Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Trump contre Biden dans son contexte. Une analogie avec les années 30 (*)

Et par rapport à ce monde dans une crise qui est déjà une transition aveugle vers un autre monde et peut-être la fin de l’espèce, le pire est peut-être la nature des enjeux tels qu’ils font les beaux jours dans les réseaux sociaux, j’en cite quelques uns (pour ou contre le voile, pour ou contre Polanski, pour ou contre Raoult, pour ou contre babybel contre caricatures). L’acharnement indécent et imbécile à débattre de ces leurres pour éviter de voir à quoi l’humanité est confrontée est peut-être normal, un simple effet “de pression sur le logos” comme le dit l’article, mais cela empêche de mesurer que la question réelle est la fin du capitalisme et le choix du socialisme. Donc tous ces leurres ne sont à mes yeux que complaisance à la montée du fascisme y compris quand on feint de le voir à chaque coin de rue pour justifier des alliances complaisantes et qui ne mènent nulle part. Je ne crois pas être d’accord avec l’auteur sur l’issue proposée qui revient en fait à trouver une social-démocratie apte à proposer un new deal rooseveltien et ce parce que son diagnostic montre qu’il n’y a pas simple reproduction de la même crise du capitalisme comme dans les années 30, mais qu’en se répétant la crise a changé de nature (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

27/10/2020

Si l’on regarde ce qui se passe dans les relations américano-russes et sino-américaines, au Moyen-Orient, dans les anciennes républiques soviétiques ou en Amérique latine, ou dans l’économie mondiale et les soulèvements sociaux, des États-Unis au Liban et de la Bolivie à la France, la situation internationale actuelle présente plusieurs similitudes avec ce qui s’est passé dans les années 1914, 1929 et 1939, c’est-à-dire, aux années où les deux guerres mondiales ont éclaté et la grande crise économique de 1929 a éclaté.

En fait, seule l’existence d’armes nucléaires a empêché, jusqu’à présent, le déclenchement d’une guerre mondiale sous la forme de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale. Mais nous vivons, sans l’ombre d’un doute, déjà dans l’environnement d’une guerre mondiale « de faible intensité », et aussi dans l’environnement de deux ou trois nouvelles guerres froides (contre la Russie, la Chine et l’Islam, en particulier l’Iran). Depuis 2008, nous vivons également dans un contexte de crise économique différente, mais toujours aussi profonde que les crises de 1873 et de 1929, et maintenant accélérée par le coronavirus.

Tous les facteurs qui ont conduit dans le passé aux guerres mondiales, aux révolutions et aux mouvements totalitaires, comme le nazisme et d’énormes projets de réforme, comme le New Deal ou l’État providence européen d’après-guerre, sont là. Mais ils opèrent dans un monde fondamentalement modifié. La crise du coronavirus n’est peut-être que la première d’une série de catastrophes de plus en plus importantes affectant toute l’humanité, prédites par divers scientifiques il y a longtemps, en raison à la fois des technologies développées et du changement radical dans la relation de l’Homme avec la nature.

Nous quittons le monde que nous connaissons, sans avoir résolu la plupart de ses problèmes et contradictions, pour entrer dans l’ère historique où l’existence même de la vie sur terre sera décidée, probablement dans quelques décennies (la prochaine décennie sera plus décisive, et ce qui suivra sera le plus dramatique). Cette réalité est si énorme et si effrayante qu’elle provoque le déni ou l’évasion de la logique et de la liberté, tant dans une grande partie de l’opinion publique que parmi les décideurs eux-mêmes (Dans le passé, Erich Fromm nous a donné une superbe description de ces facteurs conduisant à la montée du nazisme en Allemagne, avec son livre « Escape from Freedom » ; maintenant nous pouvons voir les mêmes mécanismes psychologiques en action aux Etats-Unis de Trump ou dans le Brésil de Bolsonaro).

Elle exerce d’énormes pressions sur le logos (logique, raison, science), sur la capacité des êtres humains à aimer, sur la volonté humaine fondamentale de liberté et même pour la survie collective, c’est-à-dire sur les principales capacités intellectuelles, émotionnelles et morales dont l’humanité dispose pour se défendre contre les menaces qui apparaissent et le danger ultime. Je ne crois pas en l’humanité, a récemment déclaré Elon Musk, l’une des personnes les plus puissantes sur Terre, dans une dispute avec Gates.

Malheureusement, nous ne sommes toujours pas en mesure de saisir pleinement la situation, car nous craignons les conséquences dont nous aurons besoin pour s’en sortir. Inconsciemment et émotionnellement, au moins, nous préférons vivre dans la bien meilleure situation qui a prévalu, dans de nombreuses parties du monde, après la Seconde Guerre mondiale.

Cette situation de guerre prend la forme traditionnelle de conflits de nation à nation, mais elle englobe aussi des parties de la société et, de plus en plus, les fondements de la civilisation humaine et de la nature elle-même d’une manière directe, de manière jamais vue dans l’histoire humaine.

Divisions au sein de l’Empire des finances au pouvoir

C’est la profondeur de cette crise affectant le système encore dominant du capitalisme mondial qui explique la profondeur et l’intensité des divisions qui affectent aujourd’hui le capitalisme occidental et le centre même du pouvoir impérial : Trump contre Biden, les partisans de Huntington contre Fukuyama, les « mondialisateurs » néolibéraux contre les néoconservateurs, Netanyahu contre Soros. Ces différences n’ont aucune incidence sur l’objectif stratégique (préserver le pouvoir du capitalisme financier occidental afin de préserver le pouvoir des détenteurs de capitaux sur les sociétés et la planète dans son ensemble, car c’est exactement ce que signifie le mot capitalisme). Sur ce point, tout le monde est d’accord. Les différences, comme cela s’est déjà produit au cours des années 30, ont plus à voir avec les méthodes, les stratégies et les idéologies utilisées pour atteindre cet objectif.

Un camp est représenté par les élites néolibérales classiques. Après l’effondrement des Soviétiques, un effondrement qu’ils pensaient représenter la « fin de l’histoire », ils croyaient que le capitalisme occidental serait capable d’assimiler toute la planète par sa puissance économique et idéologique. Ils sont hostiles, quoique de manière éclectique, à toutes les identités et structures fortes, comme les nations, les États, les idéologies et les religions traditionnelles, même le genre. Ils veulent les réprimer ou, mieux, les détourner et les utiliser à leurs propres fins.

L’autre camp est représenté par les adeptes des néocons, Huntington et yinon, les poils de la tendance extrémiste perceptible dans l’establishment américain et britannique depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour eux, la coercition et même la guerre permanente devraient être la principale méthode pour imposer le nouvel ordre mondial. Comme il est difficile de lancer simultanément une guerre contre tout le monde et qu’il y a maintenant des armes nucléaires, ils professent le scénario du « choc des civilisations », c’est-à-dire utiliser tous les antagonismes possibles entre les nations et les groupes de nations, et toutes les autres identités comme les religions, afin d’imposer leur pouvoir par des méthodes de « division et de domination ». Cela a toujours été une méthode pour les Empires, mais ici il faut une nouvelle qualité et une nouvelle dimension. Ils ne veulent pas abolir les nationalismes et autres identités fortes. Ils veulent les utiliser l’un contre l’autre.

Ceci, combiné avec la rhétorique vague de Trump « anti-systémique » et même « anti-guerre » (!) a créé une énorme confusion pour les forces du monde entier, y compris les forces qui voulaient défendre leurs nations contre les aspirations impérialistes et ils ont pensé que Trump voulait faire de même.

Pour reprendre une autre analogie, l’Empire et sa « contre-révolution », a produit ses « bolchéviks » (Trump, Thiel, Pompeo, Bannon, Netanyahu, etc.) et ses « menchéviks » (Obama, Merkel, Soros, etc.). D’une manière différente, bien sûr, la même division est apparue dans les années 30 entre les « impérialistes démocratiques » (Roosevelt, Churchill) et les « totalitaires » (Hitler, Mussolini).

Le projet d’une guerre contre l’Iran, au cœur du projet impérialiste néoconservateur, est l’un des meilleurs exemples, car ici les différences entre les deux camps se reflètent de la manière la plus claire possible. Nous n’avons aucune sympathie pour George Soros ou Zbigniew Brzezinski et en particulier pour leur position anti-russe fanatique. Mais plus important que de condamner l’un ou l’autre politicien est de comprendre en profondeur ce qui est en jeu dans chaque situation. Soros et Brzezinski étaient (et Soros le reste) des opposants farouches de l’Irak et ont projeté des guerres en Iran, tandis que Netanyahu est l’un de leurs principaux architectes. Obama a signé un accord de paix avec l’Iran; Trump l’a aboli.

La campagne contre Soros ces dernières années n’est pas due à ses idées libérales, à ses spéculations financières ou à son hostilité envers la Russie. C’est dû à son opposition à la guerre en Iran et on a exploité en profondeur les soupçons généraux et justifiés à l’égard de cette personne et de ses activités et de sa position anti-russe.

Les « Bolchevik » de l’Empire ne sont pas, et ne peuvent pas par définition être, plus amicaux que Soros envers la Russie, tant que la Russie reste une entité énorme pas absolument contrôlée par eux, ce qui entrave leur contrôle sur la planète entière. Mais ils possèdent une bien plus grande capacité à cacher leurs intentions réelles que Soros. Ce n’est pas une coïncidence. Cela reflète le caractère plus complet de leur rupture avec le rationalisme caractérisant le capitalisme traditionnel tel que nous le connaissions. Ils n’ont pas besoin de donner naissance à un nouveau modèle, même réactionnaire. Leur stratégie choisie est la destruction de tous les ordres précédents, c’est pourquoi le chaos et la confusion peuvent devenir leur outil.

La montée de la faction Neocon

Dès 1993, Huntington s’opposa à la « guerre des civilisations » à la « fin de l’histoire » de Fukuyama. Vous pouvez facilement discerner là un système pour la domination de la Finance sur tous les autres groupes humains, qui sont mis dans une hiérarchie claire et ils préservent le pouvoir impérial en luttant l’un contre l’autre.

Au début des années 1990, les rapports Jeremiah et Wolfowitz décrivaient une stratégie « proactive » pour les États-Unis visant à maintenir l’hégémonie mondiale, un objectif qui est également l’objectif déclaré du Plan pour un siècle américain. Dans les années 90, un groupe dirigé par Richard Pearl et financé par Netanyahu a rédigé les plans pour les guerres irakiennes et d’autres guerres du Moyen-Orient.

Cette tendance, parce qu’elle est minoritaire et parce que son programme provoque des réactions vives, utilise systématiquement des méthodes de « coups d’État », de tromperie et d’« entrisme » pour atteindre ses objectifs. Ils parviennent à falsifier les élections en Floride et à prendre le pouvoir (Bush, Cheney, Rumsfeld). Puis ils ont déployé leur programme, en utilisant le 11 septembre (qu’ils n’ont probablement pas empêché s’ils le pouvaient) pour lancer la « guerre contre le terrorisme », c’est-à-dire sur l’islam et pour envahir l’Irak. Cette invasion est un sous-chapitre de la guerre de civilisation de Huntington, un exercice de pouvoir impérial, dirigé également vers la Russie, la Chine et l’Europe et la réalisation d’une stratégie par les extrémistes israéliens pour renverser et détruire tout régime / pays dans le monde arabo-musulman qui pourrait menacer la toute-puissance israélienne au Moyen-Orient. Alors que nous passons du néolibéral au capitalisme de catastrophe (Grèce), nous passons donc ici de l’impérialisme de la conquête à celui de la catastrophe (Irak). Ces deux tendances constituent une indication très forte de la difficulté inhérente du système mondial à faire face à sa crise, sans provoquer de catastrophes toujours plus importantes.

L’Irak a été le premier plat, mais le plan néo-conservateur était de renverser en 2-3 ans tous les régimes au Moyen-Orient jusqu’à l’Iran, et même en Corée du Nord. Tout comme l’intervention et le démembrement de la Yougoslavie ont été le « test général » pour les guerres au Moyen-Orient à venir, les guerres ultérieures sont le « test général » pour ce qui suivra dans diverses autres régions du monde, comme par exemple l’ex-URSS.

L’invasion de l’Irak par les Américains (et leurs alliés britanniques, australiens et polonais) n’était pas la marche promise par les « conservateurs », soit parce qu’ils y croyaient vraiment, soit parce qu’ils voulaient faciliter l’entrée au Moyen-Orient et au-delà. Le pays était occupé, mais les forces d’occupation rencontraient une résistance féroce, tandis que l’invasion restait complètement délégitimée dans l’opinion publique mondiale.

À la suite de cette situation, le projet néoconservateur pour la conquête/distraction de tout le Moyen-Orient a atteint une limite. L’Empire a été confronté au dilemme de procéder à une échelle beaucoup plus large, afin de parvenir à la mise en œuvre du programme néoconservateur pour entrer dans un pli, s’attendant à des jours meilleurs.

L’escalade serait une guerre contre l’Iran utilisant des armes nucléaires tactiques. Il a été proposé, mais il a rencontré une forte opposition de l’État profond américain, l’armée et les services secrets, et il ne pouvait pas être effectué.

L’alternative Obama et son échec final

L’élection d’Obama représente les forces opposées au projet de guerre Néocon à l’intérieur de l’establishment américain et occidental. Mais le nouveau président n’est pas entré ou ne peut pas entrer en conflit total avec les Néocons (et le lobby). Hillary, sa secrétaire d’État, est complètement alliée à leurs positions, tandis que la secrétaire d’État adjointe Victoria Nuland est elle-même représentante des Néocons. Nous voyons ici le reflet de l’augmentation continue de l’influence des extrémistes dans tous les appareils d’État et d’administration américains, même indépendamment des présidents. Avec Obama à Washington et Sarkozy à Paris, les Néocons font de Paris et de Londres les principaux centres de leurs projets. Ils utiliseront la France et la Grande-Bretagne pour lancer l’attaque contre la Libye, tandis qu’Hillary pourra surmonter les objections initiales d’Obama, qui exprimera publiquement ses regrets pour la campagne en Libye, avant de quitter la Maison Blanche. En Egypte, les Néocons pourront également imposer leur ligne, en aidant Sissi à renverser Morsi. Ils sont très probablement responsables du coup d’État contre Erdogan en 2016.

Mais, malgré tout, Obama parvient à annuler les deux principales attaques néoconservatrices pendant son maintien au pouvoir. Il évitera de répéter la campagne en Irak en Syrie, en 2013, comme il était pressé de le faire par les Néocons. Et, au lieu de lancer la guerre contre l’Iran, qui était le principal projet néocon, il signera ce qui équivaut, en réalité, à un accord de paix avec ce pays.

Il y a une conclusion plus générale à tirer par ce qu’Obama n’a pas réussi à faire. Malgré l’« éclat » du président, le capitalisme mondial à l’ère de la mondialisation ne semble pas avoir la capacité – ou la volonté – de faire les concessions nécessaires pour soutenir l’alternative au programme coercitif néo-conservateur. L’« islam politique » modéré qu’Obama a cherché à soutenir, comme alternative à la « guerre des civilisations » au Moyen-Orient, n’a aucun moyen d’être financé dans le contexte de la « mondialisation » néolibérale. Seule la Turquie a réalisé quelque chose, mais son succès relatif reste fragile et si elle a réussi, elle l’a fait en jouant habilement diverses cartes anti-occidentales. La difficulté pour les Occidentaux est structurelle. Si les invasions ne résolvent pas le problème de la domination occidentale, les élections non plus, les succès du Hamas et de Morsi le prouvent.

Obama n’était pas seulement incapable de fournir une alternative étrangère aux Néocons, il n’a pas non plus été en mesure d’achever la réforme sociale la plus indispensable dans son propre pays, la généralisation des soins de santé et aussi de restreindre le pouvoir des finances, directement responsables de la crise de 2008.

Les néoconservateurs ont jeté les bases de la victoire d’Obama. Obama et les néolibéraux ont jeté les bases de la victoire de Trump, qui ne représente pas la simple relance du projet Neocon, mais une stratégie beaucoup plus compréhensible. 

Trump et la crise de la « mondialisation »

En ce qui concerne la « mondialisation », il n’y a pas de terme plus déroutant. Nous pensons que nous devrions le comprendre comme la tentative d’imposer les relations capitalistes de production et de distribution et la culture correspondante à la planète entière, après l’effondrement du soi-disant « bloc socialiste ».

Il s’agit d’un objectif central et stratégique du système capitaliste occidental correspondant à des facteurs fondamentaux et organiques liés à son fonctionnement même et même à sa survie et c’est pourquoi il unit en réalité toutes les factions au sein du capitalisme occidental, en dépit des différences sur les méthodes pour y parvenir.

Mais depuis 2008, le système dominant est confronté à des défis très menaçants à sa domination

  1. Elle est de moins en moins acceptée par les citoyens des principaux pays occidentaux développés. Il y a une énorme demande de solutions radicales et crédibles.
  2. À l’extérieur, le projet de mondialisation n’a pas réussi à provoquer une perestroïka chinoise, c’est-à-dire renverser le régime politique (monopole du PCC) et le régime économique (économie planifiée) de la Chine. Comme Samir Amin l’a déclaré il y a deux ans, s’adressant à des professeurs et des étudiants chinois, ce pays peut difficilement être qualifié de socialiste, mais il reste non–capitaliste. Elle a jusqu’à présent refusé de succomber à la dictature du capital financier mondial (la « mondialisation financière »). La Chine est l’un des rares pays au monde à avoir pu, malgré d’énormes concessions aux capitaux étrangers, dominer dans sa relation avec eux, l’utiliser et ne pas être utilisée, en dernière analyse.
  3. La Russie (superpuissance militaire) n’est pas restée l’état vassal qu’elle est devenue sous Eltsine et la Fédération de Russie n’a pas été disloquée, comme Brzezinski et d’autres l’espéraient.
  4. Le projet Neocon pour le Moyen-Orient n’a pas produit les résultats escomptés et a placé l’Empire devant un sérieux dilemme : compromis avec l’Iran (Obama, État profond des États-Unis) ou guerre même avec l’utilisation d’armes nucléaires tactiques et de divers risques associés (Trump, Néocons).

Trump et ses alliés sont venus donner leur propre réponse à ces défis et impasses:

  1. Canaliser le sentiment confus de révolte et de haine de l’establishment vers des directions qui aideront finalement le capitalisme américain à survivre et à dominer, tout comme Hitler l’a fait dans le passé. Il veut utiliser la démocratie pour la détruire (Thiel, du groupe Bildemberg, a été très clair à ce sujet. Quant à Bannon, il n’est pas une sorte de révolutionnaire né des luttes sociales, il travaillait chez Goldman Sachs).
  2. Créer les conditions politiques/idéologiques appropriées pour les guerres froides (voire chaudes) contre la Chine, la Russie et l’Islam, en particulier l’Iran et même la nature elle-même.
  3. Soumettre ses alliés européens à son pouvoir.
  4. Réécrire les règles de la « mondialisation » d’une manière plus favorable aux intérêts américains. In extremis, il pourrait essayer de découpler la Chine de la mondialisation, la façon dont le « bloc socialiste » a été découplé de l’économie mondiale pendant la guerre froide, mais nous ne sommes pas sûrs que cela soit possible ou même utile pour le capitalisme occidental.
  5. Essayer de détruire les relations entre la Russie et la Chine, en prétendant être un ami de la Russie.
  6. Relancer la guerre néocon en lançant, si possible, une guerre contre l’Iran et aider à réaliser le projet du Grand Israël (Jérusalem, Golan, etc.).

Beaucoup de gens trouveront un tel projet très dangereux. Pourtant, ce qui augmente ses chances, c’est le fait que les élites néolibérales traditionnelles et ce qui mérite d’être appelé la gauche (ou les puissances touchées par l’impérialisme) sont incapables de fournir une alternative cohérente et crédible de leurs côté. Et, comme Polonius dit à Hamlet « Bien que ce soit la folie, mais il y a une méthode n’est-ce pas. »

L’Empire contre-attaque

Face à de tels défis, une partie du système lui-même recourt à nouveau aux services de sa tendance extrémiste, qui revient au pouvoir avec Trump, sous l’influence de personnes comme Thiel (du Bildenberg), Bannon, Pompeo etc. Par analogie, le capital allemand a été forcé dans le passé, de tolérer et de recourir aux services des « intrus », des « parvenus » au système, comme les national-socialistes d’Adolf Hitler.

Malgré des différences significatives avec le nazisme, l’expérience de Trump remplit la même fonction historique. Il utilise l’inconfort des masses du système pour les mettre enfin à son service. Les Allemands voulaient une révolution dans les années 30, mais ils avaient peur de le faire eux-mêmes, alors ils ont confié à Hitler de le faire à leur place, écrit Wilhelm Reich.

Le comportement franc et scandaleux du Président contribue de manière significative à la destruction du sens même du sens, de toutes les conventions sociales, internationales et morales, à la tentative de détruire le Logos lui-même, un outil clé de l’Homme dans la lutte pour sa liberté, et d’introduire les stratégies basées sur le chaos et la confusion. Trump a apporté une énorme contribution à la destruction de toutes les règles rationnelles et morales de la société américaine et de la « communauté internationale », une destruction qui est nécessaire si l’on veut transformer l’humanité en troupeaux d’animaux sauvages capables de se transformer n’importe où avec l’utilisation habile des fonctions inférieures de la conscience, des instincts et de l’inconscient, mais aussi les nouvelles possibilités jamais imaginés dans le passé de de manipulation à travers l’Internet.

Bien sûr, nous devons retracer les véritables aspirations de Trump, ou plutôt celles qui le dirigent et le poussent, dans la pratique, pas dans sa rhétorique. La première chose que le président soi-disant anti-systémique a fait quand il a pris la présidence a été de donner aux gens de Goldman Sachs l’exercice le plus direct de la gouvernance économique américaine. Puis il a testé la menace nucléaire contre la Russie, avec les deux bombardements de la Syrie, malgré la présence de troupes russes là-bas. Il a également testé les réactions de la Chine en menaçant la Corée du Nord d’extinction complète. Il a familiarisé l’opinion publique mondiale avec l’impensable possibilité d’une guerre nucléaire. Il a détruit la structure de contrôle des armes nucléaires et sapé toute règle internationale contraignante et tout cadre international de coopération. Il s’est rendu complètement et d’une manière qu’aucun président américain n’a fait une grande partie de la politique étrangère américaine au Premier ministre israélien. Il s’est retiré de l’accord avec l’Iran et se prépare activement à la guerre avec ce pays, qui aurait déjà éclaté, et a presque éclaté, si elle n’avait pas été arrêtée par la réaction de l’État profond américain, une réaction qui a également arrêté son intention d’utiliser l’armée pour réprimer les manifestations dans les villes américaines.

Il est censé être un ami de la Russie et beaucoup considèrent qu’il est venu avec le projet, dans son esprit ou l’esprit des forces le manipulant, de briser le partenariat de la Russie avec la Chine, qui pose des obstacles insurmontables à la domination mondiale du capital occidental. Cependant, son administration a intensifié l’encerclement militaire de la Russie. Il a même travaillé avec Israël pour parvenir à un accord Serbie-Kosovo qui exclut la Russie et la Chine des Balkans et il a essayé d’utiliser la Turquie contre la Russie en Libye et en Syrie. Sous sa présidence, les États-Unis ont multiplié par 25 l’aide militaire à l’Azerbaïdjan, luttant maintenant contre les Arméniens, sapant le rôle de la Russie dans l’ex-URSS. Tout cela prouve qu’il n’est pas un ami de la Russie, mais bien sûr cela ne prouve pas que son but ultime n’est pas de détruire le partenariat russo-chinois. Nous pouvons maintenant affirmer avec une grande probabilité que, derrière l’intensification de la guerre froide par Reagan, se nichait probablement le but caché de fournir aux réformateurs soviétiques les arguments dont ils avaient besoin pour commencer le démantèlement de l’URSS et, en particulier, des forces armées soviétiques.

Dans divers milieux autour, Trump reste toujours populaire parce qu’il est perçu comme un adversaire de la mondialisation. Nous avons expliqué avant pourquoi il s’agit d’une chimère. Trump n’est pas contre et ne pourrait pas être contre car le noyau de la mondialisation n’est rien d’autre que la généralisation des relations capitalistes de production et de distribution sur la planète. Il n’est pas non plus possible de lutter contre la mondialisation, en visant un « bon capitalisme», un « capitalisme national » qui est, à notre époque, une utopie plus grande que « le socialisme dans un seul pays » et le « national-socialisme » représenté en leur temps.

Ce que Trump veut et fait, c’est introduire un élément de violence et de coercition dans la « mondialisation », non pour l’abolir, mais pour le remplacer par un système bien pire, dans lequel il fonctionnera, mais seulement dans la mesure où il travaille en faveur des intérêts américains. Il veut résoudre les problèmes de la viabilité du capitalisme avec plus de violence contre la Chine, contre les masses, contre l’Iran, contre l’environnement et contre la civilisation humaine. C’est le vrai projet de Trump et de ses alliés politiques au niveau international (Johnson, Bolsonaro, Monti, etc.). S’ils l’emportent, ils augmenteront considérablement les risques d’une catastrophe mondiale.

Les chances qu’ils prévalent augmentent alors qu’ils font face à des élites néolibérales en faillite, comme celles qui se rallient maintenant derrière Biden, des élites qui n’ont presque rien à offrir à leur pays et au monde et qui ont tout fait pour arrêter le défi démocratique et socialiste de Sanders, plus intéressés à le vaincre lui, qu’à empêcher Trump d’obtenir le pouvoir.

Il est vrai que ces élites néolibérales sont plus conservatrices et moins dangereuses que le courant extrémiste autour de Trump, qui pourrait faire des ravages et peut-être des dommages irréversibles à l’humanité si elle continue à dominer la puissance américaine. Sa politique climatique à elle seule est capable de détruire ou de nuire gravement aux conditions mêmes de la survie humaine.

Mais nous devons garder à l’esprit que c’est la politique des élites néolibérales elles-mêmes, qui engendre et alimente l’extrémisme d’extrême droite et quasi-fasciste de Trump et de ses alliés au niveau international.

La nécessité d’une alternative

Seule la formation opportune de sujets politiques nationaux et internationaux, porteurs d’un nouveau modèle, dans le Sud, l’Est et l’Ouest, qui seront en mesure d’unir la lutte pour les besoins sociaux, démocratiques, écologiques de l’humanité, à partir des résistances partielles qui se développent pour les unir dans une sorte de nouvelle « Internationale » autour d’une nouvelle vision de l’humanité pour le 21ème siècle pourrait, en perspective, gagner sur les énormes menaces existentielles qui pèsent sur l’humanité.

Nous avons besoin d’une nouvelle vision qui, en tenant compte de toutes les expériences passées, de l’Athènes antique au socialisme et mai 1968, à la fois leurs réalisations et leurs échecs, deviendra une proposition positive pour un nouveau chapitre de l’histoire humaine.

Beaucoup d’entre vous diront probablement que de tels objectifs sont utopiques et absolument irréalistes. Peut-être. Mais il nous semble qu’il est beaucoup plus « utopique » et irréaliste de s’attendre à ce que l’espèce humaine survive à ce siècle avec son tissu social, international et culturel actuel.

(*) Vous pouvez lire une version étendue de cet article à www.konstantakopoulos.gr

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Discours révélateur d’une certaine médiocrité, malgré l’analyse de la crise impérialiste. On y retrouve les mêmes ingrédients anti socialistes des gauchistes et de la gauche anti communiste. “l’utopie du socialisme dans un seul pays”. Le socialisme dans le bloc de l’Est a été une réalité pour des millions de personnes, y compris dans l’URSS déstalinisée jusqu’à Andropov. La Roumanie, la Pologne, la RDA ont bénéficié d’acquis sociaux et matériels concrets, à mile lieues du socialisme utopique de Sanders qui dans le meilleur des cas ressemble aux réformes de Bismarck. “Une droite sociale”. L’auteur parle également de “pseudo socialisme” pour disqualifier… Lire la suite »