Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

PERQUISITIONS CHEZ LES MINISTRES : LA MAGISTRATURE PRÉSENTE SA FACTURE

Toujours percutant Regis de Castelnau, et comment ne pas adhérer à sa vision d’un État dont les bases s’effondrent les unes après les autres. Mais il ne faut pas oublier que Dupont-Moretti n’a pas été nommé pour rétablir la justice mais sans doute pour soutenir la future campagne présidentielle. On attend de lui un plaidoyer capable de sauver un accusé indéfendable (note de Danielle Bleitrach)

RÉGIS DE CASTELNAU21 COMMENTS

Comme je l’avais déjà indiqué, mon silence depuis quelques semaines était dû à la réalisation d’un travail sur la crise que traverse la justice. Crise qui a vu le corps des magistrats se mettre spontanément au service d’Emmanuel Macron et de son pouvoir minoritaire. Le résultat devrait être publié autour du 10 novembre. En attendant quelques réflexions sur des événements récents symptomatiques de l’impasse dans laquelle une justice coupée d’une opinion publique défiante, et refusant de rendre des comptes est en train de s’enfermer.

Que penser de « l’affrontement » entre le corps des magistrats à peu près rassemblé contre Éric Dupond Moretti choisi par le Président de la république pour occuper le poste de Garde des Sceaux ?

Il y a bien sûr des raisons immédiates à cette crise, ces facteurs circonstanciels qui l’ont déclenché. Mais il y a aussi des causes profondes voire très profondes qui font que la justice française, comme d’autres grands secteurs de l’État, traverse aujourd’hui une crise très importante. Il y a bien sûr la catastrophe budgétaire qui a vu Bercy, enfermé dans son autisme comptable, refuser de donner les moyens indispensables à l’exercice de la mission du service public de la justice. Utiliser le terme de clochardisation n’est pas excessif comme l’a tout à fait démontré Olivia Dufour dans son ouvrage indispensable : « justice, une faillite française ? ». Mais il y a d’autres causes et en particulier, ce qui s’est produit au sein de la magistrature depuis une trentaine d’années pour aboutir à une situation indigne d’une République démocratique.

Il y a eu aujourd’hui le grand rodéo judiciaire des perquisitions chez les ministres et certains fonctionnaires. Cela n’a rien à voir avec la recherche de la vérité et la conduite normale des procédures. C’est tout simplement la magistrature qui après avoir servi Macron avec zèle considère être maltraitée par la nomination d’Eric Dupond Moretti et lui présente la facture.
En lui disant : « qui t’a fait roi ? Souviens toi de Fillon. »

J’ai fourni quelques explications dans une vidéo publiée par Front Populaire.

Nous reparlerons de tout cela très bientôt.

ANALYSES JUSTICE

Perquisitions en cours : radiographie d’une justice spectacle

Plusieurs responsables politiques ont fait l’objet de perquisitions. Dans le viseur : Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Sibeth NDiaye, Jérôme Salomon et l’actuel ministre de la Santé Olivier Véran. Régis de Castelnau décrypte.Régis de Castelnau

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments