Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pendant que Trump en est à la “folie finale”, la Chine trace sa voie…

Légende de l’image : Le train a quitté la Chine il y a deux semaines

J’ai longtemps rêvé de m’embarquer sur un bateau brise glace, il est désormais trop tard, comme il est trop tard pour prendre le transibérien et ce train avec un voyage de 15 jours. Mais ce que je sais c’est que du côté de la Chine mais aussi du plus grand pays du monde qu’est l’immense Russie, je peux encore me prendre pour Michel Strogoff et une héroïne de Jules Verne. Je plaisante mais à peine parce que notre monde et ses médiocrités, ses débats stupides à travers lesquels on est sensé préparer une élection qui dans ces conditions ne changera rien. Ces leurres périodiquement jetés et sur lesquels chacun se jette qui ressemblent aux “folies” trumpiennes. La Chine commentant les déclarations, sanctions, menaces de Pompeo et Trump parle “de folies” finales, à défaut de la lutte du même nom. Ce qui est sûr c’est que ces folies sont en train de transformer les Français en débiles profonds donnant dans toutes les questions secondaires et les complotismes qui se puissent imaginer et n’ayant pas la moindre idée d’une issue autre que relevant des chicaneries politiciennes. Pendant ce temps-là un train franchit des distances immenses (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Ce n’est pas sur un bateau, ce n’est pas dans un avion, c’est dans un train. La nouvelle façon d’envoyer votre fret de la Chine à l’Europe consiste à passer 15 jours dans un train qui n’a pas une voiture-buffet en vue.

Le 3 janvier, à Yiwu, dans l’est de la Chine, une locomotive orange vif tirant 44 conteneurs chargés de valises, de vêtements et d’un assortiment d’articles ménagers a entrepris un voyage de 12 000 km vers l’Europe occidentale.

Dix conteneurs ont été enlevés au centre de fret allemand de Duisburg. Le reste constituait le premier train de marchandises en provenance de Chine à arriver à Londres au terminal de fret Eurohub de Barking.

Londres est la 15ème ville européenne à trouver son chemin sur la carte en constante expansion des destinations pour le fret ferroviaire de la Chine. L’an dernier, 1 702 trains de marchandises ont fait le voyage vers l’Europe, soit plus du double du chiffre de 2015.

Yiwu Timex Industrial Investments, qui gère ce service avec les chemins de fer d’État de la Chine, dit que les prix sont deux fois moins élevés que le fret aérien et gagne deux semaines sur le temps de voyage par la mer.

Demande du marché

Le plus grand supermarché du Royaume-Uni, Tesco, n’a pas de marchandises sur ce train particulier, mais utilise le rail pour transporter des jouets, des produits électriques, des articles ménagers et des vêtements de la Chine vers les plaques tournantes ferroviaires européennes telles que Bratislava en Slovaquie et Krasnaje en Biélorussie.

Alistair Lindsay, responsable de la logistique mondiale chez Tesco, affirme que le supermarché préfère expédier ses marchandises parce que c’est la façon la plus respectueuse de l’environnement, ainsi que d’offrir le meilleur rapport qualité-prix, mais que « où nous avons besoin de déplacer les produits plus rapidement, nous avons cette option pour le faire par rail.

Cette décision serait normalement motivée par la demande des clients pour des produits particuliers, dit-il.

Map showing route of the train
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments