Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Turquie crée sa version de l’OTAN?

Dans la chute de l’empire américain , des féodalités combinant nationalisme ethno-religieux et modèle de l’oTAN, bénéficiant même d’un soutien relatif à ce titre ont surgi. On comprend mieux le rôle des loups gris et pourquoi ces mercenaires sont de nouveaux utilisés par la Turquie pour asseoir ses intérêts et provoquer le terrorisme selon un modèle bien connu de déstabilisation.voir mises en garde de Lavrov. https://histoireetsociete.com/2020/11/06/__trashed-3/?fbclid=IwAR081tJTmsR9_csFHlgFXR7WiZitFGzjC6J1RReSAmG96PapCJl2mQ5oC1o

(note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

En plus de la pandémie de coronavirus, certains politiciens ont été infectés aujourd’hui par une autre pandémie – celle de l’OTAN.

Après avoir encapsulé un nombre important de pays dans des coalitions créées contre leurs opposants, les États-Unis, dans le feu d’une pandémie militante, ont essayé ces dernières années de créer d’abord la soi-disant « OTAN arabe », puis même une «OTAN asiatique», malgré la réticence évidente de plus en plus de pays non seulement à suivre l’exemple de « l’hégémonie décrépite », mais aussi à soutenir ses idées pour une division encore plus grande du monde en blocs militaires.

Mais il est bien connu que tout virus est contagieux. Et cette tendance « pandémique » a été reprise par le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’est engagé sur la voie d’un effondrement intensifié de l’OTSC (qui, rappelons-le, outre la Russie et l’Arménie, comprend le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan) et de là construire une « OTAN turque » avec une seule « armée de Turan » sur ses ruines. Parmi les membres d’une telle alliance, il voit l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan, ainsi que la République turque de Chypre-Nord, non reconnue par la communauté internationale, tous sous la direction politico-militaire directe de la Turquie.

De telles pensées ont commencé à être particulièrement activement promues par Erdogan dans le contexte de l’escalade militaire dans le Haut-Karabakh, au cours de laquelle Ankara apporte un soutien sans équivoque à Bakou. La Turquie tente de démontrer aux alliés de la Russie que l’Arménie bat en retraite devant l’union de l’Azerbaïdjan et de la Turquie, tandis qu’Ankara « ne laisse pas ses alliés et les mène à la victoire ».

La raison de l’utilisation par Erdogan de modèles militaires précis dans ses aspirations néo-ottomanes franches est compréhensible, puisque l’armée a toujours eu une position dominante dans la société turque et dans la mise en œuvre des idées ottomanes. Cependant, si au cours des cent dernières années, le corps des officiers turcs était orienté vers l’Occident et était subordonné à la direction politique, alors ces dernières années Erdogan, avec de nombreuses répressions et arrestations, a assommé l’ancienne élite militaire supérieure du pays, emprisonné de nombreux généraux, amiraux et officiers supérieurs, les a discrédités devant la société turque et a commencé à contrôler personnellement l’armée.

Afin de mettre pratiquement en œuvre les plans visant à créer une « NATO turque » et « l’armée turan », ainsi que de renforcer et d’étendre la coopération militaire dans la région sous les auspices d’Ankara, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar s’est rendu dans plusieurs pays d’Asie centrale à la fin du mois d’octobre. Comme l’a déclaré le chef du département militaire turc à l’issue de ses visites au Kazakhstan et en Ouzbékistan, « les parties ont convenu d’élargir davantage la coopération militaire et militaro-technique ». Dans le même temps, les médias turcs soulignent que le travail mené par Ankara pour développer la coopération militaire avec les États d’Asie centrale est une étape importante sur la voie de la création d’une armée unifiée des peuples turcs, une alliance militaire proposée par Ankara, qui donnera le ton dans tous les conflits régionaux et mondiaux. « Nous avons fait de sérieux progrès, » Hulusi Akar est cité ici.

Toutefois, il convient de noter que la revitalisation de la politique turque en Asie centrale n’est pas quelque chose de nouveau. Ankara a tenté de créer une coopération militaire et militaro-technique avec les pays de cette région immédiatement après l’effondrement de l’Union soviétique, percevant le vide qui en a résulté comme une sorte de chance historique de recréer le Grand Turan. L’idée même était en grande partie basée sur la représentation géographique dans la vision de la Turquie de Turan en tant qu’entité supranationale mondiale, unissant à la fois les peuples turcs et autres d’Asie centrale et de Sibérie. À cette fin, Ankara a appliqué des forces et des moyens considérables pour tenter de faire glisser les nouveaux pays souverains de la région sous les auspices de la Turquie, des sommets des États turcs ont eu lieu et sont toujours en cours, où, entre autres, l’idée d’unité militaire est exploitée.

Ankara a même utilisé les « pouvoirs spirituels suprêmes » à cette fin. En particulier, au début des années 90, lors d’un de ces sommets, un « rituel sacré » enraciné dans l’une des légendes turques a été organisé de manière démonstrative, lorsque les dirigeants des nouveaux États souverains ont porté des coups symboliques à l’enclume, imitant ainsi l’action de forger « l’arme d’unité des pays turcs ».

Pour recréer le Grand Turan, pour renforcer l’influence ottomane perdue dans la région, il y a 11 ans à Nakhichevan (Azerbaïdjan), une grande plate-forme internationale du Conseil turc (Conseil de coopération des États turcophones) a été créée. Aujourd’hui, il comprend la Turquie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Ouzbékistan. Avec sa création officielle, Ankara a commencé à développer activement des liens avec la région, l’appelant sa maison ancestrale et considérant les pays d’Asie centrale comme la patrie historique des peuples turcs, incarnant les ambitions néo-ottomanes à travers elle. La Turquie utilise la culture et la religion comme l’un des canaux de son influence. À titre d’exemple, il existe dix écoles turques pour une école russe au Kirghizistan. Là, l’idéologie pan-turque est largement promue. En outre, dans les années 1990, Ankara a proposé de créer un alphabet turc unifié, et, bien que ces plans n’aient pas réussi, il est devenu un générateur actif de la transition des anciens États post-soviétiques d’Asie centrale de l’alphabet cyrillique à l’alphabet latin avec un objectif très compréhensible de séparer la région de la Russie et de renforcer l’influence turque.

Il est tout à fait compréhensible que, jusqu’à présent, tous ces efforts d’Ankara, ainsi que la volonté de créer une « NATO turque » et une « armée de Turan » sous ses seuls auspices, se déroulent principalement dans le domaine de la rhétorique du dirigeant turc et des membres de son gouvernement. Et il y a un certain nombre de raisons à cela, dont la principale est que le président turc Recep Tayyip Erdogan a encore peur de tester la Russie pour sa force, parce qu’il comprend comment le conflit avec Poutine pourrait tourner pour lui. La mémoire historique des Turcs rappelle à Erdogan que ce sont les Russes qui ont gagné à plusieurs reprises sur leur propre territoire, ce qui a fait perdre la majeure partie de son « territoire ottoman ».

Les dirigeants politiques des États d’Asie centrale comprennent également le danger de lier leur nouveau sort uniquement à la Turquie, en se souvenant parfaitement de la situation quand, dans les années 90, Ankara a accueilli les opposants ouzbeks qui ont développé des actes terroristes perpétrés dans certaines villes d’Ouzbékistan.

Il n’y a pas non plus de « soutien unifié » aux candidats proposés par Ankara pour participer à l'”OTAN turque » ou à l'”armée de Turan ». En particulier, le Tadjikistan est l’un de ces candidats, habité principalement par un groupe ethnique non turc, bien qu’une minorité ouzbèke y soit présente. Mais il ne faut pas oublier que les Tadjiks sont un ethnos complètement différent, de langue iranienne, et le raisonnement sur le « monde turc » les touche dans une moindre mesure.

Parlant de la politique moderne de la Turquie, aujourd’hui, les termes « néo-ottomanism » et « oma-Turkism » sont de plus en plus utilisés. Ce sont les pierres angulaires de la base de la politique étrangère prise par le chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan.

Cependant, l’ironie du néo-ottomanisme moderne réside dans le fait que l’idée même de consolider les peuples du monde turc, qui s’oppose principalement à l’Iran, sous le slogan du Grand Turan, fait partie intégrante de l’idéologie des « jeunes Turc » qui avaient déjà conduit l’Empire ottoman à sa chute.

Vladimir Odintsov, un observateur politique, exclusivement pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook« .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Excellent