Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les guerres menées par les États-Unis ont déplacé 37 millions de personnes. L’Amérique doit assumer ses responsabilités

Et elle ne les assumera pas. Il suffit de comparer le sort qui est réservé à Assange pour avoir osé dénoncer la guerre et celui de ceux qui osent être ses bourreaux, qui osent le juger sans jamais mettre en question leur crime à eux qui sont à une échelle telle que nul ne les inquiète. Ce cri d’un universitaire est très beau, très humain, mais il y a là encore trop d’illusions sur l’aspect réformable de l’occident, donc une impuissance et une reddition. Ces crimes ont été accomplis par les républicains comme par les démocrates, par la droite comme par la gauche, Biden poursuivra l’affaire. Ces sociétés sont pourries et ne peuvent rien engendrer de bon ni pour leur peuple, ni pour les autres. Quand on a perçu cela si on en a le courage, il ne reste plus qu’à se battre comme les Cubains. Et cracher à la gueule de tous les complices et parmi eux j’ose dénoncer une partie de la direction du PCF qui n’a cessé d’appuyer les actions de l’empire depuis Robert Hue. C’est là la seule question qui mérite d’être posée à ceux qui prétendent encore diriger le secteur international du PCF: dans quel camp êtes vous? De quels crimes êtes-vous encore les complices en osant proclamer les droits de l’homme de ces gens-là? Quel Assange et quel Vltchek avez vous cloué au pilori par vos silences? Et cet article est extrait du Guardian qui n’est pas à proprement parler un journal révolutionnaire (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société).

David Vine

Depuis la guerre contre le terrorisme, les États-Unis ont contribué à déplacer environ 37 millions de personnes, selon de nouvelles recherches

Ven 18 Sep 2020 11.29 BST Dernière modification le ven 18 sep 2020 11.31 BST

Refugees and migrants rest near Pazarkule border as they attempt to enter Greece from Turkey.
 Des réfugiés et des migrants se reposent près de la frontière de Pazarkule alors qu’ils tentent d’entrer en Grèce depuis la Turquie. Photo: Osman Örsal/Getty Images

Selon un nouveau rapport que j’ai aidé à produire avec des équipes de l’Université américaine et du Projet de guerre de l’Université Américaine et du Projet de guerre de l’Université Brown, George W. Bush a déclaré une « guerre mondiale contre le terrorisme » à la suite des attaques du 11 septembre.

https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/sep/18/us-wars-iraq-george-w-bush?CMP=share_btn_fb

Les 37 millions de personnes déplacées comprennent 8 millions de réfugiés et de demandeurs d’asile et 29 millions de personnes déplacées en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Pakistan, aux Philippines, en Somalie, en Syrie et au Yémen. Déplacer 37 millions de personnes équivaut à éliminer tous les résidents du Texas et de la Virginie réunis ou la quasi-totalité du Canada.

Compte tenu des études à partir des meilleures statistiques internationales sur les déplacements, notre estimation de 37 millions de personnes déplacées est prudente. Le véritable total des déplacés par les états-Unis après les guerres du 11 septembre pourrait être plus proche de 48 à 59 millions – plus de personnes que dans toute l’Angleterre.

Pour être clair, le gouvernement américain n’est pas le seul responsable du déplacement de 37 millions de personnes. Le gouvernement britannique et d’autres alliés des États-Unis partagent la responsabilité, tout comme les talibans, les milices sunnites et chiites irakiennes, le dictateur syrien Bachar al-Assad, l’État islamique, Al-Qaida et d’autres combattants, gouvernements et acteurs.

Cependant, les huit guerres de notre étude sont celles dans lesquelles le gouvernement américain porte une responsabilité importante pour le lancement (Afghanistan/Pakistan et Irak), pour l’escalade en tant que combattant majeur (Libye et Syrie), ou pour alimenter par des frappes de drones, des conseils sur le champ de bataille, un soutien logistique et d’autres aides militaires (Yémen, Somalie et Philippines). La migration au cours de ces guerres s’élève à:

  • 5,3 millions d’Afghans;
  • 9,2 millions d’Irakiens;
  • 3,7 millions de Pakistanais;
  • 1,7 million de Philippins;
  • 4,2 millions de Somaliens;
  • 4,4 millions de Yéménites;
  • 1,2 million de Libyens;
  • 7,1 millions de Syriens.

Certains peuvent critiquer l’inclusion de pays en dehors de l’Afghanistan et de l’Irak dans notre calcul. Certains peuvent critiquer l’inclusion de la Syrie (bien que notre méthodologie conservatrice inclue bien moins de la moitié des personnes déplacées cumulativement depuis le début de la guerre civile en Syrie). Nous notons que même si nous ne nous concentrions que sur les 14,5 millions de déplacés en Afghanistan et en Irak, ce total dépasserait les déplacements dans toute guerre depuis 1900, à l’exception de la Seconde Guerre mondiale.

Si les Etats-Unis ne réalisent pas les effets catastrophiques de leurs guerres, il n’y aura pas de fin aux guerres sans fin

Les dommages subis par ceux qui ont été forcés de fuir leurs maisons ont été profonds. Le déplacement a appauvri les gens économiquement, psychologiquement, socialement et émotionnellement. Les déplacements massifs ont nui aux communautés et aux pays d’accueil, qui ont dû faire face à des charges d’accueil des personnes déplacées. Les migrations massives vers l’Europe ont alimenté la montée des mouvements d’extrême droite et racistes et nationalistes dans le monde entier. Ces mouvements ont contribué à orchestrer des réactions contre les réfugiés dans des endroits comme l’Allemagne et la France. Depuis 2016, une grande partie de l’Europe a bloqué l’entrée des réfugiés, piégeant les gens dans des conditions souvent abyssales dans des endroits comme Lesbos, en Grèce.

Le gouvernement américain a tourné le dos à la grande majorité des personnes déplacées. Depuis 2001, le gouvernement américain a admis un peu moins de 348 000 réfugiés de tout le Moyen-Orient. En revanche, la Turquie accueille actuellement 3,9 millions de réfugiés et autres personnes déplacées. Une personne sur sept et une personne sur quinze au Liban et en Jordanie, respectivement, sont des réfugiés. Au cours des dernières années, le Canada a réinstallé plus de 10 fois plus de réfugiés par habitant que les États-Unis. Sous l’administration Trump, les admissions de réfugiés aux États-Unis sont tombées à presque zéro dans le contexte de l’interdiction d’admettre des réfugiés et d’autres immigrants en provenance de plusieurs pays à majorité musulmane.

Les dirigeants américains auraient pu soutenir un nombre beaucoup plus grand de personnes déplacées. Les administrations républicaine et démocrate l’ont déjà fait. Dans le sillage de la guerre au Vietnam, au Cambodge et au Laos, le gouvernement américain a admis plus de 800 000 réfugiés d’Asie du Sud-Est.

Alors que beaucoup supposent que les réfugiés sont un fardeau financier pour les pays d’accueil, les dirigeants allemands ont reçu près de 900 000 demandes d’asile de réfugiés en 2015 non seulement par sentiment d’obligation historique liée à l’Holocauste nazi, mais aussi parce qu’ils ont compris que les réfugiés sont une nouvelle main-d’œuvre importante compte tenu du vieillissement de la population allemande.

La police grecque déplace des réfugiés dans le camp de tentes de Lesbos après un incendie

 En savoir plus

En tant que petit-fils de réfugiés juifs qui ont fui l’Allemagne nazie, je crois que les citoyens américains ont l’obligation de réparer les dommages causés par les guerres post-11 septembre, y compris le déplacement de dizaines de millions de personnes et des millions de morts et de blessés. Après s’être assuré que Trump quitte ses fonctions, nous devons renouveler notre engagement à accueillir les « fatigués » du monde entier. Pauvres… masses blottis désir de respirer librement.

Nous devons nous engager à soutenir au moins 250 000 réfugiés par an pendant au moins la prochaine décennie. Nous devons augmenter considérablement le soutien aux réfugiés à leur arrivée aux États-Unis. Alors que le pays est le principal donateur de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, les États-Unis devraient plus que doubler leurs contributions à au moins 5 milliards de dollars (encore une petite somme). La Grande-Bretagne et d’autres pays qui ont fait la guerre aux côtés des forces américaines devraient faire des efforts comparables pour réparer.

Ceux qui s’inquiètent du coût de ces efforts devraient examiner le budget militaire annuel de 740 milliards de dollars des États-Unis, qui dépasse celui des 10 pays suivants réunis: l’argent est là. Nous libérerons plus de fonds des contribuables en mettant fin de façon responsable à près de deux décennies de guerre et à ce qui est devenu une machine permanente de financement de la guerre.

Si les Etats-Unis ne comptent pas avec les effets catastrophiques de leurs guerres – et si nous ne remettons pas fondamentalement en question la légitimité et l’efficacité de la guerre, compte tenu de 19 années de résultats désastreux – il n’y aura pas de fin aux guerres sans fin. Les guerres sans fin, à leur tour, continueront à déplacer des millions de plus que les 37 millions qui ont déjà fui leur maison.

  • David Vine est professeur d’anthropologie à l’Université américaine de Washington, DC. Vine est directeur de l’American University Public Anthropology Clinic et membre du conseil d’administration du Projet coûts de guerre de l’Université Brown. Les points de vue exprimés ici sont ceux de Vine
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments