Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Craig Murray: Un observateur d’audience : Journée d’audience d’Assange 19

traduit par Catherine Winch pour histoireetsociete

29 septembre 2020 

Aujourd’hui a été le pire jour pour la défense depuis le début des audiences, car les témoins experts n’ont pas réussi à faire face à l’agressivité du contre-interrogatoire par le gouvernement américain et en sont arrivés à renoncer à maintenir des propositions qu’ils savaient être vraies. C’était pénible à voir.

Ce n’est pas que l’accusation ait changé ses techniques parfaitement systématiques de dénigrement et d’intimidation ; en fait, le format précis de l’accusation a de nouveau été suivi. Voici comment fonctionne la méthode :

  1. mettre en doute les qualifications académiques du témoin expert comme n’étant pas précisément pertinentes
  2. humilier par des questions répétées de test de mémoire de la formulation précise de règlements ou de définitions obscures
  3. dénigrer la pertinence de l’expérience pratique
  4. réitérer les positions officielles et défier les témoins de dire que les fonctionnaires cités sont de mauvaise foi
  • humilier en demandant aux témoins de répéter de mémoire les règles relatives aux témoignages d’experts devant les tribunaux britanniques
  • lire une liste de qualifications et de postes gouvernementaux en rapport avec le sujet et faire dire aux témoins, une par une, qu’ils ne détiennent pas ces qualifications
  • prétendre que le témoignage est tendancieux ou sans valeur parce qu’il n’inclut pas les affirmations du gouvernement dans leur intégralité.

Vous remarquerez que tout cela n’a rien à voir avec la véracité des témoignages et, jusqu’à présent, presque tous les témoins ont facilement, et parfois avec mépris, repoussé cette méthode d’attaque intellectuellement superficielle. Mais aujourd’hui, c’était une autre histoire. L’ironie est que, lorsqu’il s’agit de l’objet réel des témoignages, il est évident pour toute personne raisonnable que les allégations de l’accusation concernant les bonnes conditions de détention dans le service pénitentiaire américain pour les prisonniers de haut niveau de sécurité nationale sont tout simplement absurdes. Mais c’était un jour où le divorce entre la vérité et la procédure judiciaire était encore plus évident que d’habitude. Étant donné l’horrible réalité que ce processus dissimulait, ce fut une journée difficile à vivre.

Yancey Ellis a été le premier à témoigner, par liaison vidéo. Avocat titulaire d’un doctorat en droit, Ellis exerce depuis 15 ans, dont cinq en tant que juge-avocat de la marine américaine. Il exerce actuellement à Alexandria, en Virginie, où il est maintenant dans le secteur privé, après avoir été officiellement défenseur public. À ce titre, il connaît bien le centre de détention d’Alexandria où Assange serait détenu avant le procès. Il rend notamment visite aux clients de l’isolement administratif (AdSeg ou bloc X), où sont détenus des prisonniers de haut profil et de sécurité nationale.

Il a témoigné que la détention avant jugement pouvait durer de nombreux mois, voire des années. L’isolement à part des autres prisonniers est le but du bloc X. Les prisonniers sont dans de minuscules cellules d’environ 50 pieds carrés, soit moins de 5 mètres carrés. Le lit est une étagère. Chaque jour, une à deux heures seulement sont autorisées à sortir de la cellule, dans un petit espace à l’extérieur, à un moment où personne d’autre n’est présent. La deuxième heure n’est généralement disponible qu’au milieu de la nuit, et n’est donc pas utilisée.

Edward Fitzgerald, QC pour la défense, a demandé à Ellis si les prisonniers en isolement administratif pouvaient s’associer. Ellis a répondu “pas vraiment”. Le but de l’AdSeg était de l’empêcher. Vous n’étiez jamais autorisé à sortir de votre cellule en même temps qu’un autre prisonnier de l’AdSeg. Contrairement aux affirmations de Gordon Kromberg, il était très difficile de parler à travers les épaisses portes d’acier. Il fallait crier à tue-tête pour être entendu. Ellis avait lui-même essayé de se faire entendre de ses clients comme ça. La communication n’était possible que s’il trouvait un employé pour lui ouvrir une trappe à nourriture. Comme les prisonniers de l’AdSeg sont enfermés, l’unité n’a généralement pas de personnel.

[…]

Le témoin suivant était Joel Sickler. Il est titulaire d’une maîtrise en administration de la justice et a travaillé pendant quarante ans dans le domaine de la condamnation et de la défense des droits. Il est à la tête d’une organisation appelée Justice à Alexandria, en Virginie, expert en conditions carcérales, et a visité plus de 50 prisons à travers les États-Unis. Son organisation fait des démarches auprès des tribunaux pour indiquer quelles sont les institutions qui conviennent à tel prisonnier. Il a témoigné qu’il avait effectué des dizaines de visites au centre de détention d’Alexandrie.

[…]

Clair Dobbin s’est alors levée pour procéder au contre-interrogatoire. Encore une fois, je vais rapporter cela comme un dialogue.

Dobbin Que faites-vous réellement ? Travaillez-vous pour la défense dans les procès ?

Sickler Oui, j’aide à identifier l’institution appropriée pour l’emprisonnement et j’aide les clients à se repérer dans le système carcéral.

Dobbin Alors, la défense des prisonniers ?

Sickler Oui.

Dobbin Vous ne vous rendez donc dans les prisons que pour rendre visite à ceux que vous représentez ?

Sickler Oui.

Dobbin Vous n’êtes donc pas inspecteur de prison ?

Sickler Non, je ne le suis pas.

Dobbin Vous n’êtes donc pas un universitaire ?

Sickler Non, je ne le suis pas.

Dobbin Alors vous n’êtes pas psychiatre ?

Sickler Non, je n’en suis pas un.

Dobbin Alors vous n’êtes pas chercheur ?

Sickler Non, je n’en suis pas un.

Dobbin Alors vous n’êtes pas médecin ? Vous n’avez pas accès aux dossiers médicaux ?

Sickler Non, je ne le suis pas. Mais je fais appel à un consultant médical. Je consulte les rapports médicaux et j’initie des rapports de conduite quotidiennement.

Dobbin Mais vous n’avez pas un accès général ? Seulement à l’égard de vos clients ?

Sickler C’est exact.

Dobbin Mais vous n’êtes pas un clinicien. Vous n’avez pas le pouvoir de valider un avis médical ?

Sickler Non, mais j’emploie un consultant médical.

Dobbin Est-ce que ce consultant est un psychiatre clinicien ?

Sickler Non.

Dobbin Avez-vous représenté quelqu’un au sein de SAM ?

Sickler Non. Les procédures de type SAM, mais pas les SAM qui ne peuvent être ordonnées que par le procureur général.

Dobbin Mais vous avez dit clairement dans votre déclaration sous serment que vous avez des clients SAM. Avez-vous mis cela dans votre déclaration parce que vous voulez donner l’impression que vous avez plus d’expertise que vous n’en avez ?

Sickler Bien sûr que non.

Dobbin Vous n’êtes jamais allé dans la zone AdSeg du centre de détention d’Alexandrie. Sur quoi vous basez-vous pour donner votre avis ?

Sickler Les informations qui m’ont été données par de nombreux tiers, dont mes clients, d’autres avocats et le défenseur public.

Dobbin Mais n’avez-vous pas pensé qu’il était important de préciser dans votre déclaration qu’il s’agit de ouï-dire ?

Sickler Je ne considérais pas la distinction comme importante.

Dobbin Avez-vous vu les règles régissant les témoignages d’experts devant ce tribunal ?

Sickler Oui. Je ne pensais pas que c’était contraire aux règles.

Dobbin Vous avez vu la déclaration de Kromberg. Acceptez-vous qu’il puisse y avoir des raisons légitimes pour qu’Assange soit dans l’AdSeg ?

Sickler Absolument.

Dobbin Les prisonniers placés sous protection reçoivent tous les mêmes services et droits que les autres prisonniers ?

Sickler Bien sûr.

Dobbin Acceptez-vous qu’il puisse suivre des programmes avec d’autres prisonniers ?

Sickler Pas s’il est sous MAS.

Dobbin Admettez-vous que les détenus sous protection puissent rencontrer d’autres prisonniers ?

Sickler Certainement.

Dobbin Admettez-vous qu’il n’y a pas de restrictions quant à l’accès aux avocats ?

Sickler Absolument, il y a un droit constitutionnel.

Dobbin Admettez-vous que les MAS ne peuvent être imposées que par le procureur général ?

Sickler Oui.

Dobbin Quelle est la procédure pour cela ?

Sickler Il s’agit de consulter les services de renseignement.

Dobbin Il faut qu’un des responsables d’une des agences de sécurité certifie que le prisonnier est une menace pour les États-Unis ?

Sickler Oui.

Dobbin Vous ne pouvez pas savoir qu’Assange recevra des SAM. Et les SAM diffèrent d’une personne à l’autre.

Sickler Oui, c’est exact.

Dobbin Dans le cas du terroriste El-Haj, il était sous MAS, mais il était toujours autorisé à voir les membres de sa famille ?

Sickler Oui, sa famille proche.

Dobbins Les dispositions dépendent de chaque prisonnier ?

Sickler Oui.

Dobbin Le juge qui a condamné [un autre prisonnier dont le nom n’a pas été clairement entendu] est entré personnellement au MMC pour vérifier les conditions de détention. Cela ne montre-t-il pas qu’il y a un bon contrôle judiciaire ?

Sickler Je l’ai vu, en de rares occasions.

Dobbin L’ASSM ne limite pas l’accès aux avocats.

Sickler Comment avez-vous accès aux avocats en Floride ADX ? Et avant le procès, il y a des difficultés de calendrier. S’il est sous SAMs, son avocat sera lui-même sous surveillance.

Dobbin Quels sont les témoignages dont vous disposez à ce sujet ?

Sickler L’affaire Lynne Stewart. Lindsay Lewis.

Dobbin Lynne Stewart faisait passer un message pour les djihadistes (elle a ajouté beaucoup de détails présumés). Son client était soumis à des MAS pour l’empêcher de diriger une organisation terroriste.

Sickler L’affaire, et d’autres, ont eu un effet dissuasif sur la volonté des avocats de prendre en charge des affaires de MAS impliquant la sécurité nationale.

Dobbin Le centre de détention d’Alexandrie n’est pas surpeuplé.

Sickler Non, c’est en dessous de sa capacité. C’est une prison bien gérée. Le personnel est très professionnel.

Dobbin Kromberg fait état d’un personnel médical très important.

Sickler Je crois savoir qu’il s’agit principalement d’entrepreneurs privés, et non de personnel pénitentiaire. Dans la pratique, les besoins des prisonniers ne sont pas vraiment satisfaits. Il faut de quelques jours à quelques semaines pour obtenir un traitement.

Dobbin Mais ils reçoivent un traitement suffisant ?

Sickler Il n’y a pas de véritable intervention psychiatrique. Il ne s’agit pas d’une intervention de haut niveau. En général, les prisonniers ne reçoivent que des médicaments.

Dobbin Ils ont donc accès aux médicaments ? Et quelqu’un à qui parler ?

Sickler Correct.

Dobbin Votre témoignage ne fait référence qu’à un seul suicide, au Centre correctionnel métropolitain.

Sickler Ce n’est qu’un exemple, un de mes cas actuels.

Dobbin Mais deux agents pénitentiaires ont été inculpés pour cela.

Sickler Nous sommes toujours prompts à accuser un subalterne.

Dobbin Ce ne sont pas les protocoles qui étaient mauvais, mais deux personnes qui n’ont pas fait leur travail. [C’est peut-être l’affaire Epstein.] L’ADC a un bon bilan sur le suicide.

Sickler C’est un système d’enfermement très très dur, presque une torture dans l’AdSeg. Assange souffre de dépression et se trouve sur le spectre autistique. Ce sera insupportable pour lui. Même avec mes clients en bonne santé, j’ai observé une détérioration terrifiante dans ces conditions.

Dobbin Le témoignage est qu’ils réussissent à prévenir le suicide à l’ADC.

Sickler Oui, ils ont un excellent bilan.

Dobbin Dans l’affaire Babar Ahmad (2012), la Cour européenne des droits de l’homme a examiné les MAS et a jugé qu’il ne s’agissait pas d’un régime inacceptable. Quelque chose a-t-il changé depuis 2012 ?

Sickler Pas de manière significative.

Dobbin Vous avez initialement dit dans votre rapport qu’Assange ne pourrait pas être envoyé à ADX. Maintenant, vous changez d’avis. La sentence est laissée à la discrétion du juge. Votre rapport n’est pas fondé.

Sickler J’ai changé d’avis dans l’intervalle. Depuis le deuxième acte d’accusation, l’accusation est désormais l’espionnage et le gouvernement prétend qu’Assange est une menace permanente pour les États-Unis.

Dobbin Vous étiez consultant dans l’affaire Reality Winner. Elle n’a été condamnée qu’à 53 mois.

Sickler Elle était un accusé d’un type qualitativement différent.

Dobbin Elle était une infiltrée. Les peines sont généralement plus sévères. Elle purge sa peine dans un établissement médical.

Sickler Pas pour raisons médicales. C’est l’établissement carcéral fédéral le plus proche de sa famille.

Dobbin Vous dites qu’Assange serait en isolement. Mais Kromberg affirme que la plupart des détenus dans des logements spéciaux sont dans des cellules doubles avec un compagnon de cellule.

Sickler Cela peut être pire. Beaucoup sont violents et ne sont pas en bonne santé mentale. Les agressions par les compagnons de cellule sont fréquentes.

Il s’en est suivi un échange au cours duquel Dobbin a tenté de faire trébucher Sickler sur les procédures d’internement de quelqu’un en ADX Floride, mais il s’est avéré connaître les détails.

Dobbin Les procédures stipulent que les prisonniers ayant des problèmes de santé ne seront pas envoyés à l’ADX à moins qu’il n’y ait de sérieux problèmes de sécurité.

Sickler Abu Hamza est là et il n’a pas de bras.

Dobbin Il n’y a que 14 personnes dans l’ADX dans cette catégorie. Vous n’y êtes pas allé. Comment obtenez-vous vos informations ?

Sickler dans des rapports incluant le Centre Lowenstein et le Centre pour les droits constitutionnels.

Dobbin Les détenus de l’ADX reçoivent des visites de leur famille.

Sickler À quelle fréquence M. Assange recevrait-il des visites de sa famille ? Pourquoi ne pas le dire au tribunal ?

Dobbin [nom non entendu], un terroriste condamné qui a tenté de faire exploser un avion, se trouve à ADX et reçoit des visites et des appels téléphoniques de sa famille.

Sickler Il est autorisé à communiquer avec deux membres nommés de sa famille. Mais à quelle fréquence est-il autorisé à les appeler ou à les voir ?

Dobbin Vous avez dit que l’isolement cellulaire à l’ADX peut être indéfini ?

Sickler C’est mon impression.

Dobbin Quelle est votre source d’information ?

Sickler C’est des prisonniers et des avocats. C’est anecdotique, je l’admets. Mais dites-vous qu’à un moment donné, le gouvernement américain décidera qu’Assange ne sera pas susceptible de divulguer des informations classifiées ?

Dobbin Comprenez-vous qu’il y a trois niveaux dans le bloc H que les accusés peuvent franchir eux-mêmes pour sortir ?

Sickler Non.

Dobbin Saviez-vous que même dans les MAS, les prisonniers peuvent se mêler aux autres pendant les périodes de socialisation ?

Sickler Non, je ne le savais pas.

Dobbin (Elle cite  l’arrêt de la CEDH approuvant le programme de réinsertion)

Sickler Vous devez être dans les 2 ans précédant votre libération. Si vous êtes désigné par le procureur général pour les MAS, vous n’êtes pas éligible à ce programme. Les conditions dans l’ADX sont extraordinairement pénibles.

Dobbin Kromberg a expliqué les étapes et dit que l’étape 3 permet le contact avec les autres prisonniers

Sickler Ça a l’air horrible. Même quand vous atteignez la phase 3 avec les privilèges supplémentaires. S’ils font ça dans la pratique, eh bien c’est merveilleux. Ça me paraît toujours aussi horrible.

Dobbin Il y a une progression.

Sickler, j’aimerais savoir combien de temps ça prend.

Dobbin Connaissez-vous le nombre de personnes qui sont sorties de l’ADX ? Ne devriez-vous pas le connaître ?

Sickler Cette prison est un lieu de torture. Cela n’est pas contesté.

Dobbin La façon dont les détenus sont traités dépend de l’importance du risque qu’ils représentent pour la sécurité.

Sickler Précisément.

Dobbin Les soins médicaux à l’ADX ne sont pas affectés par les SAM.

Sickler OK.

Dobbin Considérez-vous que le règlement de Cunningham a permis une amélioration substantielle ?

Sickler Je ne peux pas le dire.

Dobbin Gordon Kromberg témoigne que l’ADX Colorado a plus de dispositions en matière de santé mentale par détenu que toute autre prison fédérale.

Sickler C’est nécessaire en raison des circonstances extrêmes dans lesquelles les prisonniers sont détenus.

Dobbin Cela ne vous indique-t-il pas que le niveau de soins est bon ?

Sickler Y a-t-il une interaction significative entre le patient et le clinicien ? Je n’en sais rien.

Dobbin Le règlement de Cunningham a permis de retirer plus de 100 personnes de l’ADX.

Sickler Mais combien d’entre elles ont subi des MAS ?

Dobbin Nous avons établi que vous ne savez rien du mouvement de sortie des personnes affectées par des MAS.

Sickler Oui, vous avez établi cela.

Dobbin Suite au Rapport de Cunningham, deux nouveaux établissements psychiatriques ont été créés.

Sickler Oui, pour la schizophrénie et les psychoses.

Dobbin Un rapport du Département des Corrections de 2014 montre que certains détenus ne veulent jamais quitter l’ADX car ils trouvent le niveau de soins si bon. Ils récidivent pour y retourner.

Sickler Pour ce rapport on a choisi avec soin à qui s’adresser. La plupart des prisonniers ne veulent qu’une chose : sortir.

Dobbin Chaque rapport reçoit une réponse officielle du Conseil des Prisons et les politiques sont constamment améliorées.

Sickler Oui, mais je ne vois pas de résultats dans la pratique. J’ai eu un client récemment, un prisonnier, qui, au lieu d’être soigné, a été battu et jeté nu dans le trou. Il a fallu des mois avant qu’un tribunal ne le fasse sortir. Un autre s’est vu refuser le diagnostic et la prescription de médicaments qui ne figuraient pas dans le formulaire de la BP.

Dobbin Dans le premier cas, il y a eu un contrôle judiciaire. Le système fonctionne donc.

Sickler Après six mois.

Et ça a continué comme ça. Le contre-interrogatoire a duré deux heures et demie. Encore une fois, Sickler semble beaucoup plus convaincant par écrit qu’en direct, où il semblait perturbé par l’agressivité des questions. Les réponses qu’il a données, qui sur papier paraissent être des réponses fermes, semblaient pétulantes et insignifiantes dans la réalité. Il a donné l’impression que pour lui ça ne valait pas la peine d’essayer de repondre à Dobbin, qui est une personne déraisonnable et, bien que je compatisse sincèrement, ce n’était pas ce que demandaient les circonstances.

Sickler a très certainement donné l’impression qu’il était parfois d’accord avec le procureur simplement parce que c’était la ligne de conduite la plus facile. Il l’a souvent fait d’une voix qui suggérait le scepticisme, le sarcasme ou la moquerie, mais ce n’était pas clair dans ses paroles et cela ne se verra pas dans la transcription. Dans la vie normale, faire de courtes réponses sarcastiques comme “Oh oui, c’est merveilleux” en réponse à des affirmations ridicules de l’accusation concernant la mise en place de prisons supermax aux États-Unis, peut fonctionner comme une forme de ridicule ; dans un contexte judiciaire, cela ne fonctionne pas du tout. En toute justice pour M. Sickler, le fait d’être chez lui plutôt que d’assister à une séance du tribunal explique en partie sa conduite. Mais le dossier du tribunal dira que M. Sickler affirme que les dispositions relatives aux prisonniers dans les prisons supermax américaines sont merveilleuses. Le sarcasme ne transparaîtra pas.

Dobbin est officieuse plus qu’on ne peut l’être ; elle donne l’impression d’être parfaitement odieuse.

L’ironie déplaisante dans tout cela est que Sickler et Ellis ont tous deux été moqués et méprisés pour leur manque de connaissance personnelle de l’ADX Colorado, alors que l’accusation et le juge s’étaient associés seulement vendredi dernier pour exclure deux témoins que la défense souhaitait faire témoigner, qui avaient une expérience personnelle experte de l’ADX Florence. C’est là un autre exemple frappant du fait que ce processus n’a rien à voir avec une véritable tentative de trouver la vérité ou la justice.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments