Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Oui, les États-Unis ont établi un plan pour laisser tomber 80 armes nucléaires sur la Corée du Nord

Cet article qui décrit des responsables étatsuniens en état d’auto-intoxication paranoïaque à propos de la Corée du nord devrait nous alerter sur la poudrière qu’est devenue la planète et le danger que fait peser sur tous un impérialisme qui développe sans cesse ses armes et renonce à toutes les institutions internationales de concertation sur la paix tout en ne cessant de produire une propagande sur des dangers imaginaires qu’il s’agisse de la Corée du nord ou de l’Iran pour mieux viser ses vrais rivaux, la Chine alliée à la Russie. Le thème de la dictature masque celui d’un despotisme en crise, la peur d’être assiégé révèle le choix d’assiéger et de tuer jusqu’aux civils, celui des USA et de ses alliés-vassaux. Ceux qui reprennent tous les thèmes des officines d’extrême-droite sur les folies supposés du dirigeant de la Corée du nord, thèmes qui s’avèrent de pures inventions en ignorant l’horreur (pire que le Vietnam) qu’a été la guerre de Corée et la folie réelle des dirigeants étatsunien contribuent à la propagande démente de l’empire (note et traduction de Danielle Bleitrach).

21/09/2020

Par Thomas Newdick

Septembre 18, 2020

Les plans de guerre nucléaire actuels sont parmi les secrets les plus étroitement gardés de toute armée nucléaire. Les détails d’un de ces plans d’attaque ont été récemment révélés, en nous apprenant que les États-Unis envisageaient d’utiliser 80 armes nucléaires en cas de guerre avec la Corée du Nord. La façon dont ce détail particulier a émergé est également assez inhabituel – le passage en question est apparu dans le livre du journaliste américain Bob Woodward Rage, mettant en cause l’administration du président Trump, qui a été publié cette semaine.

En fait, la citation spécifique du livre n’était pas tout à fait claire :

« Le Commandement stratégique d’Omaha avait soigneusement examiné et étudié l’OPLAN 5027 pour un changement de régime en Corée du Nord — la réponse des États-Unis à une attaque qui pourrait inclure l’utilisation de 80 armes nucléaires. »

Cela peut être lu de deux façons: une attaque potentielle du Nord pourrait impliquer l’utilisation de 80 armes nucléaires, ou le même nombre d’armes peut être envisagé comme une réponse possible des États-Unis à une première frappe ordonnée par Pyongyang.

Dans une interview accordée à NPR, Woodward a éclairci toute confusion, notant que les 80 armes nucléaires faisaient partie d’un plan d’attaque américain – OPLAN 5027, qui inclurait de « décapiter » le régime nord-coréen du dictateur Kim Jong-un.

« Je pense que la Corée du Nord est une nation voyou, ils ont, comme je le signale, probablement quelques dizaines d’armes nucléaires bien cachées et dissimulées », a expliqué Woodward à NPR. Le journaliste vétéran a confirmé que le secrétaire américain à la Défense de l’époque, James Mattis, craignait d’avoir à émettre des ordres pour une frappe nucléaire contre la Corée du Nord. « Le potentiel de ce que nous aurions à tirer pour empêcher un deuxième lancement était de l’ordre des faits », a admis Mattis.

« Vous allez incinérer quelques millions de personnes », a protesté Mattis, selon Woodward. «personne n’a le droit de tuer un million de personnes en ce qui me concerne, mais c’est ce que je dois affronter. »

Selon M. Woodward, M. Trump craignait que le fait d’abattre un missile balistique nord-coréen (nucléaire ou autre) sur une trajectoire dirigée vers les États-Unis ne provoque une attaque nucléaire à grande échelle du « Royaume ermite ». Woodward écrit que Trump avait délégué le pouvoir à Jim Mattis de lancer un missile intercepteur à armes conventionnelles pour abattre tout missile nord-coréen qui pourrait se diriger vers les États-Unis.

Woodward a déclaré que Mattis lui a confié qu’il n’était pas inquiet sur le fait que Trump pourrait lancer une frappe préventive contre la Corée du Nord. Au lieu de cela, la source de son angoisse était le dirigeant nord-coréen à Pyongyang.

En fait, le niveau de préoccupation de Mattis était tel qu’il en dormait dans ses vêtements de gym, affirme Woodward. « il y avait une lumière dans sa salle de bains … s’il était sous la douche et qu’il avait été détecté un lancement nord-coréen.

Des sonnettes d’alarme avaient été mises en place dans la chambre et la cuisine de Mattis, et à plus d’une occasion, au cours de l’été 2017, ils ont sonné l’alerte, et il est entré dans la salle de communication de sa résidence de Washington DC. Woodward explique que la voiture de Mattis a également été constamment suivie par un VUS avec une équipe équipée pour tracer la trajectoire de vol de tout missile entrant, qu’il menace le Japon, la Corée du Sud, ou les États-Unis. Si Mattis considérait le missile comme hostile, il disposait d’un lien de communication mobile pour émettre des ordres de lancement pour l’abattre.

Le livre décrit une alarme de missile particulière en détail. Cela s’est produit à 5h57 le 29 août 2017, lorsque des renseignements « exquis » ont indiqué que la Corée du Nord était sur le point de lancer un autre missile. Mattis était à la maison et est entré dans la salle de communication, où on lui a dit que les missiles intercepteurs américains étaient prêts à tirer. Le secrétaire à la Défense a surveillé les progrès du missile nord-coréen sur une carte géospatiale, le regardant passer au-dessus du Japon puis descendre dans la mer. Woodward décrit le travail de Mattis à cette époque comme « un gouffre non-stop, personnel et infernal. Il n’y avait pas de vacances ou de week-ends de congé, pas de temps mort.

De toute évidence, le statut d’une Corée du Nord dotée de l’arme nucléaire a fait beaucoup d’effet dans la réflexion au sein de l’administration américaine pendant le mandat de Mattis en tant que secrétaire à la Défense. Qu’un plan de frappe contre la Corée du Nord impliquant 80 armes nucléaires a été discuté entre le président et son secrétaire à la Défense n’est pas si difficile à imaginer.

En septembre 2017, bien sûr, la Corée du Nord a procédé à son sixième (et plus récent) essai nucléaire, affirmant que l’appareil en question était une bombe thermonucléaire. La même année a également vu une activité considérable des forces de missiles stratégiques de la Corée du Nord, y compris le premier essai des missiles balistiques intercontinentaux Hwasong-14 et Hwasong-15 (ICBM), et plusieurs essais dans lesquels les missiles sont passés au-dessus du Japon.

Dans un contexte de tensions entre Washington et Pyongyang en 2017, The War Zone a examiné en détail l’OPLAN 8010 du Commandement stratégique des États-Unis (STRATCOM), qui décrit l’option nucléaire pour les frappes contre divers États anonymes. L’un des passages du rapport que nous avons souligné à l’époque présente un intérêt particulier (le soulignage des auteurs est conservé) :

Alors que les préoccupations dynamiques en matière de sécurité dans l’espace et le cyberespace évoluent, les menaces traditionnelles à la sécurité nationale continuent d’être présentées par les États souverains, à la fois par leurs pairs et leurs homologues proches et par les États adversaires régionaux dotés de capacités émergentes en matière d’ADM [armes de destruction massive].

La zone de guerre a obtenu une version expurgée du rapport, qui ne mentionne pas la Corée du Nord par son nom, mais qui comprend une section sur les « pays qui présentent des menaces mondiales » — un langage plus que probablement codé pour la Corée du Nord.

L’une des options à l’étude à Washington était OPLAN 5015, une frappe nucléaire pour éliminer les dirigeants nord-coréens, auquel Woodward fait également référence, en s’inspirant à nouveau de ses longues entrevues avec Trump. Plus précisément, Woodward mentionne la « mise à jour » d’un tel plan — en effet, Kim Jong-un et ses prédécesseurs auront toujours été des cibles prioritaires en cas de guerre totale.

Dans l’une de ses interviews, M. Trump a déclaré à Woodward qu’il considérait que le Coréen Kim Jong-un était « totalement prêt » à entrer en guerre avec les États-Unis, et que le conflit entre les deux nations était « beaucoup plus proche que quiconque ne le soupçonnait ». Le président américain a déclaré à Woodward que les perspectives qu’il soupçonnait belliqueuses de Kim Jong Un lui avaient été confirmées lors de sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen. M. Trump a estimé que la situation avait finalement été connue par le tout premier sommet américano-nord-coréen qui s’est tenu à Singapour en juin 2018.

Alors que les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis ont quelque peu diminué depuis 2017, la question nucléaire reste totalement non résolue, les pourparlers étant au point mort depuis le deuxième sommet américano-nord-coréen au Vietnam début 2019.

Il y a également des signes que Pyongyang peaufine davantage ses systèmes de livraison d’armes nucléaires, avec des allégations de responsables en Corée du Sud selon lesquelles le Nord pourrait se préparer à tester un missile balistique entièrement fonctionnel lancé par un sous-marin dans environ un an.

En augmentant la partie de son arsenal nucléaire transporté à bord de sous-marins, la Corée du Nord pourrait rendre la détection et la destruction de ces armes plus difficiles. La capacité de la Corée du Nord à lancer une deuxième frappe, même si les chances de succès étaient minces, nécessiterait à son tour une autre mise à jour des plans d’attaque nucléaire des États-Unis — et pourrait impliquer plus que les 80 armes nucléaires dont Woodward a parlé.

Publié par www.thedrive.com/the-war-zone

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments