Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis dé-listent l’organisation terroriste ouïghoure visant la Chine

Cette organisation terroriste qui est lié aux loups gris de Turquie est bel et bien un danger non seulement pour la Chine mais également pour le Moyen orient, l’Asie centrale, la Russie et l’Europe. Pompeo vient de lui enlever la qualification de terroriste pour pouvoir mieux l’aider à déstabiliser la Chine. Voilà un exemple cynique de la collusion entre les Etats-Unis et ceux qui commettent des crimes en bande organisée sur nos territoires. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

L’AFP dans un article intitulé, « US remods group targeted by China from terror list », » rapportait:

Les États-Unis ont déclaré vendredi qu’ils avaient retiré de leur liste de groupes terroristes une faction obscure régulièrement blâmée par la Chine pour justifier sa répression sévère dans la région à majorité musulmane du Xinjiang.

Dans un avis publié dans le Federal Register, qui publie de nouvelles lois et règles américaines, le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré qu’il révoquait la désignation du Mouvement islamique du Turkestan oriental (Etim) comme une « organisation terroriste ».

L’article de l’AFP affirme également:

« Etim a été retiré de la liste parce que, depuis plus d’une décennie, il n’y a aucune preuve crédible que Etim continue d’exister », a déclaré un porte-parole du département d’État.

Pourtant, cela – selon les sources elles-mêmes financées par le département d’État américain – est totalement faux. Cela inclut des articles aussi récents que 2018 de la propre Voix de l’Amérique du Département admettant la menace continue que le groupe représente toujours non seulement pour la Chine, mais pour le monde.

L’article 2018 de VOA intitulé « Les djihadistes ouïghours en Syrie pourraient poser une menace », admet que :

Les analystes préviennent que le groupe djihadiste Turkistan Islamic Party (TIP) dans le nord-ouest de la Syrie pourrait représenter un danger pour la province instable d’Idlib en Syrie, où les efforts se poursuivent pour maintenir un fragile cessez-le-feu négocié entre la Turquie et la Russie entre les forces du régime syrien et les différents groupes rebelles.

Essentiellement – le département d’État américain supprime simplement une organisation terroriste connue et toujours très active de ses listes pour attaquer politiquement et saper davantage la Chine – mais aussi pour fournir un soutien plus direct au groupe et à ceux qui lui sont affiliés dans le conflit grandissant de Washington contre Pékin.

L’ETIM a mené des attentats à la bombe, des fusillades, des attentats suicides, des attaques massives au couteau et d’autres formes de terrorisme s’étendant sur une période de plus de 20 ans. Il a été répertorié par le Conseil de sécurité de l’ONU comme une organisation terroriste depuis presque aussi longtemps et est toujours désigné comme tel à ce jour.

Un message sur le site officiel du Conseil de sécurité de l’ONU intitulé« Mouvement islamique du Turkestan oriental » note que :

Le Mouvement islamique du Turkestan oriental a été inscrit le 11 septembre 2002 conformément aux paragraphes 1 et 2 de la résolution 1390 (2002) comme étant associé à Al-Qaida, Oussama ben Laden ou aux talibans pour avoir « contribué au financement, à la planification, à la facilitation, à la préparation ou à la perpétration d’actes ou d’activités commis par, en collaboration avec, au nom d’Al-Qaida ou à l’appui d’« ctions ou d’autres activités de L’Al-Qaida ou à l’appui d’un ou d’une autre activité d’Al-Qaida.

Des schémas similaires ont été observés par les États-Unis en ce qui concerne la guerre par procuration menée par Washington contre les nations de la Libye et de la Syrie. Des organisations terroristes comme le Groupe islamique combattant libyen (LIFG) ont également été retirées des listes terroristes américaines, bien qu’à l’époque le groupe mène toujours ouvertement des violences armées.

Le département d’État américain – selon ses propres déclarations – a dé-listé LIFG en 2015. Le Royaume-Uni a également dé-listé l’organisation terroriste.

Pourtant, pas plus tard qu’en 2017, les terroristes liés au LIFG continuent de commettre des attentats à la échelle internationale.

Le Guardian dans son article,« Reading terror suspect came to UK as refugee from Libyan civil war »,note:

Le backwash de l’intervention de 2011 a conduit indirectement à l’attentat de Manchester. Abedi, 22 ans, dont les parents ont fui la Libye en 1994, est retourné dans le pays après la chute de Kadhafi en 2011 pour revenir au Royaume-Uni alors que les combats se poursuivaient en Libye. Abedi et sa famille ont développé des liens avec le groupe islamique combattant libyen, un groupe islamiste qui a aidé à évincer Kadhafi.

Alors que les Etats-Unis et leurs partenaires retirent les organisations terroristes des listes terroristes, affirmant que c’est parce que les menaces de ces groupes s’abaissent – en vérité – c’est parce que les Etats-Unis et leurs partenaires cherchent simplement à aider et à encourager leur violence de plus en plus directement.

Tout comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont utilisé le LIFG pour renverser le gouvernement libyen en 2011 et créer une division sociale et la peur au sein de leurs propres sociétés à partir de 2011 – les Etats-Unis suppriment le Mouvement islamique du Turkestan oriental pour les mêmes raisons.

L’ETIM sert les intérêts américains de bien des façons – de la fourniture de fantassins pour la guerre par procuration de Washington contre la Syrie à la réalisation d’attaques terroristes contre des nations désobéissantes comme la Thaïlande (l’attentat du sanctuaire d’Erawan en 2015 dans le centre de Bangkok), à la création de violence, de troubles, voire d’alimenter le séparatisme à l’intérieur de la Chine elle-même. Les Etats-Unis ne prennent pas l’ETIM de ses listes parce qu’ils ne représentent plus une menace – ils l’enlèvent de leurs listes pour affiner cette arme en cas d’utilisation ultérieure.

Brian Berletic est un chercheur et écrivain géopolitique basé à Bangkok, en particulier pour le magazine en ligne « NewEastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Ou le capitalisme malade de son dogme du complot mondialiste pour se perdurer ! A tous les anti-impérialistes d’en prendre garde !