Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

FRÉDÉRIC BOCCARA: “NOUS PROPOSONS D’EN FINIR AVEC LE PRINCIPE MÊME DU CHÔMAGE ET DE LA PRÉCARITÉ”

SOCIAL-ECO

J’ai toujours pensé qu’il faudrait une révolution, un parti révolutionnaire, une avant-garde décidée à mettre en oeuvre la dictature du prolétariat pour que les propositions réellement novatrices de Paul Boccara concernant les nouveaux critères de gestion prennent tous leur sens. Mais déjà cette reflexion se situe bien dans la réorganisation du PCF dans les couches populaires, la jeunesse et l’entrprise, lieu d’exploitation mais aussi d’innovation. Un des principaux enjeux de la période. Je continue à penser de même à savoir reprendre pied refuser l’effacement, mais réfléchir à la finalité du socialisme à la française, il est clair que la situation s’accélérant beaucoup de choses devraient pouvoir aller ensemble dans la prise en compte mieux assumé d’un contexte international en plein bouleversement (note de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

 Rédaction

La crise économique atteint pleinement les jeunes: contrats précaires non renouvelés, promesses d’embauche annulées, nouveaux entrants sur le marché de l’emploi pas embauchés… Le Mouvement des jeunes communistes et le Parti communiste revendiquent “zéro jeune au chômage” et se mobilisent les 9 et 10 octobre pour porter des propositions. Avant-Garde a rencontré Frédéric Boccara, économiste, membre du comité exécutif national du PCF et membre du CESE (conseil économique, social et environnemental) qui a présenté un rapport politique sur l’emploi au Conseil national de rentrée du PCF. 

Pourquoi les jeunes sont-ils plus confrontés aux contrats précaires que leurs aînés ? En quoi cela les fragilise face à la montée du chômage ? 

Les jeunes sont très largement confrontés aux contrats précaires, à l’intérim, à des stages mal rémunérés. On les traite comme une variable d’ajustement pour facilement baisser la masse salariale au service des profits. Car l’énorme masse de capitaux financiers accumulée, et qui gonfle sans cesse, demande à prélever toujours plus de profits pour tenir son rendement.

Aujourd’hui ce sont les jeunes, demain une autre catégorie. D’ailleurs, à l’autre bout de la pyramide des âges, les séniors sont eux plutôt mis totalement à l’écart de l’emploi. Et les plans de licenciements massifs en cours vont commencer à largement toucher les plus âgés. Ainsi, le patronat et le gouvernement opposent tout le monde à tout le monde pour faire pression sur chacune et chacun. Ils cherchent à satisfaire le grand capital.

Concernant les jeunes, le grand patronat et les employeurs tirent parti de leur aspiration à entrer, coûte que coûte, sur le marché du travail. Ils tirent parti de leurs compétences acquises récentes, de leur adaptabilité. Ils utilisent même le fait que leurs familles vont les soutenir (ce qui est un honteux pari sur leur maintien dans une certaine dépendance). A chacun.e son avantage vu du côté du patronat, à chacun.e sa précarité, c’est le « marché » du travail. 

Mais cela ne réussit pas. Lorsque l’on précarise, qu’on écrase les travailleurs, jeunes ou moins jeunes, c’est toute l’efficacité économique qui en est affectée. Sans compter que toute la société souffre.

C’est le cas dans l’industrie ou les services, soit on développe des travaux répétitifs et harassants, soit le contrat est déjà terminé avant d’avoir le temps de s’intégrer à un collectif et d’en connaître les exigences et procédures, de l’ouvrier.e à l’ingénieur.e, en passant par les chercheur.se.s et les employé.e.s .Ceci alors qu’il faut, en outre, mobiliser les compétences et la créativité pour inventer des modèles de production nouveaux,  écologiques. C’est tout autant le cas dans les services publics : à l’hôpital les soins ne sont pas dispensés correctement car on manque terriblement de personnel, à la SNCF la maintenance des trains et voies est en grande carence, et dans l’éducation on manque d’enseignants à tous les niveaux, de la maternelle à l’université. On pourrait multiplier les exemples. 

Pourtant, avec la révolution technologique informationnelle, les personnes, leur créativité et leur qualification deviennent décisives. 

Dans ces conditions, l’efficacité est contrecarrée et même les coûts explosent ! Notamment le coût du capital – c’est-à-dire les prélèvements que le capital effectue sur la production au détriment des salaires et des dépenses de développement, du financement des services publics etc. 

Avec la création de 100 000 stages de services civiques et une prime à l’embauche pour les entreprises à partir de la signature d’un CDD de trois mois, le plan du gouvernement semble soutenir la création de contrats précaires et sous-payés pour les jeunes ? Quelles conséquences sur l’emploi ? Quel est le sens de ce plan ?

Sous prétexte de promouvoir l’emploi des jeunes, il renforce la logique dominante actuelle, avec les cercles vicieux de la précarité, des difficultés pour les jeunes et de l’inefficacité économique, mais aussi écologique et sociale ! C’est la domination du capital et le monopole patronal sur les décisions.

D’ailleurs le Premier ministre, J. Castex, ne prévoit lui-même que 160.000 emplois créés (d’ici fin 2021 !) pour tous les dispositifs de son plan (y compris ceux qui ne concernent pas les jeunes), alors que 650.000 emplois ont déjà été détruits durant le confinement et que l’Insee prévoit près d’un million de suppressions d’ici la fin de l’année.

Le plan Castex, ce sont des mots sur les jeunes, l’écologie, des soupirs sur la « sécurisation » et presque tous les 100 milliards pour le capital !

On pourrait au contraire baisser le coût du capital – dividendes et coût des investissements et emprunts – pour les entreprises qui embauchent en contrat stable, de type CDI, et développent l’emploi comme les salaires. C’est-à-dire mettre de tout autres conditions aux entreprises que la précarité ! Cela favoriserait une tout autre efficacité, ainsi qu’une insertion dans les collectifs de travail. Cela soutiendrait aussi la consommation et l’accès des jeunes à un niveau de vie plus décent (logement, alimentation, culture, vacances, …). 

Il faut de nouveaux contrats à la fois sécurisés complétés d’un volet de temps de formation important. Mais aussi, et même surtout, mettre la pression sur les entreprises ! L’Etat et les institutions devraient changer la logique actuelle des entreprises, des banques et de l’utilisation de l’argent au lieu de la conforter. Donner des pouvoirs aux jeunes et à tous les citoyens pour contrer la domination du capital sur les entreprises. C’est cela notre conception de la politique, c’est en ce sens que le PCF veut agir et appelle tous les partis de gauche à agir en ce sens.

Des milliards existent et sont mis sur la table, non seulement par l’Etat et son budget, qui en outre implique les Régions dans cette dépense, mais aussi par les banques, ainsi que par la Banque centrale européenne (BCE), institution publique, qui a accru son bilan de près de 1.800 Md€ ! 

Pour cela, nous exigeons de nouvelles institutions démocratiques : des Conférences permanentes pour l’emploi la formation et la transformation écologique des productions, avec tous les acteurs économiques et sociaux, les représentants des travailleurs, des représentants de la jeunesse, des associations, les élus, les services publics et l’Etat. Dans celles-ci sur la base des besoins des territoires, les entreprises et les employeurs publics prendraient des engagements de créations d’emploi, de formation et de production, les banques prendraient des engagements de financement, et les citoyens, appuyés par les services publics suivraient ces engagements, avec des possibilités d’incitation, par la Banque publique d’investissement, et de pénalisation selon le respect des engagements d’emploi de qualité et de production écologique. Nous pensons notamment que les entreprises devraient embaucher au moins 10% de jeunes.

Les jeunes ont également besoin de se former. La situation des étudiants se détériore, quelles sont les propositions pour se former dans de bonnes conditions et entrer derrière dans un emploi stable et sécurisé ?

Nos propositions s’appuient sur quatre éléments  :

Des moyens très accrus pour le service public de l’éducation, l’enseignement et la recherche (primaire, secondaire, supérieur), avec des recrutements massifs 

Des engagements de création d’emploi et d’embauches de jeunes par les entreprises

Un revenu de formation sécurisé pour les étudiants en formation initiale

Des contrats de type « CDI plus », c’est-à-dire des CDI sécurisés avec un temps de formation significatif, rémunéré et obligatoire pour l’employeur, débouchant sur un diplôme

À ce sujet, que penses-tu de l’idée de pré-recrutement de jeunes dans les entreprises publiques et la fonction publique, avec une formation rémunérée, par exemple dans l’éducation, la santé ou encore les transports ?

C’est une très bonne chose. Il faut réactiver cette idée, et l’adapter aux conditions d’aujourd’hui. En quoi cela consiste-t-il ? Il s’agit de recruter les jeunes qui reçoivent alors un présalaire durant leur formation : pour les métiers requérant un diplôme spécifique pour leur exercice (infirmière, enseignant, etc.), ils sont recrutés par concours reçoivent un présalaire durant leur formation, sanctionnée par un diplôme, pour les autres métiers, on envisagerait des recrutements immédiats, avec un présalaire et formation en alternance sanctionnée par un diplôme et des possibilités d’évolution. Enfin, compte-tenu de l’extrême besoin de personnels dans l’enseignement et la santé, on pourrait envisager que les élèves commenceraient dès à présent à effectuer des travaux dans les établissements, dans des conditions à examiner et à suivre avec leurs représentants et ceux des salariés.

Si l’on calcule que sur les liquidités de la BCE plus de 300 Md € devraient revenir au financement des dépenses publiques de la France, même une fois retiré le financement des dépenses de chômage partiel, il y a de la marge pour embaucher largement : cela représente plus de 7 fois le budget de l’enseignement primaire et secondaire. En outre les salaires de ces embauches alimenteraient tout de suite les caisses de retraites et de sécurité sociale…

Plus généralement, comment mettre fin au chômage et aux suppressions d’emplois dans notre pays ?

Nous proposons d’en sortir, d’en finir avec le principe même du chômage et de la précarité, armée de réserve qui contribue à tirer à la baisse les conditions de travail et de salaire. Il s’agirait d’aller progressivement, vers un système radicalement nouveau, un système de « Sécurité d’emploi et de formation ». Chacun.e et chacun aurait droit à un emploi sécurisé bien rémunéré ou à une formation avec un revenu, débouchant sur un emploi, dans une mobilité de progrès, librement maîtrisée. Cela exige d’affronter la logique du capital et de changer la gestion des entreprises. Mais l’enjeu en vaut la chandelle, ce n’est pas seulement l’emploi et tout son cortège de sécurisation de vie, mais c’est aussi de pouvoir décider ce qu’on produit, comment, et dans quelles conditions. Et on peut commencer dès à présent.

Le système sous-jacent : le salaire est payé par l’employeur, le revenu autre (comme l’allocation de formation) est payé sur des cotisations sociales mutualisées. Un Fonds spécifique permet aux travailleurs et habitants de conditionner l’utilisation de l’argent des entreprises (profits), des banques (crédit) et l’argent public afin que les investissements matériels et de recherche soient créateurs d’emploi et de formation. Ces investissements porteurs d’emploi sont nécessaires pour permettre de créer efficacement les richesses (salaires, cotisations sociales, etc.) qui vont financer le système, et donc conforter les emplois créés, les services publics, développer le temps libre et de formation.

Cette idée, d’une sécurité d’emploi et de formation pousse de l’intérieur du système tout en étant refoulée et contrecarrée par le capital, les idées dominantes et les institutions. Ainsi, le gouvernement et E. Macron ont-ils insisté sur la nécessaire sécurisation de l’emploi et préservation des compétences durant le confinement, par le chômage partiel. Mais ils ont maintenu le principe du chômage, ne se sont pas préoccupé de la situation des jeunes, et à la sortie donnent des milliards au patronat, soi-disant pour leurs entreprises et pour l’offre, mais qui vont aller aux profits ! Donc on reconnaît en paroles cette nécessité, mais tout en mettant des milliards, on ne le fait pas, on procède même à l’envers, en marchant sur la tête.

Ce régime est à bout. Cette logique aussi. Comme l’était l’Ancien Régime de Louis XVI incapable de réformes de fond, engageant cependant sans cesse des réformes. Il faut vraiment changer de logique !

Pourquoi ? Parce c’est l’aspiration de la jeunesse, et parce que la précarité, cela ne marche pas, cela enfonce tout la jeunesse et le pays dans la crise.

Aspiration ? La jeunesse, je crois, aspire à un travail épanouissant, émancipateur et porteur de sens, qui permet à la fois de vivre mais aussi à une liberté par rapport au travail et à la sujétion salariale, pour se développer hors du travail, avec une réduction importante du temps de travail.

Enfoncement dans la crise ? Oui, la précarité ne permet ni de vivre, ni d’avoir une production au niveau exigé pour que le pays relève les défis radicaux de transformation écologique et sociale efficace et réussie. 

Les milliards sont sur la table, mais confiés au patronat, avec les pauvres conditions que le gouvernement y met, ils vont aller aux profits, à l’accumulation et la spéculation, aux délocalisations, très peu à l’investissement et encore moins à l’emploi.

L’urgence, pour le pays, c’est de prendre en compte ce que disent les communistes : l’emploi et la formation des jeunes et des moins jeunes d’abord, appuyés par des investissements sur la base de projets précis, chiffrés, et suivis par des institutions nouvelles dotées de pouvoirs démocratiques sur les entreprises et les services publics.

Pourquoi ne pas préfigurer cela avec des comités d’action dans les lycées, les facs ou les territoires exigeant l’embauche, la pré-embauche, de jeunes pour répondre aux besoins des lycéens, des étudiants, mais aussi aux besoins de santé ? Ils pourraient interpeller le Medef et les pouvoirs publics.

Les autres formations de gauche devrait en prendre de la graine et oser !

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments