Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Réforme et ouverture : la croyance du peuple chinois

Éditorial du Global Times. Ce texte a un statut officiel et après la visite de XI à Shenzhen dont nous avons souligné l’importance stratégique “les deux circulations”, il revient sur le fond de la voie chinoise au socialisme. S’il y a une chose que personnellement je retiendrai volontiers de ce socialisme à la chinoise, c’est le socialisme comme synthèse de multiples expérimentations. C’est le refus du repli et de la peur parce que le collectif a choisi de bénéficier de l’apport de tous et tout en défendant sa souveraineté de désirer encore et toujours apprendre des autres. Merci à Catherine Winch pour son excellente traduction (note de Danielle Bleitrach).

15 octobre 2020

Le 40e anniversaire de la création de la zone économique spéciale (ZES) de Shenzhen rappelle l’histoire des réformes et de l’ouverture de la Chine et fait réfléchir à l’avenir.

Shenzhen a été la tête de pont du dernier cycle de réforme et d’ouverture. La ville a accompli des progrès remarquables et, dans une large mesure, a défini la réforme et l’ouverture du pays. Lorsque les gens ne savent pas clairement en quoi consistent la réforme et l’ouverture, ils n’ont qu’à regarder Shenzhen.

La réforme et l’ouverture de la Chine ont commencé par la création de zones économiques spéciales et par un travail pratique. Cette philosophie est un collage des pratiques réussies que diverses régions ont adoptées. Aujourd’hui, elle est devenue la croyance collective du peuple chinois parce qu’elle a réussi à remodeler les moyens de subsistance et la société du peuple chinois. La réforme et l’ouverture sont la voie à suivre à long terme et font désormais partie de ce qui est considéré comme juste politiquement en Chine.

Les temps ont changé, et les problèmes auxquels la Chine est confrontée aujourd’hui sont différents de ceux des années 1980. L’esprit de la réforme consiste à ne pas reculer devant les problèmes et les difficultés.

La Chine étant un pays si vaste, nous ne pouvons pas déléguer nos problèmes au monde extérieur. Nous devons les résoudre par nous-mêmes. Des mentalités et des méthodes dépassées ne peuvent pas résoudre de nouveaux problèmes. Ce n’est qu’en osant faire des expériences que nous pourrons ouvrir de nouvelles voies. En d’autres termes, la Chine est obligée de lancer des réformes.

Il est réaliste que la Chine s’ouvre, car la société occidentale dispose de nombreuses choses avancées et modernes qui peuvent profiter à la société chinoise. Bien que la Chine ait un système politique différent de celui de l’Occident et qu’elle puisse faire face à des pressions idéologiques et à des risques en s’ouvrant, nous avons procédé sans hésitation. L’ouverture a continuellement favorisé la résilience de la société chinoise et l’a poussée à faire face directement à ses problèmes.

La Chine a également accumulé des expériences sur la direction que devrait prendre son ouverture. Au début, nous adorions presque tout ce qui venait de l’Occident. Beaucoup de gens considéraient comme acquis que l’Occident serait notre destination. Bien que le gouvernement chinois ait mis en avant la voie du socialisme avec des caractéristiques chinoises, les gens n’en ont pas compris le sens directement. Grâce à nos propres réalisations, aux défauts de plus en plus visibles du système occidental et aux expériences chaotiques de certains anciens pays socialistes qui ont imprudemment tenté de prendre un virage politique à l’occidentale, les Chinois ont compris que l’adhésion aux réformes et à l’ouverture ne contredit pas le fait de suivre notre propre voie. C’est le seul choix réaliste pour un grand pays comme la Chine.

La réforme et l’ouverture sont difficiles à appréhender, car il ne s’agit pas d’un système de pratique fermé. Il est facile d’être déraillé par l’Occident, qui est supérieur sur le plan idéologique. Ainsi, la réforme et l’ouverture de nombreux pays sont finalement devenues une révolution hâtive et naïve qui les a transformés en pays de type occidental. Ces pays ont payé un lourd tribut économique et social. La Chine est l’un des rares pays qui ont réussi à gérer le processus de réforme et d’ouverture.

La réforme et l’ouverture de la Chine ne sont pas seulement une histoire d’apprentissage grâce à l’Occident, mais aussi une histoire de lutte contre l’ingérence occidentale. L’esprit de recherche de la vérité à partir des faits a aidé la Chine à maîtriser les limites de la manière la plus avantageuse. Aujourd’hui, la Chine est sur une nouvelle ligne de départ. Le monde ne peut plus lui servir de référence pour la poursuite de son développement. Mais nous accumulons plus d’expérience et de confiance pour faire nos choix.

Il n’existe pas de feuille de route pour la réforme et l’ouverture. Mais c’est un principe éternel que de résoudre les problèmes de la Chine et de rendre le pays meilleur. Nous devons faire preuve d’audace dans notre travail et maintenir un rythme soutenu au niveau stratégique. C’est ce que la Chine fait depuis une quarantaine d’années et nous devons continuer à le faire pendant longtemps.

Il y a beaucoup de choses dans le monde dont la Chine peut tirer des enseignements. Mais en ce qui concerne la manière de s’ouvrir, la Chine a fait le mieux possible. Nous devons avoir davantage confiance en nous. Nous pouvons absorber d’énormes quantités d’informations provenant du monde extérieur, mais nous devons utiliser nos expériences extrêmement précieuses accumulées au cours des dernières décennies pour digérer ces informations et élaborer des politiques visant à résoudre les problèmes actuels, ainsi que les problèmes potentiels que nous pourrions rencontrer à l’avenir. La réforme et l’ouverture de la Chine vont certainement se poursuivre au service des intérêts fondamentaux du peuple chinois.

Xi dépose une couronne de fleur sous la statue de Deng Xiao Ping
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments