Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine et 14 autres économies signent le RCEP dans une victoire historique pour le multilatéralisme

Il s’agit là de la réponse de la Chine aux gesticulations de Pompeo et à ses bulletins de triomphe d’isolement chinois, mais cela va encore plus loin. Quinze économies de l’Asie-Pacifique ont formé dimanche le plus grand bloc de libre-échange au monde, un accord soutenu par la Chine qui exclut les États-Unis. Dans l’incroyable transition dans laquelle Biden et Trump ont rivalisé de positionnement anti-chinois, ce qui est remis en cause c’est non seulement le positionnement de Trump mais celui d’Obama. C’est en 2011 que Barack Obama et sa secrétaire d’État Hillary Clinton lancent le projet du “pivot” asiatique (c’est le même mot en anglais), destiné à faire basculer le “centre de gravité” de la diplomatie américaine vers l’Asie-Pacifique, au détriment des Européens. Dans cet esprit, les États-Unis avaient négocié avec onze pays du Pacifique (rive ouest mais aussi rive est), mais non la Chine, un Partenariat Trans-Pacifique, qui attendait du nouveau président l’ensemble des ratifications. Les deux candidats à la présidentielle Clinton et Trump, déjà avaient critiqué ce traité, même si on pensait que Clinton reviendrait sans doute sur sa position de rejet de l’accord… Le fait est qu’en 2017, Trump l’a dénoncé… La signature du Partenariat économique régional global (RCEP) lors d’un sommet régional à Hanoï, a construit une tout autre logique qui évince les Etats-Unis et met au pied du mur l’Inde en lui laissant la porte ouverte. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Source: Global Times Publié le: 2020/11/15 12:53:209


Photo: Quotidien du peuple

La Chine et 14 autres économies ont signé dimanche le plus grand accord commercial au monde, le Partenariat économique régional global (RCEP), pour former une zone de libre-échange dans la région Asie-Pacifique qui englobera un tiers de l’économie mondiale, dans ce que les responsables et les experts chinois appellent une victoire historique pour le multilatéralisme qui aiderait les économies régionales et mondiales à faire face à la pandémie de COVID-19 et au protectionnisme croissant.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré que la signature du RCEP n’est pas seulement une réalisation d’une importance historique dans la coopération régionale en Asie de l’Est, mais aussi une victoire du multilatéralisme et du libre-échange.

« Signé après huit ans de négociations, le RCEP permet aux gens de voir la luminosité et l’espoir dans l’ombre, prouvant que le multilatéralisme et le libre-échange restent la voie principale et correcte ainsi que la bonne direction pour l’économie mondiale et l’humanité », a déclaré M Li.

Signé à un tournant critique dans le climat politique mondial – lorsque la prochaine administration américaine sera prête à entrer en fonction et que le monde cherche des solutions pour relever les défis découlant de la pandémie de coronavirus, le nouvel accord régional aiderait également la région Asie-Pacifique à prendre l’initiative mondiale dans la récupération de la pandémie de COVIDE-19 et à réduire l’hégémonie américaine dans la région, selon les experts.

Infographie: GT
L’accord, qui englobe le Japon, la Chine, la Corée du Sud, l’Australie et les 10 membres de l’Association des ressortissants de l’Asie du Sud-Est, créera ce qui est considéré comme la plus grande zone de libre-échange du monde, couvrant environ un tiers de la population mondiale et du PIB total. Il s’agira également du premier cadre de libre-échange du Japon avec ses partenaires commerciaux vitaux, la Chine et la Corée du Sud.

Il est à noter que deux grandes économies – les États-Unis et l’Inde – ont été exclues du pacte commercial. Les États-Unis, sous la présidence de Donald Trump, ont fait pression pour des accords bilatéraux plutôt que multilatéraux. L’Inde a participé aux négociations, mais n’a pas adhéré à l’accord final.

Le RCEP, qui contient 20 chapitres couvrant un large éventail de domaines allant du commerce des marchandises à l’investissement en passant par le commerce électronique, est « un accord gagnant-gagnant moderne, complet et de haut niveau », a déclaré dimanche le ministère chinois des Finances, ajoutant qu’en vertu de l’accord, les membres s’efforceront de réduire les droits de douane à zéro au cours de la prochaine décennie.

Bao Jianyun, professeur à l’École d’études internationales et directeur du Center for International Political Economy Studies à l’Université Renmin de Chine, a déclaré que la signature du RCEP a montré que la Chine, qui a joué un rôle très actif dans la promotion de l’accord, a ouvert la voie à la libéralisation du commerce et à la promotion d’un ordre de libre concurrence sur le marché mondial.

« Dans le même temps, la Chine fournit au monde un modèle chinois et une solution chinoise sur la plate-forme ouverte, où elle sert le monde », a déclaré Bao au Global Times, expliquant que la Chine en tant que puissance émergente a été un promoteur majeur de l’intégration du commerce et de l’investissement de RCEP.

Chen Fengying, chercheur aux China Institutes of Contemporary International Relations, a également souligné que la signature réussie et tant attendue du mégapacte a ravivé « l’espoir et la confiance » du monde à l’égard d’un modèle de coopération.

« La coopération mondiale a été mise à mal ces dernières années en raison de la montée du protectionnisme et des frictions commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Mais la signature du RCEP est un signal que la coopération fonctionne aujourd’hui, ce qui, je pense, est encore plus important avec l’ascenseur qu’elle donne à la croissance du PIB de certains pays », a déclaré Chen au Global Times.

Liu Kuikui, un consultant basé à Pékin pour le transport international et le commerce, a déclaré au Global Times que le RCEP établira un cadre commun de règles d’origine pour les pays de l’Asie-Pacifique, réduira les obstacles à l’investissement et élargira le commerce et l’investissement.

La participation du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, alliés des États-Unis, démontre que les quatre pays sont opposés au protectionnisme commercial et à l’intimidation économique lancée par les États-Unis.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

La Chine dit d’un côté vouloir promouvoir un recentrement économique sur le développement de son marché intérieur et de l’autre signe un traité important pour développer un bloc de libre échange international… Y pas une tension stratégique là? Qu’est ce que signifie ce “en même temps” chinois ?

Tout état à une politique intérieure et extérieure. Le développement de la Chine depuis sa signature en 1972 avec nixon d’échanges et accès aux capitaux us c’est cela. Recherche de capitaux entreprises en transférant de la technologie, production pour l’empire us et elle même. Aujourd’hui c’est le développement des routes de la soie ce qui suppose maintien et accroissement des échanges donc des capitaux. Les usa et la racaille europeiste l’ont déjà ds le dos.

Je me fais sécher par la dialectique de la double circulation ! Bien vu pour la Corée, le Japon et la technologie ! C’est vrai que là le fameux win/win à l’air opérant. J’avais surtout regardé la libéralisation des échanges du point de vue de la concurrence par les coûts…influencé par le loose/loose de la libéralisation des échanges chez nous. L’Inde a semble t-il mis dans la balance stratégique cette crainte de voir affluer chez elle les produits chinois à faibles coûts (la Chine est un pays avec niveau de salaire plus élevé pourtant). Ce slogan relativement pontifiant du win/win… Lire la suite »