Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

« C’est le capitalisme, stupide »

de Cuba ce qu’avait déjà dans un autre “cycle” exprimé Brecht : “Ceux qui sont contre le fascisme, sans être contre le capitalisme, qui se lamentent de la barbarie provoquée par la barbarie, ressemblent à ceux qui veulent manger leur ration de veau, mais sans qu’il y ait à égorger le veau. Ils veulent manger le veau mais ne pas voir le sang. Ils se contenteront que le boucher se lave les mains avant de leur servir la viande. Ils ne sont pas contre la situation créée par la barbarie sur la propriété, juste contre la barbarie. Ils élèvent leur voix contre la barbarie et le font dans des pays où règne la même situation économique, mais où les bouchers se lavent encore les mains avant de lui servir la viande. (…) BERTOLT BRECHT ′′ Les cinq difficultés à écrire la vérité “, 1934. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Les faits tenaces montrent que Trump et le « trumpisme » ne sont rien d’autre qu’un produit de la dégradation du capitalisme et de la génération, dans ses entrailles du totalitarisme et du fascisme.

Auteur: Jorge Casals LLano internet@granma.cu

7 novembre 2020 00:11:09

Bien que les résultats définitifs du show médiatique qu’aux Etats- Unis on appelle des élections ne soient pas encore connus, lequel des deux partis « démocratiquement » contestent quelle faction de l’établissement gouvernera ce pays et s’offrira de continuer à gouverner le monde au cours des quatre prochaines années, il est approprié pour nous d’essayer de comprendre comment une telle situation a été atteinte où, jusqu’à très récemment, était la nation toute-puissante, celle de l’« exceptionnalisme »; celle de l’exemple de tradition constitutionnaliste et démocratique et, par conséquent, d’inspiration pour tant de personnes dans le monde (la plupart du temps sans raison); qui, après l’implosion de l’URSS, a pu, avec ses états vassaux, imposer un monde unipolaire ; aujourd’hui s’est transformé en ce qu’il a toujours méprisé, même s’il était son principal promoteur, en une « république bananière » qui, avec ces élections, a définitivement perdu son halo démocratique et même sa capacité à mener le mythe de sa propre création : le « monde libre », l’Occident.

Il devient impératif de réfléchir à la question de savoir si Trump et le « trumpisme » sont responsables de ce qui s’est passé ces dernières années aux États-Unis; si c’est aussi l’extension des populismes de droite dans le monde et, avec eux, de l’empire de la xénophobie, du racisme, du rejet, du mépris et de la haine de l’Altérité et même de ceux qui pensent différemment; ou si, au contraire, c’est une conséquence du système qui exalte l’égoïsme, qui le considère souverain et comme le seul moteur de l’économie et du progrès, qui le sacralise pour faire, sans même l’imaginer, l’individu, le responsable des relations dont il n’est qu’une créature, même s’il se considère au-dessus d’eux.

Pour comprendre ce qui s’est passé dans les « élections » aux États-Unis, son environnement et ses conséquences pour ce monde, on se servira de l’expression choisie comme titre – quoique corrigé – qui a été utilisée dans une campagne électorale aux États-Unis eux-mêmes, à la fin du siècle dernier, et qui encourage à appréhender l’essence de ce qui se passe, la chose importante, ce qui identifie le moment et l’époque.

Il est connu que l’histoire du capitalisme est une succession de crises dans lesquelles le protectionnisme et le libéralisme, le libéralisme et la régulation alternent, ainsi que le libéralisme et le keynésianisme, et même le néolibéralisme et le néokeynésianisme… et le fascisme. En outre, que l’ère chaotique que nous vivons a eu son antécédent le plus proche (un autre plus loin est celui d’Hitler) dans ce qui a été appelé la crise des « tigres asiatiques », initiée avec la flottaison du Bath, la monnaie thaïlandaise, et qui s’est propagée au reste du monde. À cette époque, au seuil du XXIe siècle, le monde était au bord d’une crise similaire à celle de 1929, que nous pouvons résumer avec ces éléments :

  • Croissance massive de la richesse, accompagnée de la marginalisation de couches toujours croissantes de la population, y compris de la partie de la classe ouvrière basée dans les pays « riches ».
  • Des sommes fabuleuses d’argent circulant, bien que concentrées dans un nombre de plus en plus réduits de grands propriétaires.
  • D’énormes mouvements de capitaux qui, sans patrie, sans drapeau et même sans propriétaires identifiés et à la recherche de gains spéculatifs, se déplacent librement, sans aucun contrôle.
  • Accélérer le processus de concentration des capitaux, déjà à l’échelle planétaire, avec l’émergence de mégafusions – fusions et absorptions parmi les plus grandes entreprises du monde – avec plus de pouvoir que de nombreux États nationaux et, même, que des régions et des continents entiers.
  • Préférence des investissements en capital spéculatif, en prélude à ce qu’on appellerait le « financiarisation» de l’économie.
  • Une minorité jette l’argent par les fenêtres et la majorité souffre du manque.
  • Pollution, réchauffement climatique, destruction accélérée de l’environnement, catastrophe écologique imminente.

La capacité d’adaptation du capitalisme et son mimétisme économique l’ont fait évoluer et s’adapter à l’évolution des conditions, le rendant encore plus efficace au niveau microéconomique, et de moins en moins en macroéconomie et donc plus exclusif et excluant. Résultat : l’aiguisement des contradictions et la crise de 2007-2008.

La reprise qui avait commencé en Juin 2009 (avant le début de l’administration Trump), selon le National Bureau of Economic Research des États-Unis, a été la plus longue expansion depuis sa création, elle a battu le record de 120 mois établi avant, en s’établissant sur la croissance d’une période de grande faiblesse, avec une réduction significative de la production industrielle, l’augmentation conséquente du chômage et la baisse des salaires réels , et avec une augmentation notable de l’endettement extérieur. Et tout cela, montre à quel point Trump se vantait abusivement de ses « succès » (même avant le début de sa présidence), et quel était l’échec du modèle (qu’il était incapable de percevoir) qui lui avait permis de devenir président.

Au début de l’année 2009, tous les traits que nous avons soulignés plus tôt, depuis le début du siècle, se sont aggravés, sont devenus plus onéreux pour l’humanité et dangereux pour le capitalisme. Ainsi, à la fin de 2019, le célèbre Forum de Davos, rien moins que la revue Fortune, et même le New York Times, ont déclaré la fin du cycle et la mort du néolibéralisme. Ainsi, la crise qui a éclaté au début de 2020 n’a été que précipitée par la pandémie de coronavirus, c’est seulement un résultat, pas la cause.

Aujourd’hui, les « élections » sont là où on s’attendait à ce qu’elles soient « le jour d’après  ». La situation était prévisible pour beaucoup, à droite et à gauche, conservateurs et progressistes, universitaires et journalistes, sympathisants du capitalisme, du socialisme et même du communisme; bien que pour une grande partie des analystes, le problème ne soit encore qu’une conséquence de l’erreur de « l’exceptionnalisme », de l’élitisme et même de l’obsolescence du système électoral lui-même, de la dictature bipartite, de la corruption du système, de l’égocentrisme…

Mais les faits têtus montrent que Trump et le « trumpisme » ne sont rien d’autre qu’un produit de l’effondrement du capitalisme et de la génération, dans ses entrailles, du totalitarisme et du fascisme, qui utilise aujourd’hui les technologies pour manipuler les individus, y compris ceux de la classe ouvrière, en bénéficiant à nouveau des miettes de ce qui est pris au reste du monde par leurs mécènes ; les immigrants qui, après avoir réalisé le « rêve américain », sont capables de se nourrir du mépris pour le déverser sur leurs propres concitoyens, ou, comme certains d’entre eux, en viennent à haïr leur propre lieu de naissance; ou ceux que la société de consommation a rendu assez stupide pour remettre en question le réchauffement climatique, le changement climatique et la science dans son ensemble, considérant même comme une « simple grippe » une maladie mortelle.

Les mêmes faits mentionnés dans le paragraphe précédent montrent que Biden et le « Bidenism » sont également le produit de la rupture de l'”économie de marché » (nous utilisons le terme pour plus de subtilité, en remerciant l’acuité intellectuelle d’Eduardo Galeano « … autrefois, on l’appelait capitalisme et maintenant il a pris le nom de scène de l’économie de marché), parce que ce sont précisément ses lois et ses tendances qui ont conduit à la mondialisation néolibérale, à son échec, à l’accélération du déclin de l’Amérique.

Ce sont ces faits qui poussent l’humanité à choisir – comme Rosa Luxembourg nous en a déjà, alerté – entre socialisme ou barbarie.

.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments