Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Youri Afonine sur la Première chaîne: Pourquoi les médias russes discutent-ils du sort du pantalon de Navalny du matin au soir?

Youri Afonine sur la Première chaîne : Pourquoi les médias russes discutent-ils du sort du pantalon de Navalny du matin au soir? Dans nos discussions quotidiennes Marianne me fait part de l’insatisfaction des Russes, pas seulement des communistes mais de beaucoup de Russes devant le discours de Poutine à l’ONU qu’ils ont jugé trop conciliant, ne dénonçant pas l’attitude à l’égard de l’affaire Navalny ou commentant : “Les Cubains ont osé dénoncer le rôle des Etats-Unis et de l’UE en Biélorussie et Poutine n’en a pas dit un mot”. Le discours cubain a fortement impressionné les Russes mais aussi les Chinois. Tout le monde en a salué la hauteur et la dignité. Dans cet article, les communistes invitent les Russes à en finir avec leur complexe face à l’occident (note de Danielle Bleitrach. traduction de Marianne Dunlop).

Le Vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie Yu.V. Afonin a participé à l’émission VremyaPokazhet sur Channel One.

Service de presse du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie
22-09-2020

https://kprf.ru/party-live/cknews/197343.html

Le premier sujet de discussion a été l’évolution de la situation autour de Navalny, qui, après avoir repris ses esprits dans une clinique de Berlin, a exigé que les autorités d’enquête russes lui rendent ses vêtements, espérant évidemment que des traces d’agents de guerre chimique seraient également trouvées sur ces vêtements en Europe (1).

Youri Afonine a noté que l’Occident ignore aujourd’hui de manière démonstrative tous les arguments de la Russie dans l’affaire Navalny. Même une demande tout à fait naturelle de fournir les résultats des recherches dans des laboratoires européens sur la base desquels des accusations sont portées contre la Russie est rejetée d’emblée. Dans le même temps, la position d’un certain nombre de parlementaires allemands eux-mêmes, qui demandent que cela soit fait afin qu’il y ait une sorte de dialogue dans l’affaire Navalny est également ignorée. En règle générale, a déclaré Yuri Vyacheslavovich, les députés allemands des flancs politiques opposés, de l’Alternative de droite pour l’Allemagne à la gauche Die Linke, qui ne se saluent généralement même pas lors des réunions au Bundestag appellent à remettre le matériel de ces études à la Russie. Mais on ne veut pas non plus écouter les députés.

Le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a déclaré : la situation avec Navalny montre clairement que dans le monde d’aujourd’hui, il n’y a pratiquement pas de relations internationales normales. La politique mondiale actuelle exclut presque la discussion normale des problèmes. Les regroupements de pays campent chacun dans leurs «maisons», et le dialogue est extrêmement difficile. Par conséquent, l’Occident aujourd’hui ne se soucie pas du tout du type d’argumentation que la Russie propose. Nos adversaires occidentaux poursuivent clairement leur ligne de sanctions croissantes contre notre pays. Si l’histoire avec Navalny n’avait pas eu lieu, une autre raison aurait été trouvée. Par exemple, la prétendue «ingérence» de la Russie dans les événements au Bélarus. Et s’il n’y avait eu ni Navalny ni Biélorussie, ils auraient proposé autre chose. Pour étouffer de plus en plus la Russie avec des sanctions il est nécessaire de la diaboliser constamment, la transformant en diable aux yeux du public occidental.Youri Vyacheslavovich a attiré l’attention sur le fait que, bien sûr, l’Occident ne le fait pas seulement avec la Russie. Par exemple, le Venezuela est soumis à une telle diabolisation depuis de nombreuses années.

Youri Afonine a déclaré que Navalny, en tant que personnalité publique, bénéficie d’un certain soutien, bien que plutôt restreint. Mais ses adhérents se distinguent par une contrôlabilité très élevée. Par exemple, dès que Navalny fait l’éloge de quelqu’un sur ses réseaux sociaux, ses followers commencent à suivre massivement cette personne. Bien sûr, ces personnes ne peuvent être convaincues par aucun argument. Et dans l’espace médiatique occidental, ils encouragent activement l’opinion que Navalny est une sorte de personnalité politique majeure. Cependant, les médias russes contribuent également en partie à cela, consacrant un temps considérable à discuter du sort du pantalon de Navalny.

Le deuxième sujet de discussion concernait les événements au Bélarus et dans la région. Il était attendu de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE qu’une résolution sur l’introduction de sanctions contre Minsk y serait adoptée. Avant cette réunion, l’ex-candidate à la présidence biélorusse Svetlana Tikhanovskaya s’était adressée aux ministres, exhortant l’Europe à intervenir de manière décisive dans la situation au Belarus. En particulier, elle a appelé l’UE à imposer des sanctions dès que possible. Cependant, en fin de compte, les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE n’ont pas pu se mettre d’accord sur une liste de sanctions contre la Biélorussie. Les dirigeants des pays de l’UE essaieront de s’entendre sur ce point.

Youri Afonine a noté qu’une partie difficile se joue aujourd’hui en Biélorussie. Plusieurs attitudes coexistent. Il y a la Lituanie et la Pologne, qui adoptent une position radicale. En Pologne, en général, les cercles politiques de droite rêvent de la renaissance d’une nouvelle Rzeczpospolita – une sorte de zone d’influence polonaise en Europe de l’Est, bien sûr, sous protectorat américain. Mais la plupart des pays européens semblent beaucoup plus pragmatiques. Ils ont des liens économiques considérables avec la Biélorussie. Et ils sont en fait prêts à se cantonner à de simples déclarations politiques, sans recourir à une véritable rupture des relations avec le Minsk officiel, qui menacerait de détruire l’interaction économique.

Mais, comme l’a souligné Youri Vyacheslavovich, l’opinion publique à l’intérieur du pays est d’une importance décisive pour le sort de la Biélorussie. Et cette position évolue aujourd’hui mais pas en faveur de l’opposition. Les Bélarussiens se souviennent bien des événements de 1941 à 1944, lorsque l’Europe a le plus «interféré» dans les affaires du Bélarus. Par conséquent, les appels de Tikhanovskaya aux puissances européennes pour qu’elles interviennent dans les événements de Biélorussie conduisent, tout d’abord, à discréditer l’opposition. Bien sûr, parmi les jeunes manifestants, il y a ceux qui ne connaissent pas l’histoire, qui ne savent même pas que le drapeau blanc-rouge-blanc qu’on leur a mis dans les mains est le drapeau des collaborateurs pro-allemands des Première et Seconde Guerres mondiales. Et que de 1991 à 1994, ce drapeau a été utilisé par des politiciens séparatistes qui ont pris une part active à la destruction de l’URSS contre la volonté du peuple biélorusse, dont la majorité soutenait la préservation de l’Union soviétique lors du référendum historique au printemps 1991. Cependant, la majorité des Biélorusses se souviennent bien de l’histoire de leur pays, il y a donc tout lieu de penser que la Biélorussie choisira la bonne voie.

(1) Sous-entendu, pour ceux qui n’auraient pas compris, dans le but d’ajouter des “indices”… une vidéo montre les proches de Navalny dans sa chambre d’hôtel à Tomsk, sans aucun mandat ou autorisation ou surveillance policière, manipuler divers objets, et à un moment quelqu’un dit “attention avec la bouteille d’eau, mettez des gants” (NdT).

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments