Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La communauté du renseignement américain n’est pas préparée à la menace chinoise

Un réalignement fondamental est nécessaire pour contrer Pékin selon ce représentant démocrate à la commission des renseignements de la chambre des représentants. Elu d’Hollywood ce n’est pas un faucon. Sa prise de position prouve à quel point l’hostilité des USA face à la Chine est durable quel que soit le président. Mieux ou pire, il y aura continuité en matière de politique étrangère et peut-être même aggravation. Ce texte témoigne de la manière dont les USA se construisent un ennemi, un dictateur face auquel les Etats-Unis sont les héros de la démocratie. Un retournement total de perspective où l’agresseur devient la victime.. Ils manquent d’imagination, ils se la rejouent lutte de la démocratie contre le totalitarisme, on massacre, on torture au Chili pour promouvoir le néo-libéralisme, la destruction des services publics, les “plans d’ajustement structurel, un pillage avec asphyxie, étranglement et dans la foulée on invente le dissident en Union soviétique, on pille, on détruit des pays entiers en parlant d’armes de destruction massive, d’attaque chimique en Syrie et la méditerranée devient un cercueil, on restaure le nazisme en Ukraine, toujours au nom de la démocratie, les oligarques s’en mettent plein la lampe et le peuple crève de faim, on intente un procès à Assange, on prévoit de l’enfermer vivant pour avoir dénoncé leurs guerres…et on trouve des juges chez les vassaux pour cette sale besogne etc.. Trump est un clown tragique, Biden qui en est un autre , invente que Hitler et Fidel Castro même combat, le petit Cuba serait une terrible menace qui exige que l’on étrangle un peuple, femme, enfants, vieillards, et il y a des gens, des incorrigibles chez qui ce discours marche, par xénophobie, pour recevoir les miettes habituelles du pillage? Mais la bonne nouvelle c’est qu’ils ont la trouille… (note et traduction de danielle Bleitrach)

Par Adam Schiff(1)

Le 30 septembre 2020

Lever le drapeau chinois à Pékin, août 2008Jerry Lampen / Reuters

https://www.foreignaffairs.com/user/login?destination=/articles/united-states/2020-09-30/us-intelligence-community-not-prepared-china-threat

Nous assistons à la résurgence de l’autoritarisme à travers le monde, et cela pose un défi croissant à l’idée même de démocratie libérale. La Chine, avec sa puissance économique, militaire et diplomatique croissante, est à l’avant-garde de ce défi néo-autoritaire. Pékin cherche à construire un monde dans lequel ses ambitions sont incontestées et les libertés individuelles cèdent la place aux besoins de l’État. Les États-Unis doivent relever ce défi et cette tâche commence par la compréhension des intentions et des capacités de la Chine.

Le Comité du renseignement de la Chambre a passé les deux dernières années à examiner si l’appareil de renseignement de notre pays est correctement concentré, positionné et doté de ressources pour faire face aux nombreuses dimensions de la menace chinoise et se prépare à conseiller les décideurs sur la façon de réagir. Nous avons mené des centaines d’heures d’entrevues, visité des installations gérées par plus d’une douzaine d’agences de renseignement et examiné des milliers d’évaluations analytiques afin de produire un rapport classifié avec un résumé public et des recommandations.

Ce que nous avons trouvé était troublant. Les agences de renseignement de notre pays ne sont pas prêtes, et loin de l’être. En l’absence d’un réalignement significatif des ressources et de l’organisation, les États-Unis seront mal préparés à concurrencer la Chine sur la scène mondiale pour les décennies à venir

RAJEUNISSEMENT AMBITIEUX

L’ascension de la Chine en tant que puissance mondiale est venue étonnamment rapidement, et ses ambitions se sont développées encore plus rapidement. Les dirigeants du Parti communiste chinois croient qu’ils doivent repositionner la Chine à sa place légitime en tant qu’« empire du Milieu » en réalisant ce que la direction du PCC qualifie le rajeunissement de la nation chinoise. Le président chinois Xi Jinping a inextricablement lié ce concept au développement d’une armée « de classe mondiale » capable de défendre les intérêts fondamentaux de la Chine, à la réalisation d’un « pays, deux systèmes » à Hong Kong et à Taiwan, et à l’élimination d’une « gouvernance laxiste et faible » au sein même du PCC. En plus des aspects intérieurs de son rajeunissement autoproclamé, Pékin se considère de plus en plus comme une puissance prééminente qui peut donner des ordres à ses voisins pour réaliser ses ambitions mondiales. À cette fin, Pékin a mis en place un système élaboré de contrôle intérieur pour maintenir le pouvoir et contrôler l’information comme ils le font. Ce modèle de totalitarisme axé sur la technologie est également devenu une exportation chinoise croissante, permettant à d’autres autocrates potentiels de suivre l’exemple chinois.

Les États-Unis sont mal préparés à concurrencer la Chine sur la scène mondiale pour les décennies à venir.

Le degré inquiétant auquel le gouvernement chinois a développé un modèle de répression intérieure est le plus évident dans la région occidentale du Xinjiang, où la population ouïghoure vit dans un vaste panoptique de surveillance constante et a peu de contacts avec le monde extérieur. Non content d’exercer son seul contrôle, Pékin a également cherché à détruire la religion, la culture et la société ouïghoures et a érigé des camps de concentration qui détiennent des millions d’Ouïghours dans les pires violations des droits de l’homme du XXIe siècle.

La Chine elle-même considère la concurrence avec les États-Unis se déroulant en termes idéologiques et à somme nulle. Il a cherché à moderniser l’Armée populaire de libération et à développer une doctrine pour de nouveaux domaines, tels que l’espace et le cyber, qui redéfiniraient les conceptions existantes de la façon dont une guerre du XXIe siècle se déroulerait, en étendant le champ de bataille à notre discours politique, aux appareils mobiles et à l’infrastructure même sur laquelle reposent les communications numériques modernes et les communautés. Dans cette optique, nous avons également vu que la Chine a cherché à déformer la dure réalité de la pandémie de coronavirus, empêchant le monde d’avoir les premiers renseignement et poussant la désinformation jusqu’à blâmer n’importe qui d’autre que lui-même pour le commencement et la propagation rapide du virus.

UN RÉALIGNEMENT NÉCESSAIRE 

Pour que les États-Unis anticipent et réagissent efficacement, nous aurons besoin de l’expertise de nos agences de renseignement. Mais comme notre examen l’a constaté, l’attention et l’expertise de la communauté du renseignement sur la Chine font défaut. Après le 11 septembre, les États-Unis et leurs services de renseignement se sont rapidement réorientés vers une mission antiterroriste visant à protéger la patrie. Bien que ces mesures aient été à la fois nécessaires et largement couronnées de succès, nos capacités et nos ressources consacrées à d’autres missions prioritaires, comme la Chine, ont diminué. Dans l’intervalle, la Chine s’est transformée en une nation potentiellement capable de supplanter les États-Unis en tant que première puissance dans le monde. Parallèlement à cette transformation, le contrôle croissant de Pékin sur l’environnement de l’information intérieure et son processus décisionnel opaque ont continué de prétendre bloquer les dirigeants américains qui cherchent à développer une politique saine et percutante envers la Chine.

À l’avenir, si nous ne parvenons pas à prédire et à caractériser avec précision l’intention de Pékin, nous continuerons à lutter pour comprendre comment et pourquoi les dirigeants du PCC prennent des décisions et ne répondent pas efficacement. La bonne nouvelle, c’est que nous avons encore le temps de changer de cap.

Tout d’abord, nos agences de renseignement doivent réaligner de manière significative les ressources et le personnel pour relever le défi que pose la Chine, rapidement et dans presque toutes les agences. La Chine ne peut pas être considérée uniquement sous un angle propre à l’Asie, mais doit plutôt être intégrée dans l’ensemble de l’entreprise de renseignement et de ses missions fonctionnelles. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de notre capacité à fournir des analyses et des avertissements sur les menaces « douces » telles que les pandémies, le changement climatique et les tendances économiques, dont l’expérience récente a montré qu’elles peuvent avoir d’immenses conséquences pour la sécurité nationale. Comme la communauté du renseignement donne la priorité aux questions analytiques liées à la Chine, elle doit se concentrer sur les domaines de concurrence qui permettront aux États-Unis de réussir.

Deuxièmement, les agences de renseignement doivent mieux s’adapter à la quantité de données source open dont elles disposent sur les menaces et les concurrents mondiaux et obtenir rapidement les renseignements qui en résultent pour les décideurs. Compte tenu du rythme croissant des événements mondiaux, en partie grâce aux médias sociaux et aux communications mobiles, nous devons nous adapter et nous moderniser rapidement. Cela signifie utiliser correctement l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour analyser les données afin de trouver ce dont nous avons besoin pour prendre des décisions rapidement. Une organisation externe devrait être chargée de mener une étude sur la poursuite de la mission de renseignement open source par la communauté du renseignement et de formuler des recommandations officielles pour rationaliser et renforcer sa gouvernance et ses capacités. De même, la communauté du renseignement devrait donner la priorité au transfert des initiatives de démarrage réussies au maintien à long terme le plus tôt possible, en protégeant le financement dédié à l’innovation future dans la mesure du possible.  

Troisièmement, nous devons changer la façon dont nous percevons la menace de la Chine. Pékin présente non seulement une menace militaire, mais aussi des menaces économiques, technologiques, sanitaires et de contre-espionnage. Pour relever ces dimensions du défi, il faudra un réalignement important des types de personnes et des ensembles de compétences que nous recrutons, retenons, investissons et accordons des habilitations de sécurité, y compris en embauchant des analystes ayant des antécédents non traditionnels en technologie et en sciences. La communauté du renseignement devrait élargir sa pratique d’embauche d’experts techniques, tels que des professionnels de la santé formés, des économistes et des technologues, pour servir tout au long de son corps d’analyse. Il devrait également formaliser et élargir les programmes conçus pour embaucher et encadrer la prochaine génération d’analystes chinois. C’est aussi pourquoi nous devrions adopter l’une des meilleures leçons de notre mission antiterroriste et intégrer le soutien en temps réel du renseignement sur la Chine au sein de différentes agences, en particulier celles qui ne font pas partie du département de la Défense, comme au bureau du représentant américain au commerce, du département du Commerce et des agences de science et de santé, qui sont souvent en première ligne de cette nouvelle lutte multidimensionnelle.

Les États-Unis ne peuvent pas renoncer au leadership mondial.

La communauté du renseignement doit également continuer à donner la priorité au défi du contre-espionnage que pose la Chine. Au-delà de la menace connue émanant des services de renseignement chinois, il existe une série d’acteurs et d’opérations d’influence chinois, dont beaucoup sont financés et organisés par le département du travail du Front uni du PCC. Selon le rapport 2019 du ministère de la Défense sur la puissance militaire chinoise, les efforts d’influence chinois ont ciblé les institutions culturelles, les bureaux gouvernementaux d’État et municipaux, les organisations de médias, les établissements d’enseignement, les entreprises, les groupes de réflexion et les communautés politiques. Le gouvernement des États-Unis doit renforcer sa capacité de catégoriser, de perturber et de dissuader ces opérations d’influence chinoises qui se produisent sur le sol américain.  

Il est devenu trop clair que les États-Unis ne peuvent pas renoncer au leadership mondial, parce que si c’est le cas, la Chine sera heureuse d’entrer dans la brèche avec ses propres intentions malveillantes. Même si nous faisons face à la menace de la Chine, nous devons accroître considérablement notre propre engagement avec le reste du monde, y compris en défendant la démocratie et les droits de l’homme.

Pourtant, malgré tous les discours à Washington sur la nécessité d’être « dur avec la Chine », il y a eu peu d’action au sein de la communauté du renseignement des États-Unis, parce que l’action, contrairement aux discours, exige des choix difficiles au sujet du financement et des priorités. Mais ce ne sont pas des choix dont nous devrions nous éloigner. Nous devons les affronter avant qu’il ne soit trop tard pour agir, parce que si notre appareil de renseignement n’a pas les yeux rivés sur l’activité malveillante de Pékin dans le monde, ce n’est pas seulement notre sécurité nationale qui en souffrira, tout comme notre économie, notre sécurité sanitaire et notre avantage technologique. 

(1) Adam Schiff est originaire du Massachusetts. Il est diplômé de Stanford en 1982 et de la faculté de droit de Harvard en 1985 De 1987 à 1993, il est assistant du procureur des États-Unis. Il se présente à l’Assemblée de l’État de Californie en 1994, il obtient l’investiture démocrate mais perd l’élection. Il est élu au Sénat de l’État en 1996. En 2000, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis dans le 27e district de Californie, il rassemble 52,7 % de voix face au républicain sortant James Rogan (en). Depuis les élections 2012, il est réélu dans le 28e district avec plus de 75 % des voix. District qui correspond à Hollywood. En janvier 2019 Adam Schiff devient le président de la commission du renseignement de la Chambre, dont il était déjà un éminent membre depuis 2015.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

“Les États-Unis ne peuvent pas renoncer au leadership mondial.”

Renoncer d’eux-mêmes ils n’en sont pas capables , l’impérialisme est pour eux une aliénation. La période historique dans laquelle nous nous trouvons est celle d’une succession de renonciations de facto au cas par cas face à la coalition anti impérialiste qui existe sans être déclarée. Cela s’appelle le multilatéralisme .
Leur inquiétude va se traduire comme d’habitude par d’énormes budgets pour le renseignement, énormité qui n’est pas nécessairement synonyme de résultats brillants. Mais on le sait ils ne sont impressionnés que par le nombre de zéros suivant le premier chiffre.