Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Avec plus d’un million de morts, qui ont été les victimes de la pandémie de coronavirus?

Cet article mérite une lecture attentive parce qu’il montre la réalité d’une épidémie et la manière dont elle n’est qu’un facteur aggravant d’un rapport de classe insoutenable à l’échelle mondiale. Bilan argumenté de la réalité de l’épidémie, qui en est victime et comment l’égoïsme monstrueux des capitalistes la propage ?. (Note et traduction de Danielle Bleitrach)

11/10/2020Par Benjamin Mateus

Une brève note sur les enfants

Des chercheurs du Princeton Environmental Institute (PEI), de l’Université Johns Hopkins et de l’Université de Californie à Berkeley ont récemment mené une étude d’observation plus vaste avec des responsables de la santé publique dans les États du Tamil Nadu et de l’Andhra Pradesh, dans le sud-est de l’Inde, auprès de 575 071 personnes qui ont été exposées à 84 965 cas confirmés de COVID-19.

L’auteur principal, Ramanan Laxminarayan, a constaté que 8 % des personnes infectées représentaient 60 % des nouvelles infections, tandis que 71 % des personnes infectées n’ont pas transmis l’infection à l’un de leurs contacts. Les décès par COVID-19sont survenus, en moyenne, six jours après l’hospitalisation, contre 13 jours en moyenne aux États-Unis. Comme dans d’autres pays, la proportion de décès est biaisée par rapport à la population âgée.

L’étude a toutefois révélé que les enfants et les jeunes adultes représentaient un tiers des cas de COVID et qu’ils étaient un facteur important dans la transmission du virus. En outre, les enfants et les jeunes adultes étaient enclins à contracter le coronavirus chez les personnes de leur âge. « Les enfants sont des émetteurs très efficaces dans ce contexte, ce qui n’a pas été solidement établi dans les études précédentes », a expliqué l’auteur principal au correspondant de l’Ile-du-Prince-Édouard, Morgan Kelly. Cela a des implications importantes pour la réouverture des écoles, car les nouvelles d’enseignants succombant à COVID-19 ont fait les manchettes.

Aux États-Unis, selon les données fournies par l’American Academy of Pediatrics, au 1er octobre, il y avait 657 572 enfants infectés par COVID-19 sur 6 231 564 cas au total, soit 10,6 %. Cela place le taux global à 874 cas pour 100 000 enfants dans la population, après une série d’augmentations hebdomadaires de 583 pour 100 000 enfants au 20 août.

Dans 42 États et à New York, le taux de mortalité des enfants était de 0,02 % des personnes infectées, alors que seulement 1,7 % des enfants infectés ont été hospitalisés. Il y a eu 112 décès cumulatifs d’enfants aux États-Unis. Il existe des données similaires pour l’Europe et l’Asie.

Il y a néanmoins des tendances inquiétantes. Après la Californie, l’État le plus peuplé et celui qui compte le plus grand nombre d’enfants infectés par le COVID-19, les États ayant le plus grand nombre d’enfants infectés sont la Floride, le Tennessee, l’Arizona, la Géorgie et la Caroline du Sud, au sud et au sud-ouest. L’Illinois est le seul État du Nord en haut de la liste. En pourcentage, les pires chiffres sont dans le Wyoming et le Dakota du Nord dans le nord, et le Tennessee et la Caroline du Sud dans le sud. Les premiers points chauds du Nord pour la pandémie — New York, New Jersey, Massachusetts, Michigan — ont certains des taux les plus bas pour les enfants, puisque le virus a balayé de façon disproportionnée à travers les maisons de retraite

Une condition grave qui afflige un petit sous-ensemble d’enfants infectés par le coronavirus appelé COVID-19 Associated Multisystem Inflammatory Syndrome (MIS-C) présente deux à quatre semaines après le début de COVIN. La maladie a été identifiée en avril 2020, lorsqu’un groupe d’enfants en Europe et à New York a subi un choc hyperinflammatoire qui avait des caractéristiques comme la maladie de Kawasaki et le syndrome de choc toxique. Les signes et symptômes cliniques comprenaient de la fièvre, des éruptions cutanées, une conjonctivite, des symptômes gastro-intestinaux, des marqueurs inflammatoires élevés et des lésions cardiaques. En date du 29 juillet, les CDC ont documenté 570 patients mis-c aux États-Unis avec 10 décès.

Dans les pays les plus pauvres, les conséquences socio-économiques de la pandémie risquent d’être encore plus mortelles pour les enfants. Dans le monde, 15 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de toutes causes (5,4 millions par an). Le taux de mortalité annuel s’élève à 3,9 pour cent de tous les enfants. Mais les pays les plus pauvres, comme le Tchad, le Nigeria et d’autres pays d’Afrique subsaharienne, ont des taux de mortalité de l’ordre de 7 à 10 pour cent. Malgré les progrès réalisés au cours des trois dernières décennies pour réduire ces chiffres, les ravages économiques causés par la pandémie entraîneront indirectement davantage de décès parmi ce groupe fragile qui perd l’accès à l’eau potable, à la nutrition et aux services de santé, tandis que les pressions politiques pourraient conduire à des conflits régionaux et à d’autres violences.

La race ou la classe entraîne-t-elle la mortalité de COVID-19 ?

Je veux recevoir des mises à jour par courriel du Bulletin des travailleurs de la santé du WSWS. Je conviens que toute information soumise à ce formulaire sera traitée conformément à la politique de confidentialité et peut être combinée à d’autres renseignements.

Au début de la pandémie aux États-Unis, avant même que le président Trump n’ait fait sa prédiction notoirement erronée selon laquelle le virus disparaîtrait soudainement, il est devenu clair que la pandémie avait un impact disproportionné dans les quartiers populaires les plus pauvres.

Un article du 4 février dans le Philadelphia Inquirer a noté que « la pauvreté joue un rôle déterminant dans la culture des conditions qui permettent à la maladie de se propager». À leur tour, les maladies infectieuses exacerbent certains facteurs qui contribuent à la pauvreté. Dans de nombreuses régions du monde, les soins de santé ne sont pas gratuits, et ce n’est pas bon marché, ce qui exerce un stress financier énorme sur les familles qui vivent peut-être déjà sous le seuil de pauvreté. Le 7 février, Mother Jones a écrit : « Bien que certains groupes raciaux et ethniques soient plus vulnérables aux maladies infectieuses, il est bien connu que les pauvres supportent le poids des épidémies de maladies virales. »

Le reportage de Bob Woodward, basé sur de longues entrevues avec Trump, a révélé qu’à ce moment-là, tout l’appareil gouvernemental avait été pleinement informé de la nature mortelle du virus, et il y avait une compréhension claire du potentiel mortel de la propagation de la pandémie à travers les centres urbains densément peuplés où les pauvres sont concentrés. Les conséquences ont déjà pu être vues à la fin de février, avec les images et les rapports des hôpitaux et des villes italiennes.

Il est devenu évident pour le Parti démocrate et ses organisations auxiliaires que les discussions dans la presse et l’impact de la contagion sur la société américaine pourraient mettre en évidence les divisions socio-économiques au sein de la société américaine. En conséquence, les démocrates ont travaillé à rediriger la discussion de cette catastrophe sociale massive dans les canaux bien établis de la politique identitaire. La race serait utilisée pour supprimer toute discussion sur les classes sociales et la pauvreté.

À la fin du mois de mars, les législateurs démocrates au Congrès, dirigés par les sénateurs Elizabeth Warren, Cory Booker et Kamala Harris, ainsi que les représentants Ayanna Pressley et Robin Kelly, ont commencé à faire pression en faveur de la divulgation fédérale des données raciales concernant COVID-19. Au début du mois d’avril, les principaux organes de presse, dont le New York Times et le Washington Post, publiaient activement des récits racistes sur la pandémie.

En outre, du début à la mi-avril, les gouverneurs démocrates ont mis l’accent sur la publication de données d’État sur la race et le COVID-19 et la formation de groupes de travail destinés à lutter contre les disparités raciales. Le 14 avril, plus de 80 sénateurs et représentants démocrates ont parrainé un projet de loi visant à obliger les responsables fédéraux de la santé à publier quotidiennement des données qui décomposent les cas de COVID-19 et les décès par race et par ethnie. Aucune exigence de ce genre n’a été imposée en ce qui concerne le revenu ou la profession.

Chaque tableau de bord COVID-19 national et étatique a maintenant encadré leurs rapports en termes raciaux en omettant toute donnée professionnelle sur les victimes de COVID-19 ou des données de la région de recensement qui fourniraient des inférences socio-économiques. Les inégalités raciales et le racisme systémique ont été mis en évidence à plusieurs reprises dans les médias. Et en fait, des villes comme Detroit, Chicago, Houston, Philadelphie et New York ont été dévastées par la pandémie. Mais leurs populations ne se composaient pas uniquement ou principalement de personnes de couleur. C’étaient des travailleurs de toutes races, ethnies et nuances de couleur de peau.

Dans le Michigan, par exemple, le nombre de morts le plus lourd était initialement à Detroit, et à un moment donné, il a été signalé que les résidents afro-américains de cette ville étaient trois fois plus susceptibles de connaître quelqu’un qui est mort de COVID-19 que les résidents de l’État, qui sont principalement blancs. Mais ces disparités se sont atténuées à mesure que la pandémie a pénétré dans les zones rurales et les petites villes. Les Blancs représentent maintenant plus de la moitié des cas de COVID-19 dans le Michigan, et le comté avec le plus grand nombre d’infections est le comté d’Oakland, comprenant les banlieues nord et nord-ouest de Detroit, pas le comté de Wayne, qui inclut la ville et ses banlieues occidentales et sud-ouest.

Des recherches plus récentes et consciencieuses sont revenues à la description du rôle de la pauvreté et de son association avec la gravité de COVID-19.

Nicholas Papageorge et coll. ont montré que les personnes ayant un revenu inférieur, des arrangements de travail moins souples et un manque d’espace extérieur à la maison sont moins susceptibles de respecter la distance sociale : « Dans l’ensemble, nos résultats concordent avec les relations typiques entre la santé et le statut socioéconomique. »

Mark Stabile et coll. ont souligné les maladies chroniques qui prédisposent à des résultats graves avec l’infection à COVID-19 se produisent plus fréquemment chez les personnes ayant le statut économique le plus faible. Ils écrivent, « il va de soi alors que si ceux qui ont des revenus plus faibles sont plus susceptibles d’avoir de multiples maladies chroniques et ceux qui ont plusieurs maladies chroniques sont plus susceptibles d’éprouver des réponses graves à COVID-19, puis les personnes à faible revenu vont être plus durement touchés par COVID-19, que tous les autres. Ajoutez à cela l’existence d’obstacles à l’accès aux tests et aux soins qui existent encore pour cause de revenu dans de nombreux endroits, et la contamination au COVID-19 si vous êtes à faible revenu sera plus grave sur votre santé, en moyenne.

Une étude menée par Caitlin Brown et Martin Ravallion a noté qu’ils ont constaté une plus grande part de la population des Noirs et des Hispaniques a été associée à des taux d’infection plus élevés au niveau du comté. Ils caractérisent en outre leurs conclusions : « Nous voyons l’effet combiné de l’incidence plus élevée de la pauvreté parmi ces groupes raciaux/ethniques et le fait qu’il y a une concentration de ces groupes parmi les « travailleurs essentiels » désignés dans les soins de santé, la préparation des aliments et d’autres services, qui sont plus exposés au virus par leur travail. » Ils ajoutent que les données socio-économiques ont tendance à avoir plus d’importance pour « les décès par le biais des taux d’infection, plutôt que indépendamment de ces derniers ».

L’élite dirigeante comprend que la pandémie frappe le plus durement les personnes les plus défavorisées par les relations capitalistes, quelle que soit la couleur de leur peau ou leur démographie raciale et ethnique. Les plus pauvres des centres urbains ont été confrontés à des décennies de difficultés dans tous les aspects de la vie en raison d’un travail physiquement exigeant, d’une mauvaise nutrition et d’infrastructures, d’un accès insuffisant aux soins de santé, ce qui a vu leur espérance de vie bien inférieure à celle des tranches de revenus plus élevées. Les Afro-Américains riches ou de la classe moyenne supérieure ne sont pas plus susceptibles d’être victimes de COVID-19 que les Blancs riches ou de la classe moyenne supérieure.

Conclusion : Paralysie internationale

Comme plus de 90 % de la population mondiale n’est toujours pas exposée ou immunisée contre le coronavirus, tous les organismes de santé internationaux ont noté qu’un vaccin efficace et sûr sera essentiel pour mettre fin à la pandémie. Cependant, un effort aussi massif pour fournir aux pays les plus pauvres un vaccin contre le SRAS-CoV-2 est semé d’obstacles.

L’Organisation mondiale de la Santé, en coalition avec GAVI et le CEPI, a mis en œuvre un ambitieux projet COVAX (COVID-19 Vaccines Global Access) pour coordonner le développement mondial de vaccins et la distribution juste et équitable d’un vaccin éventuellement homologué. L’objectif est d’avoir 2 milliards de doses à distribuer d’ici la fin de 2021 qui devraient suffire à vacciner 20 % des soignants de première ligne de chaque pays participant et les plus vulnérables.

Seuls les États-Unis et la Russie ont choisi de ne pas participer à l’effort ou de ne pas le soutenir. Mais beaucoup des pays les plus riches ont déjà conclu des accords avec les produits pharmaceutiques qui bloquent l’approvisionnement futur en vaccins dans le monde. Selon OXFAM International, « les pays riches représentant seulement 13 % de la population mondiale ont déjà accumulé plus de la moitié des doses promises de principaux candidats vaccinaux COVID-19 ». Dans le cas peu probable que les premiers candidats des essais de la phase trois réussissent tous, encore 61 % de la population mondiale (4,76 milliards de personnes) ne verra pas un vaccin avant au moins 2022.

Après avoir reçu des milliards d’argent des contribuables pour financer son entreprise, Moderna a déclaré sans ambages qu’elle avait l’intention de tirer profit de son vaccin, tout comme tous les autres fabricants pharmaceutiques impliqués dans la production et les essais de vaccins. Avec des prix par dose allant de 12 $ à 16 $ aux États-Unis et 35 $ pour les autres nations, les pays pauvres seront tout simplement confrontés à des vaccins hors prix.

Le projet COVAX a de la difficulté à réunir les millions nécessaires des pays donateurs et des groupes privés pour lancer le projet, sans parler de l’estimation de 5 milliards de dollars de plus d’ici la fin de l’année prochaine pour financer l’initiative. Bien que l’UE ait versé 469 millions de dollars dérisoires à l’appui de cet effort, elle a signé son propre accord pour obtenir plus d’un milliard de doses.

Compte tenu des billions de dollars de mesures de relance que les gouvernements ont signés sur les marchés, il n’y a aucun intérêt à financer un tel projet. La fortune de 200 milliards de dollars de Jeff Bezos resterait pratiquement intacte s’il fournissait à lui seul tout le financement. Cependant, il a peu d’inclination à faire plus que de capitaliser sur les possibilités que la pandémie lui a offertes alors que le virus a infecté près de 20 000 de ses employés.

La pandémie a intensifié les progrès rapides de la décadence du capitalisme. Ses agences internationales auxiliaires sont devenues impuissantes. Elles sont devenues des coquilles vides fournissant des évaluations et des analyses rhétoriques sans posséder ou avoir accès aux moyens financiers de mettre en œuvre la logistique nécessaire pour leurs programmes. Autrement dit, ces développements mondiaux agissent comme une mesure diagnostique de l’agonie de la mort de l’ordre international qui a été dans un état continu de crise et de déclin depuis près d’un demi-siècle.

Cette analyse est évidente dans un récent rapport publié par le Global Preparedness Monitoring Board. Ils écrivent : « Elle [la pandémie] a exploité et exacerbé les fissures au sein des sociétés et entre les nations. Elle a exploité les inégalités, nous rappelant sans équivoque qu’il n’y a pas de sécurité sanitaire sans sécurité sociale. COVID-19 a profité d’un monde en désordre.

En outre, selon la Banque mondiale, la pandémie et la catastrophe économique qu’elle a provoquée jetteront jusqu’à 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté, définie comme « sous-traitant avec moins de 1,90 dollar par jour (aux prix de 2011). » Beaucoup de ces nouveaux démunis seront en Asie du Sud. Les Nations Unies prévoient que 490 millions de pays dans 70 pays perdront l’accès à l’eau potable, à l’électricité, à la nutrition et aux écoles. La crise alimentaire imminente et la faim devraient avoir un impact supplémentaire de 130 millions.

Ces indices économiques cachent l’ampleur réelle de la douleur et de la souffrance auxquelles des millions et des millions de personnes ont déjà été confrontées. Ces conditions continueront de se détériorer par toutes les indications, alimentant encore l’antagonisme de classe qui se développe à pas de géant. Des conflits régionaux éclateront pour faire monter des pressions sociales critiques, motivées par l’augmentation des dettes à l’extérieur selon des lignes nationalistes.

L’Europe et les États-Unis se sont révélés incapables de répondre aux besoins de la planète ni de faire face à cette pandémie de manière raisonnable.

La politique d’immunité du troupeau équivaut à l’euthanasie sociale, une attaque frontale contre la classe ouvrière, dans ce qui équivaut à une guerre civile mondiale. Pourtant, les moyens d’arrêter le coronavirus et de subvenir aux besoins de la population de la planète sont dans les limites des capacités des sciences et de la technologie de la santé modernes. Un million sont morts. Combien de millions d’autres seront ajoutés à cette statistique sinistre? Cela dépend de l’intervention indépendante de la classe ouvrière internationale.

Publié à https://www.wsws.org/en/articles/2020/10/10/mill-o10.html

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments