Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ukraine : Esquisse de la duplicité

Les Russes sortent à peine de la sidération dans laquelle les a plongés la chute de l’URSS. On se souvient que la fin de l’URSS a été le fait de “trois ivrognes”, les responsables des trois partis communistes, Eltsine pour la Russie, Chouchkevitch pour la Biélorussie et Kravtchouk pour l’Ukraine, qui ont décidé de la dissolution de l’URSS (le premier qui a été prévenu a été le président des USA, le second le responsable communiste du Kazakhstan qui était dans le coup. Ce coup d’Etat dont les communistes continuent à nier la légalité n’a même pas été contré par Gorbatchev qui avait mené la situation où elle en était. Donc ils continuent à s’interroger sur la manière dont des traitres à leur patrie, à leur camarades peuvent avoir été jusqu’à la tête du parti et ici ils le font à partir de la trajectoire de l’un d’entre eux Kravtchouk l’ukrainien. C’est en effet une vaste question de savoir comment non seulement des gens qui n’ont rien à voir avec le communisme peuvent se retrouver à la tête d’un parti et comment les communistes sont incapables de s’en débarrasser, cela dépasse probablement ce que sont les individus même si leur capacité de dissimulation n’est pas indifférente à la réussite de l’entreprise (note de danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop).

La Pravda No.95 (31027) 9-12 octobre 2020

Auteur: Viktor TRUSHKOV.

https://gazeta-pravda.ru/issue/95-31027-912-oktyabrya-2020-goda/eskiz-dvurushnichestva/

La maison d’édition de Kiev ADEF-Ukraine a publié un livre intitulé “A l’épreuve du pouvoir”. Ses auteurs sont Gueorgui KRIOUTCHKOV, une personnalité politique et publiciste ukrainienne de premier plan, membre du Présidium du Comité central du Parti communiste d’Ukraine, lauréat du prix Lénine du Comité central du Parti communiste d’Ukraine et du Prix Lénine du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie et Igor SHPAK, célèbre personnage public ukrainien. Sur une base documentaire, le livre propose une analyse détaillée de la place et du rôle du premier président ukrainien Leonid Kravtchouk dans la vie politique de son pays. Les auteurs ont dressé le portrait convaincant d’un double trafiquant et d’un renégat.

Il est à noter que Kravtchouk se reconnaît comme tel, reconnaissant qu’il a trahi les communistes. Les auteurs du livre notent: “Tout le monde n’oserait pas se qualifier publiquement de traître et s’en vanter.” Mais l’ancien “principal idéologue du Parti communiste d’Ukraine” est sûr que désormais cela “ne peut lui causer aucun tort, et il se fiche du mépris de ses anciens camarades du parti qu’il a trahis”. Néanmoins, Kravtchouk met un point d’honneur à affirmer le bien-fondé de sa trahison. Passant en revue les 85 dernières années, il assure que, aux divers postes qu’il a occupés, il n’a jamais travaillé de manière purement formelle, il a tout fait de bonne foi, «jusqu’à ce qu’il ait pris conscience de la cruauté et de l’inhumanité de la machine d’État soviétique». Et cela est arrivé prétendument «à Moscou, alors qu’il était doctorant à l’Académie des sciences sociales auprès du comité central du PCUS».

Il est maintenant d’usage de qualifier ces déclarations de fake, c’est-à-dire fausses. Ses allégations selon lesquelles au cours de ces années, il aurait lu quelque chose dans des documents secrets du «Dossier spécial» ou dans des œuvres non publiées de Lénine sont destinées aux naïfs: les doctorants n’étaient pas autorisés à accéder à ce dossier, et il n’existait tout simplement pas d’ouvrages «sensationnels» non publiés de Lénine à la fin des années 1960. Mais même si nous acceptons la version de Kravtchouk qui justifierait sa trahison, une autre accusation, non moins sérieuse, surgit – celle de duplicité.

G. Krioutchkov et I. Chpak attirent l’attention sur ceci: «Il ressort de tout cela qu’au moment où il rédigeait sa thèse, dans laquelle il défendait la politique du Parti communiste et le pouvoir soviétique, quand il a travaillé après l’obtention de son diplôme de l’Académie dans l’appareil du Comité central du Parti communiste d’Ukraine, puis dans des postes de secrétariat, étant membre du Politburo du Comité central du Parti communiste d’Ukraine, approuvant la décision du Politburo de le recommander pour le poste de président du Soviet suprême de la RSS d’Ukraine, il cachait son vrai visage, louvoyait, faisait l’hypocrite, menait double jeu, “sans rien faire formellement”, … Et cela durant plus de 20 ans! “

P.P. Tolochko membre de l’Académie nationale d’Ukraine ne croit pas aux déclarations de Kravtchouk: «Si la situation avait évolué différemment, si… le Comité d’urgence de l’État dirigé par Yanayev avait eu le dessus, Kravtchouk aurait oublié sa haine du pouvoir soviétique. Il aurait continué à le servir … »Les auteurs du livre ont un point de vue différent. Oui, ils croient également que Kravtchouk est un caméléon et une girouette, mais ils sont convaincus que la pourriture interne a toujours des raisons.

Le livre de G. Krioutchkov et I. Chpak est intéressant en ce que ses auteurs, se concentrant sur le portrait du «parjure» Kravtchouk, ont simultanément dessiné une esquisse de la duplicité à travers son personnage. Ainsi, les auteurs de l’étude ont attiré l’attention sur la manière dont il présentait ses parents au public de différentes manières. En 1953, en entrant à l’Université Taras Shevchenko de Kiev, il a écrit que son père, étant un homme pauvre, a été l’un des premiers à rejoindre la ferme collective, était un propagandiste et sa mère a été élue députée du conseil du village. 65 ans plus tard, le portrait de parents est présenté différemment: le père est un farouche haineux de la ferme collective, et la mère, qui a sympathisé avec les bolcheviks, s’est inscrite au comité des paysans pauvres et les incitait à rejoindre la ferme collective. Le père, selon la nouvelle version de Kravtchouk, était extrêmement insatisfait de son comportement.

Mais les auteurs du livre prêtent attention non seulement au double jeu du premier président ukrainien, mais aussi aux faits réels, qui ont probablement laissé leur empreinte sur la personnalité de ce politicien. Son oncle a été reconnu coupable de propagande antisoviétique et fusillé, et lui-même, à en juger par sa propre biographie récemment publiée, a porté de la nourriture dans les caches où se tenaient les membres de l’OUN.

Le livre attire l’attention sur le fait que Kravtchouk a élaboré des recommandations détaillées visant à améliorer le travail idéologique et à combattre les «vestiges du capitalisme», mais il a lui-même évité avec diligence de participer aux actions les plus «pointues». Il le raconte lui-même. Ainsi, Kravtchouk écrit que ses devoirs incluaient la propagande de l’athéisme. Il a élaboré des recommandations sur la façon de l’amener, comment réaliser la «liquidation des objets religieux». Mais quand sa participation était requise, il a utilisé «des trucs incroyables: il est tombé malade, est parti quelque part, juste pour ne pas aller là où c’était nécessaire». Dans le même temps, il était l’auteur de “mesures pour contrer la politique orientale du Vatican dans les régions occidentales de l’Ukraine”, proposant de créer des groupes “dans le but d’identifier et de détruire les symboles uniate-nationalistes”, ainsi que “d’identifier les pro-uniates”.

La question se pose: comment se fait-il que Kravtchouk ait accédé non seulement au travail du parti, mais aussi à des postes de responsabilité dans l’appareil du Comité central? Les auteurs du livre y répondent également. Son diplôme de l’Université de Kiev, où au cours de ses études il a été accepté comme membre du Parti communiste d’Ukraine, a contribué au fait qu’il s’est retrouvé dans l’appareil du comité régional du parti de Tchernivtsi. Lorsque Kravtchouk est retourné en Ukraine après avoir terminé ses études à l’Académie des sciences sociales auprès du Comité central du PCUS, «dans le département du travail d’organisation et de parti du Comité central du Parti communiste d’Ukraine, il y avait un poste vacant de chef du secteur de la reconversion du personnel du parti. Pour occuper ce poste, il avait toutes les qualités requises: une éducation politique du plus haut niveau, un diplôme universitaire, une expérience considérable du travail du parti à la base. “

Lorsque A. Kapto, secrétaire du Comité central du Parti communiste d’Ukraine pour l’idéologie, a été envoyé comme ambassadeur en République de Cuba, certains camarades de premier plan du Comité central ukrainien ont commencé à recommander à V.V. Chtcherbitski, qui dirigeait le Parti communiste d’Ukraine, de nommer Kravtchouk au poste vacant. L’expérimenté et sage Chtcherbitski a rejeté cette offre: il ne faisait pas confiance au chef du département de propagande. Il a attiré l’attention sur le fait que dans les débats télévisés avec les Rukhovites, Kravtchouk parlait magnifiquement, mais pas offensivement: il n’a jamais mis une seule fois l’ennemi K. O. d’un point de vue idéologique. En septembre 1989, à la retraite, Vladimir Vasilyevich a de nouveau averti ses camarades qu’il ne faisait pas confiance à cet homme: “Je ne peux pas le comprendre pleinement. J’ai peur qu’il ne se montre pleinement que lorsqu’il arrivera au pouvoir. Et pas sous le meilleur jour.”

La prévoyance de Chtcherbitski, hélas, s’est réalisée. Kravtchouk a été l’initiateur de l’interdiction du Parti communiste d’Ukraine, à Belovej il a apposé sa signature à côté de celle d’Eltsine et de Chouchkevitch sur la dénonciation du traité sur la formation de l’URSS. L’initiateur de la transition de l’Ukraine vers le marché capitaliste a également été son premier président. Les “navettes” (1) sont devenues la base du système économique qu’il avait imposé. C’est alors, notent les auteurs du livre, que «les fameux« kravtchouk »- sacs synthétiques colorés d’une dimension et d’une capacité inimaginables, sont devenus un attribut de la vie de la société pendant longtemps. Le peuple a de ces raccourcis…

La duplicité, qui se transforme en apostasie, est le plus grand danger pour tout parti communiste. Le mode de vie capitaliste favorise ces travers criminels. Ici, la vigilance est exigée des communistes. Le livre de G. Krioutchkov et I. Shpak est un rappel sérieux qu’il est inadmissible de perdre la vigilance politique aussi bien envers les membres individuels des partis, qu’aux partis communistes dans leur ensemble.

(1) des gens qui faisaient la navette à travers le pays et jusqu’en Turquie et en Chine pour vendre au détail ici et là les marchandises les plus invraisemblables…

Pour acheter le livre, appelez:

+380 (044) 284 08 60, + 380 (050) 311 951

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments