Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le discours de Trump à l’ONU jugé sévèrement

A la suite du discours de Trump à l’ONU, passé dans sa majeure partie à dénoncer la Chine quitte à s’isoler et à rendre les défis majeurs de notre temps de plus en plus insolubles, est-ce que le monde va vers son autodestruction? Est-ce que le réalisme triomphera? (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Par Zhang Hui et Cao Siqi Source: Global Times Publié: 2020/9/23 23:51:311


Le Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, s’adresse au débat général de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies au siège de l’ONU à New York le 22 septembre 2020 (Crédit: Rick Bajornas / UN Photo / Handout via Xinhua)

 Si vous faites une recherche simple et rapide des gros titres de l’actualité mondiale, vous trouverez des descriptions fréquentes de l’Assemblée générale des Nations Unies actualité la plus regardée cette semaine: “Bagarre Etats-Unis-Chine”, “choc Etats-Unis-Chine”. Commentant la performance des États-Unis, de nombreux médias occidentaux ont eu tendance à considérer les États-Unis comme «isolés» et leurs efforts unilatéraux «largement tournés en dérision».

Les médias internationaux ont perçu la fracture croissante entre la Chine et les États-Unis lors de la réunion de haut niveau de l’ONU, après que le président américain Donald Trump ait passé la moitié de son discours à dénigrer la Chine pour avoir prétendument propagé le coronavirus, et s’être attaqué au bilan environnemental et commercial de la Chine. 

Certains médias, citant des analystes, ont prédit que les tensions sino-américaines s’intensifieraient rapidement au cours des prochaines années. Il semble que le monde se demande maintenant si une confrontation sino-américaine totale est inévitable et si elle divisera le monde en deux camps. 

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a ouvert l’assemblée mardi en mettant en garde “nous devons tout faire pour éviter une nouvelle guerre froide”, bien qu’il n’ait pas mentionné la Chine et les Etats-Unis. “Nous évoluons dans une direction très dangereuse”, a-t-il déclaré. «Notre monde ne peut pas se permettre un avenir où les deux plus grandes économies se séparent avec une grande fracture – chacune avec ses propres règles commerciales et financières, et ses capacités d’Internet et d’intelligence artificielle».

Certains dirigeants mondiaux ont également sonné l’alarme à l’Assemblée générale des Nations Unies. Un article publié dans le Wall Street Journal a déclaré que le fossé entre les États-Unis et la Chine a inquiété d’autres dirigeants mondiaux à l’ONU, et que les tensions croissantes ont laissé d’autres pays inconfortablement entre les deux. 

Il a cité le discours du président philippin Rodrigo Duterte à l’ONU disant: «Quand les éléphants se battent, c’est l’herbe qui est piétinée ».

En décrivant «la flambée des tensions sino-américaines», la BBC a cité le discours du président français Emmanuel Macron comme illustration. Macron a déclaré que l’avenir du monde ne devrait pas être réduit à la rivalité entre les États-Unis et la Chine, il a souhaité un “nouveau consensus moderne” pour relever les défis mondiaux.

Les analystes chinois estiment qu’il est peu probable que les États-Unis changent leur tactique consistant à considérer la Chine comme un rival stratégique même après les élections présidentielles américaines, et une confrontation sino-américaine totale ne peut être exclue, bien que la Chine ne le veuille pas et n’agisse pas en ce sens.

La confrontation conduira à une catastrophe mondiale, bien pire que la guerre froide, car le monde se diviserait complètement en deux, sans aucune marge de coopération pour relever les défis mondiaux tels que le changement climatique, la pollution et la crise de santé publique, ont déclaré des analystes. 

Le Chemin solitaire 

Tout en exigeant que l’ONU “tienne la Chine pour responsable” dans la propagation présumée du coronavirus, Trump a également pris pour cible le bilan environnemental de la Chine et l’ONU.

En réponse, le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Zhang Jun, a déclaré que la Chine rejette résolument “l’accusation sans fondement” contre elle et s’oppose à la définition d’un “virus politique”.

Le monde est confronté aux graves défis du COVID-19. Il y a aussi les problèmes de l’unilatéralisme, du protectionnisme et des pratiques d’intimidation, a déclaré Zhang, tout en appelant à plus de solidarité et de coopération, mais pas de confrontation.

Alors que Trump a tenté de rejeter la responsabilité de sa gestion de la pandémie sur la Chine, son pays a ironiquement franchi une nouvelle étape dans les décès dus au virus. Les données compilées par l’Université Johns Hopkins montrent que les décès par COVID-19 aux États-Unis ont dépassé les 200 000 mardi, tandis que le nombre d’infections a atteint plus de 6,8 millions. Les deux chiffres représentent environ un cinquième du total mondial, mais la population américaine équivaut à moins de cinq pour cent de la population mondiale.

Trump a également attaqué des organisations internationales comme l’Organisation mondiale de la santé dans son discours, affirmant que l’OMS était pratiquement contrôlée par la Chine.

Certains médias américains ne peuvent plus supporter les accusations de Trump. Un rapport du WSJ a déclaré que de nombreux démocrates ont accusé Trump “d’isoler les États-Unis et d’amoindrir l’influence américaine au sein de l’OMS ou d’autres organes”.

Il a poursuivi en disant que la menace de retrait de Trump est souvent utilisée comme un levier pour “influencer les pays partenaires ou amener les alliés à payer plus pour une défense partagée”.

Certains médias américains ont lié le discours de Trump à son effort largement blâmé pour réimposer des sanctions à l’Iran, en affirmant que son discours avait été prononcé alors que “les membres de l’ONU repoussaient Washington sur ce plan”, a rapporté l’AP. 

L’article de mercredi du Washington Post a rapporté que l’administration Trump avait arpenté un “chemin solitaire” à l’ONU où les États-Unis a attaqué l’OMS et s’est lancé dans l’effort “largement tourné en dérision” pour annuler les sanctions contre l’Iran. 

Une semaine avant l’Assemblée générale des Nations Unies, les médias américains NPR ont prédit que les États-Unis “semblaient être isolés” lors de l’Assemblée générale de cette année, affirmant que l’agenda “America First” de Trump le laissait désynchronisé avec les alliés traditionnels de l’Amérique car il a désormais un lourd bilan de retrait des accords internationaux, dont celui destiné à lutter contre la crise climatique mondiale.

“Les diffamations et les attaques de Trump contre la Chine visaient apparemment à faire campagne pour sa réélection. Seuls ses fans inconditionnels – ceux qui ne se soucient pas de la vérité mais le soutiennent – adhéreront à ses paroles”, a déclaré Ding Yifan, chercheur à l’Institut du monde. Développement du Centre de recherche sur le développement du Conseil d’État, au Global Times. 

Les médias et les pays responsables ne rejoindront pas son camp anti-Chine car ils savent que l’unilatéralisme et l’hégémonie de l’administration Trump les feront souffrir et que les États-Unis finiront par être isolés du reste du monde, a noté Ding.

Certains dirigeants d’État, dont le président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez, ont critiqué l’administration Trump pour son unilatéralisme et sa coercition lors de l’Assemblée générale de l’ONU. 

Il a déclaré que les États-Unis “méprisent et attaquent le multilatéralisme, utilisent le chantage financier dans leurs relations avec les organisations du système des Nations Unies” et élargissent “la coercition et les sanctions unilatérales” contre ceux qui ne se plient pas à leurs desseins.

Une confrontation totale?

Si les États-Unis continuent d’alimenter les tensions avec la Chine, et aboutissent finalement à une confrontation totale, cela diviserait le monde en deux camps, ce qui entraînerait davantage de confrontations et une perte de choix indépendants pour les pays de petite et moyenne taille, a déclaré au Global Times Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de l’Université des affaires étrangères de Chine.   

Les défis mondiaux communs, tels que le changement climatique, la prolifération nucléaire, la crise de santé publique, ne peuvent plus être résolus par la coopération, mais ils ne font que devenir plus dangereux, et les conséquences ultimes seront la destruction mondiale, a déclaré Li. 

Les experts ont déclaré que les conséquences d’une confrontation sino-américaine seraient beaucoup plus graves que la guerre froide, car le monde est confronté à des défis mondiaux beaucoup plus graves. 

En regardant en arrière, face à l’attaque frénétique des forces fascistes pendant la Seconde Guerre mondiale, la victoire finale du camp allié a conduit à l’unité et à la coopération internationales, alors que les États-Unis et la Chine se battaient côte à côte. Mais maintenant, les États-Unis ont abandonné leur héritage historique pour recourir à la confrontation, à l’hégémonie et à l’unilatéralisme, ont déclaré des experts. 

Cependant, Ding pense que la confrontation que l’on a pu constater lors du débat général de mardi ne se poursuivra pas car le seul objectif de Trump est de gagner la réélection. 

«L’affrontement entre les deux grandes puissances peut mettre en cause l’efficacité de l’ONU en tant qu’organisation multilatérale. Mais la situation était totalement différente pendant la période de la guerre froide. À cette époque, les États-Unis et l’Union soviétique se tenaient sur des positions opposées», a dit Ding. 

Les experts ont noté que la rhétorique dure n’a pas entravé les échanges pratiques entre les pays et que les liens économiques constituent toujours la pierre angulaire des relations sino-américaines. 

En août, les exportations chinoises ont bondi de 9,5% par rapport à il y a un an malgré l’escalade des tensions avec les États-Unis. Les expéditions vers les États-Unis ont bondi de 20% pour atteindre 44,8 milliards de dollars, tandis que les importations de marchandises américaines ont augmenté de 1,8% pour atteindre 10,5 milliards de dollars. 

La Chine a également signalé un excédent commercial de 34,2 milliards de dollars avec les États-Unis en août, en hausse de 27%.

ARTICLES LIÉS:

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments