Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Une révolution de couleur, mode d’emploi, après la Bielorussie la Kirghizie

Dans la situation d’incertitude, voire de chaos dans laquelle s’enfoncent les Etats-Unis, avec y compris la maladie du président, et les incertitudes sur l’issue d’une campagne électorale chaotique peut-être y a-t-il de l’insensibilité à ne parler des Etats-Unis que pour montrer ce dont ils sont capables, si ce n’est que la presse américaine s’acharne sur le président d’une manière qui montre où en est cette société. Si ce n’est surtout que Mike Pompeo, dont les ambitions présidentielles sont évidentes, continue à agir pour tenter de créer en Europe et en Asie une digue anti-chinoise en bloquant partout les contacts commerciaux et culturels avec la Chine, et de même partout sans relâche les Etats-Unis, directement ou indirectement provoquent des révolutions de couleur sous couvert de donner des leçons de démocratie qui se terminent sur des guerres civiles et des drames.

Une «révolution de couleur» fait référence à un type spécifique d’attaque coordonnée que le gouvernement des États-Unis est connu pour déployer contre des régimes étrangers, notamment en Europe de l’Est jugés «autoritaires» et hostiles aux intérêts américains. Plutôt que d’utiliser une intervention militaire directe pour effectuer un changement de régime comme en Irak, les révolutions de couleur attaquent un régime étranger en contestant sa légitimité électorale, en organisant des manifestations de masse et des actes de désobéissance civile et en tirant parti des contacts médiatiques pour assurer une couverture favorable à leur programme dans la presse occidentale.


la Fondation Open Society de George Soros décrit ainsi les manifestations d’Euromaidan:

Fin novembre 2013, les Ukrainiens sont descendus dans la rue pour protester pacifiquement après que le président de l’époque, Viktor Ianoukovitch, ait choisi de ne pas signer un accord qui aurait intégré le pays plus étroitement à l’Union européenne …

La Fondation internationale de la Renaissance fait partie de l’Open Society. Un groupe de fondations, qui soutient la société civile ukrainienne depuis 1990. Depuis 25 ans, l’International Renaissance Foundation travaille avec des organisations de la société civile défendant les droits de l’homme et la justice, luttant contre la corruption, soutenant les minorités ukrainiennes, y compris les Tatars et les Roms, poursuivant la réforme de la santé et de l’éducation, et aidant à faciliter l’intégration européenne de l’Ukraine.

La Fondation internationale pour la renaissance a joué un rôle important en soutenant la société civile pendant les manifestations d’Euromaidan. La fondation a veillé à ce qu’une aide juridique soit mise à la disposition des militants civiques, des manifestants et des journalistes tout au long de la crise; elle a fourni des soins médicaux aux victimes de violence; a permis la solidarité et l’organisation de la société civile; elle a soutenu des chaînes comme Hromadske TV dans des reportages indépendants en direct sur les événements sur le Maidan; et des cas documentés de torture, de passages à tabac et d’abus commis par la police et les tribunaux. [Fondation Open Society]

Cette description de l’Euromaidan Color Revolution par Steven Pifer, chercheur du Brookings Institute, mérite d’être soulignée:
Le 21 février a marqué le sixième anniversaire de la fin de la révolution de Maidan en Ukraine. Trois mois de manifestations largement pacifiques se sont soldés par un spasme de violence meurtrière. Le président Victor Ianoukovitch a fui Kiev et plus tard l’Ukraine, ce qui a incité la Rada (le parlement ukrainien) à nommer des dirigeants par intérim en attendant des élections anticipées. [Brookings Institute]

APRES LA BIELORUSSIE, DEMAIN LE KIRGHIZISTAN

Demain le 4 octobre, il doit y avoir des élections législatives au Kirghizistan, ce sont les 7èmes depuis l’indépendance. Il n’y a qu’une chambre intitulée Le Conseil suprême, ces élections sont importantes parce que la Kirghizie est une république parlementaire. La vie politique est très animée, il y a eu en 2005 la révolution des Tulipes à partir de laquelle a été enclenché un processus constitutionnel parlementaire. Mais une sorte de tradition a été créée celle de nombreuses manifestations encadrant les scrutins mais aussi les nominations de hauts fonctionnaires. Ce qui prouve un incontestables dynamisme de la société civile.

Mais à partir des événements en Biélorussie et de la pression exercée par les Etats-Unis, mais aussi la Turquie aux frontières russes si l’on considère également que la République Kirghize a une frontière commune avec la Chine, que la question de la base américaine proche y est devenu sensible, les observateurs notent une activité accrue envers l’opposition des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne visant à saper les relations avec la Russie. Le Kirghistan et la Russie ont traditionnellement des coopérations multiples.

Cette intervention US n’est pas une nouveauté. On pourrait dire que depuis 30 ans les Etats-Unis ont beaucoup investi dans l’Asie Centrale s’ils n’avaient pas manifesté une pingrerie dans des coopérations États-Unis Khirghizie et laissé à Freedom House (organisation basée aux Etats-Unis) ainsi que de nombreuses autres ONG le soin de distribuer des subsides en les assortissant d’une active propagande contre la Russie et la Chine à travers le portail d’information Caravansérail (contrôlé par l’armée américaine).

Aujourd’hui, il est assez facile de trouver des exemples concrets de l’Occident interférant dans la politique intérieure du Kirghizistan en ligne. Par exemple, gezitter.org a signalé que le National Endowment for Democracy (fondé au Capitole et considéré comme indésirable en Russie) avait fourni un soutien financier aux groupes d’opposition au Kirghizistan. dans un récent article Vladimir Danilov émet les analyse suivantes:
https://journal-neo.org/2020/10/01/west-hopes-to-play-its-belarusian-card-in-kyrgyzstan/
“Selon les médias kirghizes, les diplomates américains ont récemment commencé activement à poursuivre des objectifs similaires, c’est-à-dire d’influencer le climat intérieur au Kirghizistan. Ils ont essayé de profiter de l’évolution de la situation politique dans le pays en vue de rouvrir une installation militaire américaine, qui a été fermée plus tôt pour des raisons politiques. Dans ces objectifs, la secrétaire adjointe par intérim des États-Unis pour l’Asie du Sud et centrale, Alice Wells, s’est rendue en Asie centrale en janvier.

Néanmoins, il est important de souligner que toutes les tentatives faites par les États-Unis au cours des cinq dernières années pour réaffirmer leur influence au Kirghizistan n’ont pas été très fructueuses malgré tous les efforts déployés par les diplomates américains. Même le renforcement actif de la coopération avec le Tadjikistan (contre le Kirghizistan) n’a pas aidé Washington jusqu’à présent. En effet, toute flambée à la frontière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan (c’est-à-dire l’un des moyens existants d’escalade des tensions sur le paysage politique kirghize et parmi sa population) est un coup porté au gouvernement kirghize, que le public a de plus en plus souvent accusé d’être inefficace.

Les ONG étrangères, financées par le gouvernement américain et un certain nombre d’autres pays occidentaux, souhaitent relancer de vieux conflits non résolus afin de déstabiliser la situation déjà turbulente au Kirghizistan née des campagnes électorales. La rivalité politique actuelle s’accompagne d’efforts visant à déstabiliser la situation en dehors du Kirghizistan. Par exemple, on pense que les acteurs extérieurs continuent d’inciter à des conflits le long des frontières kirghize–Tadjikistan et Kirghizistan–Kazakhstan. Ces efforts se poursuivent depuis un certain temps, en fait, ces « agents étrangers » ont payé pour établir des réseaux de collecte d’informations dans la région et pour former de jeunes militants sur place.

Notamment, une enquête menée par l’Institut républicain international en août (une organisation non partisane à but non lucratif qui collabore avec le département d’État américain et l’USAID) a montré que de nombreux répondants auraient déclaré qu’ils voteraient « contre tous » si l’élection avait lieu à ce moment-là. La communication de ces données a pour même but que la promotion du vote « contre tous », c’est-à-dire clairement d’encourager la population kirghize à considérer le gouvernement au pouvoir comme totalement inutile.

En plus de l’ingérence des États-Unis, ces derniers mois, l’ambassade britannique est devenue de plus en plus active dans le paysage politique kirghize en essayant d’exercer son influence sur ces processus et en s’immisçant ouvertement avec eux. Par exemple, avant les prochaines élections législatives, Charles Garrett, ambassadeur de Sa Majesté auprès de la République kirghize, a tenté d’unir toutes les forces d’opposition contre l’actuel gouvernement kirghize. Plus tôt, alors que la majorité des habitants étaient occupés à combattre la pandémie de coronavirus en suivant les mesures recommandées, le diplomate britannique a choisi de ne pas isoler et plutôt trier sur le volet des manifestants appropriés. D’avril à août de cette année, Charles Garrett a tenu une série de négociations et de réunions secrètes avec le chef du parti Ata Meken, Omurbek Tekebayev; le chef de la fondation « rogrè », Adil Turdukulov, et les partisans des anciens présidents du Kirghizistan Almazbek Atambayev et Roza Otunbayeva. Le diplomate de haut rang a demandé aux personnes susmentionnées de discréditer et de compromettre la réputation des candidats du gouvernement actuel au Parlement au cours des discussions.

À l’initiative de Charles Garrett, trois millions de dollars ont été alloués aux forces d’opposition au Kirghizistan au nom du Fonds pour les conflits, la stabilité et la sécurité (supervisé par le Conseil de sécurité nationale du Royaume-Uni) et des Fondations de l’Open Society (OSF, une organisation philanthropique).

L’opposition au Kirghizistan est actuellement fragmentée, certains membres ayant des opinions pro-occidentales. Par conséquent, il est peu probable qu’un de ces partis soit en mesure de remporter 7 % du décompte national pour obtenir des sièges au Parlement. Dans un tel climat, des médias kirghizes ont fait état d’un plan (conçu par l’opposition à la demande de leurs marionnettistes occidentaux) pour contester les résultats des élections en raison de leur falsification. Après le 4 octobre, ces groupes pourraient également faire appel aux nations occidentales imitant ce qui s’est passé en Biélorussie.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments