Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les récents discours de Poutine, Lavrov et Xi signalent des changements fondamentaux à venir dans un futur proche

Cet article a le mérite d’opérer une synthèse éclairante sur la manière dont un occident en perte de vitesse refuse de corriger son mode de domination alors qu’il s’agit purement et simplement d’une aberration qui parce qu’elle dure depuis plus de 300 tend vers la norme pour ceux qui en bénéficient. Nous commençons à percevoir les outrances, les ridicules criminels d’un TRUMP et en faisant un léger effort nous Français devrions considérer ceux de nos gouvernants, il serait temps parce que comme le soulignent la Russie et la Chine cela ne peut plus durer (note de Danielle Bleitrach, traduction de Catherine Winch)

James O’Neill

https://journal-neo.org/2020/10/26/recent-speeches-by-putin-lavrov-and-xi-signal-fundamental-changes-in-the-pipeline/

Trois récents discours et interviews de grands hommes politiques ont contribué à aiguiser le débat politique qui fait actuellement rage dans les médias occidentaux. Ironiquement, aucun des trois discours n’a bénéficié d’une couverture médiatique significative dans les médias occidentaux. Ironiquement, malgré le manque de couverture médiatique occidentale, tous trois marquent une évolution significative du dialogue géopolitiquemondial.

Deux des discours ont eu lieu lors de la même réunion du groupe de discussion Valdai, une organisation créée en 2004 et modifiée pour devenir une fondation en 2011. Le président russe Poutine a été l’un des premiers fondateurs du groupe et a pris la parole à chaque réunion depuis lors.

Lors de la réunion de cette année, Poutine a de nouveau prononcé un discours d’ouverture et bien que, comme à son habitude, il ait parlé en termes conciliants à l’égard du principal ennemi géopolitique de la Russie, les États-Unis, le tranchant de ses remarques était sans équivoque.

Poutine a parlé d’une nouvelle ère qui, selon lui, était sur le point de commencer. Le monde n’était pas seulement au seuil de changements spectaculaires, mais dans ce qu’il a décrit comme une “divergence tectonique” qui allait affecter tous les domaines de la vie. Le processus de changement a été le plus marqué au cours des 40 dernières années. La Russie a été et continuera d’être une force majeure dans le processus de changement, au grand dam de ses ennemis politiques, sans aucun doute.

Pour ceux qui, en Occident, attendaient, et espéraient sans doute, le déclin de la Russie après la disparition de l’Union soviétique, Poutine a déclaré que pour ceux qui attendent encore le déclin de la Russie, “la seule chose qui pourrait nous inquiéter serait d’attraper froid à vos funérailles à vous”.

Poutine a indiqué que la Chine se dirigeait rapidement vers le statut de superpuissance, bien que certains, dont moi-même, affirment qu’elle a déjà atteint ce statut. Les Etats-Unis qu’il a identifiés comme ayant à un moment donné (la période 1990-2008 ?) dominé absolument la scène internationale, mais “ne peuvent plus guère prétendre à l’exceptionnalité”. Le monde court donc un risque énorme.

Bien que Poutine n’y ait pas fait référence, le refus des États-Unis de reconnaître et d’accepter les changements fondamentaux de leur statut mondial constitue une menace très grave pour la planète. Il a qualifié d'”attristantes” les institutions internationales faisant autorité (non spécifiées) qui suivent les intérêts égoïstes d’une certaine entité. C’est pire que cela. Non seulement cela discrédite ces institutions (et le récent fiasco de l’affaire Navalny me vient à l’esprit), mais cela exacerbe, selon Poutine, la crise de l’ordre mondial.

Pour le côté positif du bilan, Poutine a identifié la Shanghai Corporation Organisation comme ayant passé près de 20 ans à contribuer au développement et au règlement pacifique des différends enAsie centrale. Elle façonne, a-t-il dit, “un esprit de partenariat unique dans cette partie du monde”. C’est précisément en raison de ce succès que les efforts de déstabilisation des États-Unis dans la région se sont fortement accélérés ces dernières années, y compris, mais sans s’y limiter, l’effort diplomatique dans la région (pour utiliser un terme poli) du secrétaire d’État américain Pompeo.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a également pris la parole lors de la réunion et a donné des entretiens approfondis à la suite de son discours. Alors que Poutine s’est exprimé avec sa politesse habituelle, Lavrov n’a pas tenté de dissimuler sa colère. Dans son discours principal, Lavrov a posé la question, qui n’était pas entièrement rhétorique : “quand l’Union européenne s’adresse à nous comme à des inférieurs, la Russie veut savoir comment la communication peut avoir lieu avec l’Europe.

Dans une interview radiophonique ultérieure, M. Lavrov a ajouté que “quoi que nous fassions, l’Occident fera tout pour nous entraver, nous restreindre et saper nos efforts dans les domaines de l’économie, de la politique et de la technologie”. Bien qu’il n’ait pas utilisé cetexemple, la réaction de l’Occident à l’empoisonnement présumé d’Alexei Navalny en est un exemple classique. La stupidité, l’illogisme et la pure absurdité inhérents aux attaques occidentales contre la Russie, non seulement dans l’affaire Navalny mais aussi dans les allégations tout aussi ridicules concernant la maladie du père et de la fille Skripal, ont récemment été brillamment ridiculisés par l’ancien diplomate et commentateur britannique Craig Murray.

L’Occident ne peut pas vaincre militairement la Russie, ce qui conduit, comme le souligne M. Lavrov, à “un harcèlement et un minage incessants de la Russie”. Il poursuit en citant plusieurs exemples récents de cette situation dans des pays comme le Belarus, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et le Kirghizstan.

Lavrov a fait référence au “partenariat stratégique global” qui a émergé, notamment pour se défendre de cette attaque économique et politique occidentale soutenue, avec la Chine. Il a fait référence à ce développement qui a “un sens total pour l’Eurasie, géopolitiquement et géo économiquement”.

Il y a plusieurs années, Vladimir Poutine a fait référence au fait que l’Occident n’était “pas capable de conclure de vrais accords”. Lavrov a appliqué la même description à l’Union européenne. La Russie, a-t-il soutenu, devrait cesser de s’orienter vers les pays européens et de se soucier de leurs avis.

Dans le récent discours du président chinois Xi Jinping, on observe un niveau similaire d’exaspération croissante face aux techniques de déstabilisation continuelle de l’Occident et à l’état de guerre généralisé bien qu’encore limité.

Dans un important discours prononcé pour commémorer le 70e anniversaire de la participation de la Chine à la guerre de Corée (une autre opération de changement de régime montée par l’Occident sous d’autres prétextes), Xi a carrément averti que la Chine ne devait pas se laisser prendre au piège et qu’elle ne resterait pas les bras croisés pendant que sa souveraineté était attaquée. Il a spécifiquement fait référence aux efforts actuels des Etats-Unis pour attiser les tensions entre la Chine et Taiwan. Prétendre que Taïwan est un État souverain distinct est une tactique occidentale de longue date qui remonte à 1949, lorsque les nationalistes ont fui vers ce qui s’appelait alors Formose.

Une partie de la fiction entretenue par les États-Unis et leurs alliés consiste à ignorer le fait que les revendications de la Chine dans la mer de Chine méridionale sont non seulement antérieures à l’arrivée au pouvoir du parti communiste en 1949, mais que les mêmes revendications territoriales sont faites par Taïwan, un fait jamais mentionné dans les médias occidentaux.

Xi a accusé les États-Unis de tenter de déclencher une guerre entre la Chine et Taïwan, ce à quoi Xi a répondu sans ambages : leur politique étrangère (des États-Unis) n’ira nulle part. La Chine ferait ce qu’il a appelé une “frappe silencieuse” en représailles sans préciser exactement ce qu’il voulait dire.

Il ressort clairement du discours de Xi qu’il considère la politique étrangère des États-Unis (et il n’est pas le seul à penser ainsi) comme ayant été accaparée par le contingent d’extrême droite des États-Unis. Peu importe lequel de Trump ou de Biden réussit à remporter l’élection présidentielle de novembre, il serait extrêmement naïf d’anticiper un quelconque changement significatif de la politique étrangère des États-Unis à l’égard de la Russie ou de la Chine.

Les deux pays ont pris des mesures importantes ces dernières années pour se préparer au réalignement fondamental des affaires géopolitiques actuellement en cours. La réémergence de la Chine en tant qu’entité économique la plus puissante du monde est essentiellement un redressement de l’aberration historique que les 300 dernières années ont montré.

Le grand danger pour le monde vient de l’incapacité et de la réticence de l’Occident à reconnaître que ces 300 ans ont été une aberration, et non un modèle pour l’avenir. La manière dont l’Occident s’adaptera à cette réaffirmation de l’ordre ancien pourrait bien déterminer l’avenir de notre planète.

James O’Neill, un ancien avocat basé en Australie, en exclusivité pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments