Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les personnes aux comportements errants reçoivent une attention particulière à Cuba pendant la pandémie

Au milieu du contexte épidémiologique, marqué par la propagation du COVID-19, les Centres de protection sociale maintiennent leurs normes de soins pour ceux qui, avec des comportements errants, peuvent avoir des pathologies psychiatriques ou biologiques, ou les deux, et qui manquent de soutien familial. Une des constantes de la politique du gouvernement cubain envers la maladie mentale, une des choses qui quand je l’ai découvert en pleine période spéciale m’a fortement émue, le manque de médicament était compensé par tout un travail auprès des familles, voire des voisins pour les aider à insérer les malades durant l’hospitalisation et après. J’ai visité différentes cliniques dont la propreté, l’humanité (les familles pouvaient parfois dormir avec eux) m’ont frappée (note et traduction de Danielle Beitrach).

Auteur: Écriture numérique internet@granma.cu

8 septembre 2020 10:09:36

Les personnes ayant des comportements errants reçoivent des soins spéciaux pour la pandémie, a rapporté le Dr Tania Penton Valdés, chef de l’aide sociale, adulte senior, handicap, santé mentale et toxicomanie de la Direction provinciale de la santé de cette capitale.

Au milieu du contexte épidémiologique, marqué par la propagation du COVID-19, les Centres de protection sociale maintiennent leurs normes de soins pour ceux qui, avec des comportements errants, peuvent présenter des pathologies psychiatriques ou biologiques, ou les deux, et qui manquent de soutien familial. Ce traitement est le résultat de la politique du gouvernement cubain.

Le Dr Tania Pentón Valdés a indiqué que dans chacune des institutions de ce type au niveau national, les protocoles d’action ont été respectés avec des normes scientifiques élevées, établies pour la confrontation avec la pandémie, dans le but d’assurer l’attention requise par ces personnes, a souligné juventud rebelle.

Nous maintenons le système de collecte des personnes ayant un comportement errant, l’un des groupes vulnérables dans le pays, parce que nous leur offrons dans les centres les conditions pour rester hors du risque de contagion du nouveau coronavirus, a déclaré le médecin, également spécialiste de la psychiatrie infanto-juvénile.

Il a déclaré qu’après la présentation de l’événement de radiodiffusion locale au Centre de protection sociale situé à Las Gusimas, où 97 résidents sont tombés malades et trois sont morts, cette population a été divisée en différentes unités d’hébergement pour se conformer aux règles de la distanciation physique.

Il a été déclaré le taux de positif dans les centres, puisque, bien qu’ils aient été en mesure de leur assurer des conditions de vie, beaucoup de patients retournaient à la rue à nouveau, mais dans les circonstances actuelles, ils ont été traité différemment.

Ils sont considérés en tant que communauté protégée, ils sont dans le meilleur endroit où ils peuvent être, a-t-il fait valoir, ajoutant qu’à La Havane, 244 personnes sont dans cette situation, dont la plupart sont des hommes.

(Source: ACN)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments