Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La pandémie de COVIDE-19 s’étend malgré des mesures de couvre-feu limitées en Europe

« L’immunité du troupeau est un concept utilisé pour la vaccination, selon ce terme une population peut être protégée d’un certain virus à mesure qu’un seuil de vaccination est atteint. L’immunité du troupeau est obtenue en protégeant les gens contre un virus, et non en les exposant à elle. Jamais dans l’histoire de la santé publique l’immunité du troupeau n’a été utilisée comme stratégie pour répondre à une épidémie, et encore moins face à une pandémie. Permettre à un virus dangereux que nous ne comprenons pas entièrement de fonctionner librement est tout simplement contraire à l’éthique. Ce n’est pas une option. – Directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, mémoire de presse de l’Organisation mondiale de la santé, 12 octobre 2020.

22/10/2020

Par Anthony Torres 22 octobre 2020

La semaine dernière, c’est l’Europe, avec 700 000 nouveaux cas et 8 000 décès dus au virus en Europe, qui a le chiffre le plus élevé depuis le début de la pandémie. Le virus se propage malgré les mesures sanitaires limitées, telles que les couvre-feux régionaux ou les fermetures de restaurants et de bars, mesures que les classes dirigeantes européennes ont prises en réponse à la résurgence de la pandémie.

Ces chiffres records soulignent la faillite de la politique des Etats ayant choisi de renvoyer les travailleurs au travail, et les étudiants à l’école pour garantir un flux continu de bénéfices vers les banques au milieu d’une pandémie qui fait rage. Des millions de travailleurs et de jeunes sont exposés à un virus potentiellement mortel dont l’impact à long terme sur la santé est encore largement inconnu dans le cadre d’une politique politiquement criminelle d’« immunité du troupeau ».

Lors d’une conférence de presse à Copenhague jeudi, le directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe, Hans Kluge, a déclaré que la situation était « très préoccupante ». Il a déclaré que COVID-19 est la « cinquième cause de décès et la barre de 1 000 décès par jour a maintenant été atteinte ». Bien que le nombre de décès n’ait pas encore atteint les niveaux d’avril 2020, M. Kluge a toutefois averti que sans des politiques de prévention plus fermes, les projections ont montré que d’ici janvier 2021, les niveaux de mortalité pourraient être quatre à cinq fois supérieurs à ceux enregistrés en avril.

Citant les mêmes modèles épidémiologiques, Kluge a déclaré que le port généralisé de masques par 95 pour cent de la population, par rapport à une estimation inférieure à 60 pour cent actuellement, pourrait sauver 281.000 vies d’ici le 1er février dans les 53 pays de la région.

En revanche, les mesures limitées prises par la plupart des gouvernements européens ces derniers jours ne représentent pas l’abandon d’une politique d’« immunité collective » qui menace d’entrainer des pertes catastrophiques en vies. Il s’agit d’une tentative d’accalmie pour endormir les travailleurs et les jeunes de plus en plus en colère contre les politiques pandémiques qui, en refusant de laisser les jeunes et les travailleurs non essentiels rester chez eux, conduisent l’Europe à la catastrophe.

Hier, l’Espagne est devenue le premier pays européen à enregistrer 1 million de cas de COVIDE-19, six semaines après être devenu le premier pays européen à enregistrer 500 000 cas. Il a également enregistré 575 décès au cours de la semaine écoulée. Toutefois, les mesures régionales limitées de blocage à Madrid et dans d’autres grandes villes exigent toutes que les jeunes et les travailleurs non essentiels continuent d’aller au travail et à l’école, en veillant à ce que le virus continue de se propager.

La Belgique, le pays européen qui a connu le plus de morts de COVIDE-19 pour 100.000 habitants au printemps, a annoncé qu’elle fermerait des bars et des restaurants pendant un mois dans le cadre d’un couvre-feu qui a commencé lundi. Mais le 1er octobre, la Belgique avait révoqué l’obligation de porter un masque à l’extérieur et la fin des restrictions imposées aux réunions privées. Ces politiques favoriseront davantage la résurgence du virus.

Les pays d’Europe de l’Est sont particulièrement touchés par la résurgence de la pandémie. Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la République tchèque est le pays européen le plus touché par le COVIDE-19 au cours des 14 derniers jours, avec 521,5 infections pour 100 000 habitants, soit plus que la France (299,7) ou l’Espagne (299,8). Le gouvernement a demandé à l’armée de construire un hôpital de campagne de 500 lits en dehors de Prague.

En Pologne, le gouvernement a annoncé lundi une nouvelle recrudescence des infections. Le stade national de Varsovie est en cours de transformation en hôpital de campagne temporaire. De nouvelles restrictions ont été imposées à Varsovie et dans d’autres grandes villes classées comme « zones rouges ». Le port de masque est maintenant obligatoire, y compris dans les rues.

Toutes les écoles secondaires et les universités situées dans ces zones rouges sont fermées et se déplacent vers l’apprentissage en ligne. Les restaurants doivent fermer à 21 h, les cérémonies de mariage sont interdites et le nombre de personnes autorisées dans les magasins, les transports en commun et les services religieux est limité.

Dans les îles britanniques, l’Irlande et le Pays de Galles ont annoncé des blocages pour six et deux semaines à partir de mercredi et vendredi, respectivement, citant la nécessité d’arrêter la résurgence de la pandémie afin que la population puisse célébrer Noel dans des conditions normales. Seuls les travailleurs ayant des emplois essentiels pourront quitter la maison pour aller travailler, d’autres devront rester dans un rayon de 5 km autour de leur maison quand ils quittent pour faire de l’exercice, sous peine d’amendes. Toutefois, les écoles, où se déroule une grande partie de la transmission de la maladie, doivent rester ouvertes.

Micheál Martin a déclaré que l’adoption d’une stratégie d’« immunité du troupeau » signifie « nous devrions accepter des niveaux plus élevés de maladie et de mort, et elle ignore les effets mortels à long terme du virus sur de nombreuses personnes. … Les preuves d’une situation potentiellement grave qui se présentent dans les semaines à venir sont très solides. Cependant, il a refusé de permettre aux jeunes d’étudier à la maison, insistant sur le fait que les jeunes « ont besoin de leur éducation » et remerciant le personnel de l’école d’être « en première ligne » du virus.

Cela faisait suite à un avertissement de l’Équipe nationale irlandaise d’urgence en santé publique (NPHET) selon lequelle la situation deviendrait « ingérable » sans une mesure d’urgence immédiate. Il a averti que « les hôpitaux auront beaucoup de difficulté à répondre à la demande au cours des prochaines semaines, et donc des mesures extrêmes doivent être prises pour éviter une catastrophe », a rapporté l’Irish Post.

Ces arguments ne font que souligner l’inaction politiquement criminelle d’autres États européens qui sont les plus touchés que l’Irlande. 1 031 cas ont été annoncés le 19 octobre, et le taux d’incidence en Irlande est de 261,7 cas positifs pour 100 000 habitants.

La France, l’un des pays les plus touchés d’Europe, a fermé les restaurants et les bars et imposé un couvre-feu de 21 heures à 6 heures dans une douzaine de zones urbaines de la zone écarlate. Les infections ayant atteint plus de 30 000 par jour, Français président Emmanuel Macron a déclaré qu’il aimerait voir 3 000 à 5 000 infections par jour dans une allocution télévisée dimanche. Les hôpitaux commencent à retarder les chirurgies non urgentes et les procédures électives pour libérer les lits des salles d’urgence. Sur les 4 500 lits équipés de ventilateurs en France, 2 000 sont aujourd’hui occupés par des patients COVIDÉS-19.

Bien qu’il soit souvent présenté comme l’un des meilleurs au monde, le système de santé français a failli s’effondrer au début de la pandémie au printemps. Comme d’autres pays d’Europe, la France se trouve maintenant rapidement proche de la situation du pire de la pandémie en Mars-Avril. En outre, rien ne garantit que le système médical sera en mesure de faire face au choc à venir, car les agents de santé ont été soumis à un stress énorme pendant des mois, et il y a eu une vague de démissions pour protester Macron le système de santé non préparé pour une résurgence du virus.

Les promesses faites par le gouvernement cet été d’embaucher 15 000 nouveaux employés pour les hôpitaux publics afin d’améliorer les conditions de travail et les résultats pour les patients n’ont pas encore été tenues. Un anesthésiste de l’hôpital pitié-salpêtrière à Paris a déclaré à la presse que « par rapport au printemps, nous sommes moins nombreux, surtout en termes d’ambulanciers ».

Une conséquence essentielle du manque de ressources humaines dans les hôpitaux est l’impossibilité d’ouvrir de nouveaux lits équipés de ventilateurs, explique l’anesthésiste Roland Amathieu : « Nous avons normalement un service de 13 lits, mais maintenant seulement neuf sont ouverts en raison de problèmes de dotation et un tiers sont actuellement occupés par des patients COVID. »

Cela souligne le fossé des classes séparant de larges masses de la population active, qui étaient chaleureusement reconnaissants au personnel de santé au milieu du début de la pandémie au printemps, des gouvernements capitalistes qui ont laissé les hôpitaux privés de financement et de personnel pour faire face à une résurgence du virus créé par leur propre politique d’immunité de troupeau. Leur préoccupation était de distribuer des plans de sauvetage d’un billion d’euros aux grandes banques et aux grandes entreprises, alors même que des millions de travailleurs et de petits hommes d’affaires perdaient leur emploi et leurs moyens de subsistance.

La lutte contre le COVIDE-19 exige la mobilisation politique des travailleurs et des jeunes contre les politiques pénalement irresponsables de la classe dirigeante. Un ordre général de logement à domicile, dans lequel les travailleurs, les travailleurs indépendants et les petites entreprises reçoivent un financement complet alors qu’ils ne peuvent pas travailler, est le seul moyen d’éviter une catastrophe. Cela nécessite une lutte de la classe ouvrière à travers le continent et à l’échelle internationale, pour renverser l’Union européenne, exproprier l’aristocratie financière, mettre en fourrière les ressources financières et industrielles nécessaires et construire les États socialistes d’Europe.

Publié à https://www.wsws.org/en/articles/2020/10/22/euro-o22.html

Lire aussi

La Grande Déclaration de Barrington : la politique mondiale d’immunité du troupeau du capitalisme

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Voilà qui tranche avec les révoltés anti-masque et les complotistes des statistiques, image renversée mais identique à celle des trumpistes défilant mitraillette au poing pour la liberté d’infecter autrui.