Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La France a trébuché sur une incompatibilité de valeurs par Vadim Trukhachev

Vadim TrukhachevOnzeLa France a trébuché sur l’incompatibilité des valeursVadim Trukhachev
politologue, candidat aux sciences historiques, professeur agrégé de l’Université d’État russe pour les sciences humaines
30 octobre 2020, 09:26

Cette analyse est intéressante parce qu’elle témoigne de l’incompréhension culturelle entre les Russes (mais ils ne sont pas les seuls) et les Français sur le problème des caricatures. Les Russes ont une longue expérience de cohabitation avec des peuples différents et l’URSS a porté l’expérience à son plus haut niveau y compris en établissant une double nationalité, l’une familiale, culturelle, l’autre citoyenne et en créant les conditions d’une véritable mixité que la fin de l’uRSS a profondément bouleversée en recréant des nationalismes hostiles et des inégalités économiques et sociales. Le regret de l’URSS est d’abord celui de cet espace de coexistence et de paix. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

https://vz.ru/opinions/2020/10/30/1067851.html

Les terribles  crimes  commis dans la banlieue de Paris et de Nice ont révélé une situation extrêmement tendue pour la France. Les valeurs locales d’un État laïc, défendues par le président Emmanuel Macron, ont été rejetées complètement par une partie importante des Français qui professent l’islam. Et Macron ne peut blâmer que son propre État.

Le fait qu’il y ait un gouffre de malentendu en France entre l’État et la communauté islamique n’a pas du tout été révélé le 16 octobre 2020, par ce crime de grande envergure. Cela est devenu une évidence le 7 janvier 2015, lorsque des frères d’origine algérienne nés en France ont tiré sur la rédaction de Charlie Hebdo pour avoir publié des caricatures du prophète Mahomet. En fait, à partir de ce jour, le nom même du magazine est déjà devenu un nom célèbre.

Et puis de nouveaux événements sanglants ont suivi  . Le 13 novembre 2015, les islamistes ont tué 130 personnes dans la banlieue Saint-Denis à Paris. Le 14 juillet 2016, un terroriste a écrasé près de 100 personnes sur le front de mer à Nice. Le compte des incidents de moindre ampleur qui étaient en relation avec des problèmes «d’immigrants» a déjà été perdu. Et d’une manière ou d’une autre, tous les crimes se résument au fait que la France n’a pas été en mesure d’intégrer dans la société une part significative de personnes issues de l’immigration.

Bien entendu, le président Macron, en tant que gardien des fondations laïques de la République française, a dû prendre des mesures. Et il en a  parlé  deux semaines avant le crime du 16 octobre. A son avis, une communauté parallèle s’est formée dans le pays, qui ne se soucie pas des lois françaises. Le président l’a appelé “séparatisme islamique” et a appelé à y mettre fin. Et il a proposé un certain nombre de mesures qui auraient dû contribuer à la cessation de l’existence de «deux mondes».

Les mesures, à première vue, semblent tout à fait raisonnables. Ils impliquent la fréquentation obligatoire des enfants de familles musulmanes dans les jardins d’enfants publics, à partir de l’âge de trois ans. L’école privée sera réduite au minimum. Le contrôle des écoles privées, des clubs sportifs et des autres lieux de rassemblement des jeunes sera renforcé. Enfin, il est prévu d’interdire le financement étranger des mosquées, et la formation des imams se fera exclusivement en France.

Photo: Mahmud Hossain Opu / AR / TASS

«Il s’agit d’essayer de créer ensemble un tel ordre qui permettra … de construire un islam éclairé dans notre pays. Un islam qui vivrait en paix avec la république, respecterait le principe de séparation de l’Église et de l’État et calmerait les esprits enflammés. Naturellement, il n’est pas de la responsabilité de l’État de donner à l’islam une structure définie, mais nous devons en offrir toutes les possibilités – et surtout, libérer l’islam de France de l’influence étrangère », a souligné Macron.

Mais ensuite, Macron a  prononcé une  phrase que trop de gens, tant en France qu’à l’étranger, n’acceptent pas: «L’islam est une religion qui traverse une crise partout dans le monde, pas seulement dans notre pays». Et puis là dessus très rapidement est intervenue la décapitation . Le président a  réagi  au crime dans un esprit tel que les caricatures du prophète Mahomet sont apparues comme la norme: “En France, on peut critiquer les dirigeants, le président, blasphémer, etc.”.

Il n’est pas nécessaire de raconter ce qui a suivi. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a  transféré l’  affaire sur le plan international, se permettant une attaque extrêmement forte. «Que pouvez-vous dire au chef de l’Etat qui fait preuve d’une attitude inappropriée envers les millions d’habitants de son pays qui professent une religion différente? Macron a besoin d’un traitement pour les troubles mentaux », a déclaré Erdogan. En réponse, la France a rappelé son ambassadeur d’Ankara et les autorités turques ont appelé au boycott des produits français.

À la suite d’Erdogan  , le dirigeant pakistanais Imran Khan a exprimé son  mécontentement face aux actions de Macron. Des rassemblements anti-français massifs ont eu lieu au Bangladesh. Le président français a été critiqué en Tchétchénie russe. Le journal iranien “Watane Emruz” a publié une caricature de Macron avec la signature “Parisian Satan”. Il ne fait aucun doute que les manifestations dans le monde vont s’étendre et certains pays islamiques rappelleront leurs ambassadeurs de Paris.

Bien sûr, la terrible décapitation ne peut être justifiée par aucune insulte à la religion. Erdogan a commis une attaque grossière, qui entraînera très probablement des sanctions de l’UE contre la Turquie. Une foule passionnée qui pourrait commencer à détruire certains magasins français au Pakistan ou en Égypte jouera l’intimidation. Nous avons déjà vu quelque chose de similaire   en 2006 avec le Danemark et des caricatures publiées dans le journal Jyllands Posten.

Cependant, Erdogan et la foule du Bangladesh ne sont pas responsables de ce qui s’est passé en France. A qui  Macron peut poser des questions, sinon à lui-même, et aux politiciens français de quelques générations précédentes. Ce sont eux qui ont laissé entrer dans le pays des gens qui professent des valeurs complètement différentes de celles de l’État laïc français. Ce sont eux qui n’ont pas empêché la création de ghettos d’immigrants à Paris, Marseille et dans d’autres villes, qui se sont transformés en mondes parallèles vivant selon leurs propres règles.

Parce que l’illusion d’un certain islam, qui tolererait Charlie Hebdo, ne peut venir à l’esprit de personne. Ce type d’islam n’existe nulle part dans la nature. Comme il n’y a pas un tel christianisme, et un tel judaïsme. L’édition susmentionnée a publié à plusieurs reprises des caricatures offensantes de représentants de diverses religions. Ils l’ont poursuivi en justice, et à chaque fois le tribunal français s’est rangé du côté de ceux qui se moquaient des sentiments des croyants. Les propos de Macron sur le droit de pratiquer le blasphème semblaient plus qu’éloquents.

Il s’avère que la France, en tant qu’État, a rendu possible que la liberté d’expression se transforme en permissivité et en capacité d’offenser tout le monde. Et en même temps, il n’a pas calculé que trop de gens n’apprécieraient pas une telle manifestation de liberté. Si l’Etat français avait poursuivi Charlie pour au moins un euro à plusieurs reprises, un certain nombre de victimes aurait été évité. Réduire les valeurs laïques à une publication scandaleuse est excessif.

Les mesures que la France veut prendre pour protéger son espace semblent assez justes. Cependant, sans des nettoyages massifs des ghettos d’immigrants et des restrictions sévères au droit d’entrer dans le pays pour les résidents de certains pays, rien ne peut être réalisé. Et plus encore, aucune mesure ne donnera l’effet escompté si la liberté d’expression est confondue avec le droit d’offenser tout le monde sans la moindre limite. Tant que “Charlie” restera le symbole des fondements laïques, la paix en France sera de l’ordre du rêve..

La Russie a une occasion unique d’apprendre des erreurs des autres. Nous ne devons pas permettre la création de ghettos fermés dans nos villes, vivant selon leurs propres lois. Vous ne pouvez pas ouvrir les portes de votre pays à tout le monde et laisser le processus d’entrée dans la société suivre son cours. La grossièreté envers les croyants ne doit pas être encouragée. Ce à quoi cela conduit en France est clairement visible. Elle a «trébuché» sur l’incompatibilité des valeurs de l’État laïque et des personnes vivant avec des idées complètement différentes sur la vie.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments