Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Une brève histoire du KKK féminin

comme quoi tous les féminismes ne sont pas progressistes… Mais s’agit-il de “féminisme” ou de manifestation de la haine de soi à travers celle que l’on voue aux autres… Je pense également à la manière dont Einstein, qui n’était pas à proprement parler un féministe se moquait des ligues de vertu féminine qui avaient protesté contre son accueil aux Etats-Unis, il les appelait “les oies du capitole”, j’ai parfois l’impression dans le PCF que nous avons troqué Clara Zetkin contre “les oies du Capitole” tant elles mettent d’application à soutenir les lynchages sans preuve y compris celui d’Assange et de suivre avec application les bonnes oeuvres de la CIA au plan international. Certes à l’inverse des dames du klan, ces féministes ont tendance à jouer le sociétal et le communautarisme cher à la société américaine quitte à y transporter les enjeux et à les dévoyer, là encore sans toujours mesurer les effets réels de ces clivages. Dans ce domaine, comme dans d’autres où la confusion est la règle, il faut avoir le courage de repenser des combats qui sont plus que jamais nécessaires pour l’émancipation individuelle. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Le Women’s KKK, une organisation raciste affiliée mais distincte pour les femmes protestantes blanches, a courtisé les membres par le biais d’un « féminisme d’autonomisation » insincère.

Women in the KKK

 via Wikimedia CommonsPar : Emily Cataneo  Le 14 octobre 2020  10 minutes Partager Tweet Messagerie électronique Imprimer

Dans la société américaine, les femmes blanches sont souvent comprises comme des victimes, mais nous, car je suis une femme blanche, pouvons aussi être des auteurs. Cette dichotomie particulière a explosé dans la conscience nationale au cours de l’été depuis longtemps attendu sur la race. Certaines femmes blanches, tout en chancelant sur l’échelle du privilège, exercent leur colère comme une arme contre ceux qui ont moins de pouvoir qu’eux. Mais cette dynamique n’est pas nouvelle. L’un des exemples les plus choquants et les plus extrêmes de complicité féminine blanche dans le racisme américain est une organisation appelée le Ku Klux Klan des femmes.

La première itération du KKK a surgi à Pulaski, Tennessee, après la guerre civile, formée par des hommes qui étaient mécontents au sujet des Noirs nouvellement libérés, ressentiment au sujet de l’émancipation, et envie de sens, l’excitation, et un lieu socialement sanctionné dans lequel commettre des actes de violence. Les observateurs contemporains ont dit que ces premiers justiciers du KKK voulaient « la nouveauté, le mystère et le secret », comme le disait le procureur général du Mississippi en 1871, et ils l’ont obtenu, concevant des rituels élaborés et obscurs et des hiérarchies rigides à travers lesquelles faire avancer leur programme anti-reconstruction haineux.

Bulletin hebdomadaire

Obtenez votre dose des meilleures histoires de JSTOR Daily dans votre boîte de réception chaque jeudi.

Politique de confidentialité Contactez-nousVous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien fourni sur n’importe quel message marketing.

Les femmes n’ont pas participé à cette itération du Klan, sauf en tant qu’auxiliaires; certaines ont cousu ou prêté des vêtements à leur mari et aux membres de leur famille pour les aider dans leurs rituels costumés et leurs activités racistes. Les femmes ont également joué un rôle symbolique dans cette version du Klan : l’un des objectifs déclarés de ces terroristes était, comme ils l’auraient compris, de protéger les femmes innocentes angéliques des terrifiants « démons » noirs qui avaient été déchaînés à la campagne. L’historien William F. Pinar explique :

Particulièrement pendant ses premières années, le Klan masculin a tenu deux images contradictoires de la féminité, l’une imaginaire, et l’autre une concession à la réalité des personnes concrètement existantes. Dans leur imagination, les femmes protestantes blanches (la féminité ne s’appliquait qu’à celles-ci) étaient des créatures innocentes et vertueuses dont la raison d’être était de soutenir et de servir les hommes. À leur tour, les hommes protégeraient ces femmes vulnérables sexuellement attrayantes de ces démons sexuellement rapaces (c.-à-d. les hommes noirs) qui ne pouvaient s’empêcher de les désirer.

Ce premier Klan s’est effondré dans les années 1870, mais l’organisation n’avait pas encore connu son apogée. Le deuxième Klan a commencé en 1915, à la suite d’un lynchage antisémite d’un directeur d’usine de crayons à Atlanta et d’une croix sur Stone Mountain (également en Géorgie). Ce nouveau Klan, qui a attiré entre trois et six millions d’Américains tout au long des années 1920, différait de son prédécesseur de manière clé : il était à la vue du public et même entrelacé avec le gouvernement américain ; et il s’est étendu bien au-delà du Sud, balayant à travers les États-Unis. Le KKK rajeuni ciblait les catholiques, les juifs, les Asiatiques-Américains, les Mormons, les immigrants, les socialistes, les radicaux du travail, les propriétaires de salles de danse, et plus encore avec une dose de pseudoscience de l’eugénisme.

Les « Kleagles », ou organisateurs rémunérés, se rendaient dans une région pour découvrir de qui les protestants blancs s’inquiétaient, puis s’appuyaient sur le Klan dans cette région en semant la peur et la haine de l’outgroup, pour une somme d’adhésion. C’est ainsi que le Klan a réussi à se propager dans des régions sans une importante population noire (quand j’étais jeune, j’ai entendu des histoires de parents âgés au sujet du Klan marchant à travers mon État d’origine très blanc du New Hampshire, faisant rage contre les catholiques Français Canadiens).

Ku Klux Klan members
Un groupe de femmes masquées du Ku Klux Klan alignés des deux côtés d’une route soutenant une croix et un drapeau, États-Unis, vers 1940 Getty

Ce deuxième Klan a vu la création du KKK des femmes, une organisation affiliée mais distincte spécifiquement pour les femmes protestantes blanches. L’histoire du WKKK a été assaillie par des querelles intra-Klan : un dirigeant masculin du Klan a commencé les Kamelias, un groupe de suprématie blanche des femmes, pour augmenter son propre pouvoir, tandis qu’un autre s’est allié à une société secrète de femmes appelée Les Reines du Masque d’Or. Le Masque d’Or finit par l’emporter et devint le WKKK, qui reçoit sa première charte officielle à Little Rock, Arkansas, en 1923. À son apogée, l’historienne Kathleen M. Blee explique dans Feminist Studiesle WKKK avait des chapitres dans tous les États, avec un intérêt particulier dans l’Ohio, l’Indiana, la Pennsylvanie et l’Arkansas.

Comme la version masculine du KKK, le WKKK avait tous les pièges hiérarchiques (et, ironiquement, très catholiques) : le commandant impérial, les Klaliffs, Klokards, Kligrapps, Klabees et les Klexter/Klarogos, qui appliquaient la conduite du Klan, initiaient de nouveaux membres, recueillaient des cotisations et planifiaient des événements. Tous ces rôles et activités ont été filtrés à travers les lentilles du racisme, du nationalisme, de la xénophobie et d’un désir de préserver la famille et de combattre ce qu’ils percevaient comme une décadence morale.

À quelques exceptions près, comme une émeute de 1924 au cours de laquelle les membres du WKKK ont défilé avec des clubs, le WKKK ne s’est pas engagé dans le lynchage et d’autres actes de violence de leurs homologues masculins. Ce manque de violence physique a conduit de nombreux commentateurs historiques à considérer les membres du WKKK, et en fait toutes les femmes impliquées dans des mouvements racistes, comme des figures obscures et sans conséquence qui se cachent derrière les acteurs masculins. Le WKKK n’a pas fait appel aux femmes parce qu’il était si nouveau, mais plutôt parce que lui-même, et ses idéaux et rituels, s’inscrivait tout naturellement avec la vie blanche protestante américaine.

Mais en fait, le WKKK était profondément, malheureusement puissant. Selon Blee, ils étaient « des manipulateurs secrets et des organisateurs culturels », utilisant leur pouvoir social pour faire avancer leurs agendas. Beaucoup de ces femmes étaient déjà des acteurs sociaux avertis : les clubs et organisations sociaux protestants de l’après-Première Guerre mondiale étaient des groupes naturels d’alimentation pour le WKKK. Ces femmes ont mené des « escouades empoisonnées », ou des réseaux de chuchotements, pour détruire la réputation des candidats politiques anti-Klan en prétendant qu’ils étaient catholiques ou juifs. Ils ont essayé d’évincer les enseignants des écoles publiques catholiques, ont mené le boycott des entreprises et ont fait campagne pour les candidats pro-Klan. Ils ont établi des liens sociaux en faisant don de lait aux écoliers et de paniers de nourriture à des familles dans le besoin, et en planifiant des mariages, des baptêmes, des funérailles, des carnavals, des conférences, des discours et des défilés, avec des chars et des cavaliers.

En planifiant des événements rituels et sociaux, ces femmes ont tissé le Klan, et ses valeurs, dans le tissu de la vie sociale américaine, en effet, pour elles, «tous les bons gens appartenaient au Klan». Les spécialistes du WKKK et du KKK soulignent que ces organisations étaient effrayantes précisément en raison de leur compatibilité facile avec l’Amérique homogène et petite ville.

Les réflexions d’anciens membres du WKKK montrent combien de ces femmes considéraient leur organisation comme un club social, comme une chance de s’absenter avec des amis. À la fin du XXe siècle, de vieilles femmes protestantes blanches de l’Indiana, interviewées par Blee, se souvenaient que le Klan n’était « qu’une célébration… une façon de grandir », et comme « une façon de se réunir et profiter. » Et dans les années 1980, lorsque les chercheurs ont essayé de comprendre qui soutenait le Klan de l’ère des droits civiques (une organisation sans groupe féminin distinct, et sans le placage de la respectabilité du KKK des années 1920), les femmes interrogées pro-Klan ont soutenu que l’organisation était consacrée à des activités caritatives et qu’elle se composait de bonnes personnes.

L’image des femmes formant des clubs sociaux amusants autour de leur engagement commun à la xénophobie et au racisme est troublante, pour le dire légèrement. Que certaines de ces femmes étaient conservatrices jusqu’à la moelle des os correspond au moins à ce que nous pourrions nous attendre. Mais ce qui est choquant et inquiétant, c’est le fait qu’au cours de la croisade pour la suprématie blanche, certains membres et chapitres du WKKK ont également épousé un engagement apparemment contradictoire à la fois à la politique progressiste et au féminisme.

Il s’agissait en partie d’une tactique de recrutement. Alors que les femmes blanches sont nouvellement en mesure de voter et jouissent du pouvoir politique pour la première fois, le WKKK a attiré les membres en se positionnant comme une garantie pour ces droits nouvellement gagnés. Une annonce de recrutement pour l’Indiana WKKK présente cette stratégie :

Les hommes n’aspirent plus à la domination exclusive dans n’importe quel domaine d’entreprise qui est sa paternité, et si elle porte le voile frais et séquestré de la vie dans la maison ou si elle est dans les promenades occupées des affaires ou de la mode, la femme est maintenant appelée à mettre ses efforts splendides et les capacités derrière un mouvement pour les femmes 100 pour cent américaines.

Mais les chercheurs du WKKK rapportent également que ce n’était pas seulement une tactique de recrutement. Il semble que certaines de ces femmes aient réellement vu le WKKK comme un véhicule par lequel protéger et consolider les droits des femmes blanches et protestantes. Afin de comprendre comment un engagement envers le féminisme s’est emmêlé avec un engagement envers le racisme, il est pédagogique d’examiner l’histoire de la participation des femmes à d’autres mouvements sociaux de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les mouvements de tempérance et de suffrage ont été tirés à travers avec le racisme et le nativisme. Un article du New York Times publié à l’occasion du centenaire du dix-neuvième amendement cet été a noté comment ces préjugés ont empoisonné ou déformé les opinions de certains dirigeants blancs pro-suffrage. Ces femmes ont souvent épousé l’égalité pour les femmes tout en faisant la traite de la rhétorique toxique sur, par exemple, les violeurs noirs.

Kathleen Blee situe dans ce cocktail de soi-disant féminisme et racisme le courant sous-jacent de la pensée qui a rendu possible le WKKK des années 1920. Elle écrit qu’une fois que la lutte pour le suffrage a été gagnée en 1920 et que les féministes n’étaient plus unies autour de cet objectif commun, elles étaient libres de se diviser en sous-groupes. Et certains de ces sous-groupes étaient dédiés à garder l’Amérique blanche. Dans cette version la plus sombre et la plus insincère du féminisme d’autonomisation,le WKKK a promis aux femmes la chance d’affirmer leur nouveau pouvoir politique, de vivre en dehors des limites de la maison, et d’exercer l’autonomie, certaines femmes se sont même rebellées contre leurs maris ou ont divorcées pour rejoindre le WKKK.

Ku Klux Klan Meeting
Deux femmes membres du Ku Klux Klan debout à côté d’une croix brûlante, Etats-Unis, vers 1965 Getty

Beaucoup de dirigeants du WKKK étaient déjà actifs à l’extérieur de la maison : Lulu Markwell, la première tête nationale du WKKK, avait travaillé pour le suffrage des femmes. Daisy Douglas Barr, qui a dirigé le WKKK dans l’Indiana et sept autres États, était un prédicateur quaker ordonné. Barr a également été la première femme vice-présidente du comité d’État républicain, et une participante active dans la tempérance et les organisations de femmes. Mary Benadum, une autre dirigeante du WKKK à Muncie, était active dans les clubs, les églises et dans une organisation appelée Business and Professional Women of Indiana, tandis que Lillian Sedwick, une autre dirigeante, faisait partie du conseil scolaire d’Indianapolis.

Certaines de ces femmes ont affirmé que le WKKK se protégerait contre le harcèlement sexuel et les maris délinquants. Ils ont affirmé que le Klan luttait contre les soi-disant cultures réactionnaires des Juifs, des Catholiques et des Noirs du Sud. Comme Blee et Pinar chronique, beaucoup de ces femmes ont prétendu croire au féminisme et à l’égalité salariale. Pinar écrit au sujet d’un kleagle qui a encouragé les mères WKKK à faire campagne pour une journée de travail de huit heures pour le travail de garde d’enfants. Ce kleagle et d’autres comme elle ont affirmé que, par le biais du WKKK, les femmes protestantes blanches pourraient exiger plus de respect et de protection pour le « travail des femmes » traditionnel.

Ces engagements étaient-ils sincères? Il est impossible de connaître les véritables motivations des acteurs historiques, bien sûr, mais Blee, qui a passé beaucoup de temps à interviewer d’anciens membres du WKKK dans leur vieillesse, croyait qu’ils l’étaient. Dans son article «White Women in the Ku Klux Klan», publié dans la revue Counterpoints, William Pinar cite Blee : « Certaines Klanswomen avaient une capacité facile de plier le sectarisme racial et religieux amer dans la politique progressiste. Une ancienne Klanswoman, par exemple, a insisté sur le fait qu’elle ne voyait aucune incohérence entre la participation au Klan des années 1920 et son soutien à la redistribution économique et au féminisme. Pinar appelle cela un « mélange très étrange » du progressiste et réactionnaire, mais dit que, autant que nous pouvons savoir, ces femmes ont affirmé ne voir aucune incohérence entre leur racisme et leur zèle pour les prestations de sécurité sociale et l’égalité salariale. Peut-être que le WKKK voulait élever les femmes dans la société, en particulier, les femmes qui provenaient de leur culture, qui regardaient, agissaient et pensaient comme elles.

De nombreux membres du KKK masculin étaient mal à l’aise avec les femmes blanches se transformant d’êtres doux, maternels, angéliques qui avaient besoin de protection en acteurs réels avec l’agence, tandis que certains ennemis de la WKKK trafiqué dans la rhétorique anti-féministe en critiquant l’organisation. Un journal anti-Klan de Muncie a pris d’assaut le fait que les membres du WKKK étaient des « cheveux roux » et des « Amazones », et que l’organisation était « un front pour les femmes adultères trysts. » Mais ce n’est pas parce que le WKKK a reçu des critiques de la part d’écrivains antiféministes que ses membres méritent d’être respectés. Une femme qui agit et qui fait face à des critiques pour cela n’obtient pas automatiquement de revendiquer l’étiquette « féministe ».

Le WKKK, avec l’itération des années 1920 du KKK masculin, s’est éloigné en 1930, et plus tard les incarnations du Klan ne se sont pas vantées d’une organisation spécifique de femmes ou d’engagements envers les droits des femmes. Mais l’histoire du WKKK est un rappel brutal et déconcertant de la facilité avec laquelle le racisme peut empoisonner même les Américains qui épousent des engagements envers des mouvements et des politiques qui sont chers aux gauchistes et aux libéraux modernes, tels que les droits des femmes et des travailleurs. Comme l’écrit Pinar, « un compte rendu exact de la participation des femmes blanches au mouvement du Klan des années 1920 exige que ceux d’entre nous engagés dans une société plus juste et égalitaire reconnaissent la facilité apparente avec laquelle le racisme et le sectarisme ont fait appel et font toujours appel aux citoyens américains ordinaires. » Surtout au cours de cette année du centenaire célébrant un amendement qui n’a vraiment profité qu’aux femmes blanches, les féministes doivent examiner les fils toxiques cuits dans l’histoire de notre mouvement. Nous devons également examiner et évaluer qui, exactement, peut revendiquer l’étiquette de féministe dans le monde d’aujourd’hui. Après tout, ce n’est pas parce qu’une femme fait quelque chose et qu’elle a une opinion qu’elle mérite notre approbation ou notre acclamation.


Soutenez JSTOR Daily! Joignez-vous à notre nouveau programme d’adhésion sur Patreon dès aujourd’hui.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments