Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Manifeste pour une nouvelle Pologne populaire

Quand je lis ce genre de nouvelle je ne puis m’empêcher à songer à ce voyage en POlogne par lequel débutent mes mémoires, voyage aux côtés de Monika Karbovska. Oui la Pologne regrette le socialisme, y compris ses fascistes et ils sont nombreux et virulents…. Et on ne peut s’empêcher de songer que pourtant c’est d’eux , les Polonais, de leur imbécile propension à jouer contre leurs intérêts que dénonçait déjà Napoléon, leur bravoure qui ne menait nulle part, l’impact de la féodalité, leur antisémitisme toujours forcené, d’où est parti le séisme de la contre-révolution de 1991… Les femmes polonaises viennent de se mobiliser victorieusement contre la tentative du pouvoir et de leur monstrueuse église catholique d’interdire l’avortement et est-ce un hasard si elles ont été aussi seules, aussi peu soutenues? Après s’être lancés dans ce que beaucoup croyaient être un mai 68 aux côtés de Solidarnosc, la Pologne s’est retrouvée là où elle ne souhaitait pas être et le reste de l’Europe avec eux… On peut aimer cet idéalisme polonais, mais aussi se dire que jamais il ne nous mènera ailleurs que cette bravoure dans laquelle tout se confond, le pire comme le meilleur. Pour ceux qui veulent approfondir le sujet ne pas oublier de lire de la Pologne populaire à l’hiver capitaliste de Monika Karbowska chez Delga. (note de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

je constate en Pologne comme ailleurs dans les pays de l’Est l’émergence d’une nouvelle génération de tous jeunes qui sort “radicalement” du cadre idéologique imposé depuis 1989 et reprend contact avec l’histoire de la période précédente en essayant de se projeter vers l’avenir. Tout en découvrant le monde tel qu’il est, colonial et néocolonial, et en plaçant leur pays dans la solidarité avec la partie colonisée du monde. Ces jeunes qui viennent généralement des villes périphériques se regroupent localement ou par le biais de forums de discussion sur internet. Leurs parents sont d’origines modestes mais ils ont transmis “dans leur cuisine” le souvenir d’une autre Pologne que celui enseigné à l’école ou diffusé dans les médias et dans laquelle ils ont le sentiment de ne pas avoir leur place. Ils sont certainement minoritaires et se heurtent frontalement aux jeunes néo-fascistes qui eux aussi pullulent sur fond de désespoir, mais il sont révélateur d’une “fin de cycle” et du “retour de l’histoire réelle”. Raison pour laquelle je vous envoie un des textes qui circule sur internet à partir d’un groupe de jeunes de la région de Gdansk qui tente d’aller plus loin dans l’élaboration d’un programme alternatif que ne le font la plupart des autres groupes antisystémiques de gauche, qui se limitent au simple rappel des aspects positifs du socialisme réel et la dénonciation des effets du capitalisme réel. Bruno 

Manifeste pour une nouvelle Pologne populaire  

https://docs.google.com/document/d/1m-1kH0O6SWa0dSkXv2X7Kd9S-XZwsZ2d5Ia6zjyYhK4/edit

 La troisième République de Pologne créée en 1989 a échoué en tant que formation étatique. Après 30 ans de transformation politique, nous avons atteint le mur. La faiblesse de l’élite politique polonaise, l’inefficacité systémique de l’État dans de nombreux domaines de la vie quotidienne et le manque d’impulsion interne pour la modernisation nous font réfléchir à notre avenir. La Pologne contemporaine ne répond pas aux besoins fondamentaux de ses citoyens. Nous manquons de travail décent, de logements disponibles et de stabilité socio-économique. Les autorités ne respectent pas les droits des femmes – la moitié de notre société. Et la société elle-même a été poussée plus que jamais vers un état de conflit interne. Ce conflit a deux dimensions – économique et sociale. Ce conflit est la proie des élites politiques contemporaines, principalement axées sur les partis plate-forme civique (PO – libéraux) et Droit et Justice (PIS – nationaux-catholiques).  Mais autrefois les choses ont été différentes. Dans les premières années de la République populaire de Pologne, une réforme agraire a été mise en œuvre. Cela a mis fin à l’humiliation séculaire de la nation polonaise par l’aristocratie, la noblesse et les propriétaires terriens. Les paysans ont retrouvé leur statut de sujet du droit et nous avons ainsi pu devenir une nation moderne. Au cours des dix siècles d’histoire de la Pologne, peu d’événements ont influencé le destin de la société polonaise à un degré tel que la réforme agraire. La République populaire de Pologne a également restructuré fondamentalement sa structure sociale au cours de ses 45 années d’existence. Les enfants d’ouvriers et de paysans ont pu devenir médecins, enseignants et ingénieurs. Pendant cette période, nos hôpitaux, nos écoles et nos appartements ont également été construits. Nous avons cessé d’être des esclaves dépendant d’élites consanguines et maladroites et nous sommes alors devenus les propriétaires de notre propre pays. Après 1989, le Consensus de Washington a été mis en œuvre dans toute la région de l’Europe centrale et orientale. L’industrie polonaise, et pas seulement polonaise, a été vendue pour une fraction de sa valeur réelle. Le marché a été ouvert aux produits étrangers sans aucune restriction, comme cela a été fait dans les pays coloniaux du Sud. Les effets socio-économiques de cette expérience ont été désastreux : hausse du chômage et disparition du marché du travail, liquidation des institutions sociales de l’État (logements municipaux, préscolarisation gratuite, etc.), pauvreté de masse dans les zones rurales et les régions périphériques, effondrement démographique, développement du crime organisé. Nous avons été privés de notre dignité. Nous sommes redevenus une nation coloniale. Nous étions aussi une nation coloniale avant la République populaire de Pologne – quand la noblesse et les propriétaires terriens étaient l’élite, et que la nation polonaise travaillait en sueur pour ces élites. Dans la Première République de Pologne, d’avant 1795, la noblesse était dépendante des puissances étrangères, qui en fait nous élisaient nos rois et dirigeaient l’État en coulisses. La conscience de notre statut nous a fait réfléchir à une chose : avec qui ressentons-nous une plus grande communauté de destin ? Avec les nations d’Europe occidentale empêtrées dans les crimes du colonialisme ? Ou peut-être plutôt avec des nations coloniales comme les Chinois, les Boliviens, les Vietnamiens ou les Cubains ? Les pays du monde occidental sont impérialistes. Les économies occidentales reposent sur l’exportation de capitaux vers les pays périphériques, l’exploitation d’une main-d’œuvre à bon marché, le contrôle de la propriété intellectuelle et du flux d’informations, et le contrôle des gouvernements fantoches des pays dépendants. Pour consolider leur statut, les États-Unis et les superpuissances d’Europe occidentale ont recours à des méthodes telles que la corruption de l’élite dans les pays du Sud ou à des “interventions” armées contre des pays “rebelles”, comme les raids sur l’Irak, l’Afghanistan, la Libye ou la Syrie, où ils ne s’abstiennent pas de tuer des civils et de bombarder des infrastructures économiques clés. Mais l’expansion impérialiste ne peut pas durer éternellement – la planète n’est pas infinie. Dans le même temps, le capital des pays impérialistes cherche à réaliser des profits supplémentaires en attaquant les classes ouvrières dans leur propre “nation”. Cela se manifeste par le démantèlement des syndicats, la déréglementation du marché du travail, la réduction des salaires et la privatisation des services publics. Les États-Unis et l’UE sont tous deux touchés par une pathologie appelée lobbying, c’est-à-dire le paiement légal de politiciens par des groupes d’intérêt, généralement de grandes entreprises. Elle a pour effet de mélanger les élites politiques et les élites économiques. La loi est donc créée dans l’intérêt des entreprises, et non des citoyens. Cela pose un certain nombre de problèmes et prive le pouvoir politique de pouvoir créer la réalité.  Un autre problème systémique du monde occidental est celui des sociétés zombies, qui se sont répandues après 2008 – suite à l’émission de monnaie bon marché par les banques centrales. Une entreprise zombie est une entreprise structurellement non rentable. Le bénéfice d’exploitation est inférieur aux intérêts payés sur sa dette. Alors, comment rembourse-t-elle sa dette ? En empruntant plus d’argent, à des taux d’intérêt toujours plus bas sur sa dette. Ces entreprises sont de plus en plus nombreuses à l’Ouest, année après année. En même temps, les politiques des banques centrales font que les grandes entreprises qui ont le pouvoir politique ne sont pas très intéressées par la croissance de la productivité. Cela ressemble à la situation de la noblesse polonaise sous la Première République. Disposant d’une main-d’œuvre bon marché sous la forme de paysans, elle n’était pas intéressée par les nouveautés technologiques. Dans le même temps, elle a continué à diriger un État de plus en plus faible. Ces faits, combinés à l’inévitable consécration du commerce mondial et à l’absence d’autres possibilités d’émettre des dollars en toute impunité, signifient l’effondrement imminent de l’empire américain et un appauvrissement important de l’ensemble du monde occidental. Lorsque la périphérie s’effondre, seule la périphérie, éventuellement les voisins, changent. Mais quand l’empire s’effondrera, tout changera. Du modèle économique à la forme de gouvernement et au système de valeurs. Au XXIe siècle, ce sera probablement comme avant : encore plus d’agonie, d’incertitude, de peur et un sentiment d’avenir perdu. La pandémie COVID-19 a complètement bouleversé le système géopolitique mondial et renforcé la tendance à l’exode des richesses de l’Ouest vers l’Est. Tout comme la Première Guerre mondiale a mis fin à la période de la Belle Epoque, de la première mondialisation et au monde façonné au XIXe siècle, la pandémie a finalement mis fin à la période de détente géopolitique que nous avons connue entre 1989 et 2020 et le XXe siècle. Alors que le 20e siècle, comme le 19e siècle, a appartenu au monde occidental, le 21e siècle sera sans aucun doute le siècle de l’Asie. Il convient de noter en particulier la position de plus en plus importante de la Chine, qui a toutes les chances de devenir la seule puissance mondiale. L’affaiblissement des États-Unis limitera encore davantage l’activité militaire des Américains en Europe et provoquera même la désintégration de l’OTAN. Le changement de l’équilibre des pouvoirs dans le monde affectera également la forme des autres institutions internationales. Nous l’avons déjà constaté au printemps, en observant les actions de la Chine et des États-Unis à l’égard de l’Organisation mondiale de la santé. Pour ces raisons et bien d’autres encore, la probabilité que le monde occidental gagne contre la Chine semble négligeable. Tous les points de référence de l’élite politique polonaise, qui s’est formée après 1989, ont éclaté un à un comme une bulle de savon. Le “capital sans nationalité”, la “saine concurrence sur le marché”, la “fin de l’histoire” ou l'”avantage du privé sur l’État” se sont révélés être une croyance dans des idoles imaginaires. Les conclusions sont évidentes – nous devons réfléchir sérieusement à notre avenir. Voulons-nous continuer à être la proverbiale usine de montage de vis pour l’industrie allemande et, à l’avenir, chinoise, ou pouvons-nous nous permettre beaucoup plus ? En République populaire de Pologne, nous avons formé des spécialistes de classe mondiale qui ont travaillé en Pologne et à l’étranger. Après 1989, le système éducatif a régressé. Avec la liquidation de l’industrie – l’enseignement des sciences, technologies, ingénierie, mathématiques a été réduit, l’objectif était de s’assurer qu’il y avait sur le papier autant d’étudiants que possible et non pas qu’ils étaient correctement formés. L’éducation a cessé d’être ce qu’elle était auparavant – un mécanisme efficace de promotion sociale. Les modèles néolibéraux occidentaux nous ont égarés – nous devons à tout prix sortir de cette impasse. Chaque année successive de promotion de l’individualisme extrême au lieu de la solidarité sociale nous affaiblit de plus en plus et réduit nos chances de sortir du piège du développement moyen. Nous devons faire face à toutes les pathologies caractéristiques de la Troisième République de Pologne aggravées par la crise du coronavirus – chômage, travail mal payé et de mauvaise qualité, pénurie de logements et législations draconiennes et répressives qui portent atteinte aux droits et à la dignité des citoyens.  Nous sommes convaincus que la condition du renouvellement de l’État polonais et de la société polonaise passe avant tout par : La socialisation des secteurs clés de l’économie – le secteur financier et les industries stratégiques. Le contrôle de nos propres banques et usines est la base d’un État souverain ! Il est nécessaire de reconstruire l’industrie qui a été liquidée après la transformation politique et de renationaliser les entreprises qui sont actuellement entre des mains étrangères – en particulier les banques ou les entreprises stratégiques telles que Telekomunikacja Polska. Nous allons rétablir la capacité souveraine de l’État par la planification économique centrale. Un logement pour tous ! La priorité devrait être de fournir des logements sociaux abordables à tous les citoyens. À cette fin, nous allons créer un promoteur public et des coopératives de logement. Les logements privés dont les dettes ne sont pas remboursables seront convertis en logements sociaux. Le marché de la location sera réglementé par des normes uniformes. Rendre le marché du travail plus civilisé – plus de contrats poubelles ! Tous les contrats de droit civil seront vérifiés afin de cesser la dissimulation de l’emploi réel et les employeurs supporteront les coûts d’établissement de la relation de travail. Nous allons intensifier les sanctions en cas de violation des droits des employés. Nous fixerons le salaire minimum au niveau de 50 % du salaire moyen (70 % dans les administrations du gouvernement). Nous renforcerons l’inspection nationale du travail en lui donnant les pouvoirs d’un service armé en uniforme, en augmentant ses effectifs, en donnant aux décisions des inspecteurs un caractère normatif et en créant une section des poursuites. L’État s’engagera dans une lutte absolue contre le chômage en poursuivant une politique de plein emploi. Liberté totale de religion. Nous nationaliserons les biens des églises et des associations religieuses qui ne sont pas directement liées à des activités religieuses. Nous allons libéraliser la loi anti-avortement draconienne en introduisant l’avortement libre sur demande. Nous facturerons entièrement les coûts de la catéchèse aux églises et aux associations religieuses. Des services publics efficaces – nous allons créer un réseau de crèches et de jardins d’enfants publics, accessibles au public et gratuits. Nous allons rétablir des normes élevées dans l’enseignement scolaire, en mettant l’accent sur les sciences. Nous allons rétablir la gratuité des repas dans les cantines scolaires. Nous allons augmenter les dépenses en matière de soins de santé, d’enseignement supérieur (en particulier l’enseignement des sciences, technologies, ingénierie, mathématiques) et de recherche et développement (R&D). Nous allons reconstruire les transports publics dans les régions non urbaines. Une fiscalité équitable. Le système fiscal polonais est unique en Europe en raison de sa nature dégressive – les coûts des impôts sont supportés de manière disproportionnée par les personnes à faibles revenus, ce qui signifie que “les pauvres soutiennent les riches”. Nous allons augmenter le montant exonéré d’impôt à 24 000 PLN par an. Nous allons introduire un système d’impôt progressif qui soulagera les personnes à faibles revenus, plus précisément un impôt sur le revenu progressif, l’impôt sur les sociétés et la propriété. Nous allons supprimer l’impôt forfaitaire et remplacer la sécurité sociale “principale” pour les entrepreneurs par une contribution progressive. Nous allons supprimer la limite annuelle des contributions à la sécurité sociale. Nous allons combler le fossé en matière d’inégalités entre entreprises, en obligeant les sociétés étrangères à payer des impôts en Pologne. Nous allons réduire la TVA sur les produits alimentaires et de première nécessité. Nous imposerons les revenus des églises et des associations religieuses. Nous allons introduire la “taxe Tobin” sur les transactions financières. Une politique étrangère multisectorielle – Assez d’être une colonie de l’Occident ! Nous établirons une large coopération économique avec la République populaire de Chine (notamment dans le domaine de la haute technologie) et d’autres pays d’Asie, ainsi qu’avec l’Afrique et l’Amérique latine. Nous allons renforcer les relations économiques avec nos voisins du Sud et les pays nordiques. Une politique anticorruption forte. Nous allons interdire complètement le lobbying, à l’instar des pays d’Extrême-Orient (par exemple Singapour). Les fonctionnaires et les hommes politiques doivent servir l’État, et non les entreprises privées et les divers groupes d’intérêt. Nous devrons également redécouvrir notre propre identité. Elle n’est ni occidentale ni orientale. Le simple fait de copier l’Occident dans tout est une impasse pour le développement. Les imitations sont de nature coloniale et ne réussissent pas. Notre manifeste est un manifeste de la Nouvelle Pologne. D’une Pologne socialiste, autogestionnaire et populaire. Un État souverain et fort, indépendant des puissances coloniales étrangères. Un pays où les Polonais travaillent pour eux-mêmes et pour leur prospérité. Ainsi, nous construirons les célèbres “maisons de verre” chantées par nos écrivains. Levez-vous, Vous qui n’acceptez pas d’être des esclaves !  Pour des militants de gauche provenant de différents milieux :  Krystian KosowskiMarek Stenzel
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments