Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Nouveau grand pillage de l’Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé au pouvoir en affirmant qu’il mettrait fin à la violence dans l’est de l’Ukraine en trouvant une solution pacifique au conflit. Néanmoins, sa pratique montre que la situation actuelle en première ligne entre les forces de Kiev et les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (DNR, LNR) n’est pas bien meilleure que pendant la présidence Porochenko. Ce dernier soutenu par les démocrates américains tente de regagner des positions en s’appuyant sur les néo-nazis mais ce clan vise surtout le pillage des richesses nationales sur lesquelles les partisans du nouveau président prétendent aussi mettre la main. C’est le triste bilan des révolutions de couleur, des maïdans présentés comme le triomphe de la démocratie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

13/10/2020

Les forces pro-Kiev violent régulièrement le régime de cessez-le-feu avec la DNR et la LNR, et poursuivent les tentatives de pénétration de la ligne de front et elles mènent des missions de sabotage dans les républiques séparatistes. L’incident le plus récent de ce type s’est produit le 14 juillet lorsque deux fighters ukrainiens sont morts et un autre a été blessé lors d’une tentative ratée pour pénétrer dans le territoire contrôlé par les forces d’autodéfense de DNR près du village de Zaitsevo. L’unité de sabotage et de reconnaissance a tenté d’attaquer des positions des forces de DNR, mais a explosé sur des mines terrestres dans la région.

La vidéo POV de l’un des combattants pro-Kiev:

Le groupe se prépare à une attaque :

Selon des sources de DNR, l’un des « combattants ukrainiens » tués semblait être un citoyen estonien, Mikola Ilin.

Un autre « combattant pour la démocratie » tué a été identifié par la DNR comme un citoyen américain, Shon Fuller. Cependant, l’armée ukrainienne nie cette affirmation sur la mort d’un citoyen américain. Selon le camp de Kiev, le deuxième assaillant tué était Dmitry Kraznogrud, le commandant de la 35e Brigade marine.

Plus tard, le ministère ukrainien de la Défense a également confirmé la mort d’un autre soldat – Dmitry Chumachenko, un citoyen ukrainien – près du village de Slavnoe.

L’inwillingness (ou l’incapacité) de Zelensky à aller de l’avant vers la solution pacifique du conflit dans l’Est, le flirt public de son administration avec les groupes néo-nazis formés et renforcés depuis 2014, la violence de rue qui fait rage (souvent menée par les nazis), la censure politique, la détérioration de la situation sociale et économique sont la triste réalité de l’Ukraine de Zelensky. Dans cette optique, ce dernier n’est pas différent de Porochenko. Ces facteurs et le désenchantement du peuple à l’égard du « nouveau dirigeant ukrainien » sont les principales raisons de la chute rapide de la popularité de Zelensky et de son gouvernement.

Cette situation a permis à l’ancien président ukrainien Petro Porochenko et à son entourage de commencer à reprendre leur influence dans tout le pays et au plus haut niveau de la direction ukrainienne actuelle. Tout récemment, il a été révélé publiquement que les hauts responsables de l’ère Porochenko impliqués dans la préparation des attaques terroristes en Crimée sont nommés par Zelensky à des postes de haut niveau.

L’équipe de Porochenko mobilise actuellement tous ses appuis y compris les groupes armés liés aux nazis et son influence sur la soi-disant « église indépendante » de l’Ukraine, en préparant une nouvelle poussée pour reprendre l’initiative dans le jeu politique en cours. Un fait intéressant est que cette approche de l’un des architectes de l’Église orthodoxe « indépendante » de l’Ukraine (OCU) a causé une nouvelle scission au sein de l’organisation, qui traverse déjà des moments difficiles. Le groupe Porochenko ne serait pas satisfait de la position passive actuelle du chef de l’OCU, le métropolite Epiphanius. Ainsi, il a fait la promotion d’un « leader plus actif » pour l’organisation – le métropolite Symeon (Volodymyr Shostatsky). Porochenko et la partie des élites du Parti démocrate américain qui soutiennent son plan ne s’attendent apparemment pas à ce que le nouveau chef de l’OCU surmonte la crise sans fin, dans laquelle l’OCU opère. Ils s’attendent plutôt à ce qu’il devienne plus actif sur la scène politique et exprime plus de soutien aux actions des groupes néo-nazis qui dominent en fait dans la politique de rue ukrainienne. Ainsi, la haine raciale et religieuse sera une fois de plus armée dans la lutte politique interne en Ukraine. Les citoyens ukrainiens seront de nouveau la cible de la campagne de propagande favorisant les tensions sociales et la violence à des fins politiques.

Les objectifs de Porochenko et de ses alliés sont évidents. Ils veulent garantir les gains financiers, les entreprises et autres actifs obtenus au cours des années de pillage de l’Ukraine. Les New Pillards qui se cachent derrière la marque de « jeunes démocrates » de Zelensky sont eux-mêmes en embuscade sur ces fonds et cherchent à en saisir les actifs pour eux-mêmes. L’économie ukrainienne est en lambeaux. Ainsi, la redivision des ressources existantes à l’aide de l’appareil de sécurité et d’administration est une étape logique. Quant aux multiples « groupes patriotiques » néo-nazis et aux structures pseudo-églises créées depuis le coup d’État de 2014, ils agissent comme entrepreneurs pour des groupes de pouvoir internes et externes qui augmentent la richesse de leurs dirigeants.

Publié à https://southfront.org/new-great-looting-of-ukraine/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments