Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pompeo dit que l’équipe de Trump n’en a pas fini avec la Chine

Les délires de Pompeo et Trump mais aussi d’une partie du camp républicain qui refuse la transition deviennent inquiétants dans la mesure ou l’on se dit que ces malades seraient prêts à déclencher une guerre mondiale pour conserver le pouvoir. (note et traduction de danielle Bleitrach)

Bloomberg News le 11 novembre 

(Bloomberg) — Le secrétaire d’État Michael Pompeo a déclaré que les États-Unis n’en avaient « pas encore terminé » dans le durcissement de la situation avec la Chine, à un peu plus de deux mois de la fin de l’administration Trump.

Pompeo a utilisé sa rhétorique la plus dure à ce jour pour décrire le gouvernement chinois dans un discours ce mardi 11 novembre à l’Institut Ronald Reagan et pour détailler les politiques de son administration en Chine. Il a qualifié le Parti communiste chinois de « monstre marxiste-léniniste » dont le régime est « autoritaire, brutal et antithétique à la liberté humaine ».

Dans un briefing séparé , Pompeo a annoncé que le sous-secrétaire d’État Keith Krach dirigerait le Dialogue sur l’avenir économique des États-Unis avec Taiwan le 20 novembre. Krach a effectué une visite très médiatisée sur l’île en septembre.

Le vice-ministre taïwanais de l’Economie Chen Chern-chyi dirigera une délégation à Washington pour intensifier le dialogue, a indiqué le ministère des Affaires étrangères à Taipei dans un communiqué publié sur son site internet. D’autres responsables taïwanais se joindront à la réunion par vidéoconférence.

Zhu Fenglian, un porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan à Pékin, a déclaré lors d’un briefing mercredi que la Chine « s’oppose fermement à toute forme d’échanges officiels entre la région de Taiwan et les États-Unis. »

Les propos de Pompeo interviennent un jour après que les USA s’opposent à la mise à l’écart de quatre de leur partisan à Hong kong et donnent le signal que l’administration Trump est prête à prendre des sanctions contre la Chine même si Joe Biden a été élu le week end dernier président.

Citant les remarques de l’ancien président Ronald Reagan sur l’Union soviétique, Pompeo a prédit la sortie éventuelle de la Chine du régime à parti unique.© Bloomberg Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo en visite à Rome

Michael Pompeo

Photographe: Alessia Pierdomenico/Bloomberg

« en fin de compte, le peuple de la Chine, tout comme le peuple de l’Union soviétique, sera finalement déterminant du cours de l’histoire de ce pays », a-t-il dit.

Pompeo a déclaré que son approche de la Chine avait été déterminée en partie par le temps qu’i avait passé en tant que chef de l’Agence centrale de renseignement à partir de 2017.

« En tant que directeur de la CIA, j’ai eu la chance de voir de première main ce que ces personnages faisaient », a-t-il dit à propos des dirigeants chinois.

‘Ennemi commun’

Les attaques du secrétaire d’État contre le Parti communiste chinois et ses dirigeants ont fait de lui une cible favorite de Pékin. Le ministère chinois des Affaires étrangères l’a qualifié d’« ignorant », tandis que des commentaires dans les médias d’État l’ont qualifié de « mauvais » et d’« ennemi commun de l’humanité ».

Pompeo n’a pas mentionné le résultat de l’élection ni le refus du président Donald Trump de quitter le pouvoir. Il a décrit la démocratie américaine comme une « ville brillante sur une colline » et a déclaré que « le monde a besoin de nous pour tenir notre promesse providentielle ».

(Mises à jour avec commentaires du ministère taïwanais des Affaires étrangères et du Bureau chinois des affaires taïwanaises du quatrième paragraphe. Une version antérieure de cette histoire a été corrigée pour dire que Keith Krach dirigera le dialogue de partenariat de prospérité économique avec Taïwan mais ne voyagera pas à l’île.)

Pour plus d’articles comme celui-ci, s’il vous plaît visitez-nous à bloomberg.com

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Ce type me rappelle physiquement goering