien agent de la CIA John Stockwell parle de la façon dont la CIA a travaillé au Vietnam et ailleurs. » Vidéo YouTube, 15:12. le 29 septembre 2017.

  • Cette vidéo est une interview d’un ancien officier de la CIA (agent de cas sur le terrain) John Stockwell, qui parle des liens étroits de la CIA avec les médias d’information et les journalistes, l’alimentation de « pure propagande brute faux … créer des illusions de communistes mangeant des bébés pour le petit déjeune », et le processus particulier par lequel l’intelligence des États-Unis vient à façonner et à mouler des récits à travers le monde.

Xiong, Jack. «Les fake news en 1990 qui ont propulsé les États-Unis dans la première guerre du Golfe. » Vérité citoyenne. le 7 mai 2018.

  • Un article un peu récent qui explore le contexte du « témoignage de Nayirah », sans doute le premier cas de propagande d’atrocité dans le nouvel ordre mondial alors nouveau de l’unilatéralisme américain.

Zhang, Chi. “One Uighur Man’s Journey Goes Viral. » Politique étrangère. le 14 mai 2014.

  • Un regard intéressant sur un récit contemporain de la société du Xinjiang au plus fort de la période entre 2009 et 2014, lorsque le problème du terrorisme était particulièrement grave au Xinjiang. Non seulement cet article explore-t-il la perspective d’une personne ouïghoure vivant en Chine, mais cet article, en tandem avec d’autres articles sur cette liste traitant des imams féminins et du renouveau islamique en Chine, montre à quel point l’agenda médiatique sur la Chine a changé depuis 2014. Cet article fournit finalement un regard impartial et franc sur un instantané du Xinjiang avant la controverse actuelle de 2018.

G. Vues du Xinjiang : Personnes, cultures et histoire

Ce sont des sources diverses couvrant le Xinjiang contemporain, les divers peuples et cultures du Xinjiang, l’histoire moderne et ancienne du Xinjiang, et le peu compris, même au sein de la Chine, Xinjiang Production and Construction Corps (XPCC).

Les diverses personnes, cultures et expériences du Xinjiang

安妮古丽. «191.疆叼羊賽嗎? 薩族熱競, 現場!” vidéo YouTube, 4:43. le 16 août 2019.

  • CW: Dommages aux animaux. Anniguli est une femme ouïghoure vivant au Xinjiang qui se plaint surtout de sa vie quotidienne. Ici, elle regarde les Kazakhs participant à ce sport, buzkashi. Buzkashi est un sport traditionnel d’Asie centrale qui implique souvent de jouer au polo avec une carcasse de mouton à cheval. [Langue chinoise, certains kazakhs peuvent être entendus]

安妮古丽. «疆零20°怎麼?維吾妙, 覺這樣效嗎?” vidéo YouTube, 3:55. le 23 mai 2019.

  • C’est la vidéo la plus populaire d’Anniguli à ce jour. Ici, elle remarque surtout sur la façon dont il fait froid à Urumqi. [Langue chinoise, certains Ouïghours peuvent être entendus accompagnant le signal de passage pour piétons]

阿依图娜. «017疆僻个, 每惊?形?” Vidéo YouTube, 3:48. le 14 juillet 2020.

  • Ayituna est une autre femme ouïghoure vivant dans le Xinjiang qui surtout vlogs sur sa vie quotidienne. Ici, dans sa vidéo la plus populaire à ce jour, elle va au marché de chèvre et regarde son entreprise animée. [Langue chinoise]

阿依图娜. «0540疆姑娘始 迫及及到厂拿裙换个圈! Vidéo YouTube, 16h10. le 20 août 2020.

  • Dans cette vidéo, Ayituna visite un atelier pour acheter des vêtements. L’atelier semble faire partie d’un programme de réduction de la pauvreté, le type qu’Adrian Zenz a fait peur en juillet 2019. [Langue chinoise, Ouïghoure parlée dans l’atelier]

Cctv. «Nos histoires des 40 dernières années” Série

CCTV央 « [2019遗课]?十卡姆:莎车十卡姆术团. » Vidéo YouTube, 2:39. le 7 juin 2019.

  • Muqam est une riche tradition musicale ouïghoure bien connue dans toute la Chine. Il a été l’un des quatre premiers patrimoines immatériels inscrits par la Chine à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO en 2008, aux côtés de Guqin, De l’Opéra de Kunqu et de la Chanson longue mongole (Urtiin Duu). Cette vidéo est une courte performance de Muqam ainsi que la danse traditionnelle ouïghoure.

CGTN.  Incroyable Xinjiang  Série

  • Cette playlist CGTN contient un certain nombre de vidéos centrées sur le Xinjiang sur divers sujets et localités, en grande partie discret et décontracté contenu.

CGTN. «Assignment Asia Episode 75: Transformer des vies et construire des ponts au Xinjiang. » Vidéo YouTube, 25:16. le 5 novembre 2017.

  • Cette vidéo d’avant la controverse de 2018 couvre de nombreux aspects du travail de développement au Xinjiang, y compris l’éducation, le transfert de main-d’œuvre, le travail gouvernemental de base, et le niveau de vie pour les personnes qui trouvent un emploi en dehors du Xinjiang. Les images n’hésitent pas à montrer les difficultés et les ajustements des gens au Xinjiang face comme ils passent par des changements dans leur vie. [Ouïghour parlé dans certaines scènes]

CGTN. «Dolan Muqam tradition musicale prospère parmi les Uygurs locaux. » Vidéo YouTube, 4:04. le 16 août 2017.

  • Cette vidéo donne un aperçu rapide de Muqam ainsi que sur une tradition rurale distincte au sein de Muqam.

CGTN. Série Eid al-Fitr

CGTN. «Epic de Manas: L’histoire de Kirgiz au Xinjiang. » Vidéo YouTube, 1:15. le 22 mai 2018.

  • L’Épopée de Manas est un poème épique kirghize traditionnellement transmis oralement. La narration de Manas a été enregistrée par la Chine sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO en 2009. Cette vidéo donne un aperçu rapide de la tradition de la narration De Manas en Chine.

CGTN. «Looking China: Akyns chanson qui apporte le bonheur. » Vidéo YouTube, 9:33. le 23 janvier 2017.

  • Cette vidéo est une collection d’Akyns (improvisation récitative en forme de chanson accompagnée de dombra) interprétée par le musicien kazakh Jiahnur Ohas, recouverte de scènes des régions kazakhes du Xinjiang. [Les chansons sont chantées en langue kazakhe]

CGTN. «Looking China: Xibe ethnic group in Xinjiang. » Vidéo YouTube, 11:59. 22 janvier 2017.

  • Cette vidéo est une caractéristique tranche de vie d’une jeune fille Xibe vivant dans le Xinjiang, entièrement racontée dans la langue Xibe, un parent de la langue mandchoue.

CGTN. «Les designs modernes font revivre l’artisanat et l’industrie traditionnels. » Vidéo YouTube, 4:25. le 6 octobre 2016.

  • Cela sert à la fois d’introduction à la « soie atlas », un matériau caractéristique dans les vêtements traditionnels d’Asie centrale, ainsi que d’un court regard sur l’espoir du créateur de mode Alim Adil d’introduire l’atlas plus dans les vêtements modernes.

CGTN. «L’esprit éternel des Kazaks sur les prairies. » Vidéo YouTube, 5:04. le 22 mai 2019.

  • Il s’agit d’un regard sur la vie d’une famille nomade kazakhe, y compris les soucis et les préoccupations pour l’avenir, montrant les expériences encore larges de la vie moderne au Xinjiang, et encore moins la Chine aujourd’hui.

CGTN. «Travelogue avec le peuple tadjik: La vie moderne dans les montagnes rocheuses du Xinjiang. » Vidéo YouTube, 29:19. le 27 juin 2016.

  • Il s’agit d’un documentaire plus ancien d’une diaspora sino-britannique CGTN hôte passer du temps dans un village rural tadjik. Il fait un bon travail de montrer les difficultés de développement ainsi que les caractéristiques uniques de la vie de haute altitude vallée de montagne.

CHINE EN DIRECT. «帕米牦叼羊赛 / Buzkashi avec des Yaks sur le Pamir chinois. » Vidéo YouTube, 2:57. le 20 mars 2016.

  • CW: Dommages aux animaux. Buzkashi est un sport traditionnel d’Asie centrale qui implique souvent de jouer au polo avec une carcasse de mouton à cheval. Les Tadjiks du Xinjiang se distinguent par leur jeu de buzkashi tout en monté sur des yaks.

Guangming en ligne. Série “Fascinant Chine»

Looking China Official Channel. «Manas 玛纳. » Vidéo YouTube, 9:28. le 24 août 2016.

  • Cette vidéo offre un regard plus détaillé sur la tradition de Manas en Chine et les efforts savants consacrés à la recherche de l’épopée de Manas plus loin et la préserver. En particulier, le rôle du Centre de recherche de Manas à l’Université normale du Xinjiang est exploré.

Nouvelle Chine TV. «Xinjiang Rediscovered” série.

  • Il s’agit d’une série d’expériences plus banales : des résidents moyens du Xinjiang qui parlent de leur vie, de leurs expériences et de leurs espoirs pour l’avenir.

«Chine du Xinjiang. » chaîne YouTube.

  • Cette chaîne YouTube partage périodiquement des vidéos du Xinjiang, de son peuple et de ses lieux. Particulièrement recommandés sont:
    • Une série de courts  métrage乡s intitulées « Meilleureville natale, meilleure vie ». Il s’agit d’une série interviewant plusieurs étudiants de l’Université de Shanghai de médecine traditionnelle chinoise qui sont des jeunes issus de minorités du Xinjiang, qui parlent de leurs expériences au Xinjiang et à l’université ainsi que de retourner dans leurs villes natales pour voir combien ils ont développé. Certains ne sont qu’en chinois. [Source chinoise  ici ]
    • 7 vidéos actuellement disponibles sur les personnes qui ont étudié dans les centres professionnels, dans le cadre d’une série appelée « 拥’est-ou « Embrasser une nouvelle vie. » [Source chinoise  ici, bien que les vidéos sur ce site sont maintenant indisponibles]


Un premieradieu, 离??(تۇنجى,000 euros). Film. Réalisé par Wang Lina. Tencent Pictures, 2020.

Xinzhao Li馨曌. «« 疆 塔什库塔族 « Through The Unknown Tashkurgan ». » Vidéo YouTube, 8:28. le 3 janvier 2020.

  • Il s’agit d’un bref aperçu du séjour prolongé d’un photographe dans le comté autonome tadjik de Taxkorgan, et de ses expériences en tant que localité et ses habitants ont changé et grandi.

L’histoire du Xinjiang

Dickens, Mark. «Les Soviétiques au Xinjiang: 1911-1949. » 1990.

  • Un aperçu plus ancien mais excellent des complexités de l’implication soviétique dans le Xinjiang, ainsi que l’histoire républicaine de la région avant 1949.

Grousset, René. Walford, Naomi, trans.  Empire of the Steppes: A History of Central Asia. Nouveau-Brunswick : Rutgers UP, 1970.

  • Un texte historique classique sur l’Asie centrale avec un accent sur les empires nomades. Il couvre l’Asie centrale au-delà du Xinjiang, mais résume également l’histoire du Xinjiang jusqu’à la défaite de la dynastie Qing de l’insurrection de Khoja en 1759.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  Questions historiques concernant xinjiang. 2019.

  • Un document officiel chinois concernant l’histoire du Xinjiang. Bien qu’il ne peindre en grands traits, il fournit un aperçu rapide de l’histoire de la région.

Xinjiang Production and Construction Corps (XPCC)

Bao, Yajun (包钧). «The Xinjiang Production and Construction Corps: An Insider’s Perspective. » Blavatnik School of Government Working Paper Series (BSG-WP-2018/023) (2018).

  • L’un des rares rapports savants de langue anglaise — plus d’un résumé — sur le XPCC. Néanmoins, une perspective intéressante d’un chercheur qui a étudié le XPCC au nom du Département de l’Organisation centrale de la CPC (Central Compilation and Translation Bureau央编译) au cours d’une période agitée dans l’histoire du Xinjiang.

Bureau d’information du Conseil d’État de la République populaire de Chine.  L’histoire et le développement du Xinjiang Production and Construction Corps. 2014.

  • Un livre blanc sur le Xinjiang Production and Construction Corps (XPCC) qui donne un aperçu de la XPCC, son histoire, et ses opérations. Le XPCC en tant que sorte de « gouvernement au sein d’un gouvernement » joue un rôle important, sinon peu compris, au Xinjiang.

Collectif Qiao

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments