Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Russie et la Chine passent au mode de stratégie américano-indo-pacifique

Cet affrontement en Asie du sud-est devrait bien sûr être complété par ce qui se passe d’équivalent en Asie centrale et la volonté des Etats-Unis de créer l’équivalent de l’OTAN dans ce qui est désormais la grande zone stratégique (note et traduction de Danielle Beitrach pour histoire et société).

https://journal-neo.org/2020/09/14/russia-china-switch-to-counter-us-indo-pacific-strategy-mode/

La grande rivalité de pouvoir est souvent caractérisée par des alliances et des contre-alliances, impliquant des pays plus petits des deux côtés de la rivalité. Les grandes puissances ont donc tendance à s’engager dans une course pour gagner de plus en plus d’alliés de leur côté. C’est précisément ce qui se passe dans la région Asie-Pacifique où la « stratégie indo-pacifique » des États-Unis a déclenché des forces d’alliances et de contre-alliances. La «stratégie indo-pacifique» vise en grande partie à enraciner les États-Unis dans la région en vue de contrer l’influence économique et politique croissante de la Russie et de la Chine. Elle vise à créer des conditions qui faciliteraient une domination américaine à long terme de la région et empêcheraient ainsi la montée de la Russie et de la Chine à un niveau où la domination américaine deviendrait vide de sens. La Russie et la Chine, d’autre part, veulent s’assurer que les Etats-Unis sont effectivement empêchés de créer des divisions politiques dans une région marquée par une connectivité régionale remarquable, comme l’ANASE (1).

La Russie et la Chine ont donc commencé à multiplier les contacts, mettant en œuvre leur vision de l’unité par rapport à la division que propose la stratégie américaine. C’est précisément le message que la dernière rencontre des ministres russe et chinois des Affaires étrangères a donné. Fustigeant la « stratégie indo-pacifique » des Etats-Unis, M. Lavrov, a déclaré

« Nous (la Russie et la Chine) avons noté le caractère destructeur des actions de Washington qui sapent la stabilité stratégique mondiale. Ils alimentent les tensions dans diverses parties du monde, y compris le long des frontières russe et chinoise. Bien sûr, nous sommes inquiets à ce sujet et nous nous opposons à ces tentatives d’intensifier les tensions artificielles. Dans ce contexte, nous avons déclaré que la soi-disant « stratégie indo-pacifique» telle qu’elle a été planifiée par les initiateurs ne conduit qu’à la division des États de la région et est donc lourde de graves conséquences pour la paix, la sécurité et la stabilité dans la région Asie-Pacifique.

En continuant à commenter sur la région Asie-Pacifique et en présentant une contre-approche des politiques de division des États-Unis, M. Lavrov a déclaré:

« Nous nous sommes prononcés en faveur de l’architecture de sécurité régionale centrée sur l’ANASE en vue de promouvoir le programme unificateur et de préserver le style de travail consensuel et la prise de décisions consensuelles dans ces mécanismes, comme cela a toujours été le cas dans le cadre de l’ANASE et des entités associées. Nous assistons à des tentatives de diviser les membres de l’ANASE entre eux avec les mêmes objectifs : abandonner les méthodes de travail fondées sur le consensus et alimenter la confrontation dans cette région qui est commune à nous tous.

Le message d’unité de la Russie n’est pas seulement le fruit de sa pensée stratégique. Elle collabore plutôt étroitement à la façon dont l’ANASE se place dans l’échiquier géopolitique plus vaste et en constante évolution. Le sommet des ministres des Affaires étrangères de l’ANASE qui s’est tenu récemment a clairement indiqué que la région ne deviendrait pas partie à la politique américaine pour « contenir » la Chine et la Russie.

Le communiqué commun, tout en soulignant le message d’unité de l’ANASE, a maintenu une approche amicale à l’égard de la Chine et a adopté une approche fondée sur le dialogue à l’amiable pour résoudre tous les différends.

Commentant, par exemple, la question de la mer de Chine méridionale, l’ANASE s’est félicitée de « l’amélioration continue de la coopération entre l’ANASE et la Chine et a été encouragée par les progrès des négociations de fond en vue de la conclusion rapide d’un code de conduite efficace et substantielle en mer de Chine méridionale (COC) conforme au droit international ».

Cette pensée « amicale » est à son tour le reflet de la lutte de l’ANASE pour éviter d’être piégée dans la rivalité entre les États-Unis et la Russie et la Chine. Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a récemment averti que « l’ANASE, l’Indonésie, veut montrer à tous que nous sommes prêts à être un partenaire » et que « nous ne voulons pas nous faire piéger par cette rivalité ».

La Russie, en réitérant le propre message d’unité de l’ANASE, se présente ainsi comme une alternative viable aux Etats-Unis, qui promeuvent la division et font pression sur ces pays pour qu’ils souscrivent à la politique bipolaire.

Le fait que la Russie, largement motivée par la stratégie anti-russe et anti-Chine des États-Unis, étend sa propre influence en Asie du Sud-Est est significative en ce qu’elle n’est plus un acteur marginal et distant dans la région. Alors que la Chine était déjà un acteur important, la Russie devient de plus en plus intégrée non seulement en raison de sa propre ascension en tant que puissance mondiale, mais aussi en raison de ses engagements et la promotion d’une vision multipolaire de la politique régionale et mondiale.

Cela explique en grande partie pourquoi la Russie, malgré ses relations économiques encore limitées avec l’ANASE, n’est plus considérée, contrairement à la politique de l’ère soviétique, comme une « menace pour la sécurité ». Fait significatif, le communiqué conjoint susmentionné fait référence à la Russie comme un important « partenaire de dialogue ».

La dernière réunion des ministres russe et chinois des Affaires étrangères montre que la Russie est prête à tirer pleinement parti de cette attitude changeante au sein de l’ANASE. Bien qu’elle s’allie principalement à la Chine, elle se prépare fondamentalement et manœuvre en fonction de la façon dont les États-Unis envisagent de créer un cercle d’alliés en Asie du Sud-Est pour contrer et revenir sur ce que le document de la « stratégie indo-pacifique » dénonce la Chine et la Russie comme « révisionnistes » et « malignes ».

Salman Rafi Sheikh, analyste-chercheur des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, exclusivement pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook” .

(1)

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE ou ASEANa) est une organisation politique, économique et culturelle regroupant dix pays d’Asie du Sud-Est. Elle a été fondée en 1967 à Bangkok (Thaïlande) par cinq pays dans le contexte de la guerre froide pour faire barrage aux mouvements communistes, développer la croissance et le développement et assurer la stabilité dans la région. Aujourd’hui, l’association a pour but de renforcer la coopération et l’assistance mutuelle entre ses membres, d’offrir un espace pour régler les problèmes régionaux et peser en commun dans les négociations internationales. Un sommet est organisé chaque année au mois de novembre. Son secrétariat général est installé à Jakarta (Indonésie).

En 2013, les pays de cette organisation représentaient :

  • 620 millions d’habitants (environ 8,8 % de la population mondiale) ;
  • 2 400 milliards US$ de PIB ;
  • 76 milliards US$ d’investissements étrangers (2010).
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments