Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La secte du complot qui se répand dans le monde

Voici un article de Pagina 12 (Argentine) qui décrit comment la secte qui a envahi les Etats-Unis, a désormais envahi la France en accompagnant au départ le mouvement des gilets jaunes puis la Covid, en s’adaptant à chaque pays. Édifiant, un exercice de la raison est-il suffisant pour lutter contre ce nouvel obscurantisme qui peut être lui parfaitement athée. Oui si la raison s’assortit de la capacité pour les individus de lutter contre ce qui les opprime (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Donald Trump, Qanon et le côté obscur de la droite

Il est habité par des antisémites et des racistes, devient obsédé par un gouvernement mondial secret dédié à la pédophilie et voit Trump comme le premier à dire la vérité, un croisé pour les peuples. Par Eduardo Febbro

De Paris

La folie s’exporte très bien, surtout si elle vient des États-Unis et qu’elle a pour origine des groupes qui font des théories du complot un champ d’action et une délégitimation des démocraties. Un de ces groupes est Qanon. C’est une secte virtuelle qui communique à travers des messages cryptés dont la signification cachée est déchiffrée par des millions de personnes à travers le monde. Après avoir prospéré sur le sol américain dès 2017, grâce au forum 4chan, il s’est diversifié au Canada, au Brésil, en Grande-Bretagne, en Belgique, en Allemagne et atteint désormais la France. Certains graffitis commencent déjà à être vus à Paris qui représentent, en rouge et noir, la lettre Q. 

Qanon est un méli-mélo de sensibilités dont le postulat principal est de croire qu’il existe une sorte d’«État profond», tentaculaire et hyper-organisé, qui contrôle les États-Unis et le reste de la planète. Cet État Profond est composé d’une élite de «criminels pédophiles satanistes» sous le commandement du clan Clinton-Obama dont la mission essentielle est, depuis l’ombre, de boycotter la présidence de Donald Trump et de l’empêcher de sauver le pays et le monde. Toute cette galaxie tourne autour de messages cryptés et d’une personne qui se fait appeler «Q», qui se présente comme un fonctionnaire de Washington ayant accès à des niveaux de sécurité extrêmement élevés dans le secteur de l’énergie. Dans ces messages,Trump apparaît comme un héros investi d’une mission: nettoyer la pourriture, la pédophilie et la corruption d’Hollywood et ramener l’Amérique à la grandeur. Ceux qui alimentent ce réseau ont réussi à capturer l’un des mythes les plus farfelus d’aujourd’hui et à en convaincre des millions de personnes à travers la planète.

François est membre français de ce complot et il avait l’habitude de s’installer fréquemment devant son ordinateur pour se délecter de la page francophone que le groupe a ouverte sur Facebook, 17FR, fermée par Facebook le 6 octobre. «Ni prophètes, ni fachos. Lucide. Trump est le seul soldat à avoir osé affronter cette secte pédo-satanique qui se cache dans les administrations », affirme François avec une grande autorité. «Quand l’un de nous part, nous partons tous», dit son slogan principal.

 La pandémie et toutes les théories du complot qui circulent autour du coronavirus ont accru leur influence à l’échelle planétaire

Pour ce jeune Français, Qanon n’est pas une secte mais «une perspective de transformation complète du monde. Trump n’a pas menti. Contrairement aux autres dirigeants du monde, Donald Trump a tenu ses promesses ». 

Cette théorie du complot mondial s’inspire de l’extrême-droite et a réussi à infiltrer des mouvements opposés à l’État, des militants contre les oligopoles, un secteur d’extrême-gauche et des individus qui ressentent une profonde méfiance envers les institutions démocratiques. En France, les premiers graffitis Qanon sont apparus entre 2018 et 2019 lors des manifestations des gilets jaunes. Le 6 septembre, lors d’une manifestation contre la pédocriminalité, plusieurs de ses membres français se sont mêlés aux manifestants. Parmi eux, Jérémie, un avocat récemment diplômé pour qui «on ne peut plus nier qu’il existe une élite mondialisée, aussi corrompue que vicieuse, qui conspire contre les valeurs. Il y a le Parti démocrate américain, Georges Soros,

La pandémie et la méfiance qu’elle a fait prospérer envers l’État, le libéralisme, les laboratoires multinationaux (les «Big Pharma») ou les mesures de protection sociale ont considérablement élargi son audience. Ce n’est pas un hasard si dans presque tous les pays où Qanon est très actif, les anti-masques adhèrent à ses théories du complot. La Dre Eve Engerer a été suspendue par le Collège médical français après avoir publié un faux certificat médical sur Facebook qui permettait aux gens de ne pas porter de masques. Ce médecin de la région française d’Alsace considère que le «masque est un rituel des pédo-satanistes. C’est un acte de soumission ». Il se fichait complètement de la suspension qui lui avait été imposée parce que, dit-il, “j’ai juré devant Dieu et par Hippocrate, pas devant Bill Gates et Big Pharma”.

Sa rhétorique est la même qui circule sur les portails de Qanon à travers la planète: le président américain est le cavalier du salut et l’infectologue français Didier Raoult, le promoteur de la chloroquine, son bras droit ». Jérémie note à ce propos: “Avant Trump, tous les dirigeants étaient des marionnettes, des marionnettes lâches de cette élite submergée dans les profondeurs de l’Etat qui n’a que deux intérêts: gagner tout l’argent du monde et célébrer leurs cultes pétants.” de Qanon et sa page YouTube (Dissept.com et DéQodeurs) reproduisent avec une efficacité répétitive le thème de l’intrigue de cette élite. Les deux portails comptent des dizaines de milliers d’adeptes et sous leur ascendant beaucoup d’autres ont été créés avec une rhétorique similaire. France, Allemagne,

La première croisade semble empruntée au langage de la gauche. 

Pour eux, il y a un complot «des médias dominants». Le premier salut est de lire les messages de Q et d’interpréter leur signification. Ici, indique le portail français, vous trouverez «des informations vérifiées, vraies, authentiques, non manipulées». Il arrive que ces informations «vérifiées» soient un catalogue d’assertions absurdes et fantasmagoriques sans aucune preuve. Mais ça marche. François, le premier Qanon français, explique dans la plus pure tradition Trump que «ce que les médias disent est un faux colossal. Ils ne parlent jamais de l’autre réalité parce qu’ils protègent la secte satanique pétante qui leur paie leur salaire. Ce sont des agents de la même orgie secrète. ” 

Qanon fonctionne comme une métathéorie qui se déplace comme un caméléon: il s’adapte au pays dans lequel il est déployé. Par conséquent, vous pouvez modifier votre récit en fonction de la région du monde où vous gagnez des adeptes. L’élite pédophile et le Parti démocrate aux États-Unis, l’État tricheur et «complice» des multinationales en France, «l’invention du covid-19 comme instrument d’assujettissement de la société en Allemagne, etc., etc. “Les DéQodeurs nous expliquent extraordinairement bien le système mondial et les élites qui nous dirigent”, explique l’une des chaînes YouTube affiliées à cette galaxie.

Au-delà des messages de Guru Q, Qanon n’a pas de structure pyramidale.

Ce flux s’articule un peu par une adhésion méthodique autour de valeurs où les temps forts de l’extrême droite ne manquent pas tels que l’antisémitisme ou les anti-musulmans. Jérémie, le deuxième Qanon français, explique que ce monde Q «nous libère, ne nous instille pas d’idéologies, mais nous montre ce qui se passe dans les coulisses et nous permet de chercher le secret pour nous-mêmes. Nous sommes des explorateurs de la vraie vérité sans guide nous disant quoi faire. Personne ne peut être si innocent pour ne pas percevoir que derrière le théâtre démocratique se cache une entité secrète et vicieuse qui gouverne le monde. Plus nous sommes Qanon nombreux, plus vite nous les démasquerons. La puissante injustice que nous ressentons tous et que nous avons vu vivre avec les gilets jaunes est promue par cette élite du Deep State ».

Qanon est un véritable produit de la sousculture Internet et a grandi à l’échelle mondiale comme une plante grimpante sur le mur des échecs démocratiques et de la naïveté de la société. Postulez n’importe quoi: puisque la surface de Vénus n’existe pas, l’assassinat de l’ancien président John Fitzgerald Kennedy était une imposture, l’affirmation selon laquelle toutes les preuves sur le complot russe sont un montage d’élites pédophiles visant à nuire Trump, jusqu’à ce que Bill et Hillary Clinton dirigent une fondation qui vole de l’argent à l’État et se consacre au trafic d’enfants du tiers monde, en particulier d’Haïti. 

Ces derniers mois, notamment aux États-Unis, au Canada et en Allemagne, ils ont participé à des actes de violence comme la prise de contrôle du Reichstag à Berlin en août 2020. Le succès surprend même leurs porte-parole en Europe. Léonard Sojli, l’animateur du portail français Dissept.com et de la chaîne YouTube DéQodeurs, reconnaît que «si j’ai fondé le portail en mars dernier, depuis juin la chaîne et le portail ont explosé à la hausse». Sojli assure cependant que «je n’ai pas l’intention de devenir un gourou avec des milliers de personnes qui me suivent. La particularité de Qanon est qu’il n’est ni de gauche ni de droite, qu’il y a toutes sortes de personnes, des avocats, des policiers, des pompiers, des médecins ou des femmes au foyer. Nous ne sommes pas des guides et nous défendons toujours l’autonomie intellectuelle ». 

François, Jérémie ou Léonard Sojli n’ont jamais eu autant de foi qu’aujourd’hui. Pour eux, la “tempête” est très proche: “le monde sera bientôt plus libre, plus juste et plus propre”, a déclaré François plein d’émotion. Le roi de l’élite corrompue et esquive, Donald Trump, a réussi à convaincre des millions de personnes qu’il est celui qui a été choisi pour nettoyer ces «satans sans moralité». La diffusion mondiale de Qanon est une preuve supplémentaire que nos systèmes démocratiques sont dans une zone très dangereuse, où ils ne sont plus menacés par un tyran, mais par la tyrannie subtile du mensonge, de la manipulation, de l’illusion, de la fraude morale et de l’illusion d’un métamorphose essentielle. «D’une manière ou d’une autre», dit Jérémie, «notre devise peut se traduire par « tous pour un, un pour tous » (où nous allons, un nous allons tous). Partout où nous allons, nous sommes une foule.

efebbro@pagina12.com.ar

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments