Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

BRESIL : Elias Jabbour: la Chine est l’ingénierie sociale la plus avancée au monde.

Comprendre le rôle de premier plan des pays asiatiques, en particulier de la Chine, dans le scénario économique mondial est «le plus grand défi intellectuel du moment», a déclaré le géographe Elias Marco Khalil Jabbour, auteur du livre «La Chine aujourd’hui: projet national, développement et socialisme de marché ”par parenthèse ce texte qui date de 2012, montre la continuité non seulement depuis 1949, mais également depuis 1978 et le fait que XI est la traduction de cette continuité plus qu’il n’est l’auteur d’un retour supposé au communisme. Depuis que j’ai découvert en 2004, un analyse de Fidel Castro aux non alignés en 1983, je me suis interrogée sur ce que signifierait la montée à la première puissance mondiale d’un pays qui avait connu l’humiliation de la colonisation et qui donc serait lié à ce que Fidel Castro appelait de ses vœux : de nouvelles relations sud-sud (voir livre Les États-Unis de mal empire dans sa version espagnole), face au chaos de l’impérialisme occidental. Mais ce pays était aussi celui qui avait connu une continuité millénaire, une immense civilisation antérieure aux nôtres, ce que Marx à la fin de sa vie décrivant le “pivot pacifique” avait très bien perçu. Enfin, ayant à la suite de cela fait deux ans de chinois, j’ai découvert la capacité de la Chine à concilier intellectuellement des modes de pensée que nous européens considérons comme inconciliables. C’est un peu la démarche adoptée ici, elle me semble proche de celle que Marx dans la dernière partie de sa vie adopte par rapport à la Russie dont il apprend la langue et la Chine dont il découvre qu’il faut l’aborder avec d’autres prémisses philosophiques. C’est une grande aventure intellectuelle que de choisir de se confronter avec le monde qui est en train de naître (note et traduction de Danielle Bleitrach).

17OCT

(São Paulo: Anita Garibaldi, 2012).

Par Ricardo Machado de IHU Online

Jabbour a analysé la montée en puissance et le rôle de la Chine dans la géopolitique internationale par rapport aux pays occidentaux. Selon Jabbour, la croissance du pays au cours des 40 dernières années témoigne d’une «capacité de flexibilité dans le temps», tandis que «l’Occident» en est à la stagnation séculaire.

Dans l’interview qui suit, donnée par courrier électronique à IHU On-Line, Jabbour déclare que la Chine est la « première expérience d’une nouvelle classe de formations économiques et sociales », le « socialisme de marché », qui se développe dans le pays depuis 1978. «En fait, le « socialisme de marché »serait le nom de fantaisie de ce que j’appelle la nouvelle économie de projection, faisant allusion à l’économie de projection envisagée par Ignacio Rangel pour désigner le mode de production issu de la fusion de l’économie monétaire, le keynésianisme et planification soviétique. L’émergence de formes de planification économique nouvelles et supérieures en Chine laisse entrevoir l’émergence d’une «nouvelle économie de conception», explique-t-il.

Elias Marco Khalil Jabbour est titulaire d’un diplôme en géographie de l’Université de São Paulo – USP et d’une maîtrise et d’un doctorat en géographie humaine de l’USP. Il est professeur auxiliaire à la Faculté des sciences économiques de l’Université d’État de Rio de Janeiro – UERJ et au programme d’études supérieures en sciences économiques. Il était conseiller économique auprès de la présidence de la Chambre des députés.

IHU On-Line – Quels sont les défis auxquels sont confrontées les sciences sociales contemporaines pour comprendre le leadership chinois et asiatique dans le scénario économique mondial?

Elias Jabbour – C’est le plus grand défi intellectuel du moment présent. Les raisons sont multiples, mais la Chine connaît une croissance depuis 40 ans, alors que l’Occident se dirige vers une stagnation séculaire. Le système politique chinois a démontré sa flexibilité au fil du temps et a maintenu le pays dans une stabilité sociale relative, tandis que les démocraties occidentales ont été capturées par une kleptocratie financière qui a laissé la place à l’émergence de dirigeants protofascistes aux États-Unis et au Brésil. Le fascisme est un phénomène mondial et les «élections libres» en Occident sont de plus en plus manipulées, alors que les scandales entourant le Cambridge Analytica et la viralisation de Fake News dans les processus électoraux sont en train de devenir la norme..

L’ordre «mondialisé» et l’entrée du capitalisme dans une ère financiarisée ne se traduisent pas seulement dans les énormes contradictions sociales que nous vivons, mais elles se sont approfondies, créant dans le monde capitaliste une masse d ‘«indésirables» dont le destin est la chaîne, le sous-emploi ou même la disparition. La Chine est sur un chemin opposé. Aussi avec ses contradictions. Mais c’est à l’opposé de la dégradation humaine et sociale que nous percevons dans le soi-disant «monde libre». La Chine est devenue un miroir pour ceux qui cherchent une alternative au néolibéralisme et aux dictatures des marchés financiers.

Pourquoi les catégories économiques et sociologiques hégémoniques en Occident ne permettent-elles pas de comprendre la croissance économique de la Chine et de l’Asie-Pacifique?

Le problème n’est pas que les catégories créées par l’Occident elles-mêmes n’aident pas à comprendre la Chine et la région Asie-Pacifique. Le fait est que le processus de développement de ces sociétés n’a pas suivi les schémas que nous percevions à partir de l’analyse de la trajectoire occidentale. Les économies de marché sont apparues dans cette partie du globe il y a au moins 3 500 ans. Un État national puissant et structuré est apparu en Chine il y a 2 500 ans. Le même appel d’offres en Chine sélectionnait les meilleurs chefs du pays pour entrer dans l’appareil d’État il y a 1500 ans. Le confucianisme et le taoïsme sont des contemporains de la philosophie grecque classique. Mais en Chine le confucianisme et le taoïsme continuent de former des subjectivités civilisatrices et tolérantes.

Comprendre l’Asie à partir de ces prémisses historiques est une voie beaucoup plus sophistiquée que de relier la croissance chinoise à l’offre illimitée de main-d’œuvre bon marché ou même de «travail forcé», comme le répètent de nombreux intellectuels. Ce qui se passe en Asie, c’est la réunion de certaines sociétés aux origines étatiques et mercantiles profondes, générant des formations économiques et sociales capitalistes et socialistes dynamiques. La Chine est la première expérience d’une nouvelle classe de formations socio-économiques – le « socialisme de marché ».

Comment le développement des formes de marché en Asie a-t-il été caractérisé historiquement?

Ce sont des sociétés de marché qui apparaissent sur les berges de vallées fertiles irriguées par de grands fleuves où excédent et échanges économiques ont été générés tôt, donnant lieu à l’émergence d’un mode de production très spécifique, le «mode de production asiatique». C’est ce mode de production qui a façonné l’émergence de structures de marché étatiques qui n’a pas nécessairement débouché sur des sociétés industrielles telles que l’Angleterre, mais qui a suffi à maintenir la Chine à l’avant-garde des innovations technologiques dans le monde pendant quelques siècles. La nécessité de construire de grands ouvrages hydrauliques pour limiter les inondations et de créer de grandes villes administratives et commerciales a donné un sens aux premières formes de planification économique. C’est avec cette construction historique, en grande partie pacifiste, que la Chine s’est retrouvée.

En quoi le système économique chinois, du point de vue historique, diffère-t-il du cas occidental marqué par les révolutions industrielles et quelles en sont les implications politiques?

Historiquement, la Révolution populaire nationale de 1949 ressemblait à une rébellion contre la « loi de l’avantage comparatif » élaborée par David Ricardo. Ce qui se passe en 1949 est une transformation qui donne le droit à la Chine de se développer et de planifier son développement. Gramsci a très heureusement qualifié le Parti communiste de «prince moderne», le modernisateur. Et le Parti communiste chinois a bien été ce « prince moderne ».

D’autre part, j’ai soutenu que le système économique chinois avait subi de profondes transformations non seulement après 1949 et plus intensément, après 1978. En fait, en permettant l’émergence et le développement d’un très petit secteur privé. D’autre part, l’accélération des réformes institutionnelles depuis la seconde moitié des années 90 a permis l’émergence d’un environnement propice à ce que Keynes a appelé la «socialisation de l’investissement» et d’une centaine de grands conglomérats d’entreprises appartenant à l’État, ainsi que d’un système financier solide et capillarisé, en tant que noyau dur, parallèlement au nouveau type de pouvoir politique exercé par le Parti communiste chinois, le « socialisme de marché ».

L’implication politique de tout ce processus est que le capitalisme occidental est confronté à un concurrent stratégique intrépide prêt à devenir le centre dynamique de l’économie internationale. Dans une large mesure, l’humanité, dans les décennies à venir, disposera de la solution de rechange venant de Chine et du chaos dans lequel l’Occident est impliqué. Voici la grande implication politique: après la proclamation de la « fin de l’histoire » en 1991, un régime né des entrailles de la révolution russe de 1917 remet en question et renverse un ordre mondial né il y a plus de 500 ans …

Elias Jabbour a souligné que la Chine connaissait une croissance depuis 40 ans, alors que l’Occident se dirigeait vers une stagnation séculaire.Comment pourrions-nous caractériser le socialisme de marché?

Elias Jabbour – Le socialisme de marché, en tant que nouvelle classe de formations économiques et sociales, est en développement en Chine depuis 1978 et au Vietnam depuis 1986. Cuba prend des mesures initiales dans cette direction, mais très lentement. En Chine, les recherches que je développe montrent que, depuis la crise de 2009, les contours de cette nouvelle formation socio-économique sont devenus plus évidents lorsque l’État a montré une capacité de coordination énorme pour mettre ses dizaines de conglomérats et le système financier en mesure de réaliser d’immenses travaux d’infrastructures qui ont amorti les effets de la crise financière depuis lors. Cette nouvelle formation économique et sociale se caractérise par la coexistence dans la même formation économique et sociale de différents modes de production.

En Chine, l’économie est dominée par un secteur public, le seul qui puisse permettre des effets éblouissants sur l’ensemble de l’économie chinoise, y compris le secteur privé. L’agriculture est en train de passer d’un mode de production dans lequel la «petite production marchande» cède la place à des formes plus élevées de propriété non capitaliste. Le parti communiste, en plus d’exercer un pouvoir politique, étend son pouvoir sur l’ensemble de l’économie, non seulement par le biais des entreprises publiques, mais également par le biais des comités d’usines qui se sont généralisés et ont voix au chapitre, y compris dans le secteur privé dans un processus en cours de développement et qui s’accélère depuis 2012.

Il est très compliqué de parler de l’existence d’un «socialisme pur», mais la Chine est certainement la forme d’ingénierie sociale la plus avancée au monde, la plus éloignée du capitalisme libéral ou étatique et plus proche des formes socialisantes. Cela ne met pas fin aux immenses contradictions qui existent là-bas, bien au contraire: les contradictions sont le principal moteur des transformations du pays. Il est intéressant de noter que le secteur public en Chine contrôlait 77% des forces productives du pays en 1978 et qu’il est aujourd’hui tombé à 30%. Mais la capacité de réalisation de l’État est beaucoup plus grande. Alors que la Chine touche la frontière technologique, de nouvelles formes supérieures de planification économique émergent dans le pays avec une application directe à «l’économie réelle» d’instruments tels que le Big Data, l’intelligence artificielle et la plate-forme 5G.

En élargissant le champ de l’abstraction, j’ai indiqué que la Chine était en train de façonner un nouveau mode de production. En fait, le «socialisme de marché» serait le nom de fantaisie de ce que j’appelle la nouvelle économie de projection, faisant allusion à l’économie de projection conçue par Ignacio Rangel pour désigner le mode de production issu de la fusion de l’économie monétaire, du keynésianisme et de la Planification soviétique. L’émergence de formes de planification économique nouvelles et supérieures en Chine laisse entrevoir l’émergence d’une «nouvelle économie de projection». En ce sens, comme nous l’a rappelé Marx, lorsque le mode de production change, ses théories correspondantes doivent être modifiées. La maximisation de l’économie promue par le socialisme en Chine est la clé pour conclure que nous maîtrisons la science de la planification économique ou ne comprenons rien.

En revenant un peu en arrière sur le calendrier, quelles ont été les réformes de 1978 en Chine et comment ont-elles réorganisé les marchés nationaux et étrangers? Comment cela se relie-t-il aux formes de commerce millénaires de la Chine?

Les réformes de 1978 constituaient une solution chinoise aux impasses générées par l’adoption d’un modèle socialiste particulier, efficace pendant une période historique et ne se heurtant plus à des défis autres que la mise en place d’une puissante industrie de base. Il est vrai que Mao Zedong s’est appuyé sur les paysans pauvres pour faire sa révolution et que Deng Xiaoping a réalisé la capacité commerciale millénaire des paysans moyens à promouvoir la modernisation du pays. Je crois que 1978 marque la fusion de l’État révolutionnaire fondé par Mao Zedong et de l’État asiatique du développement intériorisé par Deng Xiaoping. Le marché intérieur s’est réorganisé avec des réformes agricoles dans lesquelles l’État, en permettant le commerce, a entraîné une augmentation de la productivité et une augmentation de la consommation rurale.

Pour se faire une idée, l’État a fabriqué le marché où le système socialiste pourrait se réinventer et «fabriquer des fabricants» avec l’émergence de huit millions d’entreprises familiales. L’ouverture aux investissements étrangers a permis l’absorption des capitaux chinois à l’étranger par le biais de zones économiques spéciales qui ont été mises en place au cours des années 1980, reliant la Chine à l’économie internationale. La Chine bénéficie de toute une réorganisation géographique de la grande industrie implantée en Amérique du Nord et au Japon, qui s’est installée en Chine. Autrement dit, nous réalisons que le marché, une institution si chère à la Chine millénaire, a été l’opérateur de la réorganisation des relations de la Chine avec elle-même et avec le reste du monde. Examinons le sens profond du projet «la Ceinture et la Route» lancé par Xi Jinping en 2013.


Quelles ont été les réformes entreprises dans les industries d’Etat chinoises dans les années 1990? Comment cela a-t-il ouvert la voie à l’adhésion du pays à l’Organisation mondiale du commerce – OMC en 2001?

Les réformes de l’État ont commencé bien avant l’entrée de la Chine à l’OMC. Les entreprises d’État ont fait l’objet de réformes successives depuis le début des années 80, en particulier au niveau de la gestion. Les entreprises publiques ont perdu beaucoup de parts de marché au profit d’entreprises privées et rurales (Township and Village Enterprises – TVE). Peu à peu exposées au marché, elles acquéraient une certaine capacité à marcher sans subvention, mais loin des formes modernes de gestion. Cependant, ce n’est pas avant la seconde moitié des années 90 que les entreprises publiques ont subi un profond processus de changement, qui a fusionné des milliers d’entreprises et en a privatisé autant. Au terme de cette réforme, 149 conglomérats d’entreprises appartenant à l’État ont vu leur capacité accrue d’opérer sur le marché. Séparation entre gestion et propriété,

En 2003, le Conseil des affaires d’État a créé une institution unique au monde, la Commission de surveillance et d’administration des biens de l’État (SASAC), remplaçant un enchevêtrement bureaucratique inefficace par une institution directement liée au Conseil d’État. En plus de veiller à ce que ces sociétés agissent conformément aux objectifs de l’État, cette institution est chargée de moderniser en permanence l’ensemble des entreprises chinoises appartenant à l’État. J’appellerais cette institution le « gestionnaire » du socialisme de marché chinois. Pas étonnant que les sociétés d’État chinoises soient la plus grande cible de Trump à l’heure actuelle.

Est-il possible, d’une manière ou d’une autre, de penser à un modèle économique occidental capable d’unir des institutions publiques et de grandes entreprises dans un projet de croissance économique?

Chaque pays doit trouver sa propre voie vers le progrès social et économique. Il est clair que cette voie exige aujourd’hui de désamorcer la bombe à retardement de la financiarisation croissante des économies. Dans un pays comme le Brésil, les banques enregistrent des profits record alors que le secteur industriel privé est victime d’intimidations, soit par des opérations irresponsables – et menées de l’extérieur – telles que celles conduites par des procureurs et un juge jusqu’ici basés à Curitiba, ou en l’interdisant. Les États génèrent une demande effective, car la loi sur le «plafond des dépenses» criminalise la possibilité pour l’État de mener une politique fiscale. Le problème du Brésil et de l’Occident est politique. La déréglementation des systèmes financiers a déclenché un processus qui nécessiterait beaucoup de force politique pour revenir au stade précédent. Cromwell, lorsqu’il réalisa que le roi d’Angleterre était un obstacle au progrès du pays, ordonna sa décapitation. Qui sera le Cromwell du 21ème siècle? Qui mettra le secteur financier à sa place? C’est le « x » de la question.

Source: IHU Online

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Sur les reformes vers “le socialisme de marché” à Cuba pour ceux qui comprennent un peu anglais avec l’economiste cubaine Camila Piñeiro Harnecker (fille de Manuel Pineiro): https://youtu.be/xpgM80xLF9I?t=943