Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le ministre français de l’Intérieur va persuader Moscou de reprendre les Tchétchènes

Après son inspection des supermarchés, le ministre français de l’Intérieur va persuader Moscou de reprendre les Tchétchènes. On sent dans tout ça un ministre qui sait où il va – je vous recommande en particulier la manière dont il ne sait même pas si son homologue va le recevoir. La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…Vous ne vous souvenez quand les bonnes âmes françaises pleuraient sur le sort de ses pauvres islamistes tchétchènes face aux méchants russes. Ceux-là mêmes qui n’ont pas versé une larme pour les enfants de Beslan ou les spectateurs de théâtre à Moscou. ” Après avoir subi des discours sur les droits de l’homme à chacune des rencontres au plus haut niveau, on imagine la manière dont ils se moquent de ces donneurs de leçons. Ce que traduit assez bien l’article (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

4  21 octobre 2020, 09:49
Photo: Gwendoline Le Goff / TASS
Texte: Natalia Anufrieva

Le ministre français de l’Intérieur, Gerald Darmanen, a déclaré qu’il se rendrait en Russie à la fin de la semaine pour rencontrer son homologue russe Vladimir Kolokoltsev.

Darmanen a déclaré sur les ondes de la chaîne de télévision BFM qu’il «avait demandé l’accord du président de la République, Emmanuel Macron, pour mon voyage en Russie en fin de semaine», rapporte TASS .

Il a indiqué qu’il aimerait rencontrer le chef du ministère russe de l’Intérieur, “mais il n’y a pas beaucoup de temps, je ne sais pas s’il pourra me recevoir ces jours-ci”.

«Quand on parle des problèmes de radicalisation en France, il y a lieu de discuter de ce sujet également avec des collègues à l’étranger», a expliqué le ministre de l’Intérieur.

Il a ajouté que “les représentants français visitent tous les pays pour s’engager dans un dialogue franc sur la question de savoir s’ils ont de telles difficultés et s’ils peuvent réhéberger leurs natifs”.

Mardi soir, le président français a présidé une réunion à la préfecture de police de Bobigny sur une stratégie de lutte contre l’islamisme radical. Suite à cette rencontre, il a ordonné d’intensifier la lutte contre les islamistes.

“Nous prendrons des mesures plus décisives contre ceux qui tentent de détruire les fondations de la république”, a déclaré Macron.

Il a déclaré que “les autorités ont lancé une lutte active contre les porteurs de l’idéologie radicale et les associations qu’ils ont créées”. Selon le président, “il faut lutter contre l’islamisme radical”.

Macron a prononcé un grand discours sur la lutte contre le séparatisme en France, annonçant qu’un projet de loi correspondant visant à renforcer les valeurs républicaines serait présenté le 9 décembre. Dans le cadre de la lutte contre le séparatisme islamique, les autorités françaises entendent porter une attention particulière à l’éducation des enfants.

Le dirigeant français a également exprimé l’idée de la nécessité de créer, avec le Conseil des musulmans, une organisation qui contribuerait à construire un «islam éclairé» dans le pays.

Selon lui, il est nécessaire de libérer l’islam en France de l’influence étrangère et de renforcer le contrôle sur le financement des mosquées. En réponse, le président turc Tayyip Erdogan a critiqué Macron.

Aussi, la dirigeante du parti d’extrême droite française “Association nationale” Marine Le Pen a  déclaré que les islamistes tentent de restaurer en France l’attitude du blasphème en tant que crime, cela doit être combattu par des méthodes militaires.

Rappelons que, le 16 octobre, près de Paris, un   instituteur a été décapité . Selon les autorités françaises, le suspect du meurtre,  Abdullah Anzorov , serait    à Moscou et était d’origine tchétchène.

La raison de l’attaque pourrait être la dernière leçon de l’enseignant sur la liberté d’expression, au cours de laquelle l’enseignant a montré à des écoliers des caricatures de la presse du prophète Mahomet. Macron a  qualifié l’  attaque d’acte terroriste.

L’ambassade de Russie a  noté que le suspect n’avait rien à voir avec la Russie, sa famille ayant été acceptée par la partie française. Le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a déclaré qu’Anzorov avait vécu presque toute sa vie en France, il «communiquait, parlait et écrivait dans leur langue» et n’avait visité la Tchétchénie   «qu’une fois dans sa vie à l’âge de deux ans».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Notre pays est ridiculisé par ces incapables. Et un projet de loi contre les libertés civiles cela suffit c’est le 30ème démontrant que ce n’est pas les lois contre les libertés qu’il faut c’estu ne bonne politique à l’intérieur et à l’extérieur.

Paut-être va-t-il aussi demander à rencontrer son homologue syrien ?

au retour il pourrait faire un crochet par les balkans il est conseillé d’emmener BHL qui connait tres bien la Lybie, l ‘Afghanistan et Sarajevo

Superbe réponse de la Russie et de la Tchétchénie:”Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…J’avais de suite après l’attentat donnant la nationalité d’origine du terroriste soulevé sur ce site les graves problèmes encourus par la Russie déjà avec le terrorisme djihadiste ! Que je soupçonnais aussi d’avoir été accueilli à bras ouverts chez nous à la seule connaissance qu’ils avaient combattu la Russie et sans qu’on sache bien, la Syrie ! Tout au long de l’assassinat aux funérailles , mutisme complet sur le vécu chez nous et son parcours auparavant de cette famille tchétchène . Puisse la Russie en terminer… Lire la suite »